Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 juillet 2012 4 26 /07 /juillet /2012 16:41
Repost 0
Published by L'archipélien - dans document
commenter cet article
23 juillet 2012 1 23 /07 /juillet /2012 09:09

On kokotié tou seul au kommendmen 

su un bal la pli zéclè é loraj ka dancé

Venn suett toutt foss raché konn a beuf.

Nuitt blanch ! ...Penn an  filao .

Bra au syèl :"Tonnè du dieu padon bondieu !"

 

 

Mèt mabouya lombrik sak  vide

An faitage vè du gri a tole frett.

Zié koklech  deu doucine ka véyé.  

An yien du tan Rèd kon krikett...

Bett a feu lass pozé pren dévenn !

 

Lammè monté dékatyé teg si senn.

Nomm sué vett  la pèch haak  main sek.

Foumi  foll profitan manjé pach a penn

Tafiateu a la drive   varé  tombé

A  la  pikan ban dang pow !

 

Zègèlét :  Penga  jembé en kosiè.

Ay maman zépaul caré  makanda

Vèvèsse bèkèkè  chanjé kapp

Rézon ped ravet duvan poul zinga :

Bodèl de sow va mi payla kalbandé mi!!!

 

Juditt! Iness! Kleo! Vintuitt! Hugo .

Ki dot ancow...Tan siklonn!Panni lékol !

Farinn fwanse  ka grigné an luil cho!

Boboyot  suri  é chowlowlow.

Jou dézass   jou  kabann an ba bot !

 

 

Terre de haut un jour de Siklonn ψ

Repost 0
21 juillet 2012 6 21 /07 /juillet /2012 06:30

La délinquance juvénile des jeunes voyous

Ben alors, Simone, t’en fais une de ces têtes, qu’est ce qu’il y a qui ne va pas ?

-Ha tais-toi, c’est mon p’tit dernier !

-Le Marcel ?

-Ben oui, le Marcel, il m’en cause bien du tracas.

-Quel âge ça lui fait maintenant ?

-Il va sur ses 17 ans, on peut plus le tenir .

-Les filles ? Les copains ?

-Non, ce serait que ça..

-Il fait pas de bêtises au moins ? La drogue ? L’alcool ?

-Pire encore ! Regarde ce que j’ai trouvé sous son lit !

-Ho la la ! Ma pauvre !

-Comme tu dis.

-Le Financial Times ! Quelle horreur ! et celui-là : La Tribune, La Vie Financière ! Ha j’te comprends.

-Je sais plus quoi faire ! il traine avec une bande, je te dis pas la dégaine ! complet veston, attaché-case, des Weston aux pieds, j’ai tout fait pour qu’il remette son maillot du PSG pour aller à l’école, ya plus moyen, il met même plus sa casquette à l’envers ! Le proviseur m’a convoqué, c’est devenu infernal, ils ont parlé de le faire passer en conseil de discipline.

-Je la connais cette bande, sans arrêt à parler Anglais, à lire des rapports sur leurs ordinateurs portables, ils emmerdent tout le quartier jusqu’à des pas d’heure : Les Traders qu’ils s’appellent.

-C’est ça ! Les Traders ! des hyperactifs ! Toujours pressés, toujours sur la brèche. A enquiquiner les épargnants ,à parler d'investissements, de fonds de pension...Et puis un langage vulgaire ! Mais vulgaire ! et des CAC 40 plein la bouche et des Nikkei par-ci et des Wall-street par-là, moi qui ai toujours fais attention à ce qu'il ne disent jamais de gros mots.

-Des voyous ! avec le mien, je suis tranquille, il fait partie du gang des Pitbulls sanglants, ils ont le droit qu'aux onomatopées et ils s’occupent que des petits vieux.

 -T’as vraiment de la chance…Mais ça lui suffit pas de lire ces saloperies en cachette, il m’a avoué qu’en plus, il suit des cours à H.E.C, tout ça c’est la faute à ses 2 ans d’avance, j'aurais dû mieux surveiller ses carnets de notes.

 -Aïe ! Aîe ! Et s’il se fait pincer par la police ?

-Oui, je sais, j’en dors plus ! Il finira comme son bon-à-rien de paternel, en prison ! quartier de haute sécurité là où on colle les fondés de pouvoir ou les attachés de direction.

 -Mais comment qu’il en est arrivé là ? Avant il était plutôt tranquille, non ?

 -Que des satisfactions ! Des p’tits trafics de drogue par-ci par-là, on r’trouvait de temps en temps des auto-radios dans sa chambre ou une voiture brûlée dans la cour de l’immeuble, rien de bien méchant, des loisirs comme les autres, des activités de plein-air plutôt saines.

-Comme le mien, qu’est ce qu’on est fier quand il nous ramène des sacs-à-main, au moins on est tranquille, même les flics du quartier nous font des compliments.

-Et puis un jour il s’est mis à prêter de l’argent à ses camarades d’école, pour 20€ on lui en rendait 21€ le mois d’après.

 -Et tu t’es aperçu de rien ?

 -Ben non, je croyais qu’il faisait toujours du racket, je pouvais pas me méfier, c’est un camarade à lui qui m’a prévenu et après il s’est mis à regarder des émissions bizarres à la télé, sur l’économie, la finance, Envoyé Spécial, des trucs comme ça, même les actualités !

-Ha moi ! je lui ai interdit les actualités, il a droit qu’aux jeux vidéos ou aux films ultra-violents, comme ça, je sais qu’il aura pas de mauvaises idées en tête, devenir banquier, financier ou je ne sais quoi, tu vois pas la honte dans le quartier, c’est ma hantise.

-Après il s’est mis à lire des biographies, Rothschild…

-Ma pauvre.

-Madoff, Kerviel…

-La dégringolade.

-La pente savonneuse du vice, et puis un jour, le dérapage fatal, la chute dans l'abîme, il est devenu actionnaire d'une société cotée en bourse, il s'est mis à se documenter sur les banques d’affaires, les sociétés d’investissements.

 -La déchéance.

-Je comprends même pas qu’on laisse des ouvrages pareils en libre circulation, après on s’étonne que nos enfants tournent mal et finissent gangsters mais les parents peuvent pas tout surveiller.

-A qui le dis-tu ! Ha t’as vraiment pas de chance avec tes garçons, au fait et le deuxième, celui qui s’est fait pincer à faire l’ENA et qu’a fini député ?

-Hé ben il lui reste deux ans à tirer mais avec un peu de chance il sera libéré avant pour bonne conduite et s'il suit une cure de désintoxication.

prison.jpg

 auteur: le hobit

Repost 0
Published by L'archipélien - dans actualités
commenter cet article
20 juillet 2012 5 20 /07 /juillet /2012 18:33

SARKO parti...Capri c'est fini.

 

785249.jpg

 

La roue tourne ...

Repost 0
Published by L'archipélien - dans actualités
commenter cet article
16 juillet 2012 1 16 /07 /juillet /2012 07:12

Avis à tous ceux qui ont des fins de mois difficiles voici la liste des 500 plus grosses fortunes de France

C'est le 16 juillet que les députés au sein de l'Assemblée Nationale commenceront à examiner, en séance publique, le texte du projet de loi de finances rectificatif pour 2012.

Or, l'hebdomadaire Challenges dans son article paru sur la toile le 11 juillet et mis à jour le 12 juillet a relancé le débat sur la taxation des plus riches et sur une autre répartition des richesses en France. L'auteur Éric Tréguier, journaliste économique et financier responsable de la rubrique "Argent" de ce magazine, cite d'ailleurs Jean-Philippe Delsol, l'auteur de : "A quoi servent les riches" (Editions JC Lattès). Selon lui le montant total de la fortune de nos 500 riches qui est de 267 milliards d’euros, est l’équivalent des recettes de l’état de l’an dernier. Il a fait le calcul suivant  : "S’il fallait les redistribuer aux 8,1 millions de pauvres (en France) recensés par l’Insee, cela représenterait 33.000 euros pour chacun d’eux".

Le déficit public actuel est de 69,6 milliards d'euros, il pourrait être résorber si on prélevait cette somme aux 500 plus grandes fortunes françaises, cela leur laisserait tout de même aux alentours de 200 milliards pour subvenir à leurs besoins cette année.

Mais le patrimoine de ces 500 riches familles s'est légèrement contracté en 2012, il a subi une diminution de 3%. Comme en 2011, Bernard Arnault figure largement en tête du classement. Le propriétaire du groupe de luxe Louis Vuitton Moët Hennessy (LVMH), avec sa fortune estimée à 21 milliards d'euros devance la famille Mulliez, fondatrice du groupe de distribution Auchan (non coté en bourse) Leroy Merlin etc...dont la patrimoine a baissé de 3 milliards, mais s'élève quand même à 18 milliards d'euros

La plus grosse surprise à la tête du classement est Bertrand Puech qui contrôle 60% d'Hermès a vu sa fortune décollé de 43%, en raison notamment des spéculations autour de son entreprise. Elle s'élève a 17,4 milliards d'euros et dépasse Liliane Bettencourt dont le patrimoine s'élève à 15,3 milliards avec une baisse de 12%.

Puis vient la famille Dassault avec 9,9 milliards dont la progression de la fortune est de 32% par rapport à l'année dernière. La famille Pinault arrive ensuite avec 6,3 milliards d'euros, elle a subit une baisse de 22%.

En 10e place apparaît, pour la première fois dans ce peloton de tête, la famille Besnier. Les fondateurs de Lactalis pèsent désormais 4,4 milliards d'euros grâce au rachat du fromager italien Parmalat.

Surprise, avec Xavier Niel, le fondateur de Free, qui a profité de son entrée sur le marché de la téléphonie mobile. Son patrimoine composé d'actions a progressé de 200 millions d'euros et s'élève maintenant à 3,15 milliards et entre au palmarès à la 12e place. Également surprise pour la famille Servier qui se classe à la 15e place, reculant de deux places, avec une fortune estimée à 2,8 milliards d'euros, malgré les déboires judiciaires du laboratoire concernant le scandale du Médiator, mais qui pourront jouer l'année prochaine.

La plus importante entrée dans ce palmarès des 500 plus grosses fortunes est la famille Apavou, qui entre à la 62e place avec une fortune de 700 millions d'euros : son groupe immobilier loge 10 % des Réunionnais et compte 1 300 chambres d'hôtel. On note également de très forte progression comme l'entreprise d'habillement Zadig et Voltaire.Thierry Gillier et sa famille passent de la 255e à la 104e place avec une fortune de 420 millions d'euros.

Mais on peut noter dans ce classement des chutes imposantes comme celle de Gérard Brémond, le président-fondateur de Pierre et Vacances, qui est passé de la 197e place à la 472e. Avec ses 60 millions de fortune, il a bien failli en sortir.

Car cette année, le "Fmic" (Fortune minimum d’insertion dans le classement, autrement dit le ticket d’entrée minimal pour avoir le privilège de figurer dans le club des Riches de Challenges) est pour la première fois depuis longtemps, est de 60 millions d’euros. A partir de 59 millions d'euros on est éjecté comme par exemple Pierre Milchior et Marie-Claire Tarica de l'entreprise textile Etam Développement, qui pourtant étaient classés à la 239e position en 2011.

Voici ci-dessous la vidéo dans laquelle Éric Tréguier de Challenges nous explique comment comment les journalistes de Challenges s'y prennent pour établir le classement des 500 grandes fortunes françaises.

 

Si vous désirez connaître les 500 plus grosses fortunes françaises classées par ordre alphabétique CLIQUEZ ICI, vous obtiendrez le document mis en ligne par "Challenges".

Je pense que tous les smicards et ceux dont le salaire est légèrement au-dessus doivent rêver devant le montant du patrimoine de ces grosses fortunes, qui alignent 9 à 10 zéro devant la virgule, alors qu'eux-mêmes voient le solde de leur compte bancaire aligner un chiffre inférieur au zéro et cela souvent à partir du 15 du mois.

Est-ce que les nantis de cette liste peuvent comprendre que ces travailleurs pauvres sont interloqués et choqués par ces imposants patrimoines, d'autant plus lorsque ces derniers entendent dire par certains de ces riches qu'ils vont quitter la France pour fuir la nouvelle taxation de 75% que le gouvernement actuel veut établir par souci d'équité et de justice en ces temps de crise économique et cela seulement tant que le pays est endetté.

Où est le patriotisme et la solidarité de toutes ces familles très aisées ?

Sources  : Challenges, Le Point,

Repost 0
Published by L'archipélien - dans document
commenter cet article
13 juillet 2012 5 13 /07 /juillet /2012 19:17

 

 

 

"L'homme n'a pas seulement inventé la connaissance, ce moment qui de toute l'Histoire universelle en « fut la minute la plus orgueilleuse et la plus mensongère ». Il a surtout inventé l'hallucination : c'est-à-dire le fait de voir dans ce qui est, ce qui n'y est absolument pas.".

 

Ps: Prenez en exemple sur les fausses valeurs qui envahissent notre quotidien.

Repost 0
Published by L'archipélien - dans psychologie
commenter cet article
12 juillet 2012 4 12 /07 /juillet /2012 17:30

CRIME MEDIATIQUE ET DESINFORMATION

Posté par 2ccr le 19 juin 2012

CRIME MEDIATIQUE ET DESINFORMATION dans Complot et manipulation a1-tele-manipLes crimes médiatiques sont une composante à part entière des crimes politiques plus généraux qui ensanglantent la scène internationale où nos dirigeants déchaînent leur volonté de puissance. Sans une complicité active des médias atlantistes avec les élites occidentales les guerres en Irak et en Afghanistan, le dépeçage de la Libye et la descente aux enfers de la Syrie, n’auraient pas pu être réalisés aussi facilement.

Ainsi, il y a eu crime médiatique quand l’Otan a décidé d’attaquer l’Afghanistan dans la foulée des attentats du 11-Septembre parce que les médias ont refusé sciemment d’interroger les motivations de l’administration Bush dans cette guerre et de questionner la responsabilité directe des néoconservateurs dans ces attentats.

Il y a eu crime médiatique quand les États-Unis et leurs alliés ont envahi l’Irak en 2003 parce que les médias ont relayé volontairement de fausses informations sur la présence d’armes de destruction massive.

Il y a eu crime médiatique quand les médias ont inventé la fable du bombardement de Benghazi par Kadhafi pour envahir la Libye, quand ils ont laissé, sans broncher, les dirigeants occidentaux, avec la caution morale de quelques intellectuels atlantistes (dont J.B. Botul), donner le pouvoir à des milices wahhabites proches d’Al-Qaeda et créer une guerre civile afin d’accomplir des objectifs géostratégiques dont les peuples d’Occident et d’Orient ne verront jamais les bénéfices (moraux ou matériels).

Il y a crime médiatique quand les médias attribuent de manière opportune la paternité des massacres en Syrie (Houla) au clan au pouvoir pour faire tomber un régime qui ne répond plus à leurs objectifs dans la région ; il y a crime médiatique quand l’Occident peut, sans que les médias ne s’en émeuvent, armer des groupes terroristes, organiser des massacres de civils et apporter la guerre civile et religieuse dans un pays en paix.

Il y a eu crime médiatique quand les médias ont choisi de taire le soutien des États-Unis à un coup d’État au Honduras en 2009 et que ce silence couvre les cris des torturés et des suppliciés.

Il y a un crime médiatique quand les médias passent sous silence les implications pour les libertés fondamentales de la loi NDAA votée par l’administration Obama en décembre 2011 qui autorise les détentions arbitraires (des citoyens américains ou étrangers) comme au temps de l’absolutisme royal en France.

Il y a crime médiatique quand aucun grand média ne cherche à expliquer les raisons et les dessous de la guerre contre le terrorisme ni l’alliance des Occidentaux avec les défenseurs du terrorisme islamique (Arabie Saoudite et Qatar).

Il y a eu crime médiatique dans tous ces exemples parce que les médias mainstream ont délibérément choisi de se faire les porte-parole d’une élite à la quelle ils appartiennent ou à laquelle ils s’identifient, élite qui commet, de manière répétée, des crimes de guerre ou des crimes contre l’humanité contraires aux valeurs des Lumières.

Nul besoin ici de mentionner tous les crimes médiatiques commis par les médias atlantistes tant la liste est longue et presque sans fin. Nous voulions juste rappeler l’évidence suivante au moment où le traitement médiatique du drame syrien semble atteindre en Occident un degré d’abjection rarement égalé : la désinformation tue des innocents.

Article original de Guillaume de ROUVILLE ici

« Celui qui contrôle les médias, contrôle les esprits »…Jim MORRISON

Repost 0
Published by L'archipélien - dans document
commenter cet article
11 juillet 2012 3 11 /07 /juillet /2012 17:30

 

SI LES PAUVRES SAVAIENT…

Posté par 2ccr le 31 mai 2012

SI LES PAUVRES SAVAIENT... si-les-pauvres-300x170Les pauvres se font du souci pour leur pays et les riches se font du souci pour leur portefeuille ! Et plus les riches font grossir leur portefeuille, plus ils appauvrissent le pays. Les riches créent ainsi un sentiment de frustration et d’insécurité chez les pauvres. Pour les abuser, ils leur parlent de la grandeur de la France éternelle et des valeurs du travail et de la famille , alors que dans la réalité, fervents défenseurs du système capitaliste ils ne se servent de ces valeurs que pour mieux les tromper.

Les pauvres sont prêts à faire des sacrifices pour leur pays, alors que les riches demandent sans cesse des subventions et des avantages fiscaux pour diminuer les aides aux plus pauvres et accroitre leur compte en banque dans les paradis fiscaux. Pour augmenter encore leurs bénéfices, les plus riches délocalisent leurs usines dans les pays pauvres pour  exploiter la population et piller leurs richesses avec la complicité des  dirigeants de ces pays, qui eux s’enrichissent : la solidarité inter-riches fonctionne en général toujours très bien. Pendant ce temps, en France, les plus pauvres voient d’un mauvais œil l’arrivée d’immigrés …

Si les pauvres savaient, nationaux et immigrés confondus, ils se serreraient les coudes. Mais les élites savent que c’est en plongeant les masses dans la précarité et la pauvreté qu’ils peuvent profiter de leur position et de leurs privilèges. Plus une population est pauvre, financièrement et éducativement, plus il est facile de la manipuler et lui montrer des boucs émissaires : rmistes, chômeurs, immigrés, fonctionnaires… ; c’est la bêtise qui crée le terreau où prennent naissance toutes les peurs.

La démocratie telle quelle est conçue est directement issue de la bourgeoisie, et tous les rouages de l’appareil d’état et de l’appareil économique et financier sont entre ses mains. Les élections ne sont qu’une illusion qui reflète la main mise de ce pouvoir sur la politique du pays. Seuls les partis défendant les intérêts du capital et ne remettant pas en cause ce système arrivent en tête des élections présidentielles, législatives ou régionales. Les intérêts de classes sont ainsi préservés !

Evidement lorsque l’on parle des riches, on parle des « vrais » riches , pas de ceux qui gagnent 4 ou 5000 euros par mois et qui pensent jouer dans « la cour des grands ». C’est-à-dire ceux qui possèdent des maisons à plusieurs millions d’euros, qui achètent à leurs petites amies des cabriolets à 300 000 euros, qui possèdent leur yacht et avion privé et qui le soir en quelques minutes perdent un demi-million d’euros au casino sans sourciller ! Il est vrai qu’en France 20% de la population pense faire partie des 1% les plus riches ! Quels blaireaux ! Ils n’ont aucune notion de ce qu’est la richesse !

En fait la réalité, c’est que la France  n’a jamais été aussi riche, elle figure même au 3e rang mondial des millionnaires. La richesse en France a explosé,  les patrons du CAC 40  ont gagné en moyenne 200 fois le Smic, 5 % de la population possèdent plus de 50 % du patrimoine, et les 10 plus grosses fortunes possèdent à elles seules 15 millions d’années de Smic.

Mais la réalité, c’est aussi qu’il y a huit millions de pauvres, trois millions de précaires, trois millions de temps partiels, cinq millions de chômeurs, et des salaires de misère pour la majorité des salariés.

L’habileté des dirigeants consiste à persuader les peuples qu’il n’y a rien à faire, il faut les convaincre que cela pourrait être pire et qu’ils sont aussi heureux qu’il leur est permis de l’être. C’est en enlevant toute espérance et en plongeant les masses dans la pauvreté que les élites peuvent aspirer à profiter le plus longtemps et le plus indécemment possible de leurs privilèges !

« Ce qui coute cher ce n’est pas le travail, mais ce que le capital prend au travail »…Gérard FILOCHE

Repost 0
Published by L'archipélien - dans document
commenter cet article
10 juillet 2012 2 10 /07 /juillet /2012 17:30

PARADIGME, CONDITIONNEMENT ET MANIPULATION

Posté par 2ccr le 12 juin 2012

PARADIGME, CONDITIONNEMENT ET MANIPULATION dans Complot et manipulation oeuf-oiseau-300x243D’après Wikipédia, un paradigme est une représentation du monde , une manière de voir les choses, un modèle cohérent  de vision du monde qui repose sur une base définie (matrice disciplinaire, modèle théorique ou courant de pensée). C’est une forme de rail de la pensée dont les lois ne doivent pas être confondues avec celles d’un autre paradigme et qui, le cas échéant, peuvent aussi faire obstacle à l’introduction de nouvelles solutions mieux adaptées.

Dans la société, le conditionnement et la  manipulation de l’opinion publique, sont des techniques pour faire croire aux peuples qu’il n’y a rien à faire et que le modèle dans lequel nous vivons est indépassable, et chaque parti qui arrive au pouvoir s’empresse effectivement de démontrer cette vérité absolu. C’est ainsi que l’on domestique les peuples en leur ôtant toute espérance d’un avenir meilleur, en les convainquant, qu’ils sont aussi heureux qu’il leur est possible de l’être!

Regardez ce PPS et voyez ce que nous sommes devenus…fichier pps
Repost 0
Published by L'archipélien - dans document
commenter cet article
9 juillet 2012 1 09 /07 /juillet /2012 17:30

L’APOLOGUE DE SOCRATE ET LE BANQUIER

Posté par 2ccr le 5 juillet 2012

L'APOLOGUE DE SOCRATE ET LE BANQUIER dans mythe et parabole APHRON – Je te salue Socrate et je me réjouis de te présenter Ploutos, le plus riche banquier de notre belle cité, pour ne pas dire du pays tout entier. Seuls les dieux pourraient dire ma reconnaissance envers cet homme qui, dans sa grande bonté, a daigné me consentir un prêt de mille drachmes dont j’avais un pressant besoin.

SOCRATE – Je te salue, ô  maître souverain des choses et des gens.

LE BANQUIER – Maître souverain, c’est beaucoup dire. Je ne suis qu’un humble banquier qui fait bien ses affaires. Il faut le dire… et qui satisfait toujours sa clientèle. C’est bien là le secret de ma réussite.

SOCRATE – Ne sois pas aussi modeste, mon cher banquier. Il possède tout celui qui est maître du crédit. Il est plus puissant qu’un roi, l’homme qui a le pouvoir de fabriquer l’argent.

LE BANQUIER – Je fabrique de l’argent ?

SOCRATE – Bien sûr, tu as ce pouvoir inouï qui met à tes pieds tous les gouvernements de la terre. A moins que je ne me trompe, moi qui ne suis qu’un ignorant.

LE BANQUIER – Certes, tu te trompes, et lourdement encore. Non, c’est l’Etat qui crée les pièces et les billets. Moi, je recueille l’argent que les honnêtes travailleurs me confient. J’enferme le fruit de leur épargne dans mes coffres et lorsque quelqu’un présentant de bonnes garanties, comme mon ami Aphron, vient me demander un prêt, je le lui accorde en puisant dans cette réserve, moyennant un modeste intérêt pour ma peine, cela va de soi.

SOCRATE – Ainsi, l’argent que l’on dépose chez toi est le même que celui que tu prêtes.

LE BANQUIER – Evidemment, Socrate, où veux tu en venir ?

SOCRATE – A ceci, admettons qu’une nouvelle banque soit créée et que dix personnes viennent déposer mille drachmes. Le nouveau banquier aura donc 10.000 drachmes en caisse.

LE BANQUIER – Oui.

SOCRATE – Supposons encore qu’un onzième citoyen vienne emprunter 1000 drachmes, la banque lui ouvrira un compte crédité de ce montant.

LE BANQUIER – C’est bien ainsi.

SOCRATE – Et si un des déposants veut ensuite retirer ses mille drachmes, montant de son compte, le banquier lui dira : « Non, je ne vous en donne que 900 car j’ai prêté 1000 drachmes à une tierce personne, donc j’ai retiré 100 drachmes à chaque déposant.

LE BANQUIER – Mais non, Socrate, un tel banquier ferait faillite.

SOCRATE – Pourtant, si l’argent emprunté est le même que l’argent déposé, ce que le banquier prête, il doit le retirer de sa caisse.

LE BANQUIER -  Oui.

SOCRATE – Or, sa caisse est composée de l’ensemble des dépôts plus un petit capital de départ bien vite évanoui. Donc il doit diminuer les comptes des déposants s’il veut prêter.

LE BANQUIER – En fait, ce n’est pas ainsi que l’on opère, le banquier est à peu près sur que tous les déposants ne retireront pas leur avoir en même temps. C’est en se basant sur ce fait qu’il peut prêter, sans diminuer les comptes.

SOCRATE – Belle réponse, en vérité et qui semble confirmer la thèse que le banquier ne fabrique pas d’argent. Mais écoute encore ceci. Les déposants utilisent leur compte en banque, sans pour autant retirer des pièces. 

LE BANQUIER – Oui, par le moyen de chèques, ils m’ordonnent de passer de l’argent d’un compte à un autre. Ainsi, sans retirer d’argent, ils paient leurs dettes.

SOCRATE -  Fort bien. Donc l’argent déposé sert à payer, sans retirer de pièces de la banque, il suffit d’un simple ordre de transfert d’un compte à un autre.

LE BANQUIER – C’est cela.

SOCRATE – Donc cet argent existe.

LE BANQUIER – C’est ridiculement vrai.

SOCRATE – Mais l’argent emprunté sert également à payer des dettes et on l’utilise comme celui des compte de dépôts, par des ordres de transfert d’un compte à un autre.

LE BANQUIER – Oui.

SOCRATE – L’argent emprunté existe donc aussi, mais comme il sert à des opérations différentes de celles des comptes de dépôt, il a une existence indépendante. J’en conclus que l’argent déposé et l’argent emprunté sont deux choses différentes. Comme on ne t’a fourni que le premier, tu as fabriqué le second.

LE BANQUIER – Mais enfin, c’est absurde : moi, banquier, je reçois 10.000 drachmes de mes déposants en bonnes pièces frappées par l’Etat. Lorsque je prête, les 10.000 pièces n’ont pas augmenté, ce sont toujours les mêmes.

SOCRATE -  C’est on ne peut plus vrai.

LE BANQUIER – Donc je n’ai pas créé de monnaie.

SOCRATE – En es tu bien sûr, peux-tu me dire ce qu’est la monnaie ?

LE BANQUIER – La monnaie est un signe qui représente un pouvoir d’achat.

SOCRATE – Si je comprends bien, tout signe quel qu’il soit, quelle que soit sa nature, est de la monnaie s’il représente un pouvoir d’achat.

LE BANQUIER – C’est bien cela.

SOCRATE – Donc si nous découvrons que tu as augmenté le pouvoir d’achat, tu conviendras que tu as fabriqué de la monnaie.

LE BANQUIER – Je pourrais difficilement le nier.

SOCRATE – Supposons que les dix déposants de tout à l’heure et l’emprunteur veuillent acheter chacun un nouveau cheval. L’animal coûte 1000 drachmes la pièce, ils s’adressent à un maquignon qui décide d’ouvrir un compte dans la même banque. Que va-t-il se passer ?

LE BANQUIER -  La chose est simple. Les onze hommes m’adresseront un ordre de transférer le montant total de leur compte au compte de leur créancier.

SOCRATE -  Donc les onze hommes seront débités chacun de 1000 drachmes et le douzième sera crédité de 11.000 drachmes.

LE BANQUIER – Certes.

SOCRATE – Cependant, tu n’as toujours que 10.000 drachmes en pièces dans ta caisse.

LE BANQUIER – Évidemment.

SOCRATE – D’où viennent donc les 1000 drachmes supplémentaires, si tu ne les as pas créés. Tu vois bien que tu as fabriqué pour mille drachmes de pouvoir d’achat supplémentaire, puisque cette somme a servi à acheter un cheval qui, sans toi, serait resté entre les mains du maquignon.

LE BANQUIER – Par Zeus, Socrate, je ne sais plus que te répondre.

 « Si les gens de cette nation comprenaient notre système bancaire et monétaire, je crois qu’il y aurait une révolution avant demain matin »…H.FORD

Repost 0
Published by L'archipélien - dans document
commenter cet article

Profil

  • L'archipélien
  • Le monde est dangereux non pas à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire” Einstein.
  • Le monde est dangereux non pas à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire” Einstein.

Archives