Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 octobre 2012 7 28 /10 /octobre /2012 18:30

 

 

 

 

 

Nous connaissions l'homme et ses penchants .Nous avons maintes fois ici même ,à travers nos publications  ,tenté d'alerter nos compatriotes électeurs et électrices de Terre de haut sur le sujet . Hélas,trois fois hélas, la force d'inertie de nos  archaïsmes insulaires faisant obstacle à nos propos,le Prévôt de terre de haut pouvait tout se permettre ,sachant que  jamais la frange acquise à sa cause n'oserait douter de lui demeurer servile en échange de quelques miettes .

 

Aujourd'hui  que la charge des impôts municipaux devient pesante pour tous .Certains ,dans son propre camps ,aiguisent leurs lames ,se sachant sur la liste des  victimes de sa disgrâce pour  avoir découvert  ses dérives d'élu : l'équivalent d'une pile de 50 centimètres de factures impayées.

 

2014 promet d'être fratricide. Eh! Tijo...

 

D'ici là les cadavres cachés dans les placards n'ont pas fini de hanter  les nuits de Monsieur le prévôt ,furent elles Mauriciennes ...Papa et maman aux saintes. Epouse et enfants dans l'hexagone .   Tous lui reprochent  son escapade à l'ile Maurice en charmante compagnie.Ils craignent qu'il ait définitivement perdu la tête .Que nenni ,notre duce s'agace de leur leçon de fidelité  et jure que personne ne le detournera de son démon du midi.

 

De mon observatoire j'entrevois  le jour ou il devra rendre des comptes à la justice sur la base des  chefs d'inculpation ci-contre:

 

Clientélisme : Faire bénéficier un couple de retraité aisé de l'obtention d'une subvention de 30 000 euros au détriment d'autres personnes dans le besoin;c'est un fait délictueux vérifiable passible d'une condamnation .

 

Melange des genres : Comment se fait 'il que la commune de terre de haut s'octroie le droit de sponsoriser  des manifestations socio culturelles et sportives à caractères privés  (élection de miss guadeloupe ,fête de la pêche, hébergement à l'oeil de joueurs de foot) sans que le conseil -municipal ne soit informé.Si la justice gratte un peu,elle trouvera  matière à délits jusque dans les comptes de l'association saintoise gestionnaire du fort Napoléon.

 

 

Esprit de grandeur : Utiliser l'argent des contribuables comme s'il s'agissait de "sa réserve personnelle" pour assurer ses déplacements  ,entre la guadeloupe et les saintes à  toutes heures du jour et de la nuit ,plusieurs fois par semaine et parfois dans la même journée(cqfd 15 Août 2012)à hauteur de 100 euros le trajet allée retour , c'est moralement criminel.

 

 

 

http://youtu.be/5Rt1Ul-mQU0

 

 

 

Mot clé:  Fait du prince/

 

Le fait du prince se définit comme un événement ayant un caractère de force majeure causé par une décision arbitraire d’une autorité publique (un embargo par exemple constitue un fait du prince). 
Le fait du prince désigne l’intervention de l’autorité administrative, rendant totalement impuissant l’employeur et le mettant dans l’impossibilité de remplir ses obligations. Il n’a aucune possibilité d’intervenir sur la situation. La situation s’impose alors à l’employeur comme un cas de force majeure, qui le met dans l’impossibilité de poursuivre l’exécution normale des contrats de travail avec ses salariés. Il est donc fondé à procéder à un lock-out, dans l’attente de la fin du « fait du prince ».

 

  Ps: Parodie d'une scène de ménage dans une villa quelque part à grande-anse/rodrigue.

Repost 0
Published by L'archipélien - dans politique
commenter cet article
27 octobre 2012 6 27 /10 /octobre /2012 17:02

Alain est un enfant des Saintes et ,mieux que nous autres saintois ,il avait tout compris de l'alchimie  des courbes et des obliques de sa terre natale transposée à la construction navale.

 

Formé à l'université des savoirs empiriques par ses ainés;son metier de charpentier de marine ,il se l'était approprié avec amour et passion pour en faire un art majeur .

 

Avec son coup d'oeil et son tour de main ,  l'homme est parvenu a conceptualiser  l'excellence dans son domaine:

 

-Alain ,c'est les mathématiques appliquées.

 

-Alain ,c'est la poésie des lignes.

 

De la traditionnelle saintoise à la vedette offshore , le style épuré de ses réalisations  rayonne partout dans la caraïbe et au de là .

 

Ainsi,l'autre jour je regardais naviguer une de ses constructions et cela a enchanté mon imaginaire d'homme épris de liberté ;tant j'ai cru voir une plume sergent major ,dans l'encre bleue des vagues ,dessiner des arabesques vers l'infini horizon .

 

 

Puisse son fils Ti -Alain  perpetuer son oeuvre.

 

Mes condoléances à toute sa famille.

 

A dieu vat l'Artiste.

Repost 0
Published by L'archipélien - dans nécrologie
commenter cet article
26 octobre 2012 5 26 /10 /octobre /2012 05:38

Tanis est un enfant de la courdesbraves ,comme moi.Dans ce lieu-dit de terre de haut ou jadis avoir faim se conjuguait avec rareté ;chaque jour que l'avare providence donnait à ces filles /mères courages qui y résidaient pour satisfaire les besoins élémentaires de leurs progénitures.

 

C'est dire que Tanis  n'était pas né dans le pourpre une cuillère d'argent à la bouche .Arrivé à l'âge adulte,il lui a fallu sans aucun doute ferrailler davantage encore que d'autres pour  tracer son chemin;avec pour seules armes la force de caractère qui le singularisait et  les quelques  principes de vie puisés dans les B.D d'Akim et Zembla. Héros de notre jeunesse et aussi symboles d'humilité et de solidarité . 

 

Je ne connais pas suffisamment  le Tanis qui avait décidé de vivre dans l'hexagone pour en parler comme ont pu le faire ses enfants aux abords de sa dernière demeure le mercredi 24 Octobre 2012 à Vieux-Habitants..."Un homme bon qui n'aimait pas les histoires ." . Selon eux.

 

Pour ma part,je ne connais que  le Tanis  de la courdesbraves.Celui qui avait su vaincre ses faiblesses grâce à la spiritualité vertueuse que lui conférait sa foi en l'espérance d'un lendemain toujours meilleur.C'était aussi un etre hyper  sensible .Un évènement dont il m'a confié le secret l'avait beaucoup affecté.Il l'avait reçu comme une trahison.Sans vouloir lui trouver d'excuses ,je me dis que les choses auraient pu se passer autrement pour lui s'il ne s'était pas quelque part  senti dépossédé de son identité

 

Pour honorer sa mémoire et  aussi pour lui témoigner ma gratitude, je lui décerne le titre de Chevalier de lacourdesbraves.

 

RIP Tanis.

 

Repost 0
Published by L'archipélien - dans nécrologie
commenter cet article
25 octobre 2012 4 25 /10 /octobre /2012 17:58

"C'est un tableau de vraie maltraitance" et "d'une cruauté inimaginable" SOCIETE - Laurent T. a été condamné ce jeudi à 17 ans de réclusion par les assises du Rhône. Il était jugé depuis lundi pour avoir maltraité le bébé de sa concubine, aujourd'hui aveugle et handicapé moteur. Après trois heures de délibérations, la cour a quasiment suivi l'avocate générale qui avait requis 18 ans de réclusion à l'encontre de Laurent Thoret, 30 ans, jugé depuis lundi pour "violence suivie de mutilation ou infirmité permanente sur un mineur de 15 ans par un ascendant". "Ce n'est pas le procès de la PMI et encore moins celui des personnes en charge de la tutelle" de la jeune mère, déficiente mentale, "car dire qu'ils n'ont rien fait c'est faux", a déclaré l'avocate générale Véronique Escolano dans son réquisitoire. "Mais ils l'ont fait dans la complexité de cette situation d'obstruction" de la part de l'accusé qui "a tout fait pour échapper aux contrôles", a-t-elle ajouté. Jusqu'à empêcher, trois jours durant, sa compagne de 27 ans "influençable et fragile" d'amener Djason aux urgences parce qu'il convulsait, à la mi-janvier 2011. Selon elle, si Laurent Thoret a finalement cédé aux pressions de la jeune femme, c'est parce qu'il s'est dit "s'il meurt, c'est pire pour moi". Soulignant qu'elle ne réclamait pas la peine maximale de 20 ans de réclusion en raison de "l'atténuation de responsabilité" de l'accusé, atteint de troubles de la personnalité, Véronique Escolano a demandé à la cour de tenir compte de "l'extrême gravité des faits", de son "parcours de violence" et de ses "dénégations". "C'est un tableau de vraie maltraitance" et "d'une cruauté inimaginable qui ont entraîné des lésions neuro-cognitives définitives", a résumé l'avocate générale. Dans la nuit du 19 janvier 2011, Djason, quatre mois, était arrivé aux urgences dans le coma, avec une fracture du crâne et d'importantes hémorragies internes, signes, selon les experts, du "syndrôme du bébé secoué" mais aussi de "violences répétées". Mercredi, les deux curatrices successives de la mère, sous assistance depuis 2005, étaient venues témoigner de leurs doutes et de leur impuissance, car le père se montrait "très agressif et fuyant" à l'égard des services sociaux. Deux mois à peine après la naissance de Djason, le service de l'enfance de Vénissieux (Rhône), où résidaient ses parents, avait adressé un signalement en urgence au parquet des mineurs de Lyon, un pédiatre de la PMI ayant constaté des lésions sur son ventre et ses poignets. Mais un scanner n'avait rien révélé de suspect. Le suivi avait repris, avec des visites au domicile du couple au cours desquelles l'accusé, qui n'est pas le père biologique mais a reconnu l'enfant, se montrait de plus en plus agressif. "La violence le libère, mais elle anéantit l'autre et Djason en est le symbole terrible", a souligné l'avocate générale, décrivant l'accusé comme un "manipulateur", un "dominateur tyrannique et violent", "incontrôlable dans l'impulsivité". Un homme "dangereux socialement, car il risque de réiterer". Qualifiant d'"excessive" la peine requise, sa défense a demandé à la cour de "ne pas se laisser inonder par l'émotion", qui a émaillé ce procès. "Il est faux de dire qu'au quotidien il maltraitait l'enfant", a plaidé Me Jean-François Barre réfutant le caractère intentionnel des blessures. "Des responsables, il n'y en a qu'un, Laurent Thoret, ce tyran", a plaidé pour sa part Me Béatrice Canton Debat, partie civile, demandant à la cour de "rendre justice à Djason". Catherine Coroller avec AFP PS : lire ici le compte-rendu de l'audience de lundi, ici celui de mardi, et ici celui de mercredi

Repost 0
Published by L'archipélien - dans document
commenter cet article
22 octobre 2012 1 22 /10 /octobre /2012 18:21

 

Témoignage 21/10/2012 à 10h19

Moi, fumeur et acheteur de cannabis, pas intéressé par la dépénalisation

 

Des gens fument un joint pendant l’« Appel du 18 Joint », en 2011 (FRED DUFOUR/AFP)

Comme 1,2 million d’autres compatriotes, je suis un fumeur de cannabis. J’y suis même dépendant, malgré les conséquences néfastes que ça a sur moi (par ordre d’importance : perte d’ambition, perte de tonus, faible paranoïa et conscient des risques à venir, loterie du cancer du poumon, etc.).

Making of

En se prononcant le 14 octobre en faveur d’un débat sur la dépénalisation, le ministre de l’Education Vincent Peillon a essuyé les critiques de l’opposition. Matignon a affirmé qu’il n’y aura « pas de dépénalisation ».

A la manière d’un pastiche, Rémi, 32 ans, réagit à un témoignage publié mardi sur Rue89, « Moi, fumeur et acheteur de cannabis, bien placé pour vous en parler ».

Il explique ne pas être intéressé par la question de la dépénalisation/légalisation « l’usage de toutes les drogues étant déjà officieusement dépénalisé ».

« J’espère que cet article pourra aider, ne serait-ce qu’un seul adolescent, à trouver la force de dépasser l’humiliation de passer pour un froussard, lorsqu’il refuse son premier joint. »

E. Brouze

Je ne suis pas devenu héroïnomane. A vrai dire, je n’en ai jamais eu l’occasion – en même temps quand je vois une aiguille, je fais un malaise mais je pense que si on m’avait proposé d’en fumer, je ne peux pas affirmer que je n’aurais pas tiré une petite bouffée.

Je ne suis pas vraiment devenu fou – je n’aime pas trop ce mot (on est tous le fou d’un autre).

J’ai essayé une fois de vendre du cannabis mais je n’ai pas du tout la fibre commerciale, donc j’ai juste réussi à rembourser mon investissement. J’ai pu par contre fumer à l’œil pendant une quinzaine de jour.

J’ai fait des études supérieures et cela fait quinze ans que je fume quasi quotidiennement.

J’ai très envie d’arrêter, l’argent n’est clairement pas mon principal moteur : j’ai un toit, je mange a ma faim... Un pétard, une bonne connexion Internet et je peux passer des heures à contempler le monde passivement depuis mon confortable cocon.

Parce que je connais les effets du cannabis sur moi, que je les vois sur une partie de mon entourage, que j’ai dû croiser et causer un peu avec des centaines de dealers, parce que j’ai visité de nombreuses cités où jamais je ne serais allé autrement et où l’on ne m’a jamais fait de mal.

Cités dans lesquelles je n’habite pas et dans lesquelles pour rien au monde je n’emménagerais. J’ai honte quand je croise les habitants non liés au trafic dans ces cités, parce que je sais que ces « aimables » petits dealers qui ne m’ont jamais fait de mal terrorisent ces mêmes habitants – en tout cas ceux qui n’en profitent pas et qui osent manifester leur mécontentement quant au fait que ces aspirants rois de la came les dérangent.

J’ai honte...

J’ai honte parce que je sais qu’un certain pourcentage de l’argent que je leur donne nourrit des actions immondes : intimidations, corruption, guerres de gangs sanglantes et meurtrières.

J’ai honte parce que les jeunes qui me vendent ma drogue ont dix ans de moins que moi, qu’ils sont pour la plupart loin d’être stupides, qu’ils pourraient employer leurs capacités intellectuelles et leur indéniable énergie à s’instruire et à trouver une occupation légale plus rémunératrice, aux risques bien plus mesurés. Certes la vie en entreprise est difficile, mais le chemin pour devenir le trafiquant Pablo Escobar est mille fois plus dur.

J’ai honte parce que mes visites régulières les encouragent dans la mauvaise voie. Mais voila, j’ai besoin de ma dose quotidienne de THC, celle-là même qui me permet d’oublier toutes les conséquences néfastes de mes actes d’habitant privilégié de cette planète.

Il y a des gens qui ne supportent pas le cannabis – je les envie. Il y en a d’autres que ça rend bêtes et amorphes, et ceux-là finissent par s’en apercevoir et tentent de réduire ou d’arrêter. La dépendance psychologique peut s’avérer très forte pour le cannabis et c’est là le problème (la dépense physique est faible (rapport Roques, 1998)).

 : la dépendance physique peut s’avérer très forte.

Bien sûr ce n’est pas la seule : l’alcool, les médicaments, la nourriture, le sport, le travail, le pouvoir, la liste est infinie !

En tant qu’accro au cannabis, je m’évertue à passer un message : mieux vaut s’en tenir éloigné, comme de la cigarette, de l’alcool et tous autres produits superflus.

A qui profite le crime ?

Comme René C., auteur de l’article auquel je réagis, j’ai une fâcheuse tendance a attribuer aux personnes au pouvoir, au pire de mauvaises intentions, au mieux de l’ignorance.

René C. écrit que les politiques :

« continuent d’appliquer une méthode qui a échoué sans oser même commencer à se demander si on ne pourrait pas faire mieux » ;

« empêchent la diffusion d’informations sensées et valables dans le cadre d’une politique de réduction des risques crédible pour les usagers, entravent la recherche sur les substances qui ont été interdites. »

Personnellement j’entends beaucoup parler de cannabis, il ne me semble pas que le débat soit censuré, la diffusion de son article en est la preuve. Quant aux études scientifiques, elles sont extrêmement coûteuses. Il y en a déjà eu de nombreuses sur ce produit – peut-être ne vont-elles pas assez dans le sens de ce qu’il pense.

Je ne crois pas qu’étudier le petit « plaisir » de 1,8% de la population soit une priorité sanitaire en ces temps de vache maigre au niveau budgétaire.

Le cannabis ni de gauche, ni de droite

« Le gouvernement actuel n’est pas si bête que ça. Le refus de discuter sur le sujet est là pour ne pas choquer un certain nombre d’électeurs ignorants et s’éviter les hurlements et la rhétorique scandalisée de la droite. Ici, il ne s’agit plus d’idéologie mais de calcul électoral. »

Les personnes choquées par le fait que l’on puisse songer a dépénaliser sont peut-être des familles qui ont vu leur enfant s’enfermer dans le cannabis. Vous critiquez le calcul électoral, mais jusqu’à preuve du contraire pour diriger il faut être élu. Enfin le cannabis n’est ni de droite ni de gauche. A la limite, il est vert, mais même dans ce camp il ne fait pas l’unanimité.

Je finirai par une citation de Baudelaire à propos du haschich que je trouve extrêmement pertinente :

« Ce que le haschich te donne d’un côté, il te le retire de l’autre... Il te donne le pouvoir de l’imagination mais t’enlève la possibilité d’en profiter. »

MERCI RIVERAINS ! Pierrestrato
Repost 0
Published by L'archipélien - dans document
commenter cet article
21 octobre 2012 7 21 /10 /octobre /2012 11:43

 


Vidéo

 

Les autorités municipales saintoises ignoreraient t-elles  l'existence de cette merle  noire passagère clandestine tombée d'un bi-moteur  en vol de reconnaissance (avec sa cargaison de farine france...) au dessus de l'aérodrome de terre de haut ?

 

Monsieur le maire honoraire va faire une jaunisse , lui qui déteste tant voir l'immigré- qui plus est noir-venir nous voler notre pain de la bouche.Que ses zélateurs se maîtrisent,il ne s'agit nullement d'un procès d'intention à son endroit.La teneur de ses propos sur la place du débarcadère ce samedi 20 octobre 2012 nous amène a énoncer tout haut le fond de sa pensée.

 

Il a l'ostracisme anti-immigré tenace le bougre.

 


 

Repost 0
Published by L'archipélien - dans divers
commenter cet article
19 octobre 2012 5 19 /10 /octobre /2012 19:36

 


Vidéo

 

Repost 0
Published by L'archipélien - dans divers
commenter cet article
18 octobre 2012 4 18 /10 /octobre /2012 17:39

Extrêmement instructif ce que dit ce monsieur...

 

Jacques Follorou, journaliste au "Monde", rappelle dans un chat avec les internautes du monde.fr, qu'avec 99 homicides recensés en Corse depuis 2008, "d'un point de vue statistique, la situation est aujourd'hui pire qu'en Sicile".

 

 

Cette saillie journalistique  m'incite à m'interroger...

 

-Messieurs le maire de terre de haut et dirigeants  associatifs saintois ,est-ce ce genre de situation que vous voulez nous imposer ?

 

Et à prendre parti.

 

-L'argent sale de la mafia de la drogue et autres combines crapuleuses est une gangrène.Oser croire que l'argent attribué a gros débit par des sponsors véreux  n'a pas d'odeur est criminel.

 

Tôt ou tard ,il vous faudra rendre des comptes.

 

 

 

http://www.lemonde.fr/societe/article/2012/10/17/la-corse-est-entree-dans-des-cycles-de-vengeance-infinie_1776819_3224.html

Repost 0
Published by L'archipélien - dans document
commenter cet article
17 octobre 2012 3 17 /10 /octobre /2012 17:30

 

 

 

Je fais mienne cette reflexion d'un internaute sur leprojet gouvernemental concernant le  "mariage/margotage" de deux personnes de même sexe.

 

Comment la commission d'ethique sur la bioethique voit elle les choses?

 

 

 

Mirino

Il s'agit de populisme beurré de prétention incohérente de 'progrès', mais les gens dotés d'un minimum d'intelligence y compris les homosexuels bien dans leur peau, ne sont pas si dupes.
C'est aussi une manière socialiste insidieuse de miner la famille et le mariage normal et naturel. Rien de bien en sera le produit de telles manifestations pathétiques. Quelle que soit leur condition, les gens qui assument leur sort et s'aiment véritablement n'ont jamais besoin de la bénédiction sourcilleuse et fausse de l'Etat qui se prend pour une divinité en mesure de 'refonder' la société selon son bon gré manifestement à côté de la plaque.
Ces gens savent également que les enfants méritent le mieux, voire un père et une mère, qu'ils soient adoptés ou non. Que l'on arrête cette comédie lamentable, surtout pour les premiers concernés eux mêmes, et alors bien évidemment aussi pour les enfants.

Repost 0
Published by L'archipélien - dans actualités
commenter cet article
17 octobre 2012 3 17 /10 /octobre /2012 17:12

Factures, impôts, taxes d’automne et mal de crâne

C’est l’automne, les feuilles tombent y compris celles moins poétiques mais pour autant aussi colorées émises par les fournisseurs d’énergie domestique et par les collectivités locales.

Gaz et électricité

Cette année, je suis très content. Ma consommation de gaz qui sert à me chauffer et à produire mon eau chaude a à nouveau diminué. De 17000 Kwh en 2004, je suis arrivé à 10400 en 2012. Une belle performance due tout de même à quelques investissements réalisé dans mon logement construit en 1975 et qui à ce titre ne présentait pas tous les critères énergétiques retenus actuellement.

Isolation des combles, chaudière à condensation, double vitrage : une grande partie de ces travaux (pas la chaudière) ont été réalisés par mes soins et n’ont donc pas donné lieu à réduction d’impôts.

Je suis donc un bon citoyen, écologiste diront certains, mais dont la réflexion en ce domaine se double d’une autre plus terre à terre, sur le montant de la facture payée, et sur ce point je suis perplexe.

Ma première interrogation vient du fait que, propriétaire de mon logement et ayant la possibilité d’y faire des travaux d’économie d’énergie, je suis en quelque sorte privilégié par rapport à des locataires qui n’ont pas les moyens de maîtriser leurs dépenses d’énergie et qui en conséquence payent plein pot. A supposer que les propriétaires des logements loués fassent le nécessaire, ils ne manqueront pas de répercuter les travaux sur le montant du loyer, ce qui gommera certainement le bénéfice induit sur les factures d’énergie.

Ma seconde interrogation vient du fait que les travaux réalisés sur un logement loué ou en propriété ont un impact limité sur la facture finale payée par le consommateur du fait de l’envolée des tarifs du Kwh (de 0.0269 € HT en 2004 à 0.0484 en 2012, soit plus 80% en 8 ans, tout de même). Ajoutons à cela que le tarif de l’abonnement à augmenté de 36 % sur cette même période et on comprendra que le doute puisse nous envahir sur le bénéfice réel de travaux d’économie d’énergie et quant à la politique tarifaire menée par notre gazier national, mais néanmoins privatisé, et dont le but est avant tout de faire du profit pour reverser aux actionnaires.

Dès lors, l’équation est simple : puisque les économies d’énergie baissent le volume de KWh vendus, la seule solution pour maintenir un chiffre d’affaires, des résultats et des profits en hausse consiste à faire payer le consommateur au nom d’une formule tarifaire scandaleuse indexée sur le prix du pétrole (qui augmente) et non du gaz (qui baisse).

Ajoutons pour être complet, que GDF investit depuis plusieurs années dans des sociétés spécialisées dans les travaux d’économie d’énergie, ce qui permet d’assurer l’avenir, le tout, bien évidemment au détriment du consommateur final. Soulignons en effet que ces sociétés gonflent souvent leurs devis en faisant miroiter des crédits d’impôts qu’ils empochent de fait, laissant le consommateur face à une fausse joie.

S’agissant de l’électricité, le système est un peu différent (pour l’instant) dans la mesure où nous ne dépendons pas de l’étranger pour la production (sauf pour l’uranium) d’une grande partie de l’énergie consommée. Le prix du KWh n’a augmenté « que de » 25% entre 2004 et 2012 et le prix de l’abonnement a même baissé.

Les vidéos du web
PlayArrow
www.lindt.fr
PlayArrow
http://www.agoravox.fr
PlayArrow
http://www.agoravox.fr
PlayArrow
http://www.lcp.fr
PlayArrow
http://www.lcp.fr
PlayArrow
http://www.lcp.fr
Vidéo sponsorisée

Une enveloppe moelleuse, un coeur délicieusement fondant, découvrez le fondant fabuleux avec le (...)

www.lindt.fr [?]

Cela va changer bien sûr, et on peut faire confiance à EDF et à ERDF pour nous trouver des explications pour une inévitable augmentation des tarifs (démantèlement des centrales nucléaires, coût du gaz pour les centrales thermiques, coût de rachat des KWh produits par les particuliers en solaire ou en micro centrales hydrauliques, sans oublier la mise en place du fameux compteur Linky, soit disant intelligent, mais qui n’apportera pas grand-chose à l’usager et dont le coût sera intégralement répercuté sur la facture de l’usager par le biais de l’abonnement).

Les factures des collectivités locales

Les augmentations des impôts locaux font actuellement les gros titres des gazettes et journaux télévisés : plus de 21% en moyenne nationale en 5 ans sur les taxes d’habitation et foncières perçues par les collectivités territoriales.

En remontant sur 7 ans, je constate dans mon département une augmentation de près de 49% pour la taxe d’habitation et de 38% pour la taxe foncière. Pourquoi remonter avant 5 ans, me direz-vous ? Tout simplement parce que, dans de nombreux cas, la fiscalité intercommunale qui s’ajoute aujourd’hui, n’existait pas. On voit donc mieux par conséquent que l’instauration de cette fiscalité nouvelle qui normalement aurait du provoquer une baisse de la part communale, n’a pas eu d’effet visible sur cette part. Le procès qui est donc fait à l’intercommunalité d’être coûteuse, n’est donc pas totalement infondé (il faut parfois tenir compte de services nouveaux pour être complètement objectif).

Dans l’évolution globale des taxes dans mon département, il faut tenir compte également de deux éléments à la baisse, sans lesquels l’addition aurait été plus lourde : une baisse de la taxe sur les ordures ménagères gérées par l’intercommunalité (20% tout de même) et d’une baisse importante des frais de fiscalité prélevés par les services fiscaux, de 44 à 11 € pour la TH et de 62 à 31 € pour la TF (comme quoi, l’informatisation peut être source d’économies).

Toutes les évolutions notées ci-dessus ne valent bien évidemment que pour des contribuables de ma commune, sachant par ailleurs que les systèmes intercommunaux varient d’un endroit à un autre ainsi que la collecte et le traitement des ordures ménagères.

Autre constatation que vous pourrez faire entre 2011 et 2010 : les collectivités bénéficiaires des taxes ont été modifiées suite à une réforme fiscale. Désormais, la Région ne perçoit plus de taxe foncière qui est versée au Département (avec une augmentation de 14% à la clé dans mon département) lequel ne perçoit plus de taxe d’habitation qui est désormais versée à l’intercommunalité (augmentation de 11 %).

A noter enfin l’instauration en 2011 d’une nouvelle taxe (la taxe spéciale d’équipement) dont l’objet ne nous a pas été expliqué de manière précise (6 € pour la TH et 4 € pour la taxe foncière) et qui augmente la note.

En conclusion, allez donc faire un tour sur vos feuilles d’impôts et amusez-vous à en décortiquer le contenu : c’est très instructif. Allez voir également vos factures d’eau, de gaz et d’électricité et d’ordures ménagères (si cette dernière n’est pas intégrée à vos impôts locaux) et amusez-vous à calculer la part des taxes et redevances diverses : c’est très instructif !

Tout cela pose la question de l’utilisation de vos impôts (intéressez-vous aux dépenses des collectivités territoriales et autres établissements de coopération intercommunale : avons-nous toujours besoin de construire des ronds points, par exemple ?).

Intéressez-vous surtout au nombre des structures qui émargent aux impôts et taxes diverses et demandez-vous si la gouvernance locale ne pourrait pas être meilleure avec moins de couches dans le mille feuille et posez-vous surtout la question du nombre d’élus dans notre pays et du cumul des mandats qui est à l’origine de cet émiettement et de ces coûts induits.

N’oubliez pas d’avoir à portée de main un tube d’aspirine.

 

Auteur Michel DROUET

Repost 0
Published by L'archipélien - dans actualités
commenter cet article

Profil

  • L'archipélien
  • Le monde est dangereux non pas à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire” Einstein.
  • Le monde est dangereux non pas à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire” Einstein.

Archives