Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 juin 2013 4 27 /06 /juin /2013 17:30

 

Au Brésil, depuis deux jours, le mouvement de protestation dénommé " la révolte du vinaigre" (1) surprend par son ampleur. La hausse du prix des transports dans les mégapoles du pays a été l'étincelle qui a mis le feu aux poudres dans un pays profondément inégalitaire et où la corruption gangrène la classe politique. C'est aussi l'organisation de la Coupe du Monde de Football en 2014 avec la construction de stades pharaoniques qui suscite la colère d'une classe moyenne tout juste sortie de la pauvreté par les statistiques et qui est confrontée à un manque crucial d'infrastructures de transports et de logements alors que se pavanent dans l'opulence ceux qui possèdent les capitaux.

GABEGIE FINANCIÈRE

A chaque évènement sportif international, on nous sert toujours la même rangaine ; les grands travaux, la venue de milliers de spectateurs, les droits de transmissions vont doper l'économie du pays organisateur.

Rappelons le bilan économique de l'organisation des jeux olympiques en Grèce en 2004 :
Le budget initial prévu 1,3 milliard de dollars. Coût réel estimé 14,2 milliards de dollars et avec les pots de vins : plus de 20 milliards de dollars, pour des installations aujourdhui laissées à l'abandon : Ainsi le complexe olympique de la zone côtière de Faliro, dans la banlieue d'Athènes comme le rappelle l'heddomadaire Zeit, cité par Slate, en 2012 avant les J.O. de Londres : « Aujourd'hui c'est la côte la plus désolée de Grèce. Ici il y aurait dû avoir des piscines en plein air, des pelouses, des pistes cyclables et un parc écologique. C'est ce qui était prévu dans le planning des JO. Rien de tout ça n'a vu le jour. L'endroit est un îlot de solitude poussiéreux et à l'abandon. La nuit, profitant de l'obscurité, des camions viennent y déverser illégalement des gravats et des encombrants. Quelques familles de roms vivent sur le terrain, dans des masures qu'ils ont fabriquées eux-mêmes. Les riverains l'appellent le Sahara. »

Actuellement, c'est bien le peuple grec qui paie l'addition pour des stades et des installations inutilisées. Ainsi « Ce dérapage des comptes, de l’aveu même de Jacques Rogge, président du Comité international olympique (CIO), a contribué “en partie, pour 2 à 3 %” à l’augmentation de la dette extérieure du pays. » ( Ouest- France, même article de Slate).

Au Brésil le sport- spectacle va reproduire le même scénario. Si le budget initial était de 7 milliards de dollars, il se rapproche aujourd'hui de 17 milliards de dollars ( en comparaison le budget de la coupe du Monde de 1998 a été de l'ordre de 1 milliard de dollars - source France-Inter ). On construit des stades qui demain seront inutiles comme à Manaus, capitale de l'Amazonie : "Il va accueillir trois matches de phase de groupes et puis plus rien car il n’y a pas d’équipe de haut niveau", indique Joselinha Sperote, supporter de l'équipe du Gremio de Porto Alegre. ( La grogne gagne le Brésil - Sport.Fr )

L'hebdomadaire Marianne rapporte les propos à l'Equipe Magazine de l’ancien footballeur Romario, champion du monde avec la Seleçao en 1994 et aujourd’hui député. Il n’a jamais cru à la fable du miracle footballistique. Il décrit une Coupe du Monde de la fracture sociale : « Ce sera une belle Coupe du monde, mais ce ne sera pas la Coupe du monde du peuple brésilien, parce que le peuple n’aura pas les moyens d’acheter les billets. Les classes supérieures iront aux matchs, verront des beaux stades modernes…Mais c’est le peuple qui va payer l’addition. »

DANS UN PAYS TRÈS INÉGALITAIRE

Le Brésil, depuis l’investiture de Lula en 2003, a connu une certaine réussite économique. 19 millions de Brésiliens ont pu accéder à la classe moyenne depuis lors. 22 % des Brésiliens vivent en dessous du seuil de pauvreté (contre 35 % il y a huit ans). La croissance du pays est restée soutenue jusqu' en 2012 (7,5 % pour 2010), les aides aux plus démunis ont augmenté (le programme Bolsa Familia concerne 12 millions de foyers). On observe également une hausse du salaire minimum, passé en 2009 à 510 réaux (210 euros), soit une augmentation de 9,68 %. Le chômage touche moins de 7 % de la population active et l’inflation ne dépassait pas les 4,5 % par an en 2011.

Le Brésil demeure toutefois en tête des pays émergents pour l’écart entre riches et pauvres.

Il y a un mythe qui a la vie dure à propos du Brésil de Lula et de Dilma Roussef du Parti des travailleurs, c’est bien celui de la diminution des inégalités. Le pays est depuis toujours celui des inégalités sociales les plus obscènes. Depuis 2003, Les inégalités salariales ont diminué, mais pas celles entre le capital et le revenu du travail.C'est le programme Bolsa Familia [sorte de RSA local], dont le gouvernement Lula a étendu la portée, qui constitue le pivot de l’immense popularité du président brésilien. La Bolsa Familia bénéficie aujourd’hui à 12,6 millions de familles, pour un coût annuel de 13,1 milliards de reais [5,8 milliards d’euros]. Mais les intérêts versés aux détenteurs de titres de la dette publique se sont élevés en 2009 à la somme astronomique de 380 milliards de reais, soit l’équivalent de 36 % du budget brésilien. 80 % de l’amortissement de la dette ne profitent qu’à 20 000 familles et celles-ci ont dû percevoir de l’Etat en 2009 une somme dont le montant est 23 fois supérieur à celui versé aux 12,6 millions de familles démunies. ( 2 )

Sous les gouvernements du Parti des travailleurs, si une partie des plus pauvres ont maintenant accès à la société de consommation, ce sont bien les plus riches , ceux qui ont le capital qui se sont enrichis dans l'indécence et la démesure.

Revenons à ce qui cause l'indignation au Brésil : Le salaire minimum 2013 est de 674,96R$ (250€), le prix d'un ticket de bus à Rio est de de 2,95R$, en multipliant par 50 c'est 150 R$ par mois , soit pour une personne : 22 % du salaire minimum ! Dans ces conditions il vaudrait mieux ne pas avoir une famille nombreuse et ne pas habiter à des centaines de lieux de son travail et devoir prendre plusieurs bus, ce qui est malheureusement le cas de beaucoup de travailleurs au Brésil qui habitent encore dans des favellas très éloignées de leur lieu de travail.

Il ne reste plus qu'à souhaiter au Brésil de gagner la Coupe Monde en 2014, mais une fois sabré le champagne dans la tribune V.I.P. du stade de Maracana, la potion risque bien d'être très amère pour le peuple brésilien.

(1) Ce nom vient du fait que les manifestants se servent d'un tissus imprégné de vinaigre pour se protéger le visage des effets du gaz lacrymogène lancé par la police

(2) Des riches plus riches, des pauvres toujours pauvres Courrier International 30/09/2012

 

©Karol

 

Repost 0
Published by L'archipélien - dans actualités
commenter cet article
26 juin 2013 3 26 /06 /juin /2013 17:30
Claude Guéant est empêtré dans de nombreuses affaires, des primes reçues de manière illégale, des sommes d'argent retrouvées mystérieusement sur un de ses comptes, justifiées ensuite maladroitement par la vente de tableaux, ou encore l'affaire Tapie.
 
Et dans toutes ces affaires, on a pu constater que les membres de l'UMP n'étaient guère enclins à lui apporter leur soutien, bien au contraire...
 
Dès lors, on peut se poser bien des questions sur la suite des événements : Claude Guéant réserve ses commentaires pour les juges. Selon son entourage, le manque de soutien de l'UMP aurait surpris l'ancien secrétaire général de l'Elysée qui "sait tout du quinquennat" de Nicolas Sarkozy. 
 
Claude Guéant pourrait-il faire des révélations qui nuiraient à l'avenir politique de Nicolas Sarkozy ? Celui-ci avait annoncé son abandon de la politique s'il perdait l'élection présidentielle de 2012, mais il semble être repris par des velléités de retour au pouvoir.
 
Claude Guéant dépité par le peu de soutien qu'il a reçu parlera -t-il ? Certains affirment dans son camp :" Il est le seul à pouvoir empêcher le retour de Sarkozy." 
 
De fait, dans toutes ces affaires, on a l'impression que Claude Guéant a servi de bouc-émissaire : Nicolas Sarkozy ne pouvait pas ne pas être au courant des primes versées illégalement alors que Claude Guéant était directeur de cabinet du ministre de l’Intérieur, Nicolas Sarkozy, en personne.
 
JPEG
 
Dans l'affaire Tapie, les ordres ont dû venir aussi de très haut : protégé par l'immunité qui couvre les actes liés à sa fonction présidentielle, Nicolas Sarkozy pourrait toutefois avoir à répondre de son influence dans le dossier Tapie lorsqu'il fut ministre de l'économie puis de l'intérieur, de 2004 à 2007.
 
On le voit, si des révélations sont faites, elles riquent fort de faire grand bruit et de mettre en cause l'ancien président de la république...
 
Quelle sera l'attitude de Claude Guéant ? Va-t-il s'attacher à protéger Nicolas Sarkozy ou le mettre en cause pour se disculper lui-même ?
 
Décidément, la bataille à l'UMP risque d'être rude et difficile après le combat des chefs qui a opposé François Fillon à Jean François Copé....
 
Quel sera l'avenir politique de Nicolas Sarkozy ? Il semble bien compromis par toutes les affaires qui entourent Claude Guéant, son éminence grise...
 
On voit déjà se profiler une rivalité Sarkozy-Fillon pour la course aux élections présidentielles de 2017... Nul doute que la lutte engagée sera féroce, ce qui promet encore bien des péripéties et bien des surprises !
© Rosemar
 
JPEG
Repost 0
Published by L'archipélien - dans politique
commenter cet article
25 juin 2013 2 25 /06 /juin /2013 17:30

Présentation de l’auteur

Certains peuples jouissent d’une santé exceptionnelle : chez eux, pas de surpoids, une immunité naturelle, pas de crises cardiaques, de cancers, de diabète, d’ostéoporose… L’auteur a réuni ici pour vous leurs habitudes de vie, choix des aliments, modes de cuisson, petits gestes de santé, etc. afin que vous puissiez les transposer personnellement dans votre quotidien.

Quels sont donc les secrets de ces sept peuples ou populations au firmament de la bonne santé :

  • Les centenaires de la vallée de Vilcabamba en Equateur
  • Les Hunzas au Cachemire et leur forme incroyable
  • Les Abkhazes du Caucase et leur espérance de vie hors du commun
  • Les Japonais d’Okinawa qui battent les records de longévité
  • Les Mormons Nord-Américains qui ignorent le cancer
  • Les Crétois centenaires et leur fameux régime alimentaire
  • Les habitants du Sud-Ouest de la France dont l’exceptionnelle santé a créé l’expression « le paradoxe français »…

L’auteur a réuni ici pour vous leurs habitudes de vie, choix des aliments, modes de cuisson, petits gestes de santé, etc. afin que vous puissiez les transposer personnellement dans votre quotidien. Profitez à votre tour, grâce à la lecture de ce livre, de ces savoirs ancestraux (aux résultats prouvés) pour améliorer votre vie en préservant le bien le plus précieux : la santé !

L’étonnante santé de ces peuples

Les scientifiques qui se sont intéressés à ces peuples l’ont fait car ils se sont étonnés de leur bonne santé, leur longévité avec un taux de centenaires plus important que dans le reste de la population et une absence de certaines maladies présentes en Occident.

Après avoir étudié l’influence de plusieurs facteurs, ils sont arrivés à la conclusion que l’alimentation était le facteur déterminant.

Ces peuples sont décrits comme des gens paisibles, aimables comme les habitants de la vallée de Vicabamba en Equateur.

Parmi eux, certains ignorent le cancer, l’hypertension, les maladies cardiovasculaires, le diabète, les maladies dégénératives du système nerveux (Alzheimer, Parkinson, sclérose en plaque…), les problèmes osseux ou articulaires

Les hunzas du Cachemire au Pakistan ne connaissent pas les problèmes de vue.

Une étude démontra que 81% des abkhazes passaient le cap des 90 ans sans problèmes auditifs et sans problèmes de vue.

L’île d’Okinawa au Japon se situe au premier rang mondial de l’espérance de vie en bonne santé et en proportion de centenaires : 42 pour 100 000 habitants contre 11 en France.

L’Utah est l’Etat des Etats-Unis où l’espérance de vie est la plus longue. 70% de la population sont des mormons qui ont des spécificités sur leur mode de vie et leur alimentation.

Les habitants de la Crète en Grèce sont connus pour un faible taux de maladies cardiovasculaires malgré une cuisine relativement grasse.

Les français du sud-ouest de la France sont réputés pour le fameux « french paradox » : une étude de l’organisation mondiale de la santé (OMS) de 1991 montre 4 fois moins d’infarctus à Toulouse qu’à Glasgow en Ecosse et 2 fois moins à Lille qu’à Glasgow alors que la nourriture y est tout aussi riche en graisses saturées.

Les aliments santé

Les fruits et légumes

Généralités

On retrouve une consommation importante de fruits et légumes frais dans tous les régimes des « peuples sans maladies ».

Ces végétaux ont de nombreuses vertus du fait de leurs différents composants :

  • les vitamines indispensables au bon fonctionnement de l’organisme et à sa bonne santé
  • les minéraux (calcium, magnésium, phosphore, potassium). Les oligo-éléments sont les minéraux présents en faible quantité dans l’organisme (cuivre, chrome, fer, iode, manganèse, sélénium, zinc)
  • les fibres, partie des fruits et légumes qui n’est pas digérée et joue un rôle important contre la constipation et la prévention du cancer du côlon
  • les polyphénols, pigments végétaux responsables de la coloration des fruits et légumes

Les activités normales de l’organisme (digestion, respiration, activité physique) produisent des molécules appelées radicaux libres.

Celles-ci accélèrent le vieillissement, favorisent le cancer, les maladies neurodégénératives, le durcissement et l’épaississement des parois des artères.

Des molécules permettent de lutte contre l’action des radicaux libres, on les appelle antioxydants.

Les antioxydants les plus courants sont les vitamines C, E, le bêta-carotène, les polyphénols, le sélénium et le manganèse.

Un régime riche en fruits et légumes permet de prévenir le cancer, les maladies cardiovasculaires, les maladies cérébrovasculaires, l’hypertension, le surpoids et l’obésité.

Les hunzas consomment leurs fruits et leurs légumes avec la peau. Cette partie du végétal est très concentrée en vitamines, minéraux, fibres et polyphénols. Certains nutriments sont cinq fois plus concentrés dans la peau que dans le reste du fruit.

Les fruits rouges : une puissante source d’antioxydants

Les équatoriens de Vilcabamba consomment beaucoup de framboises, mûres, groseilles, myrtilles, cassis et fraises riches en polyphénols et vitamine C qui sont de puissants antioxydants.

Les agrumes : une arme contre le cancer et le cholestérol

Les agrumes sont riches en vitamine C qui contribue à la bonne santé des os, participe au processus de cicatrisation, stimule les défenses immunitaires et renforce l’action de la vitamine E, autre antioxydant.

Les limonoïdes, composés actifs très présents dans ces fruits, auraient la capacité de prévenir l’apparition de cellules cancéreuses.

Les agrumes représentent une source non négligeable de calcium, de potassium et divers vitamines du groupe B.

L’abricot : le secret de longévité des hunzas ?

Cet aliment est présent à tous les repas des hunzas.

L’abricot est avec la mangue le fruit le plus riche en bêta-carotène (ou provitamine A). La provitamine A, une fois absorbée, se transforme dans l’organisme en vitamine A. Or cette vitamine joue un rôle essentiel dans la vision (rappelons que les hunzas ne connaissent pas les problèmes de vue). Selon plusieurs études récentes, une consommation régulière diminuerait les risques de dégénérescence maculaire, première cause de cécité en Occident.

L’abricot est l’un des fruits les plus riches en potassium.

Les pommes : une par jour éloigne le cardiologue

Fruit préféré des abkhazes, la pomme est depuis l’antiquité l’objet de mythes et légendes.

Il en existe près de 6000 variétés et on peut en consommer tout au long de l’année.

Les pommes ont un fort pouvoir antioxydant (quercétine un polyphénol, manganèse, vitamine C) et sont riches en fibres (pectine).

Les choux : des aliments anti-cancer

Les abkhazes consomment beaucoup de légumes de la famille des choux ou crucifères ou brassicacées : brocoli, chou de Bruxelles, chou chinois, chou-fleur, chou-rave, chou romanesco, chou rouge, chou frisé, chou vert, cresson et roquette, navet et rutabaga, radis.

Ces légumes sont riches en sels minéraux, oligo-éléments, calcium, substances antioxydantes (vitamine C, provitamine A, manganèse, polyphénols.

Le brocoli est recommandé en particulier pour lutter contre le cancer.

Les légumes secs

Chez bon nombre de « peuples sans maladies » (abkhazes, équatoriens de Vilcabamba, les hunzas, les japonais d’Okinawa et les crétois) on retrouve une consommation régulière de légumes secs.

Les légumes secs ou légumineuses sont des graines séchées provenant de plantes à gousses. Il s’agit de l’ensemble des haricots secs (haricots coco, haricots rouges, haricots de soja, flageolets…), des pois chiches, des pois cassés, des lentilles et des fèves.

Les légumes secs sont une source de protéines fournissant de l’énergie et jouent un rôle dans le renouvellement des cellules.

Manger des légumes secs avec des céréales complètes permet d’apporter des acides aminés complémentaires aux premiers et permet à notre corps de bien assimiler les protéines.

Par rapport à la viande, les légumes secs sont moins caloriques et moins riches en graisses.

Les légumes secs sont riches en fibres et sont sources de vitamines du groupe B, de minéraux (magnésium, calcium, potassium, fer).

Les fruits secs

La consommation régulière mais modérée de fruits secs représentent un élément déterminant du régime crétois.

Il existe deux types de fruits secs : les fruits secs « moelleux » (abricot, banane, figues, dattes…) et les fruits secs oléagineux (amandes, pistaches, cacahuètes, pignons, noisettes, noix). Ils sont tous deux riches en minéraux divers (calcium, phosphore, potassium, magnésium, fer) et contiennent des vitamines (E, B9).

Les fruits secs sont plus riches en fibres par rapport aux fruits frais.

La tomate : une arme contre le cancer

Les crétois mangent beaucoup de tomates, notamment sous forme de sauce.

La tomate contient une substance appelée lycopène, responsable de la coloration rouge de ces fruits. Sa capacité antioxydante est deux fois plus puissante que celle du bêta-carotène.

D’après de nombreuses études récentes, une concentration importante de lycopène dans le sang tendrait à réduire les risques de cancer, notamment le cancer de la prostate, mais aussi de l’estomac et des poumons. Les capacités antioxydantes du lycopène sont décuplées par la cuisson et l’organisme assimile mieux cette substance lorsqu’elle est absorbée avec un corps gras (ex : huile d’olive).

L’amande : pour la santé du cœur et des os

En Crète on consomme beaucoup d’amandes.

L’amande est un aliment calorique (580 KCal aux 100 g) qu’il faut consommer avec modération.

Elle est très riches en graisses polyinsaturées (bonnes graisses), source de vitamine E aux propriétés antioxydantes, source de magnésium, de potassium et de calcium pour la santé des os.

La noix : un allié pour le cœur

Dans le sud-ouest de la France, on mange beaucoup de noix et on assaisonne souvent les plats avec de l’huile de noix.

La noix est le fruit le plus riche en acide alpha-linoléique indispensable à la bonne assimilation de l’EPA (oméga-3).

Elle est extrêmement riche en antioxydants notamment la vitamine E et en polyphénols.

La noix reste un fruit calorique (660 KCal aux 100 g) donc à consommer en petites quantités.

Les céréales complètes plutôt que les céréales raffinées

Les hunzas, tout comme la plupart des « peuples sans maladies », fabriquent leur pain à l’aide d’une farine de céréales complètes, fraîchement moulue.

Le raffinage consiste à retirer l’enveloppe du grain (son) et son germe, responsables de la coloration brune des céréales, par abrasion (machines qui produisent un frottement).

Le problème vient du fait que l’essentiel des vitamines, sels minéraux et fibres se trouvent concentrés dans l’enveloppe du grain.

Viandes, poissons, oeufs

Manger du poisson ou des fruits de mer quatre à cinq fois par semaine

Les okinawaiens comme les crétois consomment beaucoup plus de produits de la mer que de produits carnés.

La viande et le poisson sont les principales sources de protéines et de lipides. Mais les poissons ont des avantages sur les viandes :

  • ils sont moins caloriques (70 à 220 KCal pour 100 g contre 100 à 450 KCal)
  • les graisses qu’ils contiennent sont bonnes pour le cœur (graisses insaturées de type oméga-3 pour les poissons et graisses saturées pour les viandes) : anguille, thon rouge, saumon, sardine, murène, maquereau…
  • ils sont bons pour les os (calcium et vitamine D)
  • ils sont riches en vitamine E, antioxydante
  • ils sont riches en sélénium, antioxydant

Les crétois consomment en plus des poissons des fruits de mer et mollusques (poulpe, seiches, calmars et …escargots) :

  • bonnes sources de protéines
  • graisses bonnes pour le cœur
  • bons pour la santé des os
  • riches en magnésium
  • riches en oligo-éléments antioxydants

Manger du poisson cru

Les précieux acides gras oméga-3 supportent mal la chaleur.

Attention aux bactéries, virus, parasites pour les enfants, femmes enceintes et personnes ayant un système immunitaire affaibli.

Ne manger de la viande qu’une à deux fois par semaine

Les crétois, abkhazes, okinawaiens ne mangent de la viande qu’une à deux fois par semaine.

La viande est plus calorique et contient plus de graisses saturées (mauvaises graisses) que le poisson

Consommer un à trois œufs par semaine

Teneur élevée en vitamine E et sélénium (antioxydants).

Il contient du phosphore et autant de calcium que le lait.

L’œuf est riche en vitamine D nécessaire à la bonne assimilation du calcium et en vitamine K, nécessaire à la fixation du calcium.

Il est très riche en vitamine A ou rétinol, vitamine qui génère les pigments nécessaires au bon fonctionnement de la rétine.

Il est source de protéines bien assimilées par l’organisme.

Les produits laitiers et le calcium

Les produits laitiers ne sont pas la seule source de calcium : algues (hijiki, wakamé, kombu, nori), légumes secs (tofu, fèves de soja, haricots secs), fruits frais (cassis, figue), légumes (choux, cresson, épinards…), fruits secs (amandes, noisettes, figues…).

Traditionnellement les japonais et les habitants d’Okinawa ne consomment pas de produits laitiers. Plusieurs études ont montré qu’ils étaient moins exposés aux risques de fractures liées à des pertes osseuses.

Cela vient du fait que les produits laitiers contiennent des protéines végétales et qu’une consommation excessive de ceux-ci entraîne d’importantes pertes de calcium osseux qui n’est pas nécessairement compensé par le calcium des laitages absorbés.

Ainsi il est recommandé de limiter sa consommation à un produit laitier par jour au plus.

Le beurre, le fromage et la crème sont des aliments caloriques et riches en mauvaises graisses.

Le lait est indigeste à partir de l’âge de 3 ans.

Le lait et les laitages contiendraient des substances cancérigènes (prostate, sein, ovaire).

Ail, oignon et échalote : des vertus insoupçonnées

Les crétois assaisonnent leurs plats avec de l’ail, mais aussi de l’oignon et de l’échalote.

Ils ont des propriétés antioxydantes très puissantes et des vertus sur la santé cardiovasculaire et anti-cancer.

Les épices

La cuisine de la plupart des « peuples sans maladies » est peu salée.

Les abkhazes utilisent des herbes aromatiques et surtout des épices.

Les épices ont des vertus thérapeutiques

  • l’anis étoilé, la coriandre et le cumin limitent les risques de flatulences
  • la cannelle riche en anthocyanes, un polyphénol et également riche en manganèse qui sont des antioxydants
  • le clou de girofle est un antiseptique
  • le curcuma dont la substance active est la curcumine, lutte contres les maux d’estomac, les nausées, le cancer
  • le genièvre a des vertus antiseptiques, antioxydantes, contient du fer et du cuivre
  • le gingembre améliore la digestion, lutte contre les nausées, antioxydant
  • la noix de muscade stimule le système digestif, facilite l’élimination des parasites, limite les risques de ballonnements et de flatulences
  • le piment, très bonne source d’antioxydants. La substance qui lui donne son goût, la capsaïcine, est un anticoagulant et pourrait limiter les risques de formation de caillots
  • le poivre a des vertus digestives et antiseptiques
  • le safran a des propriétés antiseptiques et stimule la digestion

Les herbes aromatiques

Pour relever leurs plats, les crétois utilisent des plantes aromatiques pour leur cuisine qui est très peu salée.

  • Consommées fraîches, elles sont riches en antioxydants
  • Consommés sous forme séchée, elles sont riches en minéraux
  • Fraîches ou séchées, elles facilitent la digestion
  • Fraîches ou séchées, elles ont des propriétés antiseptiques

Le sucre

Le sucre raffiné ou sucre blanc est obtenu par des traitements chimiques et est débarrassé de la mélasse, substance responsable de la coloration brune du sucre non raffiné. Or la mélasse contient des vitamines et minéraux et le sucre raffiné pompe le calcium, la vitamine B et C, diminue le seuil de tolérance de la douleur et les défenses immunitaires.

L’auteur recommande une consommation modérée car calorique du sucre de canne complet ou sucre blond.

Le sel gris plutôt que le sel blanc

Tout comme la plupart des « peuples sans maladies », les abkhazes n’utilisent que du sel gris.

Le sel blanc est un sel raffiné contrairement au sel gris. Pour faciliter la conservation du sel blanc, on lui ajoute des composés dérivés de l’aluminium.

Or selon des études récentes, l’aluminium favoriserait les risques de décalcification et d’anémie et pourrait jouer un rôle dans le développement de maladies neurodégénératives notamment la maladie d’Alzheimer.

Le sel naturel, non raffiné, est moins riche en chlorure de sodium (77% contre 95%) et contient des minéraux (magnésium, calcium, potassium) ainsi des oligo-éléments.

Le chlorure de sodium en excès tend à multiplier les risques d’hypertension et de maladies cardiovasculaires. Le potassium du sel gris limite ces effets négatifs.

Le miel : une autre alternative au sucre blanc

Le miel est une alternative au sucre blanc raffiné et n’est pas composé de saccharose pur, a un pouvoir sucrant supérieur au sucre blanc.

Il est moins calorique que celui-ci, il est riche en polyphénols qui sont des antioxydants, plus il est sombre et plus il en contient.

Il est riche en sels minéraux et oligo-éléments. Les miels de miellat (issus des arbres), comme le miel de sapin ou de tilleul, sont en moyenne trois fois plus riches en minéraux que les miels de nectar (issus des fleurs).

Les huiles végétales

Les crétois utilisent exclusivement l’huile d’olive aussi bien pour la cuisson que pour l’assaisonnement.

Par rapport au beurre, les huiles végétales sont riches en vitamine E, en acides gras insaturés (bonnes graisses) et pauvres en acides gras saturés (mauvaises graisses). Les acides gras oméga-3 jouent un rôle protecteur dans le système immunitaire, est anti-inflammatoire et surtout cardiovasculaire.

Les acides gras oméga-6, consommés en excès comme en Occident, tendent à empêcher le rôle protecteur des acides gras oméga-3.

Il convient donc de rétablir l’équilibre en augmentant sa consommation d’acides gras oméga-3 et en diminuant celle des acides gras oméga-6.

On recommande d’utiliser :

  • l’huile d’olive, riche en oméga-9 et pauvre en oméga-6
  • l’huile de colza, riche en oméga-3 et oméga-9, pauvre en oméga-6

De temps en temps pour leur richesse en oméga-3 mais aussi en oméga-6 et pauvre en oméga-9 :

  • l’huile de noisette
  • l’huile de noix

A éviter pour leur pauvreté en oméga-9 et leur richesse en oméga-6 :

  • l’huile de tournesol
  • l’huile de pépin de raisin

Choisir de préférence les huiles vierges, première pression à froid.

Les algues : encore plus de vertus que les légumes

On utilise beaucoup les algues dans la cuisine d’Okinawa : kombu, mori, wakamé, hijiki.

Comme les légumes ce sont des aliments très peu caloriques et très riches en fibres.

Elles sont très riches en protéines végétales bien assimilées par l’organisme.

Elles sont très riches en vitamines et minéraux (iode, potassium, magnésium, vitamine A.

Le soja

Le soja est un aliment traditionnel de la cuisine asiatique et donc de la cuisine d’Okinawa.

Il fait partie de la catégorie des légumes secs.

Il peut se présenter sous plusieurs formes : lait de soja, tofu, miso, sauce soja, natto.

C’est le légume le plus riche en protéines végétales, il contient des composés anti-cancer.

Les boissons

L’eau

Il semblerait que les habitants de Vilcabamba en Equateur disposent d’une véritable fontaine de jouvence dans leur eau de source.

  • l’eau du robinet à éviter car elle peut contenir des éléments nocifs issus de son traitement (chlore, potasses, aluminium) et de la pollution agricole (pesticides, nitrates)
  • l’eau de source n’a subi aucun traitement chimique
  • l’eau minérale n’a subi aucun traitement chimique

La différence entre l’eau de source et l’eau minérale vient de leur composition en sels minéraux et oligo-éléments. Il vaut mieux choisir une eau dont le résidu sec ou teneur en sels minéraux ne dépasse pas 500 mg/L. Au-dessus les minéraux ne sont plus assimilés par l’organisme et une consommation d’eau trop fortement minéralisée peut engendrer des calculs rénaux.

L’eau permet d’hydrater et de purifier l’organisme.

Les jus de fruits et légumes

Privilégier les jus fait maison avec une centrifugeuse ou les 100% pur jus au rayon frais car les jus industriels subissent une pasteurisation, processus qui consiste à chauffer les aliments à 75°C afin d’éliminer les bactéries pour augmenter la durée de conservation mais qui en même temps détruit leurs éléments nutritifs.

Le thé vert : un élixir de longue vie

Les okinawaiens boivent beaucoup de thé vert au cours des repas et en dehors.

Cette boisson possède de puissantes propriétés antioxydantes (polyphénols, vitamine C. manganèse), riche en potassium, contient du fluor jouant un rôle dans la prévention des caries dentaires.

Attention le thé contient de la caféine et sa consommation doit être limitée à 3 ou 4 tasses par jour surtout pour les personnes ayant de l’hypertension artérielle.

Modérer sa consommation de café

Pour des raisons religieuses les mormons ne boivent ni thé, ni café, ni soda à base de cola.

Une consommation excessive de café est reconnue comme étant un facteur de risque du cancer de la vessie, surtout si elle s’accompagne d’une consommation de tabac. Le thé ne semble être lié à aucun cancer.

Un excès de caféine tend à augmenter la tension artérielle.

La caféine augmente l’acidité de l’organisme et tend à accroître l’élimination du calcium par les urines ce qui peut avoir un impact sur la progression de l’ostéoporose. Cette substance est surtout présente dans le café mais aussi en moindre quantité dans le thé, les sodas à base de cola, chocolat noir.

Il est conseillé de limiter sa consommation à deux ou trois tasses par jour.

Le vin rouge et le french paradox

Le vin rouge est abordé dans le dernier chapitre concernant les français du sud-ouest avec le fameux « french paradox » médiatisé depuis 1991 par le professeur Serge Renaud. Pour rappel celui-ci suggéra qu’une consommation modérée de vin rouge était à l’origine d’un taux plus faible de mortalité par maladies coronariennes des français du sud-ouest par rapport à d’autres pays (Etats-Unis, Royaume-Uni, Espagne…) malgré une alimentation riche en graisses.

Les français restent les plus gros consommateurs de vin d’Europe : 54 litres par an et par personne contre 17,5 litres pour les anglais par exemple.

Le sud-ouest fait partie l’une des plus grandes régions productrices de vin rouge.

L’auteur, Muriel Levet, relativise les bienfaits du vin en rappelant que celui-ci comme tous les alcools a un effet vasodilatateur et fluidifie le sang donc empêche la formation de caillots.

De plus elle cite toutes les autres causes possibles de la bonne santé des français du sud-ouest : consommation de volailles grasses dont la chair est riche en graisses mono-insaturées (bonnes graisses), les mêmes graisses que l’on retrouve chez les crétois, la consommation de poissons de rivières riches en acides gras polyinsaturées, une consommation plus importante de fruits et légumes.

Dans le même temps elle ajoute que le vin rouge est extrêmement riche en polyphénols et en tanin qui sont des antioxydants mais le gros problème c’est qu’il n’y a aucun mot sur le raisin !

A croire que les polyphénols et les tanins apparaissent suite à la vinification ce qui est faux car ils sont bel et bien présents à l’origine dan le raisin, voici deux citations extraites qui le démontrent : « Les tanins condensés viennent du raisin » , « Dans la baie de raisin, l’essentiel des polyphénols (94 %) se concentre dans la pellicule et les pépins ».

Au sujet des bienfaits du vin rouge sur la santé, voir également l’article précédent « Vin,santé,mensonges et propagande ».

Les modes de cuisson

Les aliments crus

Mis à part les légumes qui ne peuvent pas se passer de la cuisson (légumes secs, pommes de terre…), les hunzas consomment la plupart de leurs aliments crus. La plupart des vitamines et sels minéraux présents dans les fruits et légumes sont sensibles à la chaleur et tendent à disparaître lors de la cuisson.

La cuisson à la vapeur

Avec la cuisson à l’étouffée il s’agit d’un des modes de cuisson les plus sains. Par rapport à la cuisson à l’eau, elle se fait à une température moins élevée et les aliments ne sont pas en contact direct avec l’eau ce qui permet de préserver les nutriments en particulier les vitamines hydrosolubles.

Traditionnellement ce sont le riz et les légumes que les habitants d’Okinawa cuisent à la vapeur.

La cuisson à l’étouffée

La cuisson à l’étouffée a l’avantage de préserver l’essentiel de la teneur en vitamines et en minéraux des légumes : c’est une cuisson assez lente, mais elle se fait à faible température et ne nécessite que très peu de matière grasse, voire pas du tout.

La cuisson au wok

Le wok, instrument traditionnel de la cuisine d’Okinawa et asiatique en général, est une sorte de poêle, plutôt en forme de saladier, dont le fond est très peu épais.

C’est un instrument plurifonctionnel (cuire à la vapeur, faire rissoler, saisir, frire) et ne nécessite que très peu de matière grasse.

Le blanchiment des légumes

Très utilisé dans la cuisine d’Okinawa et asiatique en général.

Il s’agit de plonger les légumes dans de l’eau bouillante mais pendant un laps de temps très bref permettant de conserver leur couleur, leur saveur, leurs vitamines et minéraux.

La cuisson à l’eau

Il s’agit de la cuisson classique dans laquelle les aliments sont cuits normalement dans de l’eau.

La friture

Elle se fait à une température très élevée (165 à 180 °C) ce qui détruit l’essentiel des vitamines et sels minéraux. De plus immergés dans l’huile, les aliments deviennent beaucoup plus caloriques et riches en lipides (90 KCal et 0 lipides pour 100 g de pommes de terre à la vapeur ou à l’eau contre 420 KCal et 20 g de lipides pour 100 g de frites).

La cuisson au four

Il s’agit d’un mode de cuisson très utilisé par les crétois et indispensable pour cuire certains aliments (pâtisserie, pain, pizzas, gratins, tartes salées…).

La forte chaleur détruit une grande partie des vitamines. Les acides gras oméga-3 se dégradent rapidement mais ce mode de cuisson reste plus sain que le barbecue.

Le barbecue

Mode de cuisson à éviter à cause des graisses qui lors de la cuisson tombent dans le foyer et produisent des substances hautement cancérigènes (benzopyrènes), qui avec la fumée, se redéposent sur les grillades.

La cuisson au four à micro-ondes

Ce mode de cuisson détruit 75 à 95% des antioxydants contenus dans les fruits et légumes.

Le rayonnement émis par ces fours peut interagir avec le système nerveux central et provoquer des maux de tête, fatigue oculaire, fatigue générale, fatigue générale, irritabilité et troubles du sommeil.

Autres habitudes santé

Manger des produits issus de l’agriculture biologique

La plupart des « peuples sans maladies » ne disposent ni d’engrais ni de pesticides. Ce facteur semble déterminant concernant les cancers (prostate, testicule, ovaires) et les maladies neurodégénératives (maladie de Parkinson).

Prendre son temps pour manger

La sensation de satiété, quant à elle, se produit environ 20 minutes après l’ingestion des premiers aliments. Ce n’est qu’au bout de ce laps de temps que le cerveau détecte l’augmentation du taux de sucre dans le sang et déclenche cette sensation. C’est pour cette raison qu’il faut prendre son temps pour manger. Un repas doit toujours durer plus de vingt minutes.

Manger frais

Eviter les plats cuisinés industriels :

  • ils sont souvent très caloriques et riches en graisses
  • il sont riches en sel ce qui multiplie les risques d’hypertension et de maladies cardiovasculaires

Eviter les conserves industrielles car les méthodes de conservation (pasteurisation, irradiation) détruisent les vitamines et peuvent provoquer des radicaux libres. De plus les additifs alimentaires contenus dans les conserves peuvent avoir des effets néfastes sur la santé (allergies, ulcérations…).

Pour les fruits et légumes bruts, le meilleur mode de conservation est la surgélation car il préserve les vitamines. Il vaut mieux préférer ces produits surgelés aux conserves.

Manger peu calorique

Les okinawaiens mangent peu calorique par choix et non pour des raisons économiques (1800 calories par jour contre 2300 pour un français et 2500 pour un américain). Ils considèrent l’alimentation comme une médecine.

Certains autres « peuples sans maladies » limitent leurs calories pour des raisons économiques.

Ne pas fumer

Pour des raisons religieuses seuls 7% des mormons fument contre 24% de la population totale américaine.

Pour mémoire, voici un rappel des maladies liées à la consommation de tabac :

  • cancers des poumons et des voies aéro-digestives supérieures (rissques mutipliés par 40 pour un buveur)
  • maladies cardiovasculaires et cérébrovasculaires
  • maladies respiratoires
  • baisse et perte de la vision
  • baisse de capacités sexuelles et de la fertilité
  • carences en vitamines A et C
  • vieillissement accéléré de la peau

Ne pas boire d’alcool

Pour des raisons religieuses les mormons sont extrêmement peu nombreux à boire de l’alcool.

Une consommation (excessive ?) d’alcool accroît les risques de plusieurs maladies :

  • cirrhose et cancers (pancréas, coloréctal, sein et voies aéro-digestives supérieures)
  • maladies cardiovasculaires et cérébrovasculaires
  • dépendances et problèmes psychologiques et sociaux
  • insomnie
  • baisse des capacités sexuelles et de fertilité
  • carences en vitamines du groupe B

 

Résumé et remarques

L’alimentation permet d’apporter l’énergie nécessaire au fonctionnement de notre corps mais est également « une médecine de vie » comme l’ont bien compris les habitants d’Okinawa au Japon : certains aliments malsains, consommés trop régulièrement, de même qu’une alimentation globalement déséquilibrée, tendent à multiplier les risques de contracter certaines maladies.

Inversement, une consommation régulière d’aliments sains tend à préserver la jeunesse du corps et à prévenir l’apparition de dizaines de maladies, dont les deux premières causes de mortalité en France, la crise cardiaque et le cancer mais aussi de l’ostéoporose, de l’arthrite, des maladies oculaires.

Les aliments à privilégier :

  • produits issus de l’agriculture biologique : l’inscription A.B figure en général sur ces produits :-D
  • beaucoup de fruits frais (fruits rouges, agrumes, tomate, abricot, pomme), de fruits secs (amande, noix), légumes frais (choux), légumes secs
  • produits surgelés non cuisinés
  • fruits et légumes crus avec la peau
  • des céréales complètes plutôt que des céréales raffinées
  • des poissons, fruits de mer, oeufs
  • algues et soja
  • jus de fruits et légumes, eau de source, eau minérale, thé vert
  • ail, oignon, échalotte, épices, herbes aromatiques
  • sucre complet, miel, sel gris
  • huiles végétales (olive, colza)

Les aliments à limiter ou éviter :

  • plats préparés, produits allégés
  • limiter le sucre et le sel
  • viande (rouge)
  • produits laitiers : beurre, crème, fromage…
  • huile de tournesol, huile de pépins de raisin
  • eau du robinet, café, sodas
  • desserts, sucreries : pâtisseries, viennoiseries, barres chocolatées, biscuits industriels…

Quelques habitudes concernant les modes de cuisson :

  • privilégier les fruits et légumes crus, la cuisson à la vapeur, à l’étouffée, au wok, blanchiment
  • de temps en temps la cuisson à la poêle ou la cuisson à l’eau
  • éviter les fritures, le four à micro-ondes, le barbecue

Quelques autres bonnes habitudes santé :

  • manger peu calorique (ne pas sortir de table le ventre plein)
  • éviter de sauter les repas, manger lentement pendant au moins 20 minutes
  • éviter de boire de l’alcool et de fumer

Certaines idées du livre n’ont pas été reprises dans cet article volontairement faute de consensus sur certains aliments : les arguments sur les effets de l’alimentation sur le cholestérol cités dans ce livre n’ont pas été cités volontairement à cause de la polémique soulevée par Michel de Lorgeril et Philippe Even. Selon eux le cholestérol est une molécule indispensable et les satines, médicaments pris pour lutter contre le cholestérol, ne sont d’aucune utilité.

De même l’auteur recommande de faire trois repas par jour mais d’autres spécialistes de la nutrition recommandent de faire des petites collations dans la journée en plus.

Enfin la question du vin rouge a été abordée dans cet article et dans le précédent. Le livre a été édité en 2007 et il est possible que l’auteur n’ait pas eu connaissance des dernières études notamment celles de l’institut national du cancer (INCA).

Le livre met l’accent sur le principal facteur à savoir l’alimentation. Cependant il ne faut pas négliger d’autres facteurs qui influencent la santé : l’activité physique et sportive, la qualité de l’air (pollution), le stress, le sommeil, les rayonnements électromagnétiques, les radiations…

Plus d’informations et de détails dans le livre avec notamment une liste d’aliments à privilégier et à éviter à la fin.

Source : http://message-universel.info/blog/2013/06/22/ces-peuples-sans-maladies/

Repost 0
Published by L'archipélien - dans document
commenter cet article
24 juin 2013 1 24 /06 /juin /2013 18:31
Les produits chinois envahissent le marché français : vêtements, aliments, meubles, ordinateurs, téléphones, jouets et ils ont déjà suscité maints problèmes et de multiples polémiques.
 
La dernière en date : des employés du géant de la logistique Kuehne-Nagel travaillant dans un entrepôt de Lieusaint, en Seine-et-Marne, ont été victimes de démangeaisons et de plaques rouges après avoir transporté des colis provenant de Chine. On peut, dès lors, parler d'"urticaire chinoise".
 
Dix-sept personnes ont été traitées et passées à la douche par les pompiers de Seine-et-Marne. Trois d’entre elles ont même été conduites à l’hôpital de Melun. Le lendemain, le vendredi matin, neuf autres employés du site ont été atteints de démangeaisons du même type.
 
La contamination a enfin touché des policiers du commissariat de Moissy-Cramayel qui ont manipulé des échantillons de cartons contenant des téléphones portables.
 
JPEG - 90.9 ko
 
Comment expliquer un tel phénomène ? D'où vient cette urticaire ? Le responsable serait un "biocide", produit destiné à détruire des organismes nuisibles, des sortes de pesticides, donc.
 
En tout cas, l'effet produit dépasse toutes les espérances puisque cette substance destinée à protéger les emballages s'attaque même à la peau et d'une manière durable : elle est susceptible d'induire des urticaires très violentes et difficiles à traiter.
 
On se souvient de "l'affaire des canapés qui grattent"provenant de Chine : certains consommateurs français avaient été victimes de démangeaisons et d'eczémas infligés par la présence d'un antimoisissure toxique. On avait détecté la présence de diméthylfumarate, un antifongique interdit par la législation française.
 
Les chinois semblent devenir des spécialistes des produits toxiques. D'ailleurs, la pollution atteint des niveaux records dans ce pays : rivières, alimentation, atmosphère viciées...
 
Un avertissement vient d'être lancé par le gouvernement chinois : on emploie les grands moyens : les crimes de pollution les plus graves pourront être sanctionnés de la peine de mort !
 
La pollution est si grande, si répandue en Chine qu'elle suscite de plus en plus de mécontentement dans les zones urbaines mais aussi dans les campagnes.
 
La mondialisation fait que toutes sortes de produits se retrouvent sur le marché français : il serait bon de vérifier ces marchandises et de les soumettre à un contrôle strict, sinon, il faut prévoir de nombreux problèmes sanitaires...
 
Sources : Le Parisien / Le Monde ©Rosemar
 
JPEG - 40.2 ko
Repost 0
Published by L'archipélien - dans actualités
commenter cet article
23 juin 2013 7 23 /06 /juin /2013 18:27
Les personnalités trop agressives intéressent les psychologues, mais celles qui ne savent pas se défendre les intriguent aussi.

Évidemment, en termes de prévention, il y a urgence, d'où la grande quantité de travaux publiés chaque jour sur les mécanismes de la violence et les nouvelles formes qu'elle prend: «bullying» (harcèlement, intimidation) chez les ados, harcèlement moral au travail ou dans le couple, sociopathie… Dans ces cas, l'agressivité, qui est au départ l'énergie de vie nécessaire au fait de se frotter au monde, d'y prendre sa place, a été détournée pour dominer un autre.

Cependant, à s'intéresser aux «trop agressifs», les chercheurs en viennent aussi à tenter de comprendre leurs victimes: pourquoi certaines personnes ne parviennent-elles pas à se défendre même dans les interrelations les plus quotidiennes? Le psychiatre et thérapeute familial Reynaldo Perrone, spécialiste de la violence et des abus sexuels, s'est un jour tourné vers ces personnalités en «position basse», celles qui ont du mal à s'imposer. «Alors que tout être vivant, dans sa niche écologique et ce monde hostile, a besoin d'une dose d'agressivité pour se défendre des aléas de l'interface avec autrui et de l'inévitable tendance à l'expansion de ses congénères, ces personnes montrent un défaut d'instrumentalisation de la nécessaire agressivité.»

Capacité à dialoguer

L'avocat Thomas d'Ansembourg, auteur du best-seller Cessez d'être gentil, soyez vrai (Les Éditions de l'Homme), le constate lui aussi dans les ateliers de communication non violente qu'il anime: «En matière de “trop-plein” ou de “pas assez”, les niveaux d'agressivité sont également répartis entre les participants, observe-t-il. Il y a d'un côté ceux qui, manquant d'assertivité, ne peuvent recevoir la colère d'un autre sans être tétanisés, et de l'autre ceux qui ne peuvent s'exprimer sans prendre le pouvoir et agresser. Les deux attitudes compromettent évidemment les relations fluides et riches vers lesquelles nous rêvons tous d'aller.»

La solution? Apprendre, pour chacun, à gérer «la force» dont il dispose. Et selon Thomas d'Ansembourg, cette grande bascule se fait lorsqu'on comprend qu'on n'a pas besoin de diriger son agressivité contre l'autre, mais bien plutôt de la canaliser pour «être avec». Selon lui, les couples qui durent ont particulièrement développé la capacité à dialoguer sans que l'un investisse totalement le territoire de l'autre ou tente de le soumettre. «Mais attention, prévient-il, de se garder de toute naïveté: une bonne morale ou la religion ne suffisent plus aujourd'hui. Cet apprentissage nécessite le plus souvent un vrai travail, notamment en termes de connaissance de soi, pour parvenir à respecter à la fois son espace et celui de l'autre!»

«Le syndrome de l'ange»

Reynaldo Perrone a de son côté identifié un ensemble de comportements caractérisant un type de personnalité jusque-là mal connu et ayant une manière spécifique de détourner son défaut d'expression de l'agressivité: «le syndrome de l'ange» le décrit remarquablement dans le livre éponyme qu'il vient de publier (ESF Éditeur). Ceux qui en sont porteurs transforment leur carence en sublimant la représentation qu'ils ont d'eux-mêmes. Ils se situent systématiquement au-dessus des autres, du bien et du mal, dans une bulle «célestiale». L'agressivité semble ne pas les toucher car, selon eux, elle n'est qu'un aspect «misérable» de l'humanité.

«Contrairement aux “passifs-agressifs” qui, envieux des autres, se plaignent tout le temps, voudraient avoir des positions de contrôle mais sont incapables de les assumer, les “anges” réussissent plutôt bien socialement, observe Reynaldo Perrone. Mais dès qu'ils vont avoir à défendre leur place, les situations se gâtent pour eux: ils préféreront s'isoler, se réfugier dans la “position pure” de ceux qui n'ont pas besoin de descendre dans le monde pour se jeter dans la compétition… et compromettent ainsi leurs chances de vraiment faire reconnaître leurs talents.»

Contrairement aussi à ceux qui, manquant d'assertivité, en souffrent et souhaitent changer une telle situation, les «anges» ont trouvé la parade: ils ne demandent rien puisqu'ils se sont repliés dans un amour d'eux-mêmes qui les maintient «au-dessus du lot». En revanche, leur entourage, lassé de leur tendance à l'inaccessibilité, de leur manque d'engagement et de leurs attitudes éthérées, «craque» et peut demander une prise en charge thérapeutique, de couple ou familiale. C'est alors que les difficultés commencent. «Il est plus facile d'aider celui qui doit contenir son agressivité parce qu'il en a trop, que celui qui n'en a pas et avec lequel toute une matière est à créer», observe Reynaldo Perrone.

L'énergie de contribuer peut cependant prendre le relais et devenir moteur, selon Thomas d'Ansembourg: «Rester un gentil garçon ou une gentille fille incapables de se frotter aux autres et de leur résister condamne à des relations pauvres», estime-t-il. Paradoxalement, c'est donc en osant parfois s'opposer qu'on devient capable de vraies rencontres.

 

 

©Pascale Senk

Repost 0
Published by L'archipélien - dans psychologie
commenter cet article
21 juin 2013 5 21 /06 /juin /2013 17:52

 Moi Président, il y aura des dissidents politiques en prison.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2 mois fermes.

 

Ce qu’on lui reproche : Avoir fui devant une charge de CRS. Arrêté comme des centaines d’autres manifestants pacifiques depuis le début des manifs pour tous, il a refusé d’être fiché par prélèvement d’ADN et empruntes digitales.

 

Rébellion.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ca ne se passe pas en URSS, ce n’est pas le Chili de Pinochet.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C’est la France mondialisée de 2013, sous la présidence normalisatrice de Hollande, jugée encore trop timorée par le sinistre commissaire politique de Bruxelles.

 

Aujourd’hui en France il y a un prisonnier politique. Que ferez-vous ? Allez-vous rester chez vous en vous disant : « Ils ne sont pas venus pour moi » ? Allez-vous abdiquer vos responsabilités de citoyen, ce semblant de souveraineté populaire qu’on ne nous reconnaît plus que dans les beaux discours ?

 

Nicolas est le premier. Il est condamné à la prison ferme parce qu’il a défendu son droit à ne pars être fiché dans le serveur de données biométriques centralisé de Bruxelles en raison de ses opinion. Un système qui ferait pâlir de jalousie la Stasie est-allemande.

 

En défendant ses droits d’avoir une libre opinion, de manifester, de ne pas être fiché par une police politique pour avoir exprimé son opposition au gouvernement, Nicolas ne défendait pas que sa personne.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il défendait aussi vos droits à vous. Même si vous ne partagez pas ses opinions. Il défendait votre droit d'avoir et d'exprimer des opinions.

 

Si nous acceptons qu’en France on puisse jeter en prison un homme pour ses opinions, demain, vos fils et vos filles vivront dans un monde où ils auront peur de penser.

 

 

 

 

Dimanche 23 juin, il y aura une manifestation de soutien à Nicolas. Le lieu n’est pas encore connu. Aujourd’hui, vous prenez vos responsabilités.

 

Aujourd’hui, vous décidez si vous serez un citoyen ou un sujet. https://www.facebook.com/events/142...

 

Article relayé

Repost 0
Published by L'archipélien - dans politique
commenter cet article
20 juin 2013 4 20 /06 /juin /2013 17:30

Le sang des lauriers.

Des  Jocrisse

En héros encensés.

Hante les chœurs

Des coalisés de  haine.

Oh ! Drones  sauveurs

D' empires d'occident  dévoyé.

Par tant d' intrigues Onusiennes.

Repost 0
19 juin 2013 3 19 /06 /juin /2013 18:21

Daniel m'avait informé de son projet de voyage pour St barth la veille de son départ et , à aucun moment j'ai pensé au pire ,même si je savais qu'il n'était pas en état  physique  optimum pour relayer Jean Louis .

 

Manoeuvrer un  voilier  jour et nuit n'est pas chose facile .Il faut constamment rester vigilance car les aléas de la navigation peuvent vous surprendre à tout instant : Vague de travers , changement d'oriention du vent , voie d'eau, bris de mat, avarie électrique  entre autres .

 

Que s'est il passé depuis Dimanche 9 Juin ? Ont ils fait naufrage ou ont ils eu des avaries sérieuses ou point de n'être pas parvenus à rejoindre les nombreuses îles qui arpentent leur destination ?

 

Je n'ose pas imaginer un seul instant qu'ils ne soient pas en vie quelque part à attendre que les secours arrivent.

 

Daniel et Jean Louis je prie le ciel que l'on vous retrouve sains et saufs !

 

 

 

Repost 0
Published by L'archipélien - dans actualités
commenter cet article
19 juin 2013 3 19 /06 /juin /2013 17:30

Voici ci-dessous le texte de cette lettre :

"Cher Nicolas, très brièvement et respectueusement",

"1) Je suis à tes côtés pour te servir et servir tes projets pour la France.

2) J'ai fait de mon mieux et j'ai pu échouer périodiquement. Je t'en demande pardon.

3) Je n'ai pas d'ambitions politiques personnelles et je n'ai pas le désir de devenir une ambitieuse servile comme nombre de ceux qui t'entourent dont la loyauté est parfois récente et parfois peu durable.

4) Utilise-moi pendant le temps qui te convient et convient à ton action et à ton casting.

5) Si tu m'utilises, j'ai besoin de toi comme guide et comme soutien : sans guide, je risque d'être inefficace, sans soutien je risque d'être peu crédible. Avec mon immense admiration. Christine L. "

Repost 0
Published by L'archipélien - dans document
commenter cet article
18 juin 2013 2 18 /06 /juin /2013 17:30

Cancer : toute la vérité, rien que la vérité...

Une étude qu'on croyait avoir mise sur une haute tablette, hors de portée des enfants, vient de tomber entre toutes les mains. Vous savez la chimiothérapie, le fleuron de la science médicale, notre Ligne Maginot contre le cancer ou l'on a investi tant de notre fric et de nos espoirs ? Eh bien elle ne sert à rien ! Plus souvent qu'autrement, elle nuit... Ce sont ceux qui l'ont bâtie qui nous le disent.

Nos ingénieurs en santé ont flambé le poignon au Casino, posés quelques blocs de béton au hasard, mais s'ils voient un casque pointu sur les crêtes des Vosges, ils ne pensernt pas plus à s'y réfugier en s'écorchant aux barbelés qu'à aller se terrer dans une vieille tranchée à Ypres ou Verdun. Atteints d'un cancer, 75% de médecins refuseraient le traitement par chimiothérapie. Choquant, vous ne trouvez pas ?

Ils nous ont menti ? Disons quelques sérieuses restrictions mentales, : le suggestio falsi et le suppressio veri des théologiens.... Et alors ? Alors, on ne regarde plus papa et maman de la même façon le premier Noël où l'ont sait... On vient, en voyant s'évanouir le Père Noël, de comprendre la notion de complot. On cesse d'être un enfant.

Le premier impact de cette révélation/aveu sera une énorme perte de confiance. Peu importe que c'ait été "pour notre bien'. On ne leur pardonnera pas de nous avoir transformés en bourriques. Surtout, parce que l'on ne se pardonnera pas à soi-même d'avoir cru que le gros bonhomme passait par la petite cheminée et que les cadeaux se payaient en amour plutôt qu'en argent. On a été bien naïfs. Désormais on va se méfier.

C'est la conséquence la plus grave de cette entorse à la vérité, car dans les faits, on se doutait bien que la chimio ne fonctionnait pas toujours et qu'en fait la médecine elle-même ne fonctionne vraiment JAMAIS, puisqu'on meurt toujours.... Ce ne sont donc pas les faits qui causent problème, ce sont les perceptions. La médecine nous a trompé. Ça apporte un nouvel éclairage et ça oblige à regarder de plus près...

Ces examens de routine à grand frais, pour sortir en guise de diagnostic des colonne de chiffres sur tout que que contient votre corps - chiffres qui sont toujours trop haut ou trop bas, car l'intervalle de confiance est devenu une notion gênante - c'est bon pour la santé ... ou juste pour les fabricants de pilules de la veille, préventives de malaises qu'on n'a pas ressentis et que l'on n'aurait peut-être jamais eus ? Méfiance...

Quelqu'un a-t-il cherché une corrélation entre l'augmentation du nombre de cancers du poumon, il y a une génération, et l'universalisation de la radiographie pulmonaire ? S'est-on demandé, si les pays sous-développés où il y a moins de cancers, n'en auraient pas moins, en partie, parce qu'on en cherche moins ? ... Des questions qui mènent à des conclusions parfois contradictoires, troublantes si la confiance n'est plus là.

Attention ! Ne pas dire tout de go que la médecine moderne qui vit en symbiose avec le pharmacien est une salope,... mais elle mène une vie bien libre, et son Jules n'est jamais bien loin.

Triste, et il y a pire. La médecine qui nous a trompé... c'est la science qui nous a trompé. Scientifiques, comme les politiques, nous enfumeraient-ils donc quand ça les arrange ? Comment dès lors avoir ce qui est vrai et ce qui est faux ? Comment savoir pour les changements climatiques, c'est déjà bien confus. Comment savoir pour la nocuité vraie ou supposée de l'aspartame, pour les vrais conséquences à moyen terme de Fukushima, pour celles de l'uranium appauvri épandu en Irak et en Libye ? Savant chéri, tu m'as menti pour le Père Noël. Enlève ta main de mon entrejambes et, pendant qu'on y est, je voudrais revoir ces photos de l'homme sur la Lune et des tours qui tombent ... Je me méfie.

Evidemment, le gros problème, c'est cet "intervalle de méfiance qui va s'élargir", mais il y a aussi une révision à faire de nos objectifs en santé. Car prendre conscience de notre impuissance face au cancer ne changera rien aux statistique de décès - qui sont et resteront de une mort par habitant - et, sauf impact que l'on ne connaitra que plus tard, l'on ne mourra sans doute pas significativement plus tôt ou plus tard du cancer parce qu'on aura dû renoncé à un traitement dont on aura posé au départ qu'il est inefficace. Les fats ne changeront pas beaucoup... Mais cette nouvelle donnée peut changer radicalement notre attitude face au cancer et face à la vie et la mort

Un traitement par chimiothérapie faisaitt oublier l'inévitabilité de la mort pour lui substituer la quête de quelques années de survie, même si, selon les mots de l'Ecclesiaste, "on dirait qu'on n y a pas pris de plaisir". En enlevant cette distraction, on ramène la question de la mort à son essentiel : un dur moment à passer dont l'instant précis est infiniment moins important que la façon dont il se passera.

C'est une nouvelle attitude qui peut être l'occasion de réorienter nos priorités en médecine pour en finir avec des idées moyenâgeuses. Nous faire accepter une perspective hédoniste, celle que sans encore le dire notre société veut privilégier.

Dans une perspective hédoniste, la première priorité est mise sur une "médecine de sortie". Tout est fait pour que chacun puisse avoir une mort sans souffrances, sans angoisses, sans anxiété. C'est la priorité absolue, puisque c'est le seul mal dont il est certain que nous devrons tous être soulagés. Tout le reste vient après....

Quand le cancer n'a plus de cure crédible, il devient plus urgent de cesser de confondre à plaisir l'euthanasie - qui ne doit JAMAIS être imposée - avec l'assistance médicale au suicide qui doit TOUJOURS être facilement accessible à l'individu majeur et sain d'esprit.

Cet individu majeur et sain d'esprit doit avoir le chois de mettre fin à ses jours vie dans les conditions les plus douces. L'Hédonisme est roi. On doit bien sûr s'assurer que son choix est libre et réfléchi, mais il est indécent de s'ingénier à le contester et à le contrarier. Il est au contraire raisonnable que l'individu soit préparé psychologiquement à ce choix par son éducation et que la sagesse populaire la favorise au lieu s'y opposer.

Ne vaut-il pas prendre cette approche hédoniste et mieux s'occuper de la mort inévitable et de ce qui la précéde plutôt que que de conduire aveuglement la médecine dans le cul-de-sac d'un acharnement thérapeutique qui cache souvent des intérêt inavouables ?

A ce sujet, la prise de position des spécialistes en soins palliatifs au Quebec contre toute assistance médicale à la mort n'est-elle pas bien typique, dans son égoïsme et sa fermeture à toute discussion, de l'obscurantisme qui prévaut sur cette question ? Quand la chimiothérapie apparait comme un leurre, ce refus de tout faire pour rendre la mort plus douce ne devient-elle pas encore plus obscène, caricaturale d'une médecine qui est partie du problème plutôt que de la solution ?

Je reviendrai sur cette attitude dans un autre article. Tenons-nous en aujourd'hui au scandale de la chimiothérapie. Disons clairement qu'elle ne semble hélas, aujourd'hui, ni la solution ni même une voie rationnelle vers le modeste gain d'un court répit et d'un peu de bien être. Il semble bien, au contraire, qu'il chercher ailleurs et chercher autre chose. Il ne faudrait pas que le désir de sauver la face ou de protéger un ivestissement prenne le pas sur une réorientation des traitements et des buts de la médecine.

Cela, sans affirmer trop rapidement que la voie de la chimiothérapie, soit définitivement bloquée ; il n'est pas certain que quiconque aujourd'hui en ait la certitude. Il est donc sans doute souhaitable que certains individus aient la noblesse et le courage de s'offrir comme cobayes pour l'avancement de la science, permettant ainsi que cette voie de recherche ne soit pas totalement fermée. Mais il serait répugnant que l'on obtienne leur collaboration à ces expériences en leur faisant miroiter de faux espoirs.

Il faut dire la vérité, toute la vérité et s'abstenir de promettre des rémissions miraculeuses que les statistiques ne confirment pas et une qualité de vie durant ces rémissions à laquelle il semble bien que les médecins eux-mêmes sont les derniers à croire.

Ce rapport sur la chimiothérapie crée une situation difficile dont les effets vont se faire sentir en cascades, sur la médecine, sur notre rapport à la science, à la loi et la gouvernance, à la religion et la morale, à notre vision du monde, à la vie et la mort.

On se souviendra du jour où ce rapport est venu tout déranger. Peut-on vivre sans Père Noël ? Peut-on vivre sans une baguette magique ? Certes, mais il va falloir en discuter entre adultes. Faison-le et nous nous en porterons mieux.

 

 

Auteur: Pierre JC Allard

Repost 0
Published by L'archipélien - dans document
commenter cet article

Profil

  • L'archipélien
  • Le monde est dangereux non pas à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire” Einstein.
  • Le monde est dangereux non pas à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire” Einstein.

Archives