Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 janvier 2014 3 08 /01 /janvier /2014 15:52

Ainsi, nous avons tous en nous,  une intelligence créative et une intelligence analytique qui s'inhibent ou qui s'expriment à la croisée des chemins  du réel ...Toi , moi , nous , à égalité . Vivre  et se connaitre,  c'est savoir  s'évader en poésie, se tracer une voie dans l' entre-deux  du réel et de  l'imaginaire  de l' homme qui se pense résolument libre   ( l'archipélien).

 

Dans l'article ci-joint , l'auteure ,  nous fait partager sa passion de la poésie ,à l"aide de  textes ;-empreintes de son itineraire de vie .

 

 

Dans quelle mesure la poésie est-elle capable d'initier un chemin et si cela est possible comment l'empreintons-nous ?

Si quelqu’un me posait la question : quels sont les ouvrages que vous souhaiteriez laisser après vous comme ceux qui vous expriment le mieux, je répondrai sans hésitation mes recueils de poésie, c’est-à-dire l’ensemble des textes que j’ai écrits depuis mon adolescence jusqu’à ces dernières années, et dont j’ai réuni les plus significatifs sous le titre "Profil de la Nuit". La poésie marque un tracé, aussi sensible que celui enregistré lors d’un électrocardiogramme, de cette voix intime qui ne cesse de murmurer en nous. Certains ont parlé d’une petite musique intérieure. Il y a de cela, c’est en tous cas notre façon personnelle de nous ré-approprier le monde, de l’humaniser selon nos propres critères, de le rendre conforme à cette part de nous-même qui a cheminé en poésie comme on fait route vers l’ailleurs, comme on envisage un voyage au long cours, dans le souci constant de s’y ressourcer, de s’y émerveiller, peut-être d’y renaître. 

 Cependant n’allez pas croire que je place le poète sur une quelconque Olympe, que j’en fasse un être supérieur aux autres. De quelle singularité pourrait-il s’enorgueillir sinon celle de traduire en mots, plutôt qu’en notes ou en touches de couleur, les impressions et les émotions qui ne cessent de nous assaillir. Aucun mot n’a en lui une vertu poétique et, inversement, aucun mot qui ne puisse un jour servir la poésie. Et puis si l’on s’en tient à cette vérité que la poésie est présente partout, et d’abord dans la nature, chacun n’a-t-il pas accès à elle, chacun n’est-il pas poète à ses heures ? La poésie est ce fond commun où nous puisons ensemble et que certains se sont appliqués à restituer grâce au langage, afin de ré-enchanter la terre, car à quoi bon écrire si l’on n’efface pas la laideur du monde ?


Vint le poète
Celui qui habitait sur l’autre rive,
Le colporteur de mots, le convoyeur de songes.
Il connaissait les mystères du langage,
Les messages des vents,
Des eaux la pente au dur partage.
Il ouvrait une faille à la mémoire,
Sondait l’invisible et les âmes.
Il arguait sur le devoir, sur la souffrance et sur le mal.
Cet homme parlait de ce qu’il savait,
Des vendanges, des moissons et des semailles.

Il parlait une langue
Qu’aucun des hommes présents ne se souvenaient avoir entendue,
Nulle part,
Ni dans les colloques des princes,
Ni dans les grands amphithéâtres,
Ni même dans les conclaves…
Peut-être en avaient-ils saisi des bribes
Dans le murmure des galets.
Et cet homme avouait : je suis venu assumer l’inexprimable.



Le rôle du poète est donc de susciter une émotion, de capter, de saisir - et cela avec le vocable ordinaire - ce qui est, par principe, imprévu, passager, insaisissable, de créer une parole neuve et différente, une autre tonalité. Le voici donc aux prises avec "cette matière mouvante et impure" - disait Valéry qu’est le langage, cherchant non à décrire le réel mais à le faire apparaître autrement, cela par un rapprochement insolite des mots. Pour atteindre cette perception particulière, il va inventer des rythmes et des harmonies, créer une syntaxe, procéder à des analogies et des métaphores. Car si l’œuvre parle, elle ne parle pas en terme de raison logique. Non que le sens logique ait disparu, mais il a été absorbé, remanié par le sens poétique. Nous avons affaire à une raison intuitive qui fonctionne de manière non rationnelle et sommes en présence d’un être qui façonne la matière de son art de façon à atteindre une émotion capable d’attirer l’esprit vers plus de connaissance ou, du moins, vers une connaissance plus sensible. Car la poésie n’est jamais plus grande que lorsqu’elle éveille la surprise, provoque l’émerveillement. L’art est plus que la vie - affirmait Proust, tant il est à la fois notre regard le plus vrai et notre interrogation la plus juste. Et créer, n’est-ce pas d’abord se créer ? Terre Promise, mon recueil de jeunesse, qui ouvre mon itinéraire poétique, n’est pas à proprement parler une quête égocentrique du soi, mais une quête de soi dans le regard de l’autre. Le « qui suis-je » devient le qui suis-je pour l’autre ? Ou mieux encore : puis-je être sans l’autre ? Et si "je suis" pour cet autre qui m’interpelle, comment pourrons-nous avoir part ensemble de ce qui est ?


La lande sentait la bruyère. Je revenais
Des rives sacrées de l’enfance,
Là où prophétisent des dieux de mousse.
Le matin même, j’étais partie à la recherche
De mon ombre parmi les hommes,
Ombre à la géométrie du pavé,
Ombre au rythme du pas.
Je me souvenais d’elle comme d’un songe.
Présence aveugle qui roulait dans le temps
Et pour qui l’heure avait un sens.


Cet autre soi-même ou ce plus que soi-même inspirera à Malabata, le poème de mes 30 ans, son chant le plus poignant, lorsque réalisant qu’il n’est rien sans l’autre, il l’appelle de ses vœux :

Quel est ce chant qui s’élève, 
Est-ce la caresse du vent,
Le hululement de la chouette,
Est-ce le chuintement de la source
Ou la corne d’ambre au loin ?
Quelle est cette voix qui m’appelle,
Cette voix semblable à la mienne,
Je la veux entendre encore ?
Est-ce l’appel d’une sœur, d’une mère
Qui prononce ainsi mon nom ?
Vents, retenez vos souffles.
La voix de ma sœur monte suave, profonde, charnelle.
Voix si longtemps attendue,
Douce comme une promesse,
La folie me saisit et je pleure
À l’appel simple de son cœur.

A son tour la femme répondra à cet appel et ensemble ils concevront un monde à leur ressemblance et lui donneront existence, non seulement par la parole qui informe mais par le sentiment qui la rend sensible au cœur.

Ton ombre est restée prisonnière des saules
Dans la nuit musicale où les ténèbres parlent à mon oreille.
Le temps a mis en gerbes ses moissons,
Disjoint les pierres qui jaunissent au soleil.
Tout avait commencé, ainsi tout va finir,
Le vent comme la pluie scelleront en nos mémoires de tragiques espoirs.
Nous saurons un matin nous éveiller ensemble,
Sans rien attendre de l’empire des songes,


Nous tisserons notre destin qui nous fera aigle ou colombe.

Quelle clarté nocturne
S’est aventurée dans tes yeux,
alors que je te contemple,
Que l’ombre te redessine,
Que peut-être je t’invente,
Que sans doute je te fais roi ?

ADVERTISEMENT


Car nous régnerons,
Nous qui avons épousé
La jeunesse de l’eau.
Nous régnerons
Dans l’immobile noyau de notre songe.
Probablement est-ce là
Que les choses cesseront d’être mortelles,
Que l’éternité prendra feu,
Que ta royauté me fera reine.

Scrupuleuse, je définis ta place parmi nous,
J’élargis le cercle où tu figureras,
Je ferme toutes ouvertures sur le réel,
Afin que le foyer soit clos infiniment
Sur nos longues nuits désirantes.
Ensemble, nous veillerons le feu.
Je te dirai : recueille-toi, la haute chambre
Dévoile son secret,
L’astre franchit l’augure,
La matière se libère et s’aimante,
N’est-ce pas enfin l’obscur qui consent ?

(…)

Ne dis rien. Préservons ensemble
Le temps qui dort,
Tenons à l’abri la songeuse espérance.
Au-dehors, laissons le bruit battre à la vitre,
L’horloge égrener son chant funèbre,
Écoutons le râle de la mer et les vents, venus d’ailleurs,
Nous bercer de la complainte des lointaines terres.
Regarde-moi, dans ce demi-jour ou cette demi-nuit
Me chauffer au feu qui décline,
Me taire pour te mieux entendre,
Pour te mieux connaître me recueillir dans ton absence.
Tout en moi se fait l’écho de toi.
C’est une vibration intime qui s’exaspère,
Un prolongement irrésistible ; de l’un à l’autre
Vers ce qui recule et s’espère.
Deviner ton pas quand tu viens,
Quand tu pars le supporter qui s’éloigne,
À chaque instant te découvrir,
Te rejoindre en chaque pensée,
Dans l’aube qui se défroisse,
Ô songeuse espérance,
Ne point laisser place à l’angoisse.

(…)

J’entends des rumeurs : des voix nous disent
Que le temps a achevé son œuvre.
Ne craignons pas, tout le fini s’efface.
Ce n’est plus l’heure du doute et de l’effroi.
Quels feux illuminent nos saisons,
Quelle brume cache le provisoire à nos yeux ?
Et pourquoi nos paupières seraient-elles lasses,
Alors que l’on surprend des rires et des chants,
Que pas à pas nous avançons
Dans l’ivresse sainte du pardon ?


Armelle BARGUILLET HAUTELOIRE ( extraits de PROFIL DE LA NUIT )

 

Repost 0
Published by L'archipélien - dans Liens
commenter cet article
7 janvier 2014 2 07 /01 /janvier /2014 14:02

L’unanimité médiatique et politique autour de Valls m’est pénible. J'ai entendu dire ce matin sur BFM qu'avec certitude sa nomination à Matignon n’était plus qu'une question de temps, que Hollande l'avait choisi dès décembre compte tenu de sa poigne et de sa popularité, qu'il attendrait sûrement l'après municipale pour l'annoncer. J’ai vu ce même Valls rouler les yeux et les mécaniques sur Canal hier soir. Genre, Dieudonné est un salaud, je vais me le faire. 

C’est exactement en ces termes que la partie se joue. Si Valls avait dit : "nous allons porter plainte". Si Valls avait joué la collectivité, l’idéal de justice en faisant confiance au droit et aux Institutions, s’il avait laissé faire la justice et attendu que la sentence tombe, je n’aurais rien à dire. Là, il nous la fait à la Sarkozy. Je ne vois aucune différence entre eux.

Quand Valls dit qu’il va faire interdire les spectacles de Dieudonné ou que ce salopard n’est pas un humoriste mais un homme politique haineux et raciste, il incarne la loi, décide de ce qui est juste, de ce qui est un spectacle ou un meeting, avant que la cause ne soit entendue ou débattue. Il se moque du monde. Filippetti ou Taubira auraient dû l’ouvrir et lui dire de ne pas empiéter sur leurs plates bandes. Elles n’ont rien dit, puis, coincées, ont approuvé.
 
On voit bien que ce qui se joue entre eux est ailleurs, dans le futur casting gouvernemental. Mais passons... Valls, comme Sarkozy - même poids plume, mêmes communicants, même manière d’exhiber sa nana dans Match (putain quelle honte), agit en ce moment en sniper sans s'en remettre à la loi, au droit, à la justice. Il se la joue frère et protecteur de la communauté juive (c’est lui qui le dit et utilise ces mots). C’est une posture minable, une attitude de cours de récré. Tare ta gueule, man. C’est de la branlette politique à courte vue. Valls s’identifie aux juifs qu'il dit humiliés par le méchant M’bala M’bala. Mais l’autre est grand, con et costaud. C’est vraiment comme à l’école. C’est de ce niveau. Putain, il a retroussé ses manches, il va lui faire une super prise et lui casser sa gueule.
 
Valls est passé à l’acte fin décembre sans en référer à Matignon ou à l’Elysée. Et évidemment encore moins aux gonzesses du gouvernement. C’est son côté petit macho teigneux. Comme l’autre, je vous dis. Et Hollande, en caricature de lui même… Vous savez, le petit gros genre premier de la classe qui réfléchit toujours trop et laisse faire les copains avant de prendre sa décision.
 
« Denis Robert - Acrylique sur papier »Chaque jour en ce moment, je me dis que je vais la fermer et passer à autre chose. Mais chaque fois, le spectacle politique et médiatique me plombe. Je vois la catastrophe arriver. Réfléchissez deux secondes… Imaginons que Valls l’ait bouclé entre Noël et Nouvel An, qu’il se soit contenté de faire trempette en Bretagne… Que se serait-il passé avec Dieudonné, Soral et toute cette bande d’allumés ? Que dalle. On n’en aurait pas parlé. On aurait peut-être parlé de la courbe du chômage, des Goodyear, des océans pollués ou des banquiers qui continuent à nous siphonner. Mais non, ce trou du cul de Valls l’a ramené. Il a réagi en Grand frère voulant se taper le méchant. Il est passé à l’acte sans médiation. Un coup de force politique et médiatique. Et ces éditorialistes ou ces patron de journaux qui cherchent des postes lui ont emboîté le pas.
 
C’est ça la politique, man. Et bien, non. Ça, c’est faire de la politique. C’est user de stratagème pour arriver au pouvoir, c’est penser que la fin justifie les moyens. La politique, c’est de la réflexion, du recul, de la dignité. Là, c’est indigne. En montant en épingle à des fins politiques un événement qui ne le méritait pas, Valls –et maintenant le gouvernement- joue avec les allumettes. Dieudonné est devenu une vraie rock star. La rock star des pauvres et des décérébrés… Certes, mais ils sont nombreux. Pire, la France est devenue en deux semaines antisémite.
 
Je rentre des US. Tony Parker le frenchy, sa quenelle foireuse et son pardon aux associations juives a fait la une de toutes les télés et des journaux. D’ailleurs Valls s’en est vanté sur Canal hier pour montrer que les artistes comme Alexandre Astier (le mec de Kaamelot) qui s’élevait contre l’interdiction du spectacle de Dieudo, était un Français moins valeureux que Parker le concupiscent. Valls a joué les gros bras. Il est passé à l'acte en bandant ses muscles et en fixant l’ennemi dans les yeux. En miroir avec Dieudonné. Oeil pour oeil. C’est ce qu’il y a de plus lamentable pour un ministre de ce calibre. L’Intérieur quand même. C’est ce qui m’a agacé.
 
C’était tellement gros que je n’ai pas pu m’empêcher de la ramener. Je savais bien que le sujet était pourri, que j’allais m’en prendre un peu dans la tronche moi aussi. Mes amis n’arrêtent pas de me dire de lâcher l’affaire, de revenir à mes activités, mes stylos, mes craies grasses, les champignons… C’est plus fort que moi. Je ne peux pas. Mes neurones turbinent. Disons que c’est mon côté fleur bleue. L’injustice et la connerie mélangées à cette dose-là, je ne supporte pas. Et je suis libre de penser et d’écrire ce que je veux.
 
En cela Facebook, c’est très pratique. Je refuse d’aller faire le con à la télé et ainsi d’alimenter la machine à fabriquer du non sens. Mais gratter ces lignes et les faire valser (hum), je veux bien. Comme je n’ai aucun plan de carrière et que seul pour moi comptent les livres de Samuel Beckett, les films de Martin Scorsese et les toiles de Francis Bacon, je les emmerde. Encore un mot, je me demande qui a soufflé à Valls cette putain de mauvaise idée entre Noël et Nouvel an… Ça me turlupine… Je vois bien un plan de communicants. Une rouerie à la Fouks ou à la Bauer (ses deux potes de l’ombre qui lui collent aux escarpins après avoir collé à ceux de Strauss Kahn ou de Sarkozy). Je vois bien le murmure à l’oreille : « Putain vas-y Manu, ce sera toi notre chef. Après ce coup-là t'es intouchable. Il n’y aura personne pour t’emmerder ».
 
Si, moi. Modestement.
Auteur: Denis ROBERT  in AGORA VOX
Repost 0
Published by L'archipélien - dans Liens
commenter cet article
4 janvier 2014 6 04 /01 /janvier /2014 18:30

 Le rire reste un mode de résistance d’une efficacité redoutable contre notre impuissance face à la tyrannie du réel. Avec l’humour, et le rire qui l’accompagne, on reprend la main et le pouvoir.

Inhibitions, angoisses, oppressions… le rire transcende tout ce à quoi il se rapporte.

L’humour est la seule vraie résolution de la névrose disait Freud ; et on ajoutera : la seule vraie protection contre la névrose des autres, celle de Freud pour commencer et celle de l’organisation de la société.

Funambule de la raison, vertigineux, l’humour tout comme le rire, fraie avec la folie ; celle qui nous guette tous.

Rire collabo ou tiroir-caisse, rire résistant, rire pour rien sur rien ou pour si peu, rire gras... grassement payé salle comble, rire attentiste (Pourquoi se prononcer, prendre parti alors qu'on ne sait jamais de quel côté le vent va tourner !), rire dieudonysiaque transgressif qui fait éclater au grand jour une domination sans précédent du mensonge - ivresse et jouissance face à l'énonciation de vérités interdites -, rire iconoclaste mais mondain, tempête dans un dé à coudre (Bedos père et fils, et tant d’autres), si le rire n’a ni raison ni tort, et s'il s’accommode mal du mensonge, tout comme l'Art, le rire est proche de la vérité.

Rire pointu, rire de spécialistes, rire qui ne perd rien pour attendre, et pour avoir trop attendu aussi, rira bien qui rira le dernier, le rire est communion et partage ; grégaire, il rassemble : chacun pour soi dans le rire mais avec le rire de l’autre en écho d’une destinée commune.

Le rire est germination quand il révèle des savoirs enfouis et volontairement cachés, et si le rire n’est jamais loin du sanglot, c’est qu’il en est la larme sèche ; aussi, en s’attaquant au réel jusqu’à la caricature, il le démasque (Coluche, Desproges) ; il force le trait jusqu’à l’absurde (Devos) ; il met à nu les vanités et la bêtise. Rire inespéré qu'on n'attendait plus, avec Zouc, il apprivoise l’horreur d’une condition ; rire boomerang et miroir, à l'image de la perfidie qu'il faut bien se résoudre à dénoncer, avec Dieudonné en Molière des temps modernes, le rire expose les escrocs de la vertu et de la morale sans oublier les chantres d’une pseudo fraternité - fraternité à géométrie variable, d'un poids d'une mesure jamais égale ; fraternité sournoise qui cache mal un désir violent de domination.

Avec l'humour, toute solennité est exclue ; mais le rire n’est pas pour autant le laisser-aller quand il a pour alliés l'intelligence, la liberté et l'Art ; bien au contraire, celui qui rit, même confortablement assis, se tient intellectuellement et moralement debout, digne et fier. Toujours !

ADVERTISEMENT

Avec le rire, tous les traumas deviennent gérables car avec le rire et le corps fait esprit, un corps qui se saisit de la réalité (Zouc, Elie Kakou, Fellag), on peut les revisiter à satiété, en toute sécurité.

 

 

 

 ***

 

 Sortie par effraction de toutes les impasses, hors de l’espace et hors du temps, dans une autre dimension, les mécanismes du rire sont complexes ; ils se dérobent à l’analyse exhaustive car avec le rire, son talent, son génie, il reste toujours une part d’inconnu.

Le rire est magique d’une magie blanche et noire ; quand il est gris, le rire est retournement de l’insupportable même s’il en garde la trace et la marque ; il n’oblitère rien, ne répare rien mais il permet la consolation et de souffler un peu avant de côtoyer à nouveau des démons têtus et insatiables.

Le rire est libération quand il met en scène un dépeçage des conventions, des hypocrisies et des machinations ; il libère l'esclave et nous permet de sortir de l’enfermement dans lequel nous nous complaisons.

Bergson disait : « Le rire n’a pas plus grand ennemi que l’émotion. Le comique s’adresse à l’intelligence pure ».

Coeur de pierre donc, mais source d’énergie radicale, il est une ouverture sans précédent vers l’inouï, l’inédit et la liberté.

 

 Rire, humour… humour et rire, il arrive aussi que le rire rende justice à ceux qui en sont privés.

 

Belle revanche des déshérités alors !

 

Auteur : serge ULESKI

 

Repost 0
Published by L'archipélien - dans Liens
commenter cet article
30 décembre 2013 1 30 /12 /décembre /2013 18:30

Le phénomène de la quenelle a pris, ces derniers temps (et plus encore depuis ce samedi, avec le geste de Nicolas Anelka), des proportions que nul n'aurait pu imaginer. Le pouvoir politique en fait l'une de ses priorités, à traiter en 2014, et Dieudonné semble être devenu l'ennemi public numéro un ; c'est un peu le Ben Laden français, que François Hollande et Manuel Valls se sont choisis pour cible. Vouloir défier la finance était probablement trop présomptueux pour l'actuel locataire de l'Elysée, "monsieur 15 %". On a les ennemis qu'on peut... 

Au-delà de sa signification originelle, ce qui importe aujourd'hui dans la quenelle, c'est qu'elle a échappé à son créateur (sans doute le premier surpris de son succès) et que des milliers d'individus se la sont appropriés, comme d'un geste d'insoumission au "système", plus ou moins potache, loin de toute référence à une lutte contre le sionisme. C'est un peu l'esprit de Coluche, qui voulait "leur foutre au cul", qui renaît ici. La quenelle est devenue un mème contestataire parmi les plus performants sur la Toile.

Son succès doit nous interroger sur la difficulté que rencontrent, a contrario, les "gentils virus" sur lesquels Etienne Chouard comptait (et compte toujours) pour propager son idée de "vraie démocratie". D'un côté, un "mème comportemental", méchant et drôle, qui cartonne, de l'autre, un "mème verbal", gentil et sérieux, qui progresse, certes, mais beaucoup plus lentement. La quenelle, par son travail de sape, pourrait-elle alors (sans même s'en douter) préparer le terrain pour les "gentils virus" et leur travail autrement plus constructif ? A moins que ces derniers ne doivent se résoudre à une action de très longue haleine...

JPEG - 325.7 ko
Crédits illustration : Slo

Commençons par une brève digression sportive. Lorsque Jean-Pierre Papin mit fin à sa carrière de footballeur, on attendit fébrilement le nouveau JPP. Et les observateurs de l'époque crurent le voir arriver en la personne de Florian Maurice, voire de quelques autres jeunes talents. Mais tous déçurent, et JPP n'eut pas vraiment de successeur. Le nouveau grand joueur français n'aurait pas son profil de numéro 9, mais un profil de numéro 10 : c'était Zinédine Zidane. Quand Zidane, à son tour, prit sa retraite, on guetta le nouveau Zidane. Et on crut le reconnaître en la personne de Yoann Gourcuff, ou de quelques autres (Hatem Ben Arfa, Samir Nasri...). Mais aucun ne confirma au plus haut niveau, et Zidane n'eut pas de successeur. On ne peut guère s'empêcher de plaquer nos anciens schémas pour envisager le futur.

De même, avec l'arrivée d'Internet, l'interrogation de certains fut de savoir si un homme politique de premier plan allait percer uniquement grâce à ce nouveau moyen d'expression, et gagner la Présidentielle. Nicolas Dupont-Aignan sortit certes de l'anonymat grâce au web, et prit sa place sur la scène médiatique traditionnelle ; François Asselineau se fit aussi une réputation grâce au web, qui ne s'étendit cependant guère hors du Net. Mais en tout état de cause, aucun homme politique français susceptible de gagner une grande élection n'émergea grâce au web. Beppe Grillo, en Italie, aurait pu faire mentir cette règle, dont le parti obtint lors des élections de février 2013 entre 23 et 25 % des suffrages pour chaque chambre du parlement. Grillo avait fait campagne sans passer par les grands médias, uniquement en se servant d'Internet et en allant rencontrer les gens directement. Mais l'homme était déjà une célébrité (grâce aux grands médias et au cinéma) avant cette campagne. Là encore, nous interrogeons le futur avec notre expérience politique passée, et nous restons aveugles à ce qui se passe vraiment, à la nouveauté qui vient.

L'émergence du courage de penser

La nouveauté, nous l'avons déjà explorée depuis longtemps (nous tous), dans nombre d'articles parus ici même. La nouveauté, c'est l'émergence de citoyens adultes (ou, du moins, en voie de le devenir), qui prennent conscience du décalage entre le discours (simpliste, orienté, biaisé) de leurs tuteurs (politiques, médiatiques) et la réalité (plus subtile et complexe) qu'ils peuvent commencer à appréhender, certes en tâtonnant, grâce au web. Exemple caricatural : les montages télévisés qui, lorsqu'ils touchent à des sujets "sensibles", ou marginaux, sont presque toujours manipulateurs, ce que les rushes mis en ligne par les personnes interviewées mettent désormais parfaitement en lumière (voir ici ou ). J'emprunte le mot "tuteurs" au philosophe Emmanuel Kant, qui va nous aider à comprendre en quoi le Net peut permettre la réalisation du projet des Lumières :

"Qu'est-ce que les Lumières ? - La sortie de l'homme de sa minorité, dont il porte lui-même la responsabilité. La minorité est l'incapacité de se servir de son entendement sans la direction d'autrui, minorité dont il est lui-même responsable s'il est vrai que la cause en réside non dans une insuffisance de l'entendement mais dans un manque de courage et de résolution pour en user sans la direction d'autrui. Sapere aude, "Aie le courage de te servir de ton propre entendement" telle est la devise des Lumières."

Kant, Réponse à la question : "Qu'est-ce que les Lumières" ?, le 30 septembre 1784.

Et voici ce qu'il écrit au sujet des "tuteurs" :

"Que la grande majorité des hommes (y compris le beau sexe tout entier) tienne pour très dangereux de faire le pas qui mène vers la majorité - ce pas lui est d'ailleurs si pénible -, c'est ce à quoi veillent les tuteurs qui, dans leur grande bienveillance, se sont attribué un droit de regard sur ces hommes. Ils commencent par rendre stupide leur bétail et par veiller soigneusement à ce que ces paisibles créatures n'osent faire le moindre pas hors du parc où elles sont enfermées. Ils leur font voir ensuite le danger dont elles sont menacées si elles tentent de marcher seules. Ce danger n'est pourtant pas si grand : après quelques chutes, elles finiraient bien par apprendre à marcher."

Le Net n'a pas permis l'émergence d'un énième représentant du peuple, d'un énième tuteur, mais de citoyens apprenant à s'en passer pour penser. Certes, parfois, nous pouvons "chuter", penser avec maladresse, nous tromper... et sitôt les tuteurs rappliquent pour nous condamner, et nous ramener dans notre enclos ! Les anathèmes pleuvent, la peur nous gagne, et nous redevenons mineurs. L'accusation de "conspirationnisme" est, de ce point de vue, fondamentale à décrypter, comme Etienne Chouard, ce si vaillant démocrate, vient récemment de le faire, le 26 décembre 2013 (fichier PDF ici) :

"Je déplore ce mot de "conspirationniste" qui est une véritable agression contre l'intelligence critique : je note d'ailleurs que les mots "conspirationniste" et "complotiste" sont systématiquement utilisés pour discréditer un donneur d'alerte (institution FONDAMENTALE dans une démocratie digne de ce nom), et ces mots eux-mêmes sont devenus pour moi un révélateur, un indicateur : ceux qui utilisent les mots "conspirationniste" et "complotiste" sont des flics en civil du système ; consciemment ou inconsciemment, ils le sont DE FAIT. (...)

Ceux qui se laissent intimider par cette insulte ("complotiste") sont des trouillards. Chacun son truc. Moi, je n'obéis pas aux injonctions de penser, je pèse les arguments sur une balance avec mes valeurs, honnêtement, et je tiens à la pluralité (à la biodiversité politique) de mes informations.

Là comme ailleurs, chacun doit se déterminer tout seul, en conscience."

Et, plus spécifiquement, dans le cas de la réflexion sur le 11-Septembre :

"Mais là encore, il y a un marqueur, regardez bien : la plupart des gens qui diabolisent ReOpen911 sont des chiens de garde du système. Diaboliser les sceptiques, ça leur sert de marqueur entre eux, entre collabos : si tu ne diabolises pas ReOpen, tu seras persécuté à ton tour par le système. Et ça fait peur aux autres.

Et inversement, le simple scepticisme sur cette affaire devient un signe d'indépendance intellectuelle (et de courage) pour les autres : les résistants. 

Étonnante régularité de cette observation."

Ces propos ne sont-ils pas une mise en application très concrète des injonctions de Kant à sortir de la peur, à faire preuve de courage ? Dans la novlangue actuelle, qui détourne (voire inverse) le sens des mots, un "conspirationniste" se révèle souvent être un citoyen vigilant, un défenseur de la démocratie. Certes, il peut parfois s'égarer, mais ce n'est pas un argument suffisant pour le condamner. Ou alors c'est l'idée même de citoyen adulte que l'on condamne. Et c'est le projet des Lumières lui-même que l'on condamne. Allons au bout de la logique.

Quand la quenelle échappe à son créateur

Et la quenelle dans tout ça ? Elle est un geste de courage précisément, dirigée contre nos tuteurs. Quels qu'ils soient. Dieudonné désignait certes initialement un ennemi bien précis : le sionisme. Mais les quenelleurs qui ont pris la relève - par milliers - ignorent souvent tout de ce combat premier, et leur geste est plus universel, contre tous les tuteurs possibles : le gouvernement, les médias, tous les pantins du pouvoir et les directeurs de conscience. Si le geste reste ambigu, il ne fait guère de doute que la grande majorité des quenelleurs (souvent très jeunes) ne sont pas des militants antisionistes ; ils expriment - en dépit même des intentions de Dieudonné - le message, déjà vulgaire mais si populaire, de Coluche lors de la campagne présidentielle de 1981 :

C'est justement parce qu'elle a été détournée de sa signification originelle que la quenelle a acquis un tel pouvoir de contagion. Qui peut honnêtement croire que les sportifs Nicolas Anelka, Tony Parker, Boris Diaw, Teddy Riner, Mamadou Sakho ou Pierre-Ambroise Bosse (qui se sont tous affichés en train de faire la quenelle), sans parler de Yannick Noah qui s'est laissé photographier en train d'effectuer un autre geste dieudonnien (le doigt levé), sont les disciples d'Adolf Hitler ?

Nos politiques, étrangement, semblent parfois le penser... Il suffit de lire les réactions hallucinantes qui ont suivi la quenelle d'Anelka : "Le geste d’Anelka est une provocation choquante, écœurante. Pas de place pour antisémitisme et incitation à la haine sur terrain de foot", a ainsi tweeté la ministre des Sports Valérie Fourneyron, avant que l'ancienne ministre des Sports, la sénatrice UDI Chantal Jouanno, nous explique que "l’antisémitisme [n’était] pas un sous-racisme" et qu’"il ne [fallait] pas baisser les bras, surtout face à la montée du Front National". Anelka serait donc antisémite et ferait le jeu du Front national ? Est-ce bien cela qu'il faut comprendre ? Le député UDI Meyer Habib, ami de Benjamin Netanyahou et vice-président du CRIF, a annoncé à la télévision israélienne qu'il allait préparer, pour la rentrée parlementaire, un projet de loi pour que soit pénalisé "le nouveau salut nazi et antisémite" que serait la quenelle, et dont les praticiens seraient des "nostalgiques du IIIe Reich", à l'image, selon lui, de Nicolas Anelka. Le délire a atteint son paroxysme dans un tweet de David-Xavier Weiss, secrétaire national de l’UMP chargé des médias (et journaliste à Sud Radio), qui a estimé que le geste de l’attaquant français révélait, de manière "flagrante", l’existence d’un lien entre immigration et antisémitisme.

On imagine le tollé qu'une telle déclaration aurait provoqué si elle avait émané d'un élu du Front national... Le Lab d'Europe 1 a eu la bonne idée de rappeler les origines de nos soit-disant immigrés : "Né dans les Yvelines, Nicolas Anelka est originaire de Martinique. Quant à Dieudonné, il est né à Fontenay-aux-Roses, dans les Hauts-de-Seine, d'une mère bretonne et d'un père camerounais."

Voir Manuel Valls, ministre de l'Intérieur (qui réclamait jadis plus de Blancs, de White, de Blancos dans sa bonne ville d'Evry), et François Hollande lui-même, président de la République (qui, rappelons-le, a rendu hommage à Jules Ferry, selon lequel "les races supérieures ont un droit vis-à-vis des races inférieures"), prendre solennellement la parole pour promettre de venir à bout de la quenelle a quelque chose de surréaliste. Le chef de l'Etat s'était certes déjà abaissé à prendre la parole dans l'affaire Leonarda... Après le "mariage pour tous", il semble donc que la nouvelle priorité de ce gouvernement soit la lutte contre les outrances d'un humoriste qui, officiellement, "ne fait plus rire personne". Heureusement que nous ne sommes pas en situation de crise économique, et que le plein emploi règne en France. Sinon, on aurait de quoi s'inquiéter...

Naissance d'un mème révolutionnaire

La classe politique se discrédite donc à vitesse accélérée, et les quenelles se répandent d'ailleurs sur le Net à proportion que ce discrédit grandit. La quenelle peut être considérée comme un mème, cette "unité d'imitation" qui se multiplie dans "la soupe de la culture humaine", selon la définition de Richard Dawkins, et dont le web est un lieu de propagation privilégié :

"Dans sa forme la plus sommaire, un mème internet est une idée simple propagée à travers le web. Cette idée peut prendre la forme d'un hyperlien, d'une vidéo, d'un site internet, d'un hashtag, d'un personnage récurrent ou simplement d'une phrase ou d'un mot. (...)

Un mème internet peut parfois changer avec le temps, par hasard ou du fait d'un commentaire, d'imitations ou d'une parodie. Les mèmes internet peuvent évoluer et très vite se répandre sur Internet, atteignant souvent une popularité mondiale et disparaissant quelques jours après leur publication. (...)

L’élément humoristique est un facteur très important pour les mèmes. Une communication décalée par rapport à un contexte, en combinaison avec des images, est la base des mèmes sur internet. Chaque membre de la communauté cherche à se faire une place en introduisant ou modifiant des mèmes."

Pensons, plus précisément, au Gangnam Style et au Harlem shake qui, tous deux, derrière leur apparence loufoque, avaient un message politique - contestataire. Dans le premier cas :

"Psy fait notamment une critique de la débauche consumériste des jeunes femmes de ce quartier [Gangnam-gu, à Séoul], et met en scène différents lieux de défoulement de la société sud-coréenne étouffée sous la pression sociale (...). La carrière d'entraînement des chevaux, la salle de sport, le métro, le supermarché sont transformés en discothèque, et des « ajoumas » (littéralement « dames d’un âge certain ») traversent le pays en bus en chantant et en dansant. Symbole du réveil d'une Corée décomplexée face à la morosité de la société que met en scène Psy, ces femmes commencent à s'amuser après une vie à subir un mari artisan du « miracle économique coréen »."

Dans le deuxième cas, on peut déceler derrière l'absurde, comme le fait le sémiologue Nicolas Jung, un appel à la révolution : 

"Ce mème internet est né en hiver, quelques jours avant mardi gras, pendant le carnaval. On en retrouve les différents éléments : un fou élu roi des festivités, des déguisements et des masques qui autorisent la transgression, un exutoire collectif qui rompt l’ordre établi pour mieux mimer le chaos, un rituel enfin créé ici par la répétition des mêmes gestes et de la même formule dans toutes les vidéos liées au phénomène. "The Harlem Shake" ne serait-il pas, en somme, un gigantesque carnaval organisé à l’échelle de la planète ? Et le buzz autour de cette vidéo ne répondrait-il tout simplement pas à ce besoin que nous ressentons cycliquement de déconstruire pour mieux reconstruire ?

"The Harlem Shake" semble ainsi s’inscrire dans la croyance ancestrale selon laquelle le désordre généré, la fin du monde symbolique permettra le renouveau de toute chose et la création d’un nouvel ordre."

Comme le note encore Jung, ce défoulement rappelle "le carnaval et sa fonction d'inversion des valeurs qui permet de renverser le monde, la société à la fin d'un cycle (fin de l'hiver) pour mieux reconstruire et repartir sur des bases solides (le début du printemps)". Le succès du Harlem Shake repose ainsi, au-delà d'"une formule particulièrement simple à reproduire", sur "un côté ludique et fédérateur" et un message "qui peut être jugé subversif et appeler à la transgression, ce qui trouve souvent de l'écho, notamment auprès d'un jeune public". Ces caractéristiques ne correspondent-elles pas très exactement à celles de la quenelle ?

Dans un monde médiatique jugé mensonger, dénoncé pour son inversion constante des valeurs, n'y a-t-il pas une aspiration dans le peuple à inverser ces valeurs pour les remettre peut-être à l'endroit ? Ne sent-on pas confusément que nous sommes en fin de cycle ? Et la quenelle, telle que le public s'en est emparé, n'est-elle pas le signe, ludique et fédérateur, que l'on souhaite mener le carnaval à son terme ? Telle est peut-être bien l'inquiétude que le pouvoir ressent, et qui justifie qu'il veuille sévir : que le carnaval actuel ne constitue pas une simple parenthèse dans le cours normal des choses, mais traduise un réel désir de révolution. Le philosophe Francis Cousin n'a sans doute pas tort, lorsqu'il dit que les gens qui rient dans les spectacles de Dieudonné "sont sur un terreau qui est extrêmement dangereux pour le système capitaliste, parce que ce rire a produit une distance entre la vérité officielle et la vérité réelle, et ce qui est décisif c'est la distance", car elle peut être le prélude à un "mouvement de lutte de classes offensif".

La conscience de cette "distance" (ce que certains appellent "sortir de la Matrice") est surtout produite par la pratique intelligente du web, qui finit par rendre plus que pénible, indigeste, la consommation de médias traditionnels. Sans que nous ne ressentions forcément tous les choses avec une telle intensité, l'expérience décrite par Piero San Giorgio face à Gilles Lartigot peut sans doute nous parler à tous : "Ça fait maintenant sept ans que je n'ai plus de télévision. (...) Dans le temps, quand j'allais dans un hôtel (...) la première chose qu'on fait c'est d'allumer la télévision, on écoute les nouvelles, ça fait un bruit de fond... Aujourd'hui, si j'essaie d'allumer les nouvelles, je t'assure, en trois secondes j'éteins tout de suite, tellement ça me dégoûte, tellement je me rends compte que c'est du mensonge, et tellement je me rends compte que c'est de la merde." Depuis l'époque, il y a plus de trente ans, où Coluche se moquait des journalistes et des "milieux autorisés qui s'autorisent à penser", les choses n'ont pas vraiment évolué dans le bon sens... mais certains citoyens se sont eux-mêmes autorisés à penser et à se passer un peu des journalistes, surtout lorsqu'ils prétendent remplacer les curés. Mieux que toutes les quenelles du monde (qui risquent de mal vieillir, dans le grégarisme et le conformisme), tel est l'acte le plus subversif.

Le principe de Gulliver

Mais une question se pose alors : peut-on traduire politiquement cette nouvelle indépendance de l'esprit ? Etienne Chouard a commencé à montrer la voie, il a même conçu un mème, non pas comportemental mais verbal, en synthétisant à l'extrême son message : "Ce n’est pas aux hommes de pouvoir d’écrire les règles du pouvoir". Un site, créé par un "gentil virus", est venu en renfort pour dire l'essentiel de ce qu'il y avait à retenir : "Le Message". Le voici justement, le fameux message :

Parce que ce n’est pas aux hommes au pouvoir d’écrire les règles du pouvoir
“Nous voulons une Assemblée Constituante démocratique, donc tirée au sort.”

Et une association a même vu récemment le jour : Les Citoyens Constituants, pour porter ce projet. Pourtant, force est de constater que les "gentils virus" n'ont pas la viralité de la quenelle. Ce qui est bien normal : la contestation est toujours plus facile et populaire que la construction, le rire que la réflexion. Et si Dieudonné est un provocateur, Chouard est dans la douceur, dans l'écoute respectueuse de l'autre, le refus du conflit (qu'il abhorre) et la promotion de la discussion, en digne continuateur de Montaigne :

 

Vidéo de l'émission complète ici

L'ennui, c'est que personne n'a jamais accédé au pouvoir en étant à ce point vertueux. Et les idées elles-mêmes, qu'on le veuille ou non, sont portées par des hommes. Certains rient avec la quenelle de Dieudonné ; on ne rira jamais avec le message de Chouard. Certains ont la rage avec la quenelle (et cette passion est mobilisatrice) ; mais on n'aura jamais la rage en écoutant Etienne Chouard. Il faudrait alors que la sagesse soit contagieuse... mais qui peut le croire ? La bêtise l'est, la colère l'est ; mais on n'a jamais vu la sagesse contaminer l'esprit d'un peuple.

Peut-être peut-on alors espérer que lorsque le pouvoir aura fini d'être discrédité (avec 15 % d'opinions favorables on n'en est plus très loin), les Français seront accessibles à une parole juste et claire, sans qu'elle n'ait besoin de s'enrober de rire et de spectacle. Ou alors il faudra se creuser la tête pour inventer un mème plus performant (un geste). Ou il faudra tout simplement être patient... Il se peut que le changement de paradigme - s'il advient - prenne nécessairement beaucoup de temps. D'ici là, il faudra cultiver les micro-résistances, comme l'évoque par exemple dans ce texte Michel Onfray :

"La politique que je propose suppose ce que je nomme le principe de Gulliver : chacun connaît l’histoire de Swift qui montre comment un géant peut être entravé par des lilliputiens si, et seulement si, le lien d’une seule de ces petites créatures se trouve associé à une multiplicité d’autres attaches. L’histoire de Gulliver illustre à ravir la leçon de La Boétie : « Soyez résolus de ne plus servir et vous voilà libres. » La domination n’existe que par le consentement de ceux qui ne la refusent pas. Si l’on refuse l’assujettissement, et que l’on est assez nombreux pour cela (leçon de l’association d’égoïstes de Stirner…), alors ce pouvoir s’effondre de lui-même, car il ne tient sa force que de notre faiblesse, il n’a de pouvoir que de notre soumission."

La révolution commence sur soi-même (c'est la seule sur laquelle nous ayons prise), et elle se poursuit par coopérations lilliputiennes, jusqu'au jour, peut-être, où les liens tissés immobiliseront Gulliver...

Courage et patience : deux vertus à cultiver assurément en 2014. Bonne année à tous !

 

Auteur:    

 

Taïké Eilée

Taïké Eilée

Auteur du blog Les Caprices du Vent

       

Repost 0
Published by L'archipélien - dans Liens
commenter cet article
29 décembre 2013 7 29 /12 /décembre /2013 18:30
art-banksy-i-want-change2_0_0

Street art de l'artiste Banksy

"Parce qu'elle sait que ça va mal", la société adapte ses comportements et s'organise en réseaux. Rares sont les élites qui saisissent ce monde en marche : totalement dépassées par le numérique, "elles ne soupçonnent pas la lame de fond sociétale qui se forme", souligne la journaliste Laure Belot dans cet article.

Comment les aider à comprendre cette nouvelle culture et s'adapter ? Voici quelques éléments de réponse avec Jean-Paul Delevoye, président du CESE et maire de Bapaume, auparavant médiateur de la République, parlementaire et ministre, qui fait partie de ceux qui arrivent à prendre du recul sur les enjeux actuels... au point de bousculer au sein même de son institution.

 

A suivre vos prises de parole, on vous sent non seulement en phase avec la société actuelle, mais aussi serein avec le monde qui vient. Qu'est-ce qui, dans votre parcours bien rempli, explique cette posture ?

Le président du Conseil économique, social et environnemental, Jean-Paul Delevoye, à l'Elysée à Paris, le 21 mars 2011. | AFP/LIONEL BONAVENTURE

Le président du Conseil économique, social et environnemental, Jean-Paul Delevoye, à l'Elysée à Paris, le 21 mars 2011. | AFP/LIONEL BONAVENTURE

Voilà une question que je ne me suis jamais posée... Mes parents ont divorcé quand j’avais 14-15 ans. Ce fut une première épreuve enrichissante sur la réalité de la vie. De même, mon parcours d'entrepreneur m'a confronté au fait d’avoir des échéances, des cautions, des batailles, etc.

Je ne suis pas diplômé, non plus : j’ai fait une première année de fac mais j’ai été viré pour raisons soixante-huitardes… aussi n'ai-je jamais eu de souci à transférer mes incompétences sur les compétences des autres, et je n’ai pas de souci d’ego. Mais j’ai été, en revanche, élevé par le doute socratique.

A bien réfléchir me vient aussi à l'esprit l'époque où j'étais pensionnaire au collège de la Providence à Amiens. On ne s'en rend pas compte à cet âge-là, mais la solitude et l'isolement marquent profondément. D'ailleurs, nous profitions de la conférence Saint-Vincent-de-Paul pour sortir du pensionnat et aller boire un chocolat en compagnie de personnes âgées... ou pour aller peindre des logements de femmes dont les maris étaient détenus à la prison d'Amiens. Je me souviens avoir régulièrement vu cinq ou six gamins s'entasser dans une pièce de 20 mètres carrés, j'ai très tôt été interpellé par cette réalité de la vie.

A mon sens l’action ne vaut que par le sens qu’on lui donne, le pouvoir n’a jamais été un objectif, il doit défendre un humanisme, un projet de partage.

C’est d'ailleurs un débat avec mes collaborateurs depuis quinze ou vingt ans : ils me trouvent courageux de dire ce que je pense, mais c’est le contraire qu’il faut condamner. Ma parole n’est pas portée par les calculs, elle est rare mais je n'attends rien si ce n'est de faire bouger les choses.

Est-ce le courage qui manque le plus en politique ?

La soif de pouvoir perturbe les hommes politiques, ils sont plus dans le calcul et dans la gestion de leur carrière que dans la conviction et la croyance dans un projet de société. Il faut donc interroger le sens du pouvoir et retrouver la cause politique qui les amènera à se transcender.

Prenons un exemple : la question qui préoccupe l’Europe est celle du maintien de l'euro, mais cela n'est qu'un moyen. La question est celle du choix de société pour l'Europe et de son rôle dans l'équilibre du monde.

En France, il faut aussi retrouver la lecture politique d'un projet de société, restaurer la politique et le syndicalisme, accepter les bonnes questions pour avoir les bonnes réponses. On est incapable d'ouvrir des débats qui pourtant sont essentiels pour l'avenir de notre société : est-ce l'énergie ou la croissance ? Un travail pour tous ? Une activité pour tous ? Doit-on aller d'une société d’acquisition à une société de partage ?

Je suis convaincu que l'on doit redéfinir le contrat du partage, accepter par exemple que le travail ne peut pas payer santé et retraite, revoir les principes de prise en charge médicale et le principe de la dépense, savoir si la gratuité doit être offerte à tous... Tous ces principes représentent une occasion aujourd’hui de rebâtir un vrai projet politique construit non dans un souci de séduction ou d'impact électoral, mais dans un souci de mobilisation citoyenne.

Et vos collègues politiques, qu'en disent-ils ?

Les politiques sont assez lucides sur la fragilité du système mais sans pour autant changer de cap pour le modifier. Quand on regarde par exemple les échéances européennes, certains reconnaissent que leur préoccupation n'est pas le projet, mais les têtes de gondole, les leaders qui doivent être mis sur les listes pour équilibrer le pouvoir au sein d'un parti ou améliorer l'impact électoral... ici encore l’image l’emporte sur la compétence, c'est assez pathétique. Ce système va imploser ou exploser par les forces citoyennes qui se rebellent de façon assez saine contre un système qui nous met dans le mur.

Regardez l'alternance Sarkozy-Hollande : ce n'est pas Hollande qui a gagné, mais Sarkozy qui a perdu. L'opinion a compris, par cette alternance, que la gauche applique quand elle est dans la majorité ce qu'elle dénonçait quand elle était dans l'opposition. Les gens ont vite la sensation qu'il n’y a pas de convictions, mais que des postures.

Quand la société est déboussolée et que les dirigeants semblent impuissants, les sentiments deviennent des ressentiments. Aujourd'hui, nous sommes dans ce moment où les sentiments d'adhésion au système se transforment en ressentiments contre le système car on a l’impression de ne plus s’en sortir. On exprime donc sa colère avec l'impression que la république, construite au départ pour protéger le faible, laisse la loi du plus fort et du plus violent l’emporter. L’Etat n’est plus capable de corriger les inégalités, avec des produits de la rente qui sont supérieurs aux produits de la production... jusqu'où allons-nous accepter cela ?

Comment voyez-vous l'alternative dans ces conditions ?

Les parcours ne sont plus assumés pour tous, au cœur du déclassement de la classe moyenne, on voit des Virgin disparaître et des Amazon se renforcer, Peugeot fermer et Airbus triompher... on est soumis à des tempêtes économiques incroyables, la hargne est en train de gagner le pays. Cela peut être la source de forces libératrices absolument extraordinaires pour adhérer à une société nouvelle qui émerge avec l'économie numérique.

Le "burn out", le stress individuel et les sentiments d'humiliation sont en train d'évoluer vers une inquiétude collective qui entraîne une perte de confiance dans la capacité de l’économie nouvelle à nous répondre. Entre l'économie ancienne qui disparaît et la nouvelle qui apparaît, la plus-value et l'espérance future ne sont pas plus fortes que la douleur de la disparition de ce qui existe. Nous sommes donc dans une forte période d’instabilité qui va durer cinq à dix ans.

Ce basculement d'un système ancien à un système nouveau est une période compliquée, difficile et dangereuse, mais c'est aussi la plus exaltante, avec des espoirs nouveaux : sur le terrain, je vois plein de jeunes innover, créer, parfois par nécessité, mais ça bouge de partout, il y a une fertilité extraordinaire avec un système qui n'a pas compris que l'avenir sera dans l'innovation et qui se raidit à son encontre, car l'innovation, c’est la contestation de ce qui existe. 

Quand on renverse un système (de la royauté, de la république, etc.), on le fait avec une vision alternative, mais là nous ne sommes plus dans ce type de révolte, nous sommes dans une révolte des affamés et des humiliés qui se nourrit de désespérance et veut juste mettre un terme à sa survie du quotidien. On est dans ce moment, qui n'est même pas collectif car nous avons deux France : celle qui croît à toute vitesse, et celle qui disparaît (hôtellerie, restauration, petits commerces...)

Vous avez présidé l’association des maires de France : comment voyez-vous le rôle des municipalités ?

La dimension du problème impose la dimension des réponses. Si on veut une attractivité mondiale, il faut une réponse à l'échelle des continents. Si on veut travailler une attractivité internationale, c’est à l’échelle des métropoles. La puissance dans la réponse dépend du défi que l'on veut relever. Si on veut jouer à l'échelle de la commune, on agit à l'échelle de l'intercommunalité, ce qui pose la question du potentiel des territoires (certains seront sensibles à la qualité environnementale et à la protection de la biodiversité, d'autres joueront sur l'habitat, etc.) avec des conséquences fiscales qui ne sont pas les mêmes. Nous sommes guidés dans nos choix par des préférences fiscales plutôt que politiques.

Nous allons passer d'une société de la performance à une société de l'épanouissement. Les maires qui étaient des faiseurs de rois, puis de construction, doivent devenir des faiseurs d'espérances individuelles pour nourrir les espérances collectives. La vitalité sociale et la solidarité de proximité sont au cœur des phénomènes de stabilisation des sociétés chahutées. Il faut analyser la dépendance des territoires par rapport à des systèmes monoéconomiques – quand on supprime des usines sur un territoire... la condamnation de l'usine condamne le territoire.

Cette société de l'épanouissement, du bonheur de vivre et du partage va renforcer le rôle des maires dans la société : ils n'auront plus un enjeu de pouvoir mais un enjeu relationnel. Les administrations doivent rentrer elles aussi dans cette logique de services et d’usage, là aussi c'est un choc culturel.

La société du partage n’est-elle pas une bulle médiatique, ces pratiques ne sont-elles pas simplement en train de renouveler le système D ?

J'ai les mêmes interrogations. La notion de partage est née par l’impasse de la société d’acquisition. Comme on va entrer dans une croissance faible, on ne pourra plus acquérir comme les générations précédente. Si on est dans l'impasse de l'acquisition, seules la location et la gestion des usages nous permettront de bien vivre. On est dans une notion de partage de biens collectifs (vélos, voitures, etc.) mis en commun pour les optimiser au maximum.

La dimension morale se pose aussi. Une ami marocain me disait un jour cette phrase terrible : "Au Maroc, on a beaucoup de pauvreté mais pas de misère, en France vous avez beaucoup de pauvreté mais aussi beaucoup de misère." Ce qui est pour certains superficiel est essentiel pour d’autres.

Le troisième enjeu est un enjeu sociologique majeur : le XXIe siècle est le siècle de l’isolement. La vertu la plus rare est celle du temps, du temps que l'on consacre pour soi et de celui que l'on accorde aux autres. Cette notion du partage du temps et du partage avec l’autre est un enjeu qui pose aussi celle du lien, entre individus, car il faut redéfinir la liaison des individus pour faire le collectif.

Aujourd'hui la notion du partage est évidente chez les plus jeunes, les groupes, les bandes, les amis… Estimant que l’avenir sera compliqué, ils survalorisent le moment présent. En 68, on rêvait de liberté pour renverser le système, aujourd'hui on revient à la dimension humaine : on aura moins de fric mais on veut être plus heureux, l'avenir est compliqué mais on veut vivre le temps présent si bien qu'ils développent la richesse des relations humaines basées sur la confiance et le partage. Cela s'observe même au niveau des couples qui se font confiance de manière différente...

Pour ce qui est de la citoyenneté du monde maintenant, c’est le partage de responsabilité. Pour réveiller la citoyenneté, il faut qu'on accepte de dire que nous sommes tous responsables de la planète, etc.

Mais est-ce que le pouvoir citoyen peut tout ? Ne faut-il pas cocréer ?

Les citoyens doivent être des coproducteurs du futur. Mais le pouvoir a peur du pouvoir citoyen. Le pouvoir économique a intégré le pouvoir citoyen sous la pression des consommateurs. D'ailleurs, si on revient un peu sur l'histoire religieuse, c'est l'évolution de l'opinion qui a façonné la croyance religieuse, et non l'inverse. C'est l'opinion qui a fait flancher l'Eglise quant aux thèses de Galilée, qu'elle réfutait. On a surestimé les croyances religieuses, alors que ce sont les opinions qui ont obligé l’Eglise politique a reconnaître que la Terre est ronde.

Le consommateurs ont déjà modifié l’offre des entreprises, et nos institutions vont évoluer sous l'impulsion des attentes citoyennes. Le citoyen va à terme modifier l'offre politique.

Aura-t-on besoin d’un régime présidentiel ? Ou d'un régime parlementaire avec un président qui rassemble ? Avec une capacité de coalition et de partage autour d'un projet collectif qui doit aussi être regardé avec la volonté pour certains de ne pas partager ? Là réside toute la complexité de la métamorphose.

Les partis politiques ont-ils encore de l’importance ? Vous qui venez de quitter l’UMP pour soutenir un candidat PS...

Il n’y aura pas de destruction des partis, mais une recomposition des partis politiques. On a besoin de partis politiques et d'idéologie politique, de croyance collective, car les peuples ont besoin de croire en quelque chose. C’est un enjeu important où les politiques doivent redéfinir les lignes. On souffre d’un excès de politiciens, ils sont à l'image de notre société : c’est tout, tout de suite, avec une jouissance qui l’emporte sur le long terme.

Il faut retrouver le sens de la vision politique et prendre le temps nécessaire de construire des convictions plutôt que de gérer des émotions. Le choc de temporalité est d'ailleurs un choc de pouvoir...

Le développement des territoires se fera autour de projets et d'hommes en mesure de rassembler des philosophies, des cultures et des natures différentes. A titre personnel, j'ai choisi de suivre un homme qui rassemble. Même si je le combats sur le champs des idées, je reste gaulliste et réfléchis en fonction de l’intérêt des habitants.

Que pensez-vous du collectif Roosevelt et du parti Nouvelle Donne ?

Le collectif porté par Larouturou est ancien. Mais c'est un exemple de ce qui va émerger: les listes citoyennes vont se multiplier avec des projets coélaborés de manière collective, pour que chacun apporte sa contribution, comme le proposent Parlements et Citoyens.

La stabilisation citoyenne fait désormais partie de la décision politique : plus aucune décision politique ne sera imposée sans être appropriée par ceux qui la subissent. Cela implique une temporalité politique nouvelle, avec en premier lieu la pédagogie des enjeux et la compréhension des débats, puis l'acceptation de la contestation et de la remise en cause, les pouvoirs doivent apprendre à obéir aux forces citoyennes associatives, philosophiques, experts... en révisant les équations de la république.

La réaction citoyenne actuelle est saine, elle fait émerger des questions de fond auxquels les politiques n'ont jamais répondu. Les politiques séduisent les électeurs même s'ils perdent les citoyens. On oblige les politiques à accepter un débat qu'ils ont mis un talent fou à refuser... Le collectif Roosevelt pose la question des quatre jours, aucun parti ne s'en est emparé.

Pour finir, trois questions du tac au tac, en lien avec l'actualité [l'entretien a été réalisé au début de décembre 2013]. Si je vous dis "bonnets rouges" et écotaxe, vous me dites...

Explications – Le fait d'avoir imposé l'écotaxe sans expliquer l'importance de la fiscalité environnementale engendre ce genre de crispation de ceux qui payent, il manquait une pédagogie des enjeux.

Si je vous dis prostitution, vous me dites...

Réalité – Est-ce qu’en pénalisant le client je vais supprimer la prostitution ? Non, la vraie question est comment permettre à chacune des femmes de pouvoir rester digne dans l'exercice de sa profession ? En pénalisant le client ? Ne devrait-on pas ouvrir le débat sur la création de maison de prostitution ? C'est la question de la transformation de la loi comme posture morale qui se pose ici comme dans le cas de la dépénalisation de certaines drogues...

Si je vous donne le pouvoir demain, par quoi commencez-vous ?

Par le refuser, le pouvoir se conquiert.

Anne-Sophie Novel / @SoAnn sur twitter

Repost 0
Published by L'archipélien - dans Liens
commenter cet article
24 décembre 2013 2 24 /12 /décembre /2013 18:30

Nous vivons une époque formidable, le progrès fait rage et le futur ne manque pas d'avenir" (Philippe Meyer, chroniqueur et « toutologue » de France Culture)

Cet aphorisme se révèle de plus en plus d'actualité au fur et à mesure que le progrès technologique nous dépasse et nous impose ses modes de vie. Plus ennuyeux, il semble que le marketing ait trouvé là un nouveau créneau de clientèle, celui de la petite enfance. En tant que professionnel et défenseur de cette population, je me devais de réagir et de faire part de mes réflexions au sujet de ce que ses concepteurs appellent la "génération tablette".

Que nous le voulions ou pas, nous sommes dorénavant à l'ère de l'ordinateur et du portable. Le microprocesseur est incontournable et a pris le pouvoir. L'objet transitionnel de l'homme moderne sonne à tout va et partout, au mépris des méchantes affichettes enjoignant aux visiteurs polis de les mettre en veille. On ne peut se promener sans croiser un individu qui semble parler tout seul, le poing crispé le long de la joue ou pour certains avec un kit main libre qui parait greffé sur le pavillon de leur oreille. Au fil des ans, technologie oblige, le téléphone a élargi ses fonctions en même temps qu'il s'amincissait et s’amaigrissait. Il est devenu réveil matin, machine à jeux, expéditeur de messages écrits (on dit "textos" ou "SMS"), agenda, calculette, appareil photo, caméra, appareil de radio, lecteur de musique...
 
Mais ce téléphone cellulaire parait maintenant bien désuet et obsolète surtout lorsque Steve Jobs (Monsieur Apple) a commercialisé un mini-ordinateur d'un format à peine plus grand que le portable et qui permettait de se connecter facilement sur le réseau Internet avec toutes les portes ou plutôt les fenêtres (Windows) que cela permettait d’ouvrir : messagerie, presse, annuaire, géolocalisation, téléchargements... Ces nouvelles merveilles technologiques représentent la génération dite des "smartphones" ou téléphones super-intelligents et se nomment Iphone, Android, Windows Phone ou autres BlackBerry. 
 
Produit intermédiaire entre le smartphone et l’ordinateur portable, la tablette tactile commence à se propager plus récemment. Pour les candides nés au siècle précédent, je précise que cette ordinateur mobile, ressemblant à une ardoise, se caractérise par sa minceur, son faible poids, l’absence de clavier et de souris, le tout étant commandé au doigt et à l’œil.
 
La mémoire de plus en plus éléphantesque de ces petites machines peut actuellement monter jusqu'à 64 Go (Le Go n'est pas un gentil organisateur mais signifie gigaoctet, soit 1 milliard d’octets). Pour avoir un ordre de grandeur un DVD peut stocker 4,7 Go de données numériques. On se rend donc compte que ces machines infernales risquent de nous pousser à la passivité et à la délégation de pouvoir. Plus rien à mémoriser, pas la peine de se fatiguer et éventuellement de réfléchir puisque tout est là dans la petite boite magique obéissante qui sait tout et peut résoudre tous les problèmes.
 
C’est ce qu’a bien compris l’association Terrafemina qui, en partenariat avec l’opérateur Orange, nous propose un banc d’essai (elle appelle cela un « benchmark ») d’applications destinées aux parents dans le vent, côté informatique. Orange, je ne vous présente pas, tout le monde connaît et on comprend aisément que cette société s’intéresse à tout ce qui touche à la communication téléphonique, avec ou sans fil. Terrafemina par contre, c’est moins connu, j’ai appris et je vous apprends donc qu’il s’agirait d’une association loi 1901, créée en mai 2008 par Véronique Morali. Sa mission serait (je cite) « d’organiser et d’accompagner des manifestations consacrées aux femmes des pays de l’Union pour la Méditerranée, à leur situation et à leurs problématiques ». Bon très bien me direz-vous, la parité homme-femmes est dans l’air du temps, les droits de la femme doivent être respectés. Quand on visite le site correspondant, on a plutôt l’impression de feuilleter un hebdo dans le registre « femme pratique » ou « la femme moderne » que d'être sur un site d’association à but non lucratif. On peut parcourir des articles qui intéressent sûrement beaucoup de femmes branchées comme "Les souliers de Marie-Antoinette adjugés 62.000 € à Drouot" ou bien "Le dépucelage tardif garant du bonheur amoureux". Le bandeau publicitaire interactif est bien placé en évidence. Les activités commerciales des partenaires (çà fait mieux que sponsors) sont en bonne place (Casino, Générali, GDF-Suez, Coca-Cola, la banque postale, Lesieur…) car ils doivent fortement s’intéresser à la ménagère de plus de 40 ans. 
 
Ce partenariat Orange-Terrafemina a permis de mettre sur pieds ce que ses créateurs nomment un « observatoire ». Quid de cet observatoire ? Il s’agit là « d’identifier, quantifier et décrypter ces nouvelles pratiques (numériques), et interroger leur pérennité. Une démarche quantitative et qualitative pour mieux comprendre les usages de notre société connectée. » Cet observatoire forcément très observateur et destiné à la femme moderne ne saurait ignorer qu’elle vit (ou vivra) sûrement en couple et qu’elle est même probablement mère ou envisage de l’être. Comment faire pour que cet "observatoire" puisse aider ce couple à être de parfaits parents et faire un sans-faute dans l’éducation de leur enfant ? 
 
La tablette tactile numérique est là pour résoudre tous ces casse-têtes bien sûr. On va « organiser des contenus incontournables, remarquables ou innovants à destination des super-parents ».
 
Que peut-on proposer pour ne rien rater ? On peut dès la naissance établir un journal de bord où tout est paramétré et organisé à l’avance, alarme pour le biberon, les rendez-vous, les changements de couche. Ne pas oublier de noter l’humeur de bébé et son sommeil ni bien sûr de suivre sa courbe de croissance. Bébé n’arrête pas de pleurer ? Ce n’est pas grave, "Cry translator" vous explique la cause de ses pleurs. Vous n’êtes pas rassurés lorsque bébé dort. Nous avons la solution grâce au "Smart Baby Monitor" : vous l’avez sous les yeux avec une caméra infrarouge la nuit, une alerte sonne si le niveau de bruit augmente ou en cas de mouvement prolongé, on peut même parler à bébé sans se déplacer grâce au micro intégré et lancer une berceuse. Si l’endormissement est vraiment difficile, pourquoi ne pas essayer le doudou virtuel : une peluche sur l’écran entonne une berceuse, le bébé peut même toucher l’écran et agiter le téléphone pour déclencher des animations. Espérons qu’il n’y passe pas toute la nuit !
 
Bébé a maintenant grandi en toute quiétude grâce à ses parents numériques qui peuvent continuer sur la même voie. On peut raconter une histoire à son enfant sans être présent puisque l’on a enregistré sa voix et que l’image est accompagnée du texte sous-titré. Vous séchez sur une question ? On vous souffle la réponse, indispensable pour répondre aux fameux "Pourquoi" incessants des enfants. Vous vous inquiétez pour votre enfant ? Les conseils du "psy" sont là pour répondre aux parents angoissés et comprendre leur enfant. Vous voulez avoir une progéniture "sur-performante" ? Facile, des cours de langue pour bébé sont disponibles. Et vous savez que votre enfant sera surdoué si dès 3 ans, il profite de la visite virtuelle du Louvre grâce à "Louvre kids" ! Vous voulez qu’il soit premier dès le CP ? Un jeu d'enfant avec "Planète Boing" qui propose des exercices sous la forme de jeux interactifs sans oublier les récompenses et médailles à gagner pour motiver l’enfant. Si cela semble un peu insuffisant, des cours particuliers virtuels sont possibles entre 3 et 8 ans. Et bien sûr pendant les vacances, on révise un peu avec le cahier de vacances numérique online. Mais attention, tout enfant doit aussi pouvoir s’amuser, bouger, sauter. Offrez-lui "ARBasketball", on peut jouer au basket n’importe où avec une balle et un panier virtuels. Pour nos petites filles, la poupée Barbie n’aura plus le désagréable goût de plastique, Barbie devient virtuelle mais on peut l’habiller sur l’écran et lui faire faire préparer une pizza ou la faire défiler. Quant au chat de la maison, il ne perd plus ses poils depuis qu’il est enfermé derrière l’écran, c’est "Tom le chat qui parle".
 
Votre enfant a grandi et il est adolescent. Les choses se compliquent car vous sentez qu’il vous échappe et se rebelle. Pas de problèmes, il est sous contrôle. Vous savez où il se trouve en permanence grâce à la géolocalisation "Zoemob". Le GPS de son portable le suit comme son ombre. Les parents peuvent recevoir des alertes automatiques quand le jeune entre et sort de l’école. Il est également possible de surveiller le contenu de ses SMS ! Oui mais, il utilise une langue étrange faite d’une mélange d’abréviations et de verlan. "Traducteur SMS" est fait pour vous. C’est l’application rêvée qu’il vous faut pour comprendre le langage étrange utilisé par vos ados sur leurs portables !
 
Une enquête a été diligentée en complément par Terrafemina pour estimer toutes les possibilités qui s’offrent avec cette super-nounou électronique et l’acceptation actuelle dans la population de ces objets électroniques chez leurs enfants.
 
L’institut CSA a interrogé par téléphone mi-septembre 2012 501 parents d’enfants de moins de 12 ans. Plus d’un tiers des possesseurs de Smartphone ou tablettes (38%) ont déclaré avoir déjà acheté au moins une fois une application spécialement pour un enfant de moins de 12 ans, particulièrement les cadres (51%) ou les Franciliens (42%). Dans quel but : 84% des parents concernés par l’acte d’achat déclarent avoir déjà acheté une application "pour jouer". Les applications "pour apprendre à lire, écrire, ou comme moyen de culture" sont moins fréquemment achetées (46%) mais sont tout de même prisées chez les cadres (66% au lieu de 46% en moyenne) et les parents les plus diplômés (52%).
 
Cet usage ne parait pas inquiéter les parents puisque 76% d’entre eux considèrent que c’est une bonne chose que les plus jeunes enfants "se familiarisent de plus en plus tôt avec les nouveaux outils numériques" dont 20% "une très bonne chose". Seuls 19% pensant l’inverse et 3% "une très mauvaise chose". De la même manière, seuls 12% des parents estiment que cela sera plus tard "un désavantage, car cela les habitue à avoir accès à tout facilement sans faire d’efforts" alors que 50% pensent que cela est au contraire "un atout, car cela leur donne accès à des informations et savoirs que n’avaient pas les autres générations". 35% estiment pour leur part que cela n’est ni un atout, ni un désavantage.
 
Son application concrète au sein de l’école clive encore les parents : une petite majorité (53%) sont en effet favorables à ce que l’on remplace les manuels scolaires par l’utilisation de tablettes, mais une proportion importante y est encore opposée (42%), parmi lesquelles les femmes (49%) ou les plus jeunes parents (50% chez les 18-34 ans).
 
L'article de Terrafemina qui présente ce nouveau mode d'éducation "up-to-date" interroge pour conclure l'avis de spécialistes de l'enfance. Ceux-ci sont partagés. "C’est le Laurence Pernoud des temps modernes disséminé et étoffé en autant d’applications" analyse Christel Petitcollin, psychothérapeute. Le psychiatre, spécialiste des écrans, Serge Tisseron veut modérer l’emballement pour ces nouvelles propositions pédagogiques : "Aucune étude n’existe sur l’efficacité de ces logiciels proposés aux enfants. Aucune instance indépendante ne valide la qualité des applications", d’où une invitation à la prudence.
 
La journaliste de Terrafemina nous annonce pour finir que les experts du jouet promettent une arrivée massive de tablettes tactiles spéciales pour enfants dans les rayons pour Noël 2012.
 
Je ne résiste pas, pour finir, au plaisir amer de vous citer la synthèse des promoteurs de ces tablettes à visée pédagogique pour ces enfants qu’ils ont baptisé la "génération tablette" : 
 
«  Grâce à des applications multiples et variées destinées à la fois à faciliter la vie et à combler toutes les lacunes des parents, le numérique ouvre le chemin de l’hyper parentalité :

–omniscients, super compétents et hyper performants… les parents numériques disposent d’une multitude de solutions pour assurer leur rôle,

–ils peuvent ainsi offrir à leurs enfants hyper sollicités et archi stimulés toutes les chances de réussite…

La tablette concrétise et incarne via ses applications, les obsessions de perfection de l'époque déjà à l'œuvre dans les injonctions des magazines féminins, dans l'explosion de la littérature self-help ou des émissions de coaching à la TV...

Cette "Génération Tablette" découvre de plus en plus son environnement et sa capacité à interagir avec lui à travers un écran et des représentations virtuelles. Réalité augmentée, modélisation 3D, interactivité…Quelles seront les conséquences de ces nouveaux usages sur sa perception du monde ? Et quelle société construira demain la "Génération Tablette" ?" 
 
Un article du quotidien "Le Monde" (1) vient commenter récemment (28.10.2012) cette apparition de la génération tablette à laquelle le journaliste attribue un "doudou numérique". En voici le texte :
 
"Les anecdotes fourmillent. Un enseignant d'école maternelle s'étonne de voir ses petits tenter d'animer une page de papier en faisant glisser leur doigt de droite à gauche. Un père est surpris quand son enfant préfère colorier son iPad plutôt qu'un cahier. Mutation culturelle inquiétante ou essor d'une nouvelle forme d'intelligence ? Le débat sur l'usage des tablettes numériques tactiles ne fait que s'ouvrir alors que ces instruments entrent chaque jour plus nombreux dans les foyers.

"Les parents et les enseignants s'inquiètent", constate Olivier Gérard, spécialiste des nouvelles technologies au sein de l'Union nationale des associations familiales (UNAF). Le 23 octobre, Apple a lancé en grande pompe son nouvel iPad Mini. Trois jours plus tard, Microsoft a dévoilé sa tablette Neptune. On attend aussi une prochaine évolution de la Nexus de Google. Selon l'institut GfK, 3,4 millions de tablettes seront vendues cette année en France (2,4 fois plus qu'en 2011) et plus de 10 % des familles en seront équipées fin 2012.

Les plus jeunes se sont emparés d'un nouveau "doudou numérique", comme l'appelle le psychologue et psychanalyste Michael Stora, fondateur de l'Observatoire des mondes numériques en sciences humaines. Selon une étude réalisée par l'institut CSA en septembre, les moins de 12 ans en feraient déjà un usage régulier dans 71 % des foyers équipés. Les éditeurs l'ont compris, qui investissent massivement le marché florissant des applications éducatives. La technologie et le commerce vont-ils trop vite ? "On peut le regretter mais, en matière de recherche sur l'usage des tablettes, on n'en est encore qu'aux balbutiements", note Olivier Gérard.

Le 20 janvier 2013, l'Académie des sciences posera une première pierre en présentant un rapport très attendu sur le bon usage des écrans, dont une partie sera consacrée aux tablettes. Le psychanalyste et psychiatre Serge Tisseron, qui en sera l'un des auteurs, appelle à la "prudence". "Les enfants aiment-ils les tablettes ? Ils imitent surtout leurs parents", estime-t-il. Pour lui, "les tablettes tactiles favorisent le développement de certaines capacités mais ne sont pas du tout utiles pour d'autres". Il faut donc rester mesuré dans leur usage.

Côté pile, Serge Tisseron leur accorde deux vertus : "Les tablettes favorisent le développement d'une intelligence intuitive ; les enfants tentent des actions, et reproduisent celles qui fonctionnent, remarque-t-il. D'autre part, résoudre de petits problèmes encourage l'intelligence hypothético-déductive." En revanche, côté face, elles n'apportent pas, juge-t-il, l'essentiel, notamment pour les moins de 3 ans. A cet âge, l'enfant doit mettre en place ses repères spatiaux et temporels. "Les tablettes, c'est un éternel présent, constate le psychiatre, pour le déplorer. Alors que lorsque les enfants utilisent des petits livres cartonnés, ils peuvent voir l'avant – les pages déjà vues –, le pendant – la page devant eux – et l'après – les pages restantes."

En 2007, Serge Tisseron avait pris la tête d'une croisade de nombreux scientifiques contre l'arrivée en France de chaînes de télévision spécialement conçues pour les moins de 3 ans. "Les études ont montré que la télévision est nocive en dessous de cet âge. Avec les tablettes, je réserve mon jugement", explique-t-il. Son principal opposant d'alors, Michael Stora, reste aujourd'hui son premier contradicteur. "De plus en plus de collègues sont moralistes, dans la guidance parentale. Cette tendance à diaboliser l'écran a un effet pervers : on en fait un objet de désir. Quand les parents s'inquiètent trop, cela crée un risque d'utilisation transgressive", juge-t-il. Pour lui, l'essentiel est dans la manière d'utiliser l'objet : "Ce qui compte, c'est la façon dont l'enfant est accompagné". Serge Tisseron est favorable à la création d'une forme de contrôle des logiciels dits éducatifs. Il fait remarquer que "personne ne vérifie s'ils sont vraiment efficaces".

L'une des préconisations de l'Académie des sciences, en janvier, devrait consister à mettre en place un laboratoire indépendant destiné à tester les produits. Même si en matière de livres, par exemple, cette précaution n'existe pas. "Sauf qu'on a, pour les livres, plus de recul", estime Serge Tisseron."
 
En plus des problèmes éthiques et psychologiques que cette nouvelle mode risque de poser chez le jeune enfant, il en est un autre qui n'en est pas moindre, c'est celui du retentissement des ondes électromagnétiques sur des cellules cérébrales en phase de pleine multiplication. Des doutes sérieux existent déjà, on le sait, sur l'utilisation prolongée du portable chez le jeune enfant qui est fortement déconseillé. Or la totalité des tablettes - y compris les versions "doudou" - fonctionnement exclusivement en mode wifi. Ce qui veut dire que les nourissons et jeunes enfants risquent d'en prendre ainsi plein la tête. Et si le wifi arrive à la tablette cela veut dire qu'il y a une exposition wifi 24h/24 dans les maisons, y compris la nuit. Quels impacts ? Que fait-on ? Que dit-on, aux parents, aux responsables de la santé publique, aux fabricants des engins, aux publicitaires.... ? Belles et angoissantes questions me disait un ami avec qui nous devisions sur ce sujet !
 
Quels enfants préparerons-nous avec ce monde dématérialisé et cette réalité virtuelle ? Ceci me rappelle le tableau de René Magritte, célèbre surréaliste, représentant une image de pipe sous laquelle figure le texte "Ceci n’est pas une pipe". Que sauront-ils ces enfants "génération tablette" de l’odeur du giron maternel, de la magie des bercements paternels, de la réassurance de l'histoire lue le soir au coucher, du bruissement des feuilles, des embruns sur le visage, du cri de la mouette, du sable que l’on laisse filer doucement entre les doigts, de la couleur de la pleine lune, de la douceur du pelage du chat, de la consistance collante de la pâte à modeler, de l'odeur des cahiers neufs de chaque rentrée, des sous que la souris apporte sous l'oreiller à chaque dent qui tombe, de la difficulté à choisir les jouets à inscrire sur la lettre au père Noël... Et si c'était la vraie vie que l'on apprenait plutôt à ces enfants, est-ce que cela serait si grave ?
 
 
Dominique LE HOUEZEC
ADVERTISEMENT
 
Repost 0
Published by L'archipélien - dans Liens
commenter cet article

Profil

  • L'archipélien
  • Le monde est dangereux non pas à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire” Einstein.
  • Le monde est dangereux non pas à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire” Einstein.

Archives