Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 décembre 2013 5 13 /12 /décembre /2013 18:30

Qui se cache derrière le poète éponyme L'archipélien ...Par respect pour mes lecteurs de la cour des braves, j'ai  decidé de lever un petit coin du voile,  à travers la redaction d'une autobiographie non exhaustive...Histoire de garder intact mon jardin secret.

 

Né, JOYEUX BELENUS Jean- Antoine Alias "Gain" ou " Jean claude à Germaine", il y a de cela 59 ans (un 17 janvier 1954) ,de l'union libre entre un marin-pêcheur(s) et une jeune fille mère sans aucune dote. Marié à une Saint Claudienne depuis 1982; il est père de trois enfants:  jenny ,jessica et Théomethis .

 

Sa jeunesse est marquée  par une succession de ruptures atténuées par la présence  bienveillante de ses grands parents maternels " PAPAUL et MANTINE ", et d'une grande tante FANFANN. Enfant de la courdesbraves, il ne pouvait trouver là une meilleure école pour nourrir son imaginaire  et se forger le caractère  nécessaire à la cicatrisation réussie dPhotj-claude-005.jpge sa blessure originelle. 

 

En 1965  , il fait la triste expérience de l'éducation par  la contrainte du corps et de la parole. Préadolescent "dezodiè"(turbulent) il est extrait de sa classe, devant ses camarades, par les gendarmes de la brigade de Terre de Haut -châtiment suprême doloris- et remis à son père ; il lui est reproché d'avoir resquiller une séance cinématographique  suspendu au toit du cinéma le "SPHINX" , appartenant à Monsieur Robert Azincourt...

 

En 1967, suite à l' obtention de son CEP( Certificat ), il  se retrouve en 5eme au Collège de Terre de Haut. Mais son cursus scolaire  dans le secondaire prend  brutalement fin   en 1969 .  Contraint à la vie active par son père - propriétaire éleveur de caprins et de bovins- qui s'oppose au choix de  son orientation au Lycee Agricole de Baie -Mahault . Pour lui (le pater familias ) cette proposition d'orientation n'est ni plus ni moins qu'un vulgaire pied de nez d'un professeur de maths, Monsieur ALLARD. 

 

Son professeur de Français , monsieur Jean yves COURANT, ayant decelé en lui  une ame de poète ; il se ravise vite ,sous  le poids des corvées, d'exprimer par écrits ses émotions et ses ressentis; se contentant de les declamer dans les falaises loin des sarcasmes familiaux.

 

En 1971 , l'adolescent a gagné en hardiesse , il insupporte de plus en plus les contraintes et les brimades ; suite à une antépénultieme rabrouade de son géniteur , il fugue pendant une semaine... Passe ses journées dans les bois de Grande Ravine  en se délectant de baies sauvages ; et ,le soir venu , trouve refuge  dans un cabanon de Rodrigue...

 

Cet épisode lui  inspire le poème : Limbes (le fainéant contrarié); extrait ci dessous:

 

Père !

Pour  m'avoir , un jour, comparé

A cet autre fils adulé

Noctambule d'un soir

Loin ses chaines brisées

Et tes mains acérées.

 

Revolte !

Desirs au centuple

D'enfance expurgée

De sa sève maternelle.

Ces lieux ou j'ai pleuré

Hauts le coeur de joie

Ma fugue consonmée...

 

 

 

La brouille entre père et fils  durera plus de 10 ans; durant lesquels "ce fainéant contrarié" s'emploiera de rattraper le temps perdu...Marin pêcheur occasionnel avec " z'enfant à Roger et z'enfant a Todorit ", il quitte son ile en 1973 pour effectuer son  Service Militaire au SMA de Guadeloupe.  Affecté sur "le Sapotille" un caboteur militaire assurant le  ravitaillement de la caserne de Terre de bas, en charge de la construction d'un aérodrome jamais achevé...Au terme de son service obligatoire, il est promu sergent mais, il renonce à une carriere militaire , du fait de  son instinct  d' homme " free lance" épris liberté. Il survit en faisant de petits boulots de réprésentant multi carte : livres, assurances.

 

 De retour, en Aout 1976, aux Saintes , il retrouve son capitaine d'unité du SMA, un st cyrien en rupture avec la discipline .Celui-ci lui propose un poste de matelot sur son voilier "Le Silver Heel" . Pendant des mois il s'adonne à des Charters entre Martinique et  les iles Grenadines...En 1977, il rentre en Guadeloupe,  pour un emploi de vendeur  à HORS BORD Guadeloupe des etablissements  PETRELLUZZI ;Il réside aux Abymes aupres d'un cousin  Tino JOYEUX DUVERNAY enfant de la cour des braves comme lui .

 

Autodidacte, il se fixe des challenges et il y parvient  : Capacitaire en droit  (1979) .Deug droit (1981). En 1981 sa rencontre avec le Docteur Eugene L'ETANG, Maire et Conseiller General des Saintes,  donne une nouvelle orientation  à son existence: il obtient un poste  d'éducateur stagiaire au centre Jean Bosco de DESHAIES . De 1984 à 1988 il effectue sa formation d'educateur spécialisé à l' IFMES Martinique et obtient son DEES . ..En 1990, il est admis au concours d'éducateur de la protection judiciaire de la jeunesse. Après  une année de formation à VAUCRESSON et à VERDUN  il est nommé, à sa demande ,dans son département  d'origine. les-saintes-003.jpg

 

Apres plus de trente ans de vie professionnelle, en qualité de travailleur social, au service des jeunes guadeloupeens , il a vu ,au fil du temps, les pratiques  perdre de leur qualité d'écoute et d'empathie, éléments pédagogiques  indispensables à l'etablissement de  la relation de confiance aidant /aidé; sans laquelle aucune action educative ne pourrait se prevaloir d'etre réparatrice et  libératrice . Aujourd'hui, le metier d'éducateur a perdu de son élan sacerdocal - Contraint par des annees d'ideologie  punitive exclusive - . L'éducateur PJJ n'est plus qu'un agent de probation déconsidéré , en charge de mesures préfabriquées: TIG( travail d'interet  général) Reparation, Stage civique, Stage de citoyenneté...Dans lesquelles la  part de subjectivité  de la parole de l'usager , le questionnement  de  l'éducateur  sont perçus comme attentatoire à l'omniscience de la hièrarchie.  

 

Dans quelques mois l 'archipélien sera rayé des cadres pour  cause de depart en retraite.Il n-ignore pas qu'il fait partie d'une catégorie d'educateur en voie d'extinction à la PJJ. Puissent les nouveaux se rendre compte que l'obeissance n'est ni une qualité et encore moins une compétence...Se plait til de repeter. DSC00058

Repost 0
Published by L'archipélien - dans Chrysosblog
commenter cet article
16 octobre 2013 3 16 /10 /octobre /2013 18:11

Pour avoir  un aperçu de ce que sera le blog de chrysos, cliquez sur le lien en dessous,

 

 

http://archipelien.e-monsite.com/album/les-adhérents/ .....

 

Ensuite, une fois sur la page , cliquez Accueil.

 

 

 

Je compte sur vous, chers lecteurs et lectrices de la cour des braves pour que, grâce à votre présence assidue, vous m'aidiez à le faire grandir.

 

Merci à vous tous  !Ω

 

Ps: Je vous autorise à mettre le lien dans vos favoris.

 

Repost 0
Published by L'archipélien - dans Chrysosblog
commenter cet article
27 septembre 2013 5 27 /09 /septembre /2013 19:26

Une conférence environnementale pour l’éducation à l’environnement

Dans un monde où tout le monde s’accorde à le dire : « on ne peut plus faire comme avant », impossible d’imaginer que nous puissions apprendre comme dans le temps. Apprendre autrement pour faire autrement, ça fait partie du challenge de ceux qui misent sur la transition écologique, ils ont raison.

Vers une transformation culturelle de la société

Le rendez-vous des 20 et 21 septembre 2013 est important pour l’éducation à l’environnement et au développement durable (EEDD) de notre pays. Il arrive à un moment où le constat est partagé par tous, l’EEDD est pertinente mais elle manque de force. La musique est bonne mais à peine audible, il faut lui donner du volume. Autre constat partagé et c’est très heureux, cette EEDD est constituée d’un ensemble d’actions : la sensibilisation, l’information et la formation. Notre chantier commun, c’est bien l’éducation de tous, tout au long de la vie, plus question de la limiter aux enfants et à l’école. C’est bien de la transformation culturelle de la société dont il est question, et plus précisément peut-être de cette métamorphose dont nous parle Edgar Morin depuis quelques années déjà.

La République parle d’une grande cause nationale.

Cette idée de faire de l’EEDD un des 5 thèmes de la conférence environnementale était en gestation dans la société civile depuis longtemps. Cela fait des années que nous sommes collectivement, toutes parties prenantes impliquées, dans le faire-ensemble pour donner plus de force à notre action. Et puis il y a eu les assises de Caen en 2009 qui ont donné naissance à l’Espace National de Concertation pour l’EEDD (ENC), puis il y a eu les assises de Lyon précédées de 95 assises et autres rendez-vous en territoire. Des assises de Lyon où la République a parlé d’une « grande cause nationale » à propos de l’EEDD. Les assises de Lyon avec leur mode ascendant et participatif qui, disons le, ont rassuré tout le monde quant à la capacité des acteurs de l’EEDD d’être réellement dans le dialogue et la co-construction. Avec la crise écologique qui ne cesse de nous faire mal, le besoin est là tous les jours plus évident, les désirs sont là, les méthodes sont éprouvées, les acteurs sont là, ils ont envie d’avancer ensemble, oui on pouvait y aller. Le gouvernement y est allé, bravo, le moment est bon !

Année 2013, marquée d’une pierre blanche.

Avec la loi de refondation de l’école qui fait entrer l’EEDD dans le code de l’éducation, avec le Premier Ministre qui a saisi le Conseil Economique Social et Environnemental sur l’EEDD, avec le rapport du recteur Jacques Moret sur l’éducation à la biodiversité, avec les instructions pédagogiques du mois de juillet consolidant les entrées « projet », « partenariat » et « territoire » dans l’avancée des E3D (établissements en démarche de développement durable), ceci en plus des assises et de la première journée européenne de l’EEDD tenue à Lyon le 4 mars 2013, on peut dire que le chemin du développement de l’EEDD 2013 est marqué d’une pierre blanche.

Une action concertée pour une action volontariste de l’Etat

A J- quelques jours, ce qui se profile donne espoir. Le gouvernement a très opportunément décidé que la préparation de la table ronde 5 consacrée à l’EEDD se déroulerait au sein de l’ENC. Ainsi des acteurs qui tous travaillent ensemble depuis plusieurs années et se sont collectivement mobilisés pour la réussite des assises de Lyon ( services de l’Etat :7 ministères, l’ADEME et les agences de l’eau, des collectivités : Association des Régions de France, Parcs Naturels régionaux…, des associations, des syndicats, des entreprises : Véolia, La Poste, EDF, SNCF..., des territoires, et des chercheurs …), se sont réunis et ont travaillé d’arrache-pied pour produire un rapport largement pris en compte par le gouvernement. C’est très satisfaisant. La fiche préparatoire de la table ronde 5 pose deux objectifs essentiels. Le premier est de déboucher sur « une action volontariste de l’Etat inscrite explicitement dans les politiques publiques… », politiques publiques autant d’éducation et de formation que d’environnement et de développement durable. Le deuxième objectif c’est d’aller vers : « un développement concerté…de projets multi-partenariaux impliquant ensemble tous les acteurs… »

Des projets éducatifs concrets beaucoup plus nombreux et financés

Ce sont deux objectifs qui correspondent bien aux attentes des acteurs mais nous devrons être vigilants à la manière de les atteindre. Il faudra beaucoup d’écoute et d’ouverture de la part de toutes les parties prenantes. Nous avons certes une « culture commune » en émergence au sein de l’ENC et dans tous les territoires, mais il faudra aller plus loin. Si de façon historique et encore bien actuelle, des conflits existent bien entre différentes parties prenantes, nous devons quand il s’agit de l’éducation laisser les armes et même toutes les armes à la porte des salles où l’on parle, l’intelligence collective de la société française le vaut bien. Donc sur ce chemin que nous avons à faire pour atteindre ces deux objectifs nous devrons passer par l’existant, c'est-à-dire en impliquant des groupes où la concertation est déjà là et bien vivante. Les Espaces Régionaux de Concertation (ERC), les plateformes régionales, les collectifs sont là, ils fonctionnent au même titre que l’ENC. Les mobiliser dans leur diversité donnera des résultats. Nous devrons aussi passer par des assises régulières, nous avions dit tous les 4 ans à Caen, c’est un minimum. Mais nous devons surtout mener ensemble des projets éducatifs concrets beaucoup plus nombreux et financés, c’est une nécessité. Parce que c’est là que le bas blesse. L’EEDD, réalité née d’une bâtardise entre protection de l’environnement et éducation populaire n’a guère droit de citer à l’endroit où l’on affecte les moyens et ça il est d’une haute nécessité que ça change. Si rien n’est fait là, rien ne sera réellement crédible.

A suivre

 

 

RGerard: Educateur à l'environnement

Repost 0
Published by L'archipélien - dans Chrysosblog
commenter cet article
12 septembre 2013 4 12 /09 /septembre /2013 17:41

Zammouett é poi dou  gran mayé

Apré un bal maské a bodé apiyé

O pipirit chantan , leu minui soné

A l'uile de gombo  sa bien rantré .

 

Ti baum tou flèguèdè pren  limbé

Gro gra vaillen a  pomm sucé;

jak makak zikak  kalbandé

pou un chéri doudou boi nivré.

 

Bo pè et bel mè kongoliio séparé

Promess en bouch chayé dlo panié.

Espoi mal papail san papié timbré

Ki fè manzè Karolinn défalézé néyé.

 

 

Terre de haut le 13 Septembre 2013ψ

 

 

Repost 0
Published by L'archipélien - dans Chrysosblog
commenter cet article
7 septembre 2013 6 07 /09 /septembre /2013 18:35

 

Le parc paysager de Grande Ravine constitue, de nos jours, un écosysteme quasi identique à celui d'avant la colonisation européenne ; situé dans un polygone boisé de 4 hectares.

 

Entre le Morne Roche à pain  et La Ravine dolphin .

 

 

Ses caractéristiques géographiques et géologiques en fait  un lieu d'une beauté pittoresque; ci contre,carrière de dolérites:

 

 

 

 

20131221 144127

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Son biotope, caractéristique des zones tropicales xérophyles,  heberge en son sein une biocénose singuliere .

 

Photo :     20130907 145329(1)  

 

 

 

 

 

On y trouve  notamment :

 

- Des cactées ,  comme , la raquette, le cierge , les piquants volants ; ainsi que:

 

La tête à l'anglais (photo) 20130907 155758

 

 

-Des espèces végétales,

 

l' hippomane mancenilla,

 

le bois enivrant  piscidia,

 

l'hymenaea courbaril,

 

le bois savonette sapindus saponaria.

 

 

 

Diverses espèces de champignons; dont le salako:

 20130907_145940-1-.jpg

 

 

 

 

Des espèces animales:

 

le mabouya des bois , photo ci-contre:

20131221 142829

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

le crabe savonnette,

la couleuvre couresse,

le bernard l'ermite.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On y accède, à partir du coté droit de l'Anse Rodrigue, par des ascenssions successives en empruntant des itineraires à decouvert et de sous bois.

 

- Trace des frangipaniers  (longue de 600 metres la plus difficile )

- Trace du vieux courbaril ( longue de  500 metres environs, faconnée par l' homme)

- Trace du figuier maudit.( 500 metres tres abrupts).

 

 

Le plateau de la charbonnière , point culminant, autorise  une vue superbe sur les ilets avoisinants du Sud :

le Grand-ilet, la Coche  les Augustins et la Redonde.20130907 145546(2)

 

 

 

 

 

 

 

Au Nord, on y voit :

 

-l' Ilet  Cabrit.

 

 

 

20131221 145454-copie-1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A l'Ouest:

 

-la Pointe  Vieux Fort de guadeloupe

-la Terre de Bas

-ilet Paté.

 

A l'Est:

 

La Dominique.

 

Les visiteurs decouvriront la technique de fabrication du charbon de bois et ses applications domestiques .

 

Apres l'effort, le reconfort des visiteurs se fera  autour d'une sauce de burgots et d'une salade surprise suivi d'un court bouillon de poisson avec de la farine de manioc , l'aliment de base des saintois d'avant l'arrivée des "frigidaires" .

 

Pour vous remettre de vos petits bobos une collation vous sera offerte aussitot l'arrivée au sommet par le charbonnier.

 

P S ; Cet article est appelé a s' etoffer en documents et photographies afin de devenir  un blog dans la perpective de L'ouverture publique du parc paysager de grande ravine  au premier trimestre 2015.

 

 

Pour tous contacts passer par le blogueur chrysos.

 

Repost 0
Published by L'archipélien - dans Chrysosblog
commenter cet article
2 septembre 2013 1 02 /09 /septembre /2013 17:48

XIMENIA AMERICANA 

Je ne connais qu 'un seul specimen de cet arbre . Il se trouve au sommet de Morne à craie...C'est actuellement sa periode de floraison ( Juin à septembre).

 

Photo ( 13 Aout  2013 ) jointe:   20130814 121534

  

Le fruit est vert olive durant sa periode de croissance et, jaune citron une fois arrivé à maturité,comme le montre le reportage en lien

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

https://www.youtube.com/watch?v=POy_oIXJC7s&feature=youtube_gdata_player

 

 

 

Mes recherches - ci contre'- m-ont permis  d'en savoir  un peu plus sur les qualités et proprietes du Ximenia americana.

 

 

 

 

 

 

 Nom scientifique : XIMENIA AMERICANA

                                           Français : citron de mer, prune de mer , Wolof : Ngolen

Arbuste ou petit arbre atteignant 4 à 5 m de haut. Il est quelque fois sarmenteux, Les feuilles sont des entités, simples et alternes Floraisons en petites racines ombelliformes
L'espèce est typique par ses épines rigides, droites, très aiguee, une épine se trouvant ordinairement à l'aisselle de chaque feuille.
Elle est aussi plus ou moins épineuse dans la savane, alors qu'elle est assez épineuse dans des habitats plus humides.
Les feuilles sont entités, simples, alternes, étroitement elliptiques ou ovales oblongues, de 3
A 7 cm de long sur 3 cm de large, obtuses au sommet, parfois marginales, glabres; 4 à 5 paires de nervures latérales presque effacées. Les feuilles sont courtement pétiolées de 6 à 7 mm. La nervure médiane est arquée.
L'écorce est fibreuse, brune foncée, à tranche rouge. Les fleurs verts- jaunâtres sont organisées en courtes grappes pendantes. Elles portent 4 pétales à poils très long et dressées à l'intérieur de la corolle mesurant 1 cm de long.
Les fruits ovales, jaunes à maturité ont l'apparence d'une prune, glabre, comestible, à chair
Acidulée, juteuse et contiennent une graine oléagineuse. Cette graine est une amande de 1,5
cm de diamètre réputée toxique. Le bois est jaune rouge, lourd, dur, gaines fines ressemblant aux caisses en bois et semblable au cendrier. Familles voisine des Celastraceae et santalaceae aux quelles elle est parfois rattachée

 


La plante est présente dans toutes les savanes africaines, sur les sables littoraux, les taillis du bord de mer en contact avec les marées et les galeries forestières. Arbuste pan tropical,
Répandu également en savane de l'Amérique latine, en Australie et en nouvelle Guinée. Il est commun dans les savanes soudano guinéennes, depuis le Sénégal jusqu'à la République
Centrafricaine. Son aire atteint l'Erythrée, la Tanzanie et le Kenya.
Elle pousse dans les sous-bois de la forée sèche soudanienne, notamment sur les sols argileux
Et aussi sur les berges des cours d'eau.
Au Sénégal, où elle est irrégulièrement répartie, on la rencontre dans le Saloum, le Niani, la haute et la moyenne Casamance et le Niokolo Koba.

Ximenia americana est une plante bien connue à travers la savane de l'Afrique Tropical pour ses vertus médicinales. Toutes les parties de cette plante sont utilisées.
La plante est prescrite dans certains cas de blennorragie en faisant une décoction (boisson) de
Rameaux feuillées additionnées de jus de citron. Cette préparation fait beaucoup uriner La racine de Commiphora Africana et Ximenia americana en macération d'une semaine sont utilisées dans le cas des problèmes cardiaques ou la prévention. La poudre de la racine pilée est indiquée dans le traitement de la gangrène. La decoction des racines pour le traitement de l ulcere gastrite et les racines pulvérisées sont utilisées contre les rhumatismes.

 

 

Repost 0
Published by L'archipélien - dans Chrysosblog
commenter cet article

Profil

  • L'archipélien
  • Le monde est dangereux non pas à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire” Einstein.
  • Le monde est dangereux non pas à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire” Einstein.

Archives