Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 novembre 2015 4 05 /11 /novembre /2015 18:50
Jeune Cactus cierge.

Jeune Cactus cierge.

Published by L'archipélien
commenter cet article
21 mai 2014 3 21 /05 /mai /2014 01:06

Cela fait cinq ans que ce blog a été créé. Une experience de ce type ne se conduit pas sans inspirations ni persévérance. Des jours avec et des jours sans , seul face à l, écran de mon ordinateur avec le même soucis , se faire plaisir et informer ses lecteurs.Et un jour s, arrêter pour passer à autre chose sans se renier...

 

Published by L'archipélien
commenter cet article
10 mai 2014 6 10 /05 /mai /2014 18:17

Je propose deux pistes pour contrer la mise en accusation systémique des hommes. La première piste assimile le féminisme à un système de penser binaire proche de la pathologie par la disproportion de la posture victimaire en regard des correctifs sociaux légitimes. La colère de ces femmes et de ceux qui, comme les LGBT, se soumettent à leur idéologie, peut davantage être assimilée à celle des Gorgones, êtres malfaisants de la mythologie grecque.

En seconde piste, le « Peuple des mâles » doit se reprendre et mettre un terme à toute misandrie et discrimination sociale dont il est l’objet.

Des biais à la pelle

J’ai volontairement limité les exemples de la violence du discours féministe (voir articles précédents en fin de celui-ci), mais ils sont beaucoup plus nombreux. J’ajoute cependant un exemple de biais récent. Il concerne les meurtres conjugaux. En France en 2013, 121 femmes ont été tuées par leur conjoint, et 25 hommes par leur conjointe, soit un rapport de 4,8. Le meurtre conjugal est un des crimes plus masculins. C’est celui qui aujourd’hui est montré en boucle pour démontrer que la violence masculine est presque 5 fois plus importante que la violence féminine. Dans le domaine des meurtres c’est vrai. On pourrait discuter sur les conditions dans lesquelles ces meurtres sont commis : 75% le sont par arme à feu et non par des coups, et la moitié sous l’emprise de l’alcool ou de stupéfiants/médicaments. Mais je ne veux pas chicaner.

Venons-en au biais. L’image 1 produite par le gouvernement montre deux cercles. Celui des 121 victimes féminines est très grand, celui des victimes masculines beaucoup plus petit. Si l’on voulait faire preuve d’objectivité on devrait montrer deux cercles en proportion, soit 4,8 fois plus grand pour les victimes féminines (image 2). Or il est 24 fois plus grand !

Cela ne semble qu’un détail et ne change pas la réalité. Mais il y a un but dans ce graphique : montrer, par une astuce visuelle, les femmes comme étant infiniment plus victimes que les hommes, ou les victimes hommes comme quantité négligeable. Le biais ne peut être que volontaire au niveau du gouvernement, et la surenchère est encore une fois démontrée. Nous sommes maintenant habitués à cette malhonnêteté intellectuelle.

On remarque également deux choses dans le document : d’une part il n’est pas fait mention explicite de violence contre les hommes. Pourtant elle existe et mérite autant d’être reconnue, documentée, traitée par les autorités. La discrimination contre les hommes est ici manifeste : seules les femmes sont désignées comme victimes. D’autre part le texte du haut affirme que « 13 enfants ont été tués par leur père en même temps que leur mère ». Or le texte explicatif sous l’image (voir site du 3919) dit :

« 13 enfants ont également été victimes, en 2013, de violences mortelles exercées par leur père ou leur mère ». Etrange différence de formulation : en gros caractères, seuls les pères sont infanticides, en petit les mères le sont aussi. Et puis, a-t-on comptabilisé ici les infanticides maternels (dont les bébés congelés) qui, on le sait, bénéficient d’une sorte de mansuétude psychiatrique voire judiciaire ? On voit dans ces biais et surenchère que la violence conjugale, bien que très minime en volume, est un enjeu politique majeur et une chasse gardée pour le féminisme.

Dans les biais, je cite encore cette formule amusante lue hier sur un blog, formule dont j’emprunte une partie en sous-titre à ce billet : « Combien de fois a-t-il fallu voter pour que finalement le peuple des mâles accepte d'accorder les droits politiques aux femmes ? »

La formule oppose clairement les « mâles », donc l’homme vu dans sa condition animale, aux « femmes » donc à l’humanité. Bravo l’auto-dénigrement masculin ! Cette formule alimente le clivage femmes-hommes et la misandrie gauchière (sans compter qu’historiquement les hommes n’ont eu le droit de vote universel que quelques décennies avant les femmes).

Et bien soit, allons-y pour le « Peuple des mâles », comme il y aurait un « peuple de gauche ».


La Gorgone attitude

Le féminisme dans ses excès - et ils sont aujourd’hui permanents - illustre bien ces êtres malfaisants que sont les Gorgones. Ce qui lui confère une dimension mythologique. Je pense d’ailleurs que c’est là sa source. De même que les héroïnes des tragédies grecques étaient parfois amenées à tuer, ou à hurler leur souffrance, les Gorgones modernes hurlent une souffrance que les mots ne peuvent exprimer. Tuer le père (soit les hommes) et la mère, quoi de plus inouï, de plus fondamental, de plus jouissif pour enfin exister seule, enfin exister par soi-même ?

Les raisons idéologiques et politiques du féminisme, comme la supposée inégalité salariale, ne sont plus aujourd’hui que des prétextes à prendre le pouvoir sur les hommes et à les contrôler. La Gorgone attitude, c’est la « Dominante attitude ».

Or aujourd’hui il faut contrer de manière frontale et globale cette dérive intellectuelle. En résumé :

1. Il n’y a pas de domination masculine - ou alors pour préserver le clan et la descendance, ce qui est légitime. Le reste n'est que mythologie moderne et mépris des hommes. La domination est affaire de classe et de caractère bien plus que de genre. Et non, les femmes ne sont pas toutes, depuis toujours, les victimes taiseuses et stupides décrites par le féminisme victimaire.

2. Le patriarcat est un système d’organisation de la société par répartition des rôles, et de valorisation sociale des hommes pour les inciter à protéger et nourrir leur famille en compensation de leur insignifiance biologique. Le patriarcat n’est donc pas une oppression globale, délibérée et systémique des femmes. Les femmes n’étaient pas des idiotes ni des taiseuses. Dans l’option de protection de la famille, on peut même supposer que le patriarcat a été inventé par les femmes pour retenir l’homme. La force physique supérieure des hommes n’explique en effet pas tout le développement culturel de la société humaine, bien plus concernée par la protection des mères donc de l’espèce.

3. Si certains hommes sont violents(0,00002 % d’entre eux ont commis un meurtre sur leur épouse en 2013 en France), la plupart sont plutôt collaborants et animés de bienveillance.

4. Le féminisme n’a pas pour but l’égalité mais l’accusation, le contrôle et la domination des hommes, dans le domaine sexuel, familial et professionnel.

5. Puisque les féministes réclament et obtiennent des politiques de protection accrue des femmes, force est d’admettre que les femmes sont plus vulnérables que les hommes, comme le sont les enfants, et que l’on ne peut considérer que femmes et hommes sont égaux si la loi protège davantage les unes que les autres.

6. Autrefois on disait : « Les femmes et les enfants d’abord », car les femmes étaient
considérées comme plus importantes que les hommes et devaient être sauvées en priorité. Aujourd’hui, l’égalité voudrait que l’on n’accorde plus le privilège de la survie aux femmes en cas de catastrophe.

7. Le procès fait aux hommes est une production de bourgeoises ambitieuses, pas du du « Peuple des femmes ».

8. Les femmes n’ont pas à changer les hommes, (réflexe peut-être hérité du fait de changer les couches de leurs fils...) mais à les accepter et à les aimer. Les mères, en éduquant les garçons, leurs donnent des injonctions ou des ordres. Les filles entendent ce discours et se l’approprient un jour. Elles n’y peuvent rien. C’est plus fort qu’elles. C’est la mère en elles. Mais doit-on tuer père et mère pour être libre. Non. Même pas symboliquement. Le penser est preuve d’une extrême faiblesse intérieure. No way.

Le Peuple des mâles

Parmi les hommes il y a quelques criminels, des salauds, des tordus, beaucoup d’imbéciles et une bonne majorité de types plutôt cools. Passons sur les criminels, les salauds et les tordus. Ce n’est pas spécifique aux hommes. Ce qui l’est davantage c’est la fascination que beaucoup d’hommes ressentent pour les femmes. Ils en sont béats. Il n’est que de lire les poésies d’hommes.

Aujourd’hui beaucoup d’hommes acceptent sans discuter le discours féministe. Ils se sentent coupables, se mettent à croire qu’ils sont de vilains dominateurs pervers et sadiques, donc qu’ils doivent la boucler et acquiescer. Dire non à la femme c’est dire non à la mère. Donc à l’amour inconditionnel dont ils ont tant besoin pour remplir leur insignifiance et se faire pardonner leurs escapades ! Dur dur...

Et bien le Peuple des mâles doit se ressaisir. En tant qu’hommes et que pères. Aujourd’hui les pères sont vite jetés, remplacés, accablés juridiquement et financièrement. C’est peu motivant pour s’investir dans une relation. Vivement la pilule masculine. Et quand on sait que 80% des séparations sont initiées par les femmes, il vaut mieux signer un contrat avant de se mettre en couple et de faire des enfants.

Mais aussi bien des hommes ont démissionné. Je connais nombre de mères divorcées qui acceptent que le père reste très présent pour les enfants, qui le demandent et le proposent, et les pères ne répondent pas à cette demande. Où sont les hommes ? Où sont ces pères magnifiques, ces héros prêts à donner leur vie, ces sortes de chevaliers guidés par le sens de l’honneur et de l’engagement ?

Ce sera l’objet d’un réflexion ultérieure. Pour aujourd’hui, Peuple des mâles, voici quelques suggestions, à discuter ou compléter selon tes propres besoins et ta vision personnelle :

1. Apprends à dire non à une femme, à refuser la fascination, à ne répondre à la séduction que si tu restes libre intérieurement. Si tu n’as pas envie de partager les tâches ménagères et de descendre la poubelle, dis-le clairement. Personne ne doit te contraindre. Travaille et paie quelqu’un pour le faire. Mais si tu aimes ou penses que c’est une bonne chose, pas de problème.

2. Non, tu n’es historiquement pas un tyran ni un dominateur. Tu as aimé, chéri, protégé ta famille.

3. Cesse d’acquiescer bêtement au discours féministe. N’entre pas dans le narcissisme féminin : c’est un puits sans fond. Laisse cela à ceux qui pensent que c’est un moyen de drague ou aux politiciens qui pêchent des voix,. Ou aux hommes immatures. Vois l’indignité de François Hollande : ne ressemble jamais à un tel homme. L’honneur personnel n’est pas de se soumettre ou de se coucher, c’est de rester droit dans ses bottes.

4. Ne change rien à toi-même. Elle t’a choisi comme tu es. Toute autre considération est nulle et non avenue. Elle dit qu’elle a changé et toi pas ? Prétexte stupide et signe de mauvaise foi. Changer en soi ne devrait pas exclure l’autre, ni lui imposer de changer aussi. Donc si elle commence à dire cela, ramène-la au réel. Si elle insiste fais tes valises et parts sans une larme. Tu échapperas au pire.

5. Elle pleurniche parce que tu n’es pas centré sur elle ? Fais tes valises et pars sans attendre. Les pleurnicheries ne font pas un couple. Si ta compagne n’est pas un top model ni une petite princesse, mais qu’elle est solide, loyale, si elle te soutient, tu disposes d’un vrai trésor. Aime ta compagne, et si parfois tu ne sais pas comment, parles-en, imagine et apprends.

6. Sache être ferme sur tes décisions, mais capable d’écoute et de changer ta position si elle t’en donne de bons arguments. Sois un chevalier : fort, chef de territoire, ayant le sens de l’honneur et de sa dignité, mais galant, aimant, loyal, tendre quand il le faut. L’homme complet est complexe. Transmets ton héritage, transmets ta culture, transmets cette complexité. Eduque tes enfants selon la différence des genres aux fins de faciliter leur identification et de les aider à acquérir le respect de l’altérité. Fais de tes fils des hommes dignes, audacieux et respectueux, et donne à tes filles l'envie d'aimer l'homme.

7. Et surtout : ne crois pas qu’un homme a l’obligation de pleurer pour montrer ses émotions. Les féministes veulent ramollir les hommes pour les contrôler et les dominer. Il y a bien d’autres manières de s’exprimer. La rareté d’un homme fait aussi sa valeur : les larmes doivent être un cadeau, pas un signe de ramollissement. Apprends donc à serrez les dents. Et puis, le monde civilisé n’est pas exempt de danger. Tu ne peux pas pleurnicher : tu dois rester vigilant et prêt à donner ta vie. Pense à ce camionneur parisien qui a reçu 6 coups de couteau en voulant défendre une inconnue agressée par deux voyous. Ça c’est un homme.

Bref, Peuple des mâles, fais en sorte de gommer les stéréotypes réducteurs que les Gorgones ont répandu dans le monde comme un poison. Fais réfléchir à la profondeur, aux vide anxiogène, à la complexité de la psychologie masculine.

Fin de la série (pour le moment). Merci de votre attention et désolé d’avoir été un peu long. Je me suis pourtant limité...

auteur hommelibre in agoravox

Published by L'archipélien
commenter cet article
27 avril 2014 7 27 /04 /avril /2014 20:40

Depuis le 21 juillet 2014 les recettes fiscales de la commune de Terre de Haut sont adossées à la communauté d'agglomération du sud Basse -Terre (CASBT) et l'Etat continue de verser mensuellement 1/12 eme des impots votés à la commune de Terre de Haut pour son fonctionnement.Parallelement , il faut savoir que les impots non percus ne seront plus compensés comme auparavent par l Etat par l'intermediaire des contribuables "vaches à lait".Ceux-ci seront portes directement au debit de la collectivité . Quand on sait qu'à Terre de Haut seuls 10/100 paient leurs contributions, je vous laisse imaginer l'explosion deficitaire qui s'annonce pour dans peu de temps.

Je prends le pari que le vent va tres vite tourner.

Published by L'archipélien
commenter cet article
17 avril 2014 4 17 /04 /avril /2014 17:27
Published by L'archipélien
commenter cet article
14 avril 2014 1 14 /04 /avril /2014 02:53

QUEL POINT COMMUN Y A T'IL ENTRE UNE ELECTION ET LA REALISATION D'UNE MARE A Terre de Haut ?

Sachant que dans les deux cas la lettre A....précède l'action: à boire, à manger, par exemple.

Published by L'archipélien
commenter cet article
3 avril 2014 4 03 /04 /avril /2014 17:30

« Tout était faux, faux réalisme, faux crédit et même fausses catins. Et cette fausseté s’appliquait surtout dans la manière de juger »
(Flaubert, Lettre à George Sand, 1871)

Selon un sondage Ifop-Le Figaro du 17 mars 2014, Nicolas Sarkozy est le candidat préféré de 62 % des sympathisants UMP, loin devant Alain Juppé (18%), François Fillon (10%) et Jean-François Copé qui, petite notation ironique de l’AFP, « a doublé son résultat en passant de 1 à 2% des sondés » (17 mars 2014). Comme d’habitude, l’AFP relaie « l’information » pour toute la presse : Nicolas Sarkozy est toujours « le candidat préféré (…) des sympathisants UMP pour la présidentielle de 2017 ». Ensuite, les chaînes d’info en continu et les quotidiens reprennent en boucle. En plein maelström, il faut bien en déduire que les affaires n’affectent pas l’image positive de celui qu’elles accusent. Les chiffres semblent sans appel.

Il n’y a pas en effet de biais statistique ou méthodologique suffisant, pas de « marge d’erreur » qui puisse seulement relativiser le fait qu’une majorité des sympathisants UMP préfèrent Nicolas Sarkozy comme candidat en 2017. D’autres sondages le confirment par ailleurs qui, par exemple, recensent les qualités de l’ancien président : « dynamique », « courageux », solide », « charismatique », « compétent », « convaincant ». Et même s’ils étaient seulement une minorité à le juger « honnête » Le Parisien peut titrer dans le même sens : « Malgré les affaires, Sarkozy reste dans la course » (Le Parisien, 16 mars 2014).

Ce genre de sondage laisse les uns dubitatifs, les autres atterrés. Il n’y a pourtant pas de mystère : les sympathisants UMP ne retirent pas leur faveur à Nicolas Sarkozy pour la prochaine élection présidentielle car ils ont voté pour lui en 2007 et 2012. Comme les sympathisants de n’importe quel parti, même s’il existe des différences entre eux et si, à droite, le rapport à l’autorité conduit à faire confiance aux chefs. Ne pas souhaiter son retour, surtout à cause d’affaires mettant en doute sa probité, ce serait reconnaître non pas que Nicolas Sarkozy a des choses à se reprocher mais que l’on s’est trompé. Autrement dit, de telles questions déterminent les réponses.

Lire André Bellon, « Bonapartisme ou Constituante », Le Monde diplomatique, avril 2014.Le sondage Ifop-Le Figaro met en œuvre le mécanisme de « dissonance cognitive » : aucun événement ne peut démentir une croyance forte. Ainsi, Leon Festinger et ses collègues ont-ils montré que les millénaristes qui attendent la fin du monde ne renoncent pas à cette croyance quand elle n’arrive pas à la date prévue [1]. La fin du monde est seulement reportée. La démonstration ne concerne pas seulement ces croyances et ces groupe, elle met à nue un mécanisme banal dont les scandales offrent une bonne illustration. La croyance en la culpabilité des personnages politiques est étroitement corrélée à la proximité partisane. Autrement dit, les électeurs de gauche croient à la culpabilité des politiciens de droite quand ceux de droite n’y croient pas, et inversement. A moins qu’ils ne renvoient tout le monde dos à dos. Mais c’est aussi pour échapper à la dissonance cognitive. Mais les sympathisants de l’UMP ne sauraient se donner tort d’avoir un jour choisi Nicolas Sarkozy. Ils ne croient donc pas à sa culpabilité car elle signifierait leur erreur. Les preuves importent peu, en tout cas pour les plus convaincus.

L’affaire des écoutes de Nicolas Sarkozy a permis d’enclencher le procédé de défense le plus ordinaire, en inversant l’accusation de ceux qui sont censés avoir commis une faute et en la portant vers ceux qui sont censés bénéficier de la dénonciation : les magistrats abuseraient du droit en mettant sur écoute un ancien président, la garde des sceaux aurait menti en disant qu’elle n’était pas au courant, l’accumulation des affaires avant les élections municipales ne serait pas une coïncidence. Et certains lâchent le mot de « complot ». Y croient-ils ? Les professionnels de la politique sont plus retors : qu’ils y croient ou pas, ils font leur travail en accusant l’adversaire. Rassurant ainsi des profanes qui ne demandent qu’à croire. C’est la règle du jeu, assurent les cyniques. Il n’est cependant pas sûr que cela s’accomplisse sans dommages. La thèse du complot encourage les prédispositions paranoïaques : la justice serait partiale et manipulée car il est bien connu que les magistrats sont de gauche ; la presse aussi, car nul n’ignore que les journalistes sont de gauche. A cette occasion, les réactions paranoïaques ont une nouvelle fois prospéré sur les forums Internet. A l’abri de l’anonymat.

La raison politique souffrirait moins de ce pathos entretenu à longueur de colonnes, de plateaux et de sondages si le même mécanisme de dissonance cognitive ne s’appliquait aussi aux élections. Les électeurs ne déjugent pas leurs candidats, même s’ils sont condamnés, parce qu’ils ne sauraient se déjuger eux-mêmes. Tout au plus admettent-ils les fautes en les excusant parce que « les autres » feraient « pareil sinon pire ». Cela dépasse le pacte de corruption qui lie le corrupteur et le corrompu. Depuis le XIXe siècle, on sait qu’il est vain d’espérer inverser le résultat d’une élection irrégulière. Il en va aujourd’hui de même à Corbeil-Essonnes et d’autres endroits. Ne donnons pas de nom qui nous vaudrait une assignation en diffamation, mais chacun sait que M. X a acheté les voix, que M. Y a reçu des commissions sur les constructions effectuées dans sa commune, et a fait passer l’argent par les paradis fiscaux. Ils seront réélus, écrivions-nous avant le premier tour des élections municipales. Le temps de finir ce papier, il sont déjà réélus [2].

Ces péripéties désespèrent ceux qui se résignent, les autres parlent de pédagogie, de temps pour comprendre. Cette façon morale d’envisager le problème n’est pas nouvelle. Lamartine la posait déjà en 1848 devant l’éventualité d’un peuple se dépossédant lui-même : « Si le peuple se trompe, eh bien ! tant pis pour lui ». Il anticipait la tentation plébiscitaire qui pourrait amener un tyran au pouvoir grâce au suffrage universel. Il y eut Napoléon III, et, si l’on ose dire, il y eut pire. L’ancienneté du propos est accablante. Nous n’avons rien su faire. Si nous savons aujourd’hui ce que le mot peuple peut cacher ou justifier, il faut bien aussi considérer ces électeurs qui ignorent que le droit est aussi important que le suffrage. Leur opinion.

En droit électoral, la peine d’inéligibilité des élus condamnés vise surtout les électeurs. A les protéger d’eux-mêmes en somme. Pas suffisamment. Un peu plus tard, la peine révolue, les politiciens déchus n’en reviennent pas moins devant eux avec succès. Les critiques attribuent généralement l’ampleur de la corruption française à l’impunité permise par les intrigues politiques, la lenteur de la justice, la servilité médiatique, les protections des puissants ; ils oublient seulement la complicité de millions de citoyens. Embarrassant...

 

Article paru in rezo.net

Published by L'archipélien
commenter cet article
2 avril 2014 3 02 /04 /avril /2014 14:33

« Les tontons macoutes, ils mangent du caca ! » C’est portés par ce chant que des habitants de Port-au-Prince célèbrent la chute du clan Duvalier en dansant sur le mausolée de « Papa Doc » avant de le « déchouquer » (verbe d’origine antillaise signifiant déraciner des mauvaises herbes ou déboulonner un personnage important, ici les deux) et de s’en prendre à sa dépouille, le 8 février 1986, quinze ans après sa mort. Il faut dire que le « président à vie » avait durablement mis son pays dans la merde. Avec la bienveillante complicité des Américains, des Français et autres soutiens politico-humanitaires, l’île ressemble plus aujourd’hui à une scène de crime internationale qu’à un pays. Mais pour décimer ses opposants, massacrer les métis et maintenir son petit peuple dans les égouts de l’humanité, «  le Père spirituel de la Nation  » s’était appuyé sur des ressources locales : ses fameux « hommes bâtons » (tontons macoutes en créole), une milice sanguinaire aux ordres d’une idéologie qui confondait négritude et chemises noires ; ainsi que sur le vaudou, dont « l’électrificateur des âmes » fit une religion d’état tout en y incarnant un rôle taillé sur mesure, celui du « Baron Samedi ». En effet, pour consolider son pouvoir, aussi bien temporel que spirituel, le docteur dictateur ne se contentait pas de revendiquer son statut de chef vaudou. L’identification avec le Baron Samedi, l’esprit de la mort et de la résurrection, le poussait à des apparitions publiques, vêtu d’un costume de soirée à queue-de-pie noir, coiffé d’un chapeau haut de forme blanc, portant des lunettes de soleil et des boules de coton fourrées dans les narines. Ainsi déguisé, ce farceur fasciste affectionnait une démarche au ralenti et une voix d’outre-tombe pour impressionner son auditoire. Mais il pouvait lui arriver d’être pris à son propre jeu. Il ordonna ainsi la mise à mort de tous les chiens noirs du pays, après qu’une rumeur s’est propagée affirmant qu’un de ses opposants avait choisi la race canine comme véhicule de sa réincarnation. Fervent pratiquant, « l’être immatériel » consultait régulièrement la tête tranchée d’un de ses concurrents politiques qu’il conservait à la maison dans un pot en terre. Ce qui n’empêchait pas « l’apôtre du bien-être collectif  » de rester très ouvert aux autres religions et philosophies, même les plus éloignées de ses pratiques quotidiennes. C’est ainsi que quelques années seulement après ses célèbres « vêpres jérémiennes » (où plusieurs centaines de femmes, vieillards et enfants qui avaient le défaut d’être « mulâtres » sont torturés puis tués), « l’Homme Drapeau » rédige un hommage au martyr de la non-violence, le révérend Martin Luther King. Tyran complexe donc.

Sa tombe vient d’être refleurie par le fils indigne héritier, venu « apporter son aide » lors du récent tremblement de terre. L’un des rares cataclysmes auxquels la famille ne semble pas être directement liée. Sauf à considérer que les 230 000 morts, 300 000 blessés et 1,2 million de sans-abri seraient moins imputables à la tectonique des plaques qu’à l’état de délabrement général du pays et l’absence de médecins. Bref, que 99 % des victimes seraient en fait imputables à la pauvreté et donc peut-être aussi un peu à la responsabilité des Duvalier. Mais, arrêtons de pinailler.

Où aller danser ce soir ?

Difficile de faire mieux que la festive destruction à mains nues de la sinistre sépulture du dictateur démoniaque par une foule en liesse, le 8 février 1986. De son imposant mausolée, il ne subsiste aujourd’hui que des ruines, à l’image du pays qu’il a laissé derrière lui. À la kermesse libératrice s’est ajouté le passage des « pilleurs de tombe », ferrailleurs ou simples rescapés de la misère, qui récupèrent chez les morts tout ce qui est monnayable pour prolonger leur propre vie. La frontière entre les deux mondes est d’ailleurs mince, vaudou oblige. Le grand cimetière de Port-au-Prince résonne quotidiennement du son des fanfares, orchestres, chants, et cérémonies – comme le célèbre « rara » – qui accompagnent les processions et rites mystiques assurant la communication avec les esprits de l’au-delà. Mais si le cimetière est si animé, c’est surtout grâce aux milliers de vivants qui y ont trouvé refuge et ont fait des caveaux leurs maisons. On y dort, on y mange, on y boit et on y fait l’amour beaucoup, stimulé par la présence du Baron Samedi, qui est aussi l’esprit du sexe et de ses excès


Photo de Agir Pour Tdh.
Photo de Agir Pour Tdh.
Photo de Agir Pour Tdh.
Extrait in rezo net

Photos du profil

Published by L'archipélien
commenter cet article
21 mars 2014 5 21 /03 /mars /2014 07:52

Candidat à rien:  - je laisse le combat de coq aux seuls assoiffés de pouvoir et à leurs  partisans  retribués -, je me positionne simplement comme un citoyen éclairé  au service de tous . Si affirmer  cela c'est faire de la politique alors oui je suis viscéralement pour cette  politique du plus grand nombre de citoyen éclairé, oh combien redoutée par le systeme . actuellement  en oeuvre sur le territoire.

 

Permettez moi donc , l'instant d'un bref retour , de dénoncer le silence, sur les transformations qui s'annoncent  pour notre quotidien, de la part de ceux qui sollicitent nos suffrages .

 

Ont ils conscience que nous vivons en directe les prémices d'une mutation géo-politique discriminatoire, pour nous  iliens des dépendances, par la délocalisation de compétences importantes, jusqu'ici dévolues aux seuls conseils municipaux, au profit d'un pole communal de 83 000 habitants. Les effets induits , je prends le pari, seront semblables à ce qui s'est passé en 1901 après le départ de la garnison coloniale de terre de haut: isolement, ostracisme , déclassement  socio politique et économique.

 

Saintoises Saintois, le futur s"annonce redoutable pour vos finances, votre mode de vie, votre capacité de peser sur votre environnement , sur la preservation de votre culture , de votre singularité  et créativité .Seule l'edification d'une collectivité saintoise regroupant terre de bas et terre de haut nous permettrait de garder notre droit de décider par nous mêmes et pour nous mêmes.

 

Apres le 23 Mars, la réalité est que le maire de Terre de haut  sera un elu canada dry : il aura l'apparence d'un maire  .

 

Quand bien même il voudra jouer le jeu, avec 1 représentant sur 43  membres que pourra t'il dire et faire sans craindre de se soumettre voire  de se demettre et/ou s'isoler dans sa mairie, dépité sous les diktats du futur président (maire de Basse-terre ou de Saint Claude) de la communauté du Sud Basse-Terre ?

 

 

En allant voter le 23 Mars , vous ne pourrez pas dire que vous ne le saviez pas...Je refuse  de donner la corde à me faire pendre.La seule Alternative : un référendum local pour la création d'une collectivité Saintoise...Les élections de 2015 sera pour moi une tribune pour faire avancer cet ultime espoir Saintois de refuser le statut de petite poupée Russe.

 

Ps: article sans assistance littéraire de quiconque.

 

11 janvier 2014 6 11 /01 /janvier /2014 05:55

Depuis le 9 janvier, par la maniere avec laquelle le  pouvoir socialiste   s'emploie a vouloir nous soumettre a un legalisme a geometrie variable pour satisfaire je ne sais trop quelle doxa, quel clan. Et , pour ne pas avoir a preter le flanc a cette mascarade pseudo democratique- ne me reconnaissant pas dans leur FRANCE- , j,ai decide de fermer la cour des braves et d,entrer en clandestinite sur la toile.

Une pensee amicale aux lecteurs.

Published by L'archipélien
commenter cet article

Profil

  • L'archipélien
  • Le monde est dangereux non pas à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire” Einstein.
  • Le monde est dangereux non pas à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire” Einstein.

Archives