Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 septembre 2013 1 09 /09 /septembre /2013 18:22

Le premier burger créé « in vitro », à partir de cellules souches de vache, pesait 142 grammes et a coûté 250.000 euros. Le scientifique qui a réussi cet exploit est un néerlandais de l’université de Maastricht (un hasard ?), Mark Post.

C’est ce lundi à Londres qu’a été cuisiné et dégusté le steak en question.

Ce sont deux goûteurs assermentés, une Autrichienne « chercheuse en tendances culinaires » et l’auteur américain d’un livre sur « les goûts de demain », qui ont eu l’honneur d’être les premiers à déguster la chose.

D’après les deux cobayes, il possède un « goût assez intense », la « même texture » et un profil général « proche de la viande » malgré un « manque de gras » certain. A noter qu’ils qu’ils n’ont qui pas terminer leur repas.

Mark Post, qui a lui-même goutté un petit morceau, a conclu à un « très bon départ » pour son burger, aussitôt surnommé « Frankenburger » par la presse britannique.

Ce steak, d’après Mark Post et ses amis, seraient le remède miracle pour résoudre les problèmes majeures de la planète face à l’élevage industriel qui pollue,la demande de grosses quantités d’eau, l’émanation des gaz à effet de serre et la mobilisation de 70 % des terres agricoles mondiales.

Selon ses concepteurs, qui tablent sur une commercialisation dans un délai de dix à vingt ans, la technologie permettra de répondre à une demande croissante d’une planète qui voit sa population augmenter en permanence.

Pour Mark Post « Dans vingt ans, on pourra avoir dans nos supermarchés deux produits ayant exactement le même goût et la même apparence. L’un provenant de la vache qui comportera une écotaxe et impliquera que des animaux aient été tués. L’autre venant du labo sans que personne n’ait eu à souffrir et potentiellement moins cher ».

Manger de la viande sans tuer des animaux, voilà qui va faire plaisir à tous ces amis des bêtes. D’ailleurs, l’association de défense des droits des animaux Peta n’a pas tardé à réagir en signifiant que la viande in vitro marquerait « la fin des batteries de poulets, des abattoirs et des usines d’élevages.

Et pour les hommes c’est la fin de quoi a-t-on envie de leur répondre ?

En France, la Fédération Nationale Bovine a déclaré : "Le pire est que ces apprentis sorciers de l’alimentation se parent de tous les bénéfices écologiques, en diffusant un tissu de contre-vérités sur le bilan environnemental de l’élevage pour mieux masquer la dérive insensée de leurs expérimentations".

Périco Légasse, le célèbre critique gastronomique déclarait ce matin sur une radio qu’il s’agissait tout simplement d’eugénisme, de "nazisme alimentaire".

Sans aller si loin, on peut s’inquiéter face à de telles dérives, surtout qu’un passé très récent nous a montré qu’on ne reculait devant rien pour nourrir les pauvres consommateurs que nous sommes.
Alors sous le prétexte d’une population mondiale sans cesse grandissante nous devrions être prêts à avaler n’importe quoi.

Mais que Monsieur Post et ses amis se rassurent, nous ne serons jamais les 9 ou 12 milliards d’humains qu’ils nous annoncent pour les décennies à venir. Les brillants scientifiques et politiques sauront bien unir leurs efforts pour détruire une grande partie d’entre nous par une bonne guerre ou une catastrophe nucléaire à la hauteur de leur mégalomanie destructrice.

 

Repost 0
Published by L'archipélien - dans alimentation
commenter cet article
12 mai 2013 7 12 /05 /mai /2013 18:55

Une autre poudre blanche qui fait des ravages

Une poudre blanche qu'on ne soupçonne pas au premier abord, mais qui, selon les spécialistes, cause autant de ravages que la cocaïne : le sucre.

 

Même si nous ne fumons ni cigarettes, ni joints, ne prenons jamais ni cocaïne, ni héroïne, nous sommes quand même des toxicomanes. Pourquoi ? Nous mangeons beaucoup trop de sucres. Et notre consommation excessive de sucres ne nous nourrit guère, mais a les mêmes effets sur le cerveau que ces psychotropes qui se terminent par -ine.

 

Nos rayons de supermarché sont comme des salles de shoot légales. Ces rayons sont remplis de denrées inutiles d'un point de vue nutritionnel. Ces rayons aiment les breuvages à la couleur noire, que nous aimons boire lors de repas copieux, espérant ainsi mieux digérer. Mais ce ne sont que des foutaises.

 

On estime qu'en moyenne, chaque Français consomme près de 35 kilos de sucres par an. Inutile de dire que le corps en est saturé. En m'intéressant un peu à la question, j'ai cru comprendre que le corps pouvait très bien fonctionné sans le sucre raffiné. SI chaque personne consommait des fruits, du pain et du miel, ces apports en glucose seraient largement assurés. Par conséquent, nul besoin d'en rajouter.

 

J'ai parlé brièvement des sodas. Le danger semble provenir de ces boissons. Et cela pour plusieurs raisons : le fait de boire les calories est excessivement dangereux, et ces boissons contiennent généralement du sirop de maïs à haute teneur en fructose. Vous me direz : "Mais le fructose est bénéfique, puisqu'il est dans les fruits et dans le miel". Je ne dis pas le contraire. Seulement, le fructose bénéfique (fruits et miel) est consommé avec des fibres (fruits), avec des vitamines et des minéraux (miel), ce qui n'est pas le cas du fructose mauvais, celui qu'on trouve dans le breuvage noir qui, lui, n'est pas consommé avec des fibres et des vitamines. Ce sirop de maïs à haute teneur en fructose n'est pas seulement présent dans les sodas : il est aussi présent dans les produits sucrés de l'industrie agro-alimentaire (en général, sur les étiquettes, il est désigné sous le nom de "sirop de glucose-fructose").

 

Les lobbys de l'industrie agro-alimentaire sont présents au parlement européen, et travaillent d'arrache-pied pour que les con-sommateurs que nous sommes ne soient pas bien informés.

 

Le sucre n'est pas seulement une drogue. L'on considère qu'il peut être à l'origine de nombreuses maladies dont la plus connue est le diabète. Cette maladie s'avère être un vrai cauchemard pour ceux qui en sont atteints. Etant une maladie de longue durée, les personnes atteintes sont contraintes de constamment prendre des médicaments, de recevoir des injections d'insuline, etc...

 

Le sucre consommé en trop grande quantité fatigue le pancréas qui sécrète l'insuline.

 

Donc, le plus simple étant de s'en tenir aux sucres qu'ont toujours consommé les anciens (fruits, pain, miel,...) et d'éviter les sucres industriels. Même les produits laitiers (sauf le fromage) posent un problème. Même si le lait a un index glycémique faible, il pousse le pancréas à secréter énormément d'insuline.

 

 

lien:  http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=BmJp3KpVEP0

Repost 0
Published by L'archipélien - dans alimentation
commenter cet article
3 août 2012 5 03 /08 /août /2012 17:59

En suivant un certain nombre de principes simples et en apprenant à identifier les aliments qui vont vous aider à dire adieu à votre masse graisseuse, vous pourrez tout à fait brûler ces graisses qui vous dérangent tant.

Il faut savoir que la lipolyse est le processus qui permet la destruction des graisses. Alors comment faire pour activer la mise en place de ce processus ?

Quoi manger pour brûler les graisses ?

- La caféine contenue dans le café ou le thé

Bonne nouvelle ! Le café est un aliment plaisir qui fait aussi office d’allié minceur grâce à la caféine qu’il contient. La caféine a plusieurs atouts : elle permet de stimuler l’organisme afin qu’il brûle plus de calories d’une part et elle active la lipolyse et favorise la fonte des graisses d’autre part.

Autre boisson riche en caféine : le thé vert. Il favorise la réduction de la graisse abdominale autrement dit à vous le ventre plat ! 1 cuillère à café de thé vert pour 1 tasse d’eau bouillante qu’il faut laisser infuser 10 minutes et c’est parti !

N’abusez cependant pas de la caféine car celle-ci peut entraîner hypertension et troubles cardio-vasculaires en tout genre.

- La soupe mange-graisses

Un bol de soupe peut faire des miracles ! Choisissez des légumes comme les courgettes, le chou blanc ou les poivrons et évitez potiron, navets et carottes qui est sont trop sucré ou encore les pommes de terre qui est un glucide. Préférez-les non mixés et non moulinés.

Selon une étude américaine menée en 2006, le DHA (un acide gras de la famille des oméga 3) inhiberait la formation des cellules graisseuses et réduirait leur accumulation dans l’organisme… Peut-on dans ce cas accroître la combustion de ses graisses en augmentant sa consommation d’oméga 3 ? Pour le Dr Catherine Solano, spécialiste en nutrition, « oui cela peut faire perdre quelques kilos parce que ces « bonnes » graisses [insaturées] remplacent les mauvaises [saturées] qui favorisent le surpoids. Mais à eux seuls, les omégas 3 ne peuvent pas faire fondre les graisses. » Pour maximiser les chances d’amincissement, ils doivent en fait s’inscrire dans le cadre d’un régime amincissant.

Faire du sport correctement

Faire du sport c’est bien, en faire correctement, c’est encore mieux !

  • Plus vous mobilisez de muscles et les utilisez en continue, plus vous allez brûler vos graisses.
  • Faites de l’exercice pendant 20 minutes au minimum 3 fois par semaine avec pas plus de deux jours de repos entre les exercices pour commencer à brûler des graisses
  • Si votre objectif est bien de brûler de la graisse, privilégiez la durée de l’effort plutôt que la dureté de l’effort : ce n’est pas parce que vous êtes essoufflé et complètement fatigué que vous brûlez plus de graisse

Les crèmes amincissantes

La grande majorité des crèmes amincissantes utilisent la caféine comme principe actif. De ce fait, elle devrait accentuer les effets d’un régime et de la pratique régulière de sport en cassant les réserves de graisses et en les acheminant vers les cellules pour être éliminées. En tout cas, une application quotidienne et sur le long terme ( 2 mois minimum ) de crème amincissante permet de réduire significativement le tour de cuisse.

Les huiles essentielles pour favoriser la destruction des graisses

Certaines huiles essentielles peuvent vous aider à brûler les calories stockées. Mais quelle huile essentielle utiliser pour une destruction efficace de la masse graisseuse ? Des huiles essentielles à base de cèdre du Texas ou de Virginie, ou plus simplement de citron vont vous aider à brûler les graisses.

Auteur :Charlotte du blog maigrir et perdre du poids
Et moi je dis...Et si on dansait  ?
Repost 0
Published by L'archipélien - dans alimentation
commenter cet article
19 juin 2012 2 19 /06 /juin /2012 20:07

aliments brûle-graisse

Le thon

Parce que ses oméga 3 aident à réduire le niveau de l' "hormone de la faim", ou leptine, découverte dans les années 1990. Bon à savoir, c'est aussi un sommeil suffisant qui régule celle-ci.

Recette:casarecce au thon et aux câpres.

Repost 0
Published by L'archipélien - dans alimentation
commenter cet article
4 juin 2012 1 04 /06 /juin /2012 08:03

aliments brûle-graisse

L'ananas

Parce qu'il contient de la broméline, une enzyme qui facilite la digestion des protéines. Mais attention, on ne la trouve que dans le fruit frais. Petite précision: ce dernier contient beaucoup de sucres.

Je le consomme comment? De préférence frais car la broméline est détruite à la cuisson. Coupé finement, vous pouvez l'assaisonner d'épices.

Repost 0
Published by L'archipélien - dans alimentation
commenter cet article
31 mai 2012 4 31 /05 /mai /2012 14:56

 

Le piment fait maigrir.

 

Par - publié le 31/05/2012 à 17:47, mis à jour à 17:48

Utile en ces temps de vacances au soleil et en maillot! Bien sûr, ils ne feront pas de miracles et ne doivent pas être consommés à l'excès.

aliments brûle-graisse

Le piment

Parce qu'il contient une sustance chimique nommée capsaïcine. Sa consommation stimule la production d'adrénaline et de noradrénaline, hormones qui permettent de brûler les sucres et les graisses de réserve. Que les fans de sensations fortes se réjouissent...tout en se contrôlant.

Je le consomme comment? Après avoir épépiné vos piments (de gros jalapenos, de petits piments oiseaux ou de cayenne...), éventuellement ôté les grains pour moins de piquant, émincez-les finement, et parsemez-en vos plats. On vous conseille aussi cette excellente recette de sauce pimentée maison. Attention, on ne se frotte surtout pas les yeux après avoir coupé ses piments!

Repost 0
Published by L'archipélien - dans alimentation
commenter cet article
27 mai 2012 7 27 /05 /mai /2012 17:34

Le fromage synthétique colonise de plus en plus nos assiettes…

Le fromage que l'on retrouve sur de nombreuses pizzas, lasagnes, cheeseburgers et autres plats industriels où il y a soi-disant du gouda, du parmesan, du chèvre, de l’emmental ou de la mozzarella, est désormais le plus souvent un faux fromage. Il s’agit d’un ersatz composé de matière grasse, farine, levure, sel, amidon et autres exhausteurs de goût.

Ce fromage de synthèse dont l’huile de palme est généralement la matière grasse végétale n'a naturellement ni le goût, ni les qualités nutritionnelles du vrai fromage…
 
Les fromages à pâte dure sont de plus en plus remplacés par un fromage synthétique, appelé aussi « fromage analogue » qui est en plein développement. Il est apparu en 2007, avec la flambée du prix du lait mais il continue de se développer du fait de la crise économique et de faibles coûts de fabrication. 
 
La France est particulièrement concernée par ce phénomène car elle est le deuxième consommateur au monde de fromages, avec 24 kg par an et par habitant (l'emmental étant le plus utilisé) après la Grèce qui a une consommation moyenne de 30 kg (la feta représentant les trois-quarts des ventes). 
 
Une création américaine
 
Inventé par Cargill, un fabricant américain de produits pour l'industrie agro-alimentaire implanté dans 63 pays et basé dans le Minnesota, à Minneapolis, le fromage analogue se décline en deux types.
 
Le premier est une pâte composée de 15 % de protéines laitières, d'huile de palme et d'exhausteurs de goût qui existe depuis 2007. 
 
Le second appelé « Lygomme Tach Optimum » destiné au marché européen et datant de 2009, est composé de trois amidons, d'un galactomannane (E 410,412, 417), d'un carraghénane (E 407), tous deux gélifiants, et d'arômes. S'il ne l'est pas pour les consommateurs, ce lygomme coûte 60 % de moins pour les industriels que l'autre fromage analogue (et 200 % de moins qu'un vrai fromage) ! En plus, Cargill se glorifie cyniquement de favoriser la santé du consommateur car son lygomme ne contient pas de graisses saturées, ni de lactose et convient aussi bien à l'alimentation halal que kasher. 
 
On ne dispose d'aucune statistique précise sur les ventes de ces fromages car les industriels se font discrets sur le sujet. Mais selon un reportage réalisé par ZDF, une chaîne de télévision d'outre-Rhin, l'Allemagne en produit 100.000 tonnes par an (un dixième de sa production de "vrai fromage"). dont une grande partie est exportée vers le Sud, en particulier vers les pays arabes.
 
Aux Pays-Bas, une chaîne de télévision a fait le test, en faisant analyser plusieurs pizzas, lasagnes et autres produits du genre : la moitié (dont le célèbre cheeseburger de chez Mac Donald's !) était composée, au moins en partie, d'un ersatz de fromage.
 
Une pratique trompeuse
 
Le fromage analogue n'est pas réservé aux professionnels mais se trouve aussi dans les gondoles de nombreux supermarchés, notamment au rayon pizzas (à la mozzarella, "quatre fromages", etc.) ou à celui des  fromages râpés. Si des sachets de 100 ou 200 g de fromage râpé contiennent souvent de l'authentique fromage, les gros conditionnements (500 g, 1 kg ou plus), notamment les moins chers (les plus chers sont généralement faits de vrai fromage), n’ont pas grand chose à voir avec ce que peut produire une vache… 
 
Ces produits sont naturellement importés en France notamment à travers les pizzas congelées. Les Allemands sont les premiers producteurs de pizzas surgelées et les Français sont les premiers consommateurs européens de pizzas avec 10 kilos de pizza par an et par habitant...
 
La Commission Européenne a autorisé l'emploi de ce fromage analogue à condition que les ingrédients qui le composent soient indiqués sur l'étiquette. Mais qui va regarder ces minuscules caractères ? Qui va connaître le galactomannane et le carraghénane ?
 
Le consommateur ignore donc la plupart du temps qu'il a affaire à une imitation et se fie la plupart du temps à l'image qui apparaît sur l'emballage. Ces produits ne contenant qu'une faible proportion de fromage, doivent d’ailleurs être dénommés "spécialité fromagère" et non "fromage".
 
Et à l'heure où les producteurs de lait doivent se soumettre aux normes européennes, côté installations techniques, il serait judicieux de veiller à ce que les produits transformés soient également aux normes européennes en termes de qualité et d'appellation. Mais la commission européenne ne semble pas pressée d’harmoniser les règlementations et d’exiger l'affichage en clair de la liste des ingrédients et leurs origines.
 
Il est dangereux de tromper ainsi le consommateur car si selon les fabricants, il n’y a pas de lactose ni de graisse saturée, c’est cependant du « fromage » sans calcium. Quand on sait que le calcium est l’élément le plus abondant de l’organisme (le corps d’un adulte en contient plus d’un kilo, dont 98 % dans le squelette) et qu’il est nécessaire pour la bonne croissance osseuse des enfants et adolescents, il est clair que l’absorption de ce faux fromage n’apporte rien de bon pour la santé…
Repost 0
Published by L'archipélien - dans alimentation
commenter cet article
24 mai 2012 4 24 /05 /mai /2012 18:52

A mort le sucre blanc !

Ce n’est qu’à partir du XVIIème siècle que le sucre de canne devient populaire en Occident. Rare et cher, il n’était pas du tout utilisé avant, on lui préférait d’autres substances sucrantes comme le miel ou les sirops végétaux.
Depuis l’époque de sa démocratisation, la consommation de sucre tel qu’on l’entend aujourd’hui n’a cessé d’augmenter : Avec l’avènement de la production industrielle dans nos assiettes, la consommation de sucre blanc a été multipliée par 15 au cours des cinquante dernières années. Notons qu’on consommait 1 kilo de sucre par personne et par an en France dans les années 1900 contre 35 kilos pour un français moyen aujourd’hui. (Pour comparaison, l’américain moyen est à 75 kilos par an).
Il est présent partout : Évidemment dans les produits directement sucrés (gâteaux, bonbons, sodas, chocolats) mais aussi insidieusement dans les plats ou produits salés (Pain, sauces, plat préparés, produits congelés).

Exactement comme pour le sel dont on ne conserve que le chlorure de sodium (sel blanc très salant sans aucun intérêt nutritif), le sucre de notre quotidien contient plus de 99% de saccharose. Il est purifié et blanchi, ne contient plus aucun de ses minéraux ou vitamines naturels : C’est le cas du sucre cristal, du sucre glace, du sucre mi-blanc, des sucres en morceaux, du sucre roux (sucre blanc raffiné coloré avec du caramel obtenu à partir de sucre blanc raffiné, ce n’est en aucun cas du sucre intégral, ne vous trompez pas !), de la cassonade, etc.

Les dangers de cette sur-consommation de sucre raffiné sont très bien connus : Dépendance alimentaire qui mène au sur-poids, à l’obésité, au diabète ou autres maladies cardio-vasculaires.
Il favorise les carences (il n’apporte aucun nutriment intéressant au corps) et affaiblit les systèmes digestifs (perturbation de la flore intestinale) et immunitaires. Ce saccharose purifié est l’aliment de prédilection des bactéries dentaires (caries), des bactéries et champignons intestinaux, et bien sûr des cellules cancéreuses.

Face aux conséquences sanitaires de cette surconsommation dans nos pays, l’AFSSA s’est fixé pour objectif une diminution de 25%, en cinq ans, de la consommation de sucres simples ajoutés. Malheureusement seule une politique alimentaire globale pourrait être efficace, et non pas d’insignifiants « Manger-bouger / Ne manger ni trop gras ni trop sucré » sur les publicités de chocolats aux heures où les enfants regardent la télévision...

Si on utilise dans la cuisine française des substances sucrantes depuis toujours, ce sucre blanc raffiné n’a aucune place dans nos placards. Voilà pourquoi nous mettons en vente sur Au bon sens du sucre de canne NON RAFFINÉ, non traité, autrement appelé sucre complet ou sucre intégral. Il est totalement pourvu de la mélasse et des minéraux naturels de la canne à sucre, il est obtenu par pressage direct après évaporation de l’eau. Il est indispensable que la production soit certifiée biologique puisqu’aucune purification ne lui est imposée.
Il est de couleur brune entre autre grâce au fer présent, il a un goût de réglisse/vanille assez différent du sucre blanc mais s’accommode bien en pâtisseries, dans les yaourts ou les boissons.
Par l’apport de minéraux et d’oligo-éléments, il renforce le système immunitaire et supprime quasiment le risque de caries chez les enfants : En effet, il y a un siècle, les caries ne touchaient aucun enfant (le sucre était cher et réservé aux malades ou aux fêtes). Aujourd’hui à l’âge de 6 ans, les 2/3 des enfants ont eu au moins une carie. Le sucre complet non raffiné diminue le risque de carie par 15 (Étude du Dr Béguin – Comparaisons de l’incidence des caries chez des enfants nourris au sucre blanc et au sucre complet).

Voici un tableau comparatif des apports alimentaires du sucre blanc raffiné et du sucre complet intégral :

  SUCRE BLANC SUCRE COMPLET
Saccharose (g) 99,8 75
Glucose (g) 0 2,11
Fructose (g) 0 8
Protéines (g) 0 0,8
Potassium (mg) 4 850
Magnésium (mg) 0 140
Calcium (mg) 13 120
Phosphore (mg) 0,3 50
Fer (mg) 0,1 4
Provitamine A (mg) 0 3,9
Vitamine B1 (mg) 0 0,14
Vitamine B2 (mg) 0 0,14
Vitamine B6 (mg) 0 0,4
Vitamine C (mg) 0 38
Comparatif des apports des différents sucres, par portion de 100g.

Le sucre de canne intégral reste du sucre et doit être consommé avec modération. D’autres produits sucrants peuvent intervenir dans notre cuisine et ont de grandes qualités nutritionnelles : Le miel et le sirop d’agave (sirop végétal du cactus agave mexicain, il a un goût neutre qui se marie avec tout et un pouvoir sucrant supérieur au sucre) mais aussi les malts de céréales (blé, riz, orge, maïs) et les sirops végétaux (érable, coco, palmier dattier, …).
À proscrire évidemment (on ne le dira jamais assez) tous les édulcorants de synthèse type aspartame dont les conséquences sanitaires sont désastreuses.

Souvenons nous que pour une alimentation saine et équilibrée les meilleurs des sucres rapides restent les sucres naturels et complexes comme ceux des fruits.


A bientôt sur www.aubonsens.fr !

auteur Canaules in agoravox

Repost 0
Published by L'archipélien - dans alimentation
commenter cet article

Profil

  • L'archipélien
  • Le monde est dangereux non pas à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire” Einstein.
  • Le monde est dangereux non pas à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire” Einstein.

Archives