Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 décembre 2013 5 13 /12 /décembre /2013 18:30

Qui se cache derrière le poète éponyme L'archipélien ...Par respect pour mes lecteurs de la cour des braves, j'ai  decidé de lever un petit coin du voile,  à travers la redaction d'une autobiographie non exhaustive...Histoire de garder intact mon jardin secret.

 

Né, JOYEUX BELENUS Jean- Antoine Alias "Gain" ou " Jean claude à Germaine", il y a de cela 59 ans (un 17 janvier 1954) ,de l'union libre entre un marin-pêcheur(s) et une jeune fille mère sans aucune dote. Marié à une Saint Claudienne depuis 1982; il est père de trois enfants:  jenny ,jessica et Théomethis .

 

Sa jeunesse est marquée  par une succession de ruptures atténuées par la présence  bienveillante de ses grands parents maternels " PAPAUL et MANTINE ", et d'une grande tante FANFANN. Enfant de la courdesbraves, il ne pouvait trouver là une meilleure école pour nourrir son imaginaire  et se forger le caractère  nécessaire à la cicatrisation réussie dPhotj-claude-005.jpge sa blessure originelle. 

 

En 1965  , il fait la triste expérience de l'éducation par  la contrainte du corps et de la parole. Préadolescent "dezodiè"(turbulent) il est extrait de sa classe, devant ses camarades, par les gendarmes de la brigade de Terre de Haut -châtiment suprême doloris- et remis à son père ; il lui est reproché d'avoir resquiller une séance cinématographique  suspendu au toit du cinéma le "SPHINX" , appartenant à Monsieur Robert Azincourt...

 

En 1967, suite à l' obtention de son CEP( Certificat ), il  se retrouve en 5eme au Collège de Terre de Haut. Mais son cursus scolaire  dans le secondaire prend  brutalement fin   en 1969 .  Contraint à la vie active par son père - propriétaire éleveur de caprins et de bovins- qui s'oppose au choix de  son orientation au Lycee Agricole de Baie -Mahault . Pour lui (le pater familias ) cette proposition d'orientation n'est ni plus ni moins qu'un vulgaire pied de nez d'un professeur de maths, Monsieur ALLARD. 

 

Son professeur de Français , monsieur Jean yves COURANT, ayant decelé en lui  une ame de poète ; il se ravise vite ,sous  le poids des corvées, d'exprimer par écrits ses émotions et ses ressentis; se contentant de les declamer dans les falaises loin des sarcasmes familiaux.

 

En 1971 , l'adolescent a gagné en hardiesse , il insupporte de plus en plus les contraintes et les brimades ; suite à une antépénultieme rabrouade de son géniteur , il fugue pendant une semaine... Passe ses journées dans les bois de Grande Ravine  en se délectant de baies sauvages ; et ,le soir venu , trouve refuge  dans un cabanon de Rodrigue...

 

Cet épisode lui  inspire le poème : Limbes (le fainéant contrarié); extrait ci dessous:

 

Père !

Pour  m'avoir , un jour, comparé

A cet autre fils adulé

Noctambule d'un soir

Loin ses chaines brisées

Et tes mains acérées.

 

Revolte !

Desirs au centuple

D'enfance expurgée

De sa sève maternelle.

Ces lieux ou j'ai pleuré

Hauts le coeur de joie

Ma fugue consonmée...

 

 

 

La brouille entre père et fils  durera plus de 10 ans; durant lesquels "ce fainéant contrarié" s'emploiera de rattraper le temps perdu...Marin pêcheur occasionnel avec " z'enfant à Roger et z'enfant a Todorit ", il quitte son ile en 1973 pour effectuer son  Service Militaire au SMA de Guadeloupe.  Affecté sur "le Sapotille" un caboteur militaire assurant le  ravitaillement de la caserne de Terre de bas, en charge de la construction d'un aérodrome jamais achevé...Au terme de son service obligatoire, il est promu sergent mais, il renonce à une carriere militaire , du fait de  son instinct  d' homme " free lance" épris liberté. Il survit en faisant de petits boulots de réprésentant multi carte : livres, assurances.

 

 De retour, en Aout 1976, aux Saintes , il retrouve son capitaine d'unité du SMA, un st cyrien en rupture avec la discipline .Celui-ci lui propose un poste de matelot sur son voilier "Le Silver Heel" . Pendant des mois il s'adonne à des Charters entre Martinique et  les iles Grenadines...En 1977, il rentre en Guadeloupe,  pour un emploi de vendeur  à HORS BORD Guadeloupe des etablissements  PETRELLUZZI ;Il réside aux Abymes aupres d'un cousin  Tino JOYEUX DUVERNAY enfant de la cour des braves comme lui .

 

Autodidacte, il se fixe des challenges et il y parvient  : Capacitaire en droit  (1979) .Deug droit (1981). En 1981 sa rencontre avec le Docteur Eugene L'ETANG, Maire et Conseiller General des Saintes,  donne une nouvelle orientation  à son existence: il obtient un poste  d'éducateur stagiaire au centre Jean Bosco de DESHAIES . De 1984 à 1988 il effectue sa formation d'educateur spécialisé à l' IFMES Martinique et obtient son DEES . ..En 1990, il est admis au concours d'éducateur de la protection judiciaire de la jeunesse. Après  une année de formation à VAUCRESSON et à VERDUN  il est nommé, à sa demande ,dans son département  d'origine. les-saintes-003.jpg

 

Apres plus de trente ans de vie professionnelle, en qualité de travailleur social, au service des jeunes guadeloupeens , il a vu ,au fil du temps, les pratiques  perdre de leur qualité d'écoute et d'empathie, éléments pédagogiques  indispensables à l'etablissement de  la relation de confiance aidant /aidé; sans laquelle aucune action educative ne pourrait se prevaloir d'etre réparatrice et  libératrice . Aujourd'hui, le metier d'éducateur a perdu de son élan sacerdocal - Contraint par des annees d'ideologie  punitive exclusive - . L'éducateur PJJ n'est plus qu'un agent de probation déconsidéré , en charge de mesures préfabriquées: TIG( travail d'interet  général) Reparation, Stage civique, Stage de citoyenneté...Dans lesquelles la  part de subjectivité  de la parole de l'usager , le questionnement  de  l'éducateur  sont perçus comme attentatoire à l'omniscience de la hièrarchie.  

 

Dans quelques mois l 'archipélien sera rayé des cadres pour  cause de depart en retraite.Il n-ignore pas qu'il fait partie d'une catégorie d'educateur en voie d'extinction à la PJJ. Puissent les nouveaux se rendre compte que l'obeissance n'est ni une qualité et encore moins une compétence...Se plait til de repeter. DSC00058

Partager cet article

Repost 0
Published by L'archipélien - dans Chrysosblog
commenter cet article

commentaires

ath 20/12/2013 11:31

Bjr messieurs,

c'est surtout dans la Vienne et la Gironde qu'on trouve des Joyeux. Quant à mes ancêtres portant ce patronyme, je doute que du fin fond de la meurthe et moselle,tantôt allemande , tantôt française
au gré des guerres au xvii et xviiiéme siècle aient eu l'âme de navigateurs. Même que probablement ils n'ont jamais vu la grande bleue...Le seul point commun avéré avec votre ancêtre...le prénom !
Voilà, je vous souhaite de très bonnes fêtes de fin d'année, ainsi qu'à ceux qui vous sont chers.

Archipelien 18/12/2013 20:15

Salut Raymond,
Qu'entre nous soit dit, bonnes gens ne sauraient se dérober au plaisir de servir...Ils,agit de la Cause.
Concernant mon arrière grand père JOYEUX Auril Abraham , je crois savoir qu' il était désigné comme " l'enfant sauvage" de Grand Ilet ...

Joyeux Raymond 18/12/2013 16:39

Belle page d'écriture et d'infos précieuses sur ton parcours. J'ai piqué une photo pour mon anthologie de la poésie saintoise... à paraître sur mon blog. J'ai moi-même un ancêtre prénommé Auril...
Est-ce le-même ? Selon mes informations, le premier JOYEUX arrivé en Guadeloupe et sans doute aux Saintes comme engagé se prénommait Alain. Âgé de 20 ans, il était originaire de Trévé Saint-Brieuc
et embarqué sur la Marie-Anne, en 1722... Un autre Joyeux l'avait précédé en Martinique, "Monsieur" Lieutenant de vaisseau du Roy embarqué en 1714 sur La Françoise d'Alicante. Je sais par ailleurs
qu'en Bourgogne, (du côté de Gueugnon) il y a de nombreux JOYEUX..

ath 14/12/2013 16:15

Bonjour l'Archipelien,

parcours intéressant et peu ordinaire.Ainsi la retraite approche, quelle soit longue et dynamique.
Peut être pourriez vous me rendre service....
Ayant fait ma généalogie voici quelques années, je me suis toujours demandé d'ou venaient les aïeuls des saintois nommés JOYEUX car figurez vous que j'ai des ancêtres de lorraine (ma région natale)
nommés Joyeux.Le plus ancien d'entre eux se prénommait Cuny et est né avant 1644. Si vous n'avez pas la réponse, voilà, un os à ronger pendant la retraite non ?.Des cousins saintois ? qui sait
?
Je vous souhaite un bon week end.
PS: votre visage ne m'est pas inconnu

Profil

  • L'archipélien
  • Le monde est dangereux non pas à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire” Einstein.
  • Le monde est dangereux non pas à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire” Einstein.

Archives