Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

Suite...

 

 

Georges a bien des parents à Capesterre,mais il ne les connait pas;il n'y a pas de lycée à Basse Terre,il faut aller à Pointe à pitre,payer une pension.Son parrain ne veut pas qu'il soit livré à lui même.Il ne reste plus que le choix d'un metier;sans conviction ,Georges choisit l'ébénisterie;il trouve un patron mais un incident le fera quitter très vite les Saintes:"je continue d'haîr les hommes de plus bel.Je sais que je n'aurai jamais de chance dans la vie" dit il .

 

 

C'est la guerre,son frère est mobilisé,son parrain ne trouve personne pour sa boutique alors  il abandonne l'ébénisterie pour s'occuper de la boutique de son parrain.Le voici employé de commerce à 14 ans.Debout tous les matin à 5 heures;balayer la boutique et la buvette,mettre les articles à l'ettalage,préparer les paquets de sucre,de froment en paquet d'une livre,servir les "décollages" aux dockers, vendre.

 

 

L'après midi,est réservée à laver les bouteilles,les dame -jeannes,à tirer le rhum et le vin à faire du sirop pour le punch,faire macérer des feuilles d'anis ou d'absinthe dans du rhum.A 6heures,l'épicerie est fermée,mais la buvette fait le plein;travailleurs,fonctionnaires viennent avec leurs copains...une, deux ,trois tournées...Pendant dix ans,ce sera le mode de vie de Georges,nourri, logé pour 15 francs.En 1925,il touchera 100 francs mais en cachette.

 

 

Le dimanche après la messe la boutique est ouverte de 7 H à Midi...

 

 

En 1918,notre employé de commerce vient d'avoir 17 ans;il sera convoqué à la préparation militaire;en 1918 en pleine exercice de petite guerre,on entend le carillon de la cathêdrale"la guerre est finie,rompez,rentrez chez vous!"

 

 

En 1921,il est convoqué à la mairie de Capesterre pour son incorporation;en 1923,il est réformé définitivement,son parrain qui souffre de la jambe est souvent absent et lui a confié la gérance de la boutique.Le dimanche,il avait décidé de ne plus ouvrir,alors un tailleur,Mr Cayet vient lui demander de faire partie de la conférence de st Vincent de Paul  .

 

 

Georges raconte:

 

 

"il s'agit de nous réunir tous les dimanche matin à l'évêché:on fait le compte rendu de la semaine écoulée;on réfléchit sur une lecture,on prie,et nous recevons des bons de marchandises que nous devons apporter aux pauvres et aux malades.Cela me plaisait assez,car j'avais deux garçons de 13-14 ans orphelins qui trainaient dans les rues que j'avais plus ou moins adoptés.Je trouvais un moment libre les après-midi,je leur faisait le cathéchisme,je leur apprenais les lettres de l'alphabet,les faisait compter.Je leur donnais un peu de mon repas de midi,que je mettais de coté dans un récipient,je leur achetais du pain etc...Ils ont fait leur première communion,je les ai habillé,je leur ai trouvé du travail...

 

 

Je passais mes dimanches après midi à visiter les familles,a leur appoerter des bons,à visiter aussi celles qui pourraient devenir bienfaiteurs.De 1922 à 1925 je suis resté membre actif bien fidèle de la confrèrie..."

 

A suivre (prochain sujet  la vocation )

Partager cette page

Repost 0
Published by

Profil

  • L'archipélien
  • Le monde est dangereux non pas à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire” Einstein.
  • Le monde est dangereux non pas à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire” Einstein.

Archives