Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 novembre 2013 5 01 /11 /novembre /2013 19:46

 

 

...Aussitot fini l'embarquement du dernier passager en partance pour les iles des saintes, Victor, le mousse aux agrès d'appareillage, lacha instinctivement les amarres, relayant de suite la manoeuvre à un Michel Morin: Le Capitaine -Boulanger -Commercant- Maire de  tè d'en hau ; un colosse d'homme dans son etat signalétique de services rendus. Comme dans bien d'autres séquences antérieures - "Cassiopee". " Capella" enfouies dans les annales maritimes locales - , La Saintoise s'arracha progressivement de la frêle jetée, avec son plein de postulants aux affres du mal de mer. Puis, dans une aire trois quarts babord, pivotat sur elle-même, afin de pouvoir s'eloigner des  berges aux crabes ciriques et de  l'avancée brise-houles de fond, dévastatrices en phases cycloniques.

 

"Mer d'huile , ciel bien dégagé , à la grâce de Dieu " , eût sans doute dit père Magloire à l'adresse de ses élèves seminaristes pour les rassurer, une fois la navette sortie du cul de sac .

 

Notre Denis le débonnaire, les neurones minées de  toxines icthyophages amnésiantes amassées bien avant sa toute premiere  dent de lait, se laissa aller à un pti pigé zyeu , l' ouie en alerte , dans la posture du penseur de RODIN ; façon instinctive pour lui de demeurer en resonnance parfaite avec les aléas du jour. Il préssentit et il eut raison qu'au nord, une goêlette balaou etait  en ararouine dans la pétole des alizes(ce vent de commerce triangulaire  du temps odieux de la traite negriere et autres turpitudes) . Il devina et il visa juste, qu'au sud, un barreur saintois, Arsene D, manoeuvrait auloffée pour prendre le lit du vent sous le Morne Cabrit. Il annonça que La Saintoise aganterait  à la pointe Bombarde  le caboteur Qui sait ( un  pirogué saintois modifié) en provenance de Pointe à Pitre ; et ce fut le cas.

 

L'araissement de l'horizon, depuis le poste de pilotage, offrait au capitaine et à ses hotes,  une  vue limpide jusqu'aux  bornes lisières bleues de la Martinique. Eole semblait avoir  rendu son ultime souflle. Propulsion Baudouin Diesel , mille chevau- legers-soupirs , s'échappant par volutes suspendues en un entre deux mondes . C'est alors que l'amplitude des ondes de marée montant des abysses  jeta Denis dans les bras de son ange gardien ; et , dans son  reve éveillé, il crut s'entendre dire que le prévôt de terre de haut avait fait sécession avec la mère patrie..."Terminus tout le monde descend !"... à suivre.

 


Repost 0
30 octobre 2013 3 30 /10 /octobre /2013 19:09

  suite...

 

 

Concommitamment,  sur l'autre rive  du canal de la ritournelle, en bord de mer des Trois Rivières, un aéropage d'inconditionnels tafiateurs - Carpe diem les poches vides -, experts en familiarités convenues pour un Sandrich Morue Salée (SMS) à vil prix, chez KAKO... " En ce que, depuis diab té ti gasson,  çà vous sollicite en bistan son  sek , à l'arrêt du bus CHAPITEAU, visiteurs et autochtones  en partance pour les Saintes" , ânnona TOTORO , un vieux sage qui passait pour un fou .

 

Généreux aux limites de son possible, notre Denis accepta, comme bien d'autres , de verser la contribution  soutirée aux amis de passage( règle tacite non écrite de la principauté des cocagneurs ). "Tenez cinq sous dix sous", tançà t,il à l'adresse des deux "bécunes" qui l'encerclaient, se gardant bien de faire table commune avec eux; résigné de devoir respecter, une fois n'est pas coutume,  les recommandations d'abstinence  de son mèdecin traitant . Même qu'il s'en moquait à la mesure de  sa compréhension et " antenman " de l'existence , notre Denis : - " ce kondissipliné d,Hyppocrate di moin  si ou ni la goutt pa pren la goutt", avait-il pour habitude de trompetter dans une colère feinte à qui voulait l'entendre.

 

A quelques portées de pas plus loin  de chez Gervaise Mayérèze ,  sous le auvent faisant face au marché aux poissons, une silhouette en soutane psalmodiait ses voeux d'espèrance et d, humilité dans une neuvaine à Saint Expédit . Et la chasteté, Monsieur  l'abbé-géniteur de batards " liberi nati ex damnato coitu" des villages de la côte sous le vent... Vous en faites quoi, pensa tout  bas Denis le débonnaire..à suivre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
29 octobre 2013 2 29 /10 /octobre /2013 18:30

 

 

 

Denis le débonnaire, matelot-pêcheur-chanteur impénitent de romances et tout ce qui s'en suit après boire, est prié de regagner son archipel du sud, au terme d'une inénarrable  hospitalisation dans la "froidure" des hauts de Saint claude en Guadeloupe. Prévenus de la chose, ses amis de la confrérie des coudes levés de Terre de Haut, Achil akowdeon, Pol louss et Effrayeu Koulirou, ne se firent pas prier pour en parler ; et, de  " Ca yo di vou di moin" en " Pou moin di ca pou di ",  inoculer de bouche à oreille  la bonne nouvelle, aux encoignures des rouettes de petites naissances et aux dedans des portes et persiennes closes de grandes gences, au fond du curé. En ce jour de Mars avant vèpre -à l'intersection d'une office de santé publique résiduelle et la maison René LOGNOS- l'ombre portée de la centenaire hétérophylla s'insuffisit graduellement - " piti a piti " - à la foule grossissante des anonymes "makro et makrell", tous aussi curieux et curieuses les uns que les autres ; folkloriques paires d'yeux arrimées aux volets de la "kaz a Man Jaque" via la passe de la Baleine...à suivre 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
27 octobre 2013 7 27 /10 /octobre /2013 18:30

Locution verbe haut

Entre elle et lui:

<Pantalon pa fè nom !

L'impensée plaidoirie,

Jactence  Terre d'en haut: 

<Koukounn tann on !

Quand pour du cash

Le ça se fache,

< lanmou kass kod. 

Terre de haut le 27 Octobre 2013 ψ

 

Repost 0
26 octobre 2013 6 26 /10 /octobre /2013 18:45

 .

Que n'ai-je pas attendu

des soirs, aux actualités,

que tu vocalises,

de ta voix chaude, mille apartés

avec tes invités,pour m'enchanter.

 

Terre de haut le 27 Octobre 2013 ψ

 

Repost 0
22 octobre 2013 2 22 /10 /octobre /2013 17:30

 

 

 

 

Eaux souillées de la source.

Lessiveuses Morne cimetière.

Effluves et  miasmes mortifères

Canal Vatable en deverse.

Fièvre, spasmes et mort subite

Cavalcadent à dilligence ou en vapeur.

"Sainte Marie la faute", tous en choeur,

Choléra à la Pointe à Pitre !

 

 

Potiches et jarres biens précieux,

Compagnie disciplinaire rompez!

Dure triade d'hivernages facetieux,

Ilots des Saintes tremblez!

De la veillée , Sieur Basile abhorré,

Au Mouillage tout a commencé.

Citron, ails, Charbon de bois ;

Essence asafetida: "Tiens bois." 

 

 

Air putride et funèbres festins

De zombies en péril du soir au matin.  

Petites mains libérées cour des braves,

Heroines sermentées aux fosses communes.

Ces vies à trépas en nus  désacralisés;

20 Janvier 1866, Rosillette BELENUS "wayagé". 

Et, de bravoure en dévouement, ils se sont levés

Ces pionniers inconnus de la flamme métissée

 

 

P.S : Parmis ces derniers,

 

-Jean Pierre LOGNOS

-Louis Huart JOYEUX

 

Terre de haut le 20 Octobre 2013ψ
Repost 0
17 octobre 2013 4 17 /10 /octobre /2013 05:56

Sont-ce la in-fine les grains. 

Qui feront se derailler le train. 

Valse quadrille aux antilles

Colere juvenile a la Bastille. 

Expulser manu militari Leonarda 

Francois social pissenlit...Nada!

 

 

La Bastille le 17 Octobre 2013 Ψ

Repost 0
14 octobre 2013 1 14 /10 /octobre /2013 17:22

Ne vois tu pas mon fils,

Aussi loin que l'instant présent

Te parle,

Qu'en toute chose trame un précédent. 

Ombre portée,

De lendemains perdus auparavent.

D'expérience je kiff, vois-tu fils.

 

 

Terre de bas le 14 Octobre 2013. ψ

 

 

Repost 0
4 octobre 2013 5 04 /10 /octobre /2013 17:30

Pas un cri pas une larme

Ce silence qui tue

Elle en a peur aussi.

Femme Martyre

Levres ecchymoses

En guise de roses.

 

Pas un cri pas une larme

Ces mains sans egards

Elle les hait comme lui.

Amant  Satyre

Coquet de contremarque

L'Enjolivé veuf braque.

 

 

Terre de Haut le 5 Octobre 2013 ψ

 

 


Repost 0
1 octobre 2013 2 01 /10 /octobre /2013 18:15

 

Et que, je vous narre le récit...666.

De cette enflure repue en royalties,

Russula cyanoxantha en terre saintoise,

A faire se tourner un chaud d'eau de renonce.

 

 

 

Terre de haut le 2 /10/2013 ψ

 

 

 

 

 

20130928_144116-PANO.jpg

Repost 0

Profil

  • L'archipélien
  • Le monde est dangereux non pas à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire” Einstein.
  • Le monde est dangereux non pas à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire” Einstein.

Archives