Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 janvier 2013 6 05 /01 /janvier /2013 18:30

 

 

 

 

 

 

 

C'est l'histoire de zandoli,un petit garçon d'à peine 8 ans qui prend le taxi pour rentrer chez lui après une journée de classe très studieuse.

 

-Alors,mon petit cela c'est bien passé ta journée de classe ?  Racontes -moi, lui dit le taxi-man.

 

-Ah ! Ah! Super avec  mon   Professeur  de Bio-logique , J'ai beaucoup appris .

 

-Par exemple ?  lui retorque le taxi-man.

 

-Eh ben! lui dit  zandoli flatté :

 

-Si ma  maman était une chienne et  mon papa un chien , moi je serais un chiot. ,dit il , fier comme un paon.

 

-Vous voulez  d' un autre exemple , demande t-il  en se tortillant de plaisir.

 

-En voici en voila :  Si ma maman était une poule et mon papa un coq, moi je serais un poussin...

 

 

Et ainsi de suite jusqu'à ce que le chauffeur de taxi irrité , l'interromps.

 

-Et si ta mère était une putain ? ...

 

Sans se démonter  Zandoli répondit du tac au tac:

 

- Si ma maman était une " han han han " comme vous dites  et mon papa un  vagabond , moi je serais un chauffeur de Taxi...

 

Bèkèkè ! Bèkèkè ! ...Chantonnat  Zandoli

 

Looooooooooooooool  !

Repost 0
Published by L'archipélien - dans humour -blague
commenter cet article
4 janvier 2013 5 04 /01 /janvier /2013 19:27

La notion de libre arbitre est la plupart du temps assimilée à la religion, elle permet de dédouaner Dieu le tout puissant de la responsabilité du mal en reportant cette dernière sur ses créatures. Dieu nous a offert en cadeau notre destinée, à nous d’en faire bon usage en notre âme et conscience. Toutefois, ici je m’intéresserai à une approche plus rationnelle du libre arbitre et de son emploi.

 

Le libre arbitre ou libre arbitre de la volonté, est une notion fondamental pour tout un chacun. Il implique qu’à chaque instant j’effectue un choix librement. Le choix de me lever le matin, ou de ne pas le faire par exemple. Toutefois, nombre d’entre nous me dirons que ce choix n’est pas le leur, qu’il leur est imposé voir conditionné culturellement. Je leur répondrais alors qu’ils ont renoncé à leur libre arbitre par leur passivité.

 

La recherche de l’émancipation, de la liberté ne peut se faire qu’en deux façons conjointes. En acceptant les contraintes sur lesquelles je n’ai pas d’emprises au lieu de me torturer l’esprit. Il s’agit là du lâcher prise, le lâcher prise est l’acceptation de ce sur quoi on n’a pas d’ascendants. Il s’agit là de contraintes extérieures sur lesquelles ma volonté ne peut agir, en les acceptants je libère mon esprit de son illusion de contrôle. Ces contraintes se trouvent en dehors du champ d’exercice de mon libre arbitre.

 

Mais s’il y a des contraintes en dehors du champ d’action de mon libre arbitre, ce dernier est toutefois immense et bon nombre d’entre nous l’oubli. La première chose à se mettre en tête lorsqu’il s’agit de libre arbitre est que ce processus est un processus actif. Je prends mes décision et fait mes propres choix, je ne me contente pas simplement de répondre aux écueils que la vie me lance. Tout est action et réaction, l’exercice du libre arbitre est action et non réaction.

 

Les déterministes critiquent la notion de libre arbitre en suggérant que ce dernier est une illusion puisque de toute façon, tous nos choix sont induits culturellement ou prédisposés par la force des choses. Même si l’approche est hautement amorale (je ne suis pas responsable de mes choix, puisque ces derniers sont prédéterminés) et passive, la critique n’en reste pas moins constructive. Effectivement l’exercice du libre arbitre ne peut se faire que par une personne consciente qui fait sciemment un choix.

 

Pour faire un choix sciemment il faut donc avoir du recul sur soi et sur ce qui nous entoure. Ici, deux adages prennent tout leur sens. Le premier « la connaissance est le pouvoir », cet adage s’inscrit dans la logique de libre arbitre, plus on a de connaissances, plus notre capacité à choisir devient grande et plus nos choix sont libres. Le deuxième, « connais-toi toi-même » est encore plus important, dans la mesure où notre propre auto-conditionnement est l’une de notre plus grande limite.

 

La connaissance général et de soi-même permet à la raison de choisir librement et à la volonté de réaliser ce choix. Exercer son libre arbitre est une démarche active de l’esprit et une formidable source d’émancipation. Nous avons le pouvoir de structurer notre réalité, prenez le contrôle de vos vies.

 

Auteur YANN

Repost 0
Published by L'archipélien - dans éducation
commenter cet article
3 janvier 2013 4 03 /01 /janvier /2013 18:30

LISTE de Janvier 2013
MISE A JOUR LE 01 Janvier 2013

TROT

AMOUR d’OCCAGNES
ELIOTT HALL
LADY DIANA ROSSO
LEBEN RL
LOVER POWER
MAHARAJAH
MAIN WISE AS
MARIMARI
MARLON OM
MARTINA GRIF
MESSALINA OM
MIRROR GRIF
MURUROA AS
NALDA NOF
NAPOLEON BAR
NEFERTITE del RIO
NOBLESSE ROSS
NONANT LE PIN
OLMO HOLZ
PARTOUT SIMONI
QUADRINIO JIEL
QUARLA du PONT
QUARRY BAY
QUICK VIERVIL
QUIF de VILLENEUVE
QUITO d’ECROVILLE
RADJAH de l’ABBAYE
RADJAH de VENEL
RAGTIME du PARC
RAMSES du HAM
RAVANELLO
RECIT JELOCA
REEDITE GEDE
REINE HELENE
RENORD BLOND
RETROACTIF
RÊVE d’HAUFOR
RICHMOND PARK
RIO d’HABERN
RIRE MUTIN
ROCHEVILLE
ROCKFELLER CENTER
RODGERS
ROWDY
ROXANA de BARBRAY
RUBENS MESLOIS
RU de l’AIROU
SABA du VIVIER
SAGA de PRELONG
SAGE de GUERINIERE
SAINT GAUDENS
SAM GIBUS
SANTA ROSA FRANCE
SAPOLINO
SARTHE
SAVE THE QUICK
SCARLET TURGOT
SECRET de CHENU
SEGUINEL MABON

SENSATION JURLY
SEVEN d’OLIVERIE
SHOW d’HERMES
SINGAPORE SING
SIROCCO JIBACE
SISSI MORAINVILLE
SIXIA des ANGES
SNOB de CORDAY

SOGO
SON ALEZAN
SOPRANO du PONT
SOUMOULOU
SPRING EROM
STAR du COGLAIS
STAR de VILLENEUVE
SURPRISE du LUPIN
SUZUKA
SWEDISHMAN
SWING d’ERONVLLE
TABAC de CEBE
TABLER
TACTICIEN JIEL
TACTICENNE
TAFAIKO SAX
TAG WOOD
TAN d’ERABLE
TANIA de BOUGY
TARINA SLY
TCHAO de LOIRON
TEAM JOB
TEATRO
TENAREZE
TEOMALTO CHEF
THALIA de THIEGO
THE TIGER
TIP TOP NELLIERE
TISON MADRIK
TONIGHT CEM
TOPAZE de GOURNAY
TOPAZE de LANDERIE
TOPAZE d’HAUFOR
TORNADE du DECLIC
TORNADE PIYA
TOSCA du LYS
TOTEM d’AZUR
TREIZIEME JOUR
TRESKOOL du CAUX
TSAR d’ACANTHE
TRIODE de FELLIERE
TROPIC JET
TWIGG
TYSSO RUSH
TZARINE FAC
UBERA DIEM
UBERO des LIARDS
UGOR du BEAUVOISIN
UN AMOUR d’HAUFOR
UN de MAI
ULTIMATE du SOLEIL
ULTRADIDACT F
UNA BELLA du FIER
UNE PERLE RARE
UNGAROU de FLORE
UNIQUE de l’ITON
UP and QUICK
UPSALA GEDE
URZY
URSULE du BOUFFEY
URSULA JIEL
URVILLAIS
UTOPIE du GOUTIER
UT d’YLEA
UVA JADOR
UZO JOSSELYN
YARRAH BOKO
ZORRO PHOTO

 

PLAT

ANEMOS
BUNNY LEBOWSKI
CASHMERE CAT
CHALSA
DARJANI
DARNETAL
DORADE ROSE
DUNNBOINEE
GAËLIQUE SHOW
GARDE SLICKLY
GATINELLO
GRIRAZ
HAPPY WEDDING
HEAVEN KING
KERALOUN
LEFFARD
MALOSSOL
MARONI
MONTALBAN

MR MAJEIKA
MUHTAKER
MY STONE
PUMP PUMP BOY
ROCK of NASSAU
ROERO
SACRE DEL MYRE
SANAUDOU
SANT’ALBERTO
SAPHIR BERE
SHAWNEE SAGA
SILVER GREEN
SUN SEA BIRD
TASHAROWA
TREVIERES
TRYST
VALIDOR
ZACK HOPE

Repost 0
Published by L'archipélien - dans turfiste
commenter cet article
2 janvier 2013 3 02 /01 /janvier /2013 18:30
Congrès de Toulouse du Parti Socialiste, octobre 2012
Congrès de Toulouse du Parti Socialiste, octobre 2012

Quel est l'événement politique le plus important de l'année écoulée ? On voudrait pouvoir écrire que c'est l'élection, le 6 mai dernier, de François Hollande à la présidence de la République. Ce sera peut-être le cas, mais il est encore trop tôt pour le dire. En politique, on ne sait jamais à l'avance de quoi hier sera fait.

En attendant, ce qui domine l'année, c'est la dégradation inouïe de nos mœurs politiques. Mensonges, truquages, corruption ont fait notre quotidien. Marianne s'en faisait l'écho récemment, et Michel Rocard, à sa manière franche et désabusée, n'y allait pas par quatre chemins, affirmant que le mensonge fait, en somme, partie intégrante de notre vie politique.

Voyez, par exemple, le jeu pervers auquel se livrent l'électeur et le candidat à chaque échéance importante. Le premier fait monter les enchères au maximum avant de se décider, tandis que le second finit par laisser échapper des promesses qu'il sait ne pas pouvoir tenir : c'est le prix à payer pour l'élection. Une fois celle-là acquise, nouveau changement de rôle : l'électeur, le crayon à la main, coche les cases des programmes déjà remplies et tempête en constatant les vides.

Ou bien on agite de purs symboles, tels la célèbre tranche d'impôt à 75 % pour les revenus de plus de 1 million d'euros, effet électoral énorme, incidence financière quasi nulle, effet Depardieu garanti.

Quelle entreprise, quelle association, quelle institution tendrait longtemps à pareil jeu de bonneteau ? Aussi longtemps que la démocratie électorale reposera sur des promesses, et non sur un contrat entre l'électeur et l'élu, elle ne sera rien d'autre qu'un jeu infantilisant, digne des monarchies de bas empire.

Mais il y a encore plus grave : il y a l'imposture permanente du microcosme et la scène politique transformée en caverne d'Ali Baba. Les derniers dirigeants des deux partis les plus importants de ce pays, le PS à gauche, l'UMP à droite, doivent leurs fauteuils à des impostures, à des truquages. Le scrutin de Reims (novembre 2008) qui vit l'«élection» de Martine Aubry au détriment de Ségolène Royal fut brigandage, personne, aujourd'hui, n'en doute ; cependant que c'est un authentique champion de la grande truanderie, Jean-François Copé, qui, pendant la plus grande partie de l'année 2013, va présider aux destinées de l'UMP.

Et que dire de ces séances surréalistes, dignes du Parrain, de Francis Ford Coppola, où les représentants des principales écuries présidentielles, désignés par antiphrase du nom de «poètes», se partagent les places, le pistolet sur la table, au comité directeur du Parti socialiste ?

Que dire de ce même parti, à Marseille, où des notables aux prises avec la justice continuent de faire la loi et décident des majorités ? Nous sommes tellement habitués au fonctionnement mafieux de nos organisations politiques que nous ne songeons même plus à nous en scandaliser.

Ce sont pourtant ces officines vérolées qui donnent naissance aux divers pouvoirs de la République, ceux qui font la loi, lèvent l'impôt, administrent la justice, dispensent l'instruction et la morale, font régner l'ordre et disposent de la police. A défaut d'autre raison, une telle indignité à la tête de l'Etat suffirait à expliquer la persistance des populismes, à l'extrême gauche et surtout à l'extrême droite.

Les remèdes ? Ils existent et ils sont simples, mais, comme leur adoption dépend exclusivement de ceux auxquels ils sont censés s'appliquer, il n'y a aucune chance qu'ils soient mis en œuvre.

C'est pourquoi la mesure la plus simple et la plus élémentaire, à savoir l'interdiction stricte de tout cumul des mandats, ne sera pas votée : je tiens le pari. Mais, si l'on veut aller plus loin, si l'on veut lutter efficacement contre cette professionnalisation de la vie politique qui est incompatible avec la démocratie, il faut empêcher que quelques milliers de personnes vivent, leur vie durant, de la politique.

Jacques Chirac a passé son existence entière dans les palais de la République ; jamais il n'en est sorti ; jamais il n'a exercé une profession, jamais de sa vie il n'a payé un repas de sa bourse. C'est un exemple typique ; mais la plupart de nos hommes et de nos femmes politiques vivent sur le modèle breveté Chirac.

Il est pourtant une mesure qui permettrait de mettre fin à cette situation anormale : l'interdiction de se présenter deux fois de suite à la même fonction. A ceux qui rétorquent rituellement qu'une telle règle priverait les assemblées de l'«expérience» indispensable, je réponds : c'est une blague.

Les seules assemblées qui ont réformé la France et ont établi les lois que nous respectons étaient faites d'hommes neufs, et «inexpérimentés» : témoins, la Constituante de 1789, l'Assemblée nationale de 1848, la Commune de Paris, les assemblées de 1945-1946.

Car, si l'élection est l'honneur de la démocratie, la réélection est son fléau. Le souci de la réélection est à la base de toutes les lâchetés, de toutes les faiblesses, de toutes les capitulations. Vous voulez la démocratie, dites-vous, vous voulez l'égalité ? Alors, organisez la rotation des citoyens au pouvoir ! Pour que la vie politique soit quelque chose pour tous, il faut qu'elle cesse d'être tout pour quelques-uns.

 

Auteur Jacques JULLIARD  in Marianne

Repost 0
Published by L'archipélien - dans politique
commenter cet article
1 janvier 2013 2 01 /01 /janvier /2013 18:30

A partir du 1er janvier prochain, les autorisations de sortie du territoire individuelles (mairie) ou collective (préfecture) ne sont plus nécessaires.

A partir du 1er janvier, de nouvelles règles seront mises en place pour la sortie du territoire des mineurs. Les démarches seront en effet simplifiées, comme le communique la préfecture. Ainsi, ceux qui préparent un voyage pour leur enfant n’auront plus besoin de demander une autorisation de sortie du territoire à la mairie ou à la préfecture.

Nouvelles formalités

Un mineur français pourra voyager seul avec les titres d’identité demandés par le pays de destination (carte d’identité dans l’Union européenne, passeport hors Union européenne).

Pour assurer la protection des mineurs en cas de nécessité, une procédure judiciaire (IST) et une procédure administrative réservée aux cas d’urgence (OST) sont renforcées.

Avant tout voyage, il est tout de même conseillé de se renseigner sur les formalités et les autres documents qui peuvent être exigés par le pays de destination. Car certains pays imposent parfois des modalités spécifiques supplémentaires, telles qu’un visa ou une autorisation parentale pour les mineurs.

Aussi est-il conseillé de préparer son voyage, en vérifiant au préalable les documents demandés sur l'espace dédié du site internet du ministère des Affaires étrangères, dans la rubrique « conseils aux voyageurs ».

Repost 0
Published by L'archipélien - dans actualités
commenter cet article
31 décembre 2012 1 31 /12 /décembre /2012 18:30

carte Meilleurs voeux de fin d'année

 

Une Année  2013 ...A l'aise   Blaise , c'est tout le mal que je souhaite à vous toutes et à vous tous.

Repost 0
Published by L'archipélien - dans divers
commenter cet article
31 décembre 2012 1 31 /12 /décembre /2012 15:51
 

Découvrez les voeux de François Bayrou, président du Mouvement Démocrate, pour l'année 2013.

"Depuis les Pyrénées ensoleillées, même si elles ont fortement tremblé il faut bien le dire cette dernière nuit, je souhaite à toutes et à tous une très bonne année 2013.

Ces vœux sont d’abord pour vous, vie personnelle, familiale, professionnelle. Je pense à ce que 2012 vous a apporté de joies et parfois aussi de chagrins et de peines. J’espère donc que l’année qui vient, l’année nouvelle, sera porteuse de paix, de force et de joie, pour qu’elle soit la meilleure année possible pour chacune et pour chacun.

Et je pense aussi à notre France et à notre Europe.

Nous avons tous les atouts pour réussir, tous les atouts pour être un grand pays et une grande organisation dans le monde, nous la France et l’Europe, et pourtant, tout le monde le voit bien, nous sommes si souvent enfoncés ou enfermés dans des impasses.

Alors, pour que 2013 soit une très bonne année, je me dis qu’il faut qu’elle porte avec elle trois vertus.

La première de ces vertus, c’est la lucidité. On ne peut pas avancer si l’on n’ouvre pas les yeux sur la réalité de la situation, si l’on ne voit pas à la fois les risques, les chances et les obstacles à lever.

La deuxième vertu, c’est la volonté. Quand on sait où on en est, il faut choisir un cap, et il faut que ce cap soit clair pour tout le monde, qu’il rassemble les énergies disponibles.

La troisième vertu, c’est l’unité. Un peuple, spécialement un peuple en crise, ne peut pas s’en sortir s’il ne rassemble pas ses forces, toutes les forces disponibles, les forces qui peuvent lui permettre d’avancer, les forces qu’il a en lui-même. Cette vertu d’unité elle est indispensable au moment où nous sommes, indispensable pour l’année qui vient, et elle est la seule qui pourra nous permettre de franchir les étapes nécessaires.

Lucidité, volonté, unité. Voilà les trois vertus que je voudrais voir s’imposer en 2013. Si elles sont au rendez-vous de l’année nouvelle, je ne doute pas que 2013 sera pour nous tous, pour notre France et pour l’Europe, une très bonne année !

Bonne année à vous, bonne année à tous !"

Repost 0
Published by L'archipélien
commenter cet article
30 décembre 2012 7 30 /12 /décembre /2012 18:30

Les Grands Fonds de Sainte-Anne descente au Jardin d'Eden

Les Grands Fonds de Sainte-Anne descente au Jardin d'EdenExplorer les Grands Fonds, c'est savoir qu'il faut se lever tôt, à l'heure où le soleil fait son apparition et que les coqs commencent à chanter. En créole, on appelle ce moment « le pipirit chantant ».

Trop habitué à n'emprunter ses petites routes sinueuses que pour échapper aux embouteillages quotidiens, on en oublierait presque que règne dans cette région des Grands Fonds une vie « à part », à la flore, à la faune, aux moeurs et aux traditions singulières. La route serpente à travers une multitude de petites vallées étroites, encadrées de collines en forme de pain de sucre-les mornes*-où abondent, bananiers, manguiers et autres plantations. Les chaussures de marche s'imposent.

Il suffit de traverser la route pour emprunter le dédale ; ici point de balisage menant au fond du fond. Les Grands Fonds sont peuplés de jardins créoles répartis en hauteur autour de cette large cuvette.

Il fut un temps où les Grands Fonds étaient qualifiés de vivier de la Guadeloupe. Près de la totalité des plantes médicinales répertoriées en Guadeloupe pousse dans cette terre argileuse et crayeuse. Autrefois, les gens transportaient leur production aux marchés, ignames, patates douces, malangas, sur leur tête et descendaient à pied par les sentiers jusqu'à Pointe-À-Pitre. Puis, à dos d'âne, puis en charrette, puis en transport en commun, les fameux chars, ces typiques bus en bois. Maintenant, tout le monde ou presque a son bâché*.


Les Grands Fonds de Sainte-Anne descente au Jardin d'EdenLes Grands Fonds de Sainte-Anne descente au Jardin d'EdenLes Grands Fonds de Sainte-Anne descente au Jardin d'Eden

Éviter de se prendre les pieds dans les roches, les ajuster de biais pour ne pas risquer une glissade plutôt abrupte, contourner les volailles qui piaillent et les cabris qui paissent dans l'herbe rase, la descente est plutôt sportive. Une bonne demi-heure est nécessaire pour sentir que l'atmosphère est différente, qu'il y fait moins chaud et que la végétation a changé de visage. La forte humidité qui y règne a bousculé les codes de la croissance des arbres, des plantes, et l'on pourrait se croire en Basse-Terre, sur la route des Mamelles. Entre les magnifiques fougères démesurées circulent les zanolis* qui à cette altitude sont constellés de taches. L'humus formé par la profondeur de la vallée, l'humidité constante et la hauteur des versants ont donné naissance à une démesure de la végétation.

À ce stade, l'environnement très feuillu et très dense réduit la visibilité à parfois moins de quelques mètres et nous surprend par sa végétation luxuriante et son calme absolu. La découverte est saisissante. Les fromagers*, gommiers géants, les arbres au bois précieux, le mahogany, le carapate, le châtaignier, l'acomat, côtoient les lianes et les philodendrons.

Les Grands Fonds de Sainte-Anne descente au Jardin d'EdenPuis, on ne sait par quel phénomène, on se retrouve d'un coup, dans une magnifique clairière et l'on s'amuse de voir arriver en file indienne de tout petits cochons tachetés de noir et rose, rejoindre rapidement leurs parents attachés à des piquets et dont les paysans propriétaires feront bientôt bombance pour toute la communauté lors des cérémonies religieuses. L'hospitalité des habitants des Grands Fonds est légendaire et la fameuse soup' à congo ou mangé à maléré faite de tous les restes de la semaine trône encore dans les habitations pour les visiteurs de passage.

Mais revenons à nos cochons. Nourris des bananiers, des arbres à pain, des « ados » cousins de la pomme de terre, des avocatiers, ils ont fière allure. Le soleil tape dur et les manguiers sont bienvenus et servent d'abris aux côtés d'un four sommaire pour fabriquer du charbon de bois. La soif se fait sentir mais boire de l'eau de coco et croquer dans une orange, un « z'abicot », ou une goyave, rien de plus simple. Il suffit de les cueillir.

En remontant, on ne rencontre pas grand-monde ici-bas, mais quand on croise quelqu'un, il ne faut surtout pas omettre de dire « Bonjour » ! C'est élémentaire et cela suffit pour entrer en contact. Chaque jour, au lever du soleil ou à la tombée de la nuit, paysans, propriétaires de boeufs, de cabris ou de cochons viennent se ressourcer dans cet univers rural, hors du temps et qui semble ne jamais avoir changé depuis des lustres.

* Petit lexique créole

- Zanoli : petit lézard vert
- Bik : un lieu de rencontres pour discuter, échanger, chanter, danser...
- Cabri(t) : chèvre
- Fromager : grand arbre réputé comme abritant des esprits
- Morne : colline aux pentes escarpées
- Mombin : le fruit d'un arbre (pyé-monbin en créole)
- « Ka'w fè » : Comment ça va ?
- Z'abicot : abricot des Antilles
- Bâché : 4x4 pick-up

 

PS:Derriere ce tableau idyllique prospérait une économie souterraine

 

 

 

Repost 0
Published by L'archipélien - dans actualités
commenter cet article
29 décembre 2012 6 29 /12 /décembre /2012 18:30

160 kg de cocaïne saisis en Guadeloupe

160 kg de cocaïne, près de 250.000 euros, deux armes à feu, c'est le butin impressionnant saisi par la police lors de perquisitions, menées samedi 22 mais révélées aujourd'hui, dans le quartier des Grands-Fonds, en Guadeloupe. huit personnes ont été arrêtées sur place, et deux de plus en métropole.

Cette saisie et ces arrestations sont le fruit d'une enquête, menée conjointement par l'Office central pour la répression du trafic illicite de stupéfiants (OCRTIS) et la gendarmerie, qui avait débuté fin 2011 en donnant lieu à un an de surveillances et filatures. La cocaïne, importée d'Amérique du Sud, transitait par la Guadeloupe via l'île indépendante voisine de la Dominique (à 105 km au sud de Poine-à-Pitre), et était destinée au marché métropolitain.

En métropole, les services de police ont également saisis 130.000 euros, ainsi que plusieurs voitures de luxe.

 

Dealers Tremblez !!!

 

 

 

Repost 0
Published by L'archipélien - dans actualités
commenter cet article
29 décembre 2012 6 29 /12 /décembre /2012 10:59

Cette phrase étonnante a été prononcée par un scientifique, membre d’un grand nombre de commissions à la Nasa, et citée dans le livre étonnant de Steven M.Greer : « Révélations ».

Cet ouvrage imposant, en 2 tomes, épais de 400 pages chacun, (lien) est une compilation de témoignages sur un sujet largement controversé depuis des années et qui fait sourire les uns, et énerve les autres, traités aimablement de « soucoupistes » allumés, à qui ils reprochent parfois de consommer des produits illicites.

Sauf que pour cette fois, les témoins sont des personnalités indiscutables, et que les documents cités dans l’ouvrage ont été photographiés et publiés pour confirmer les dires des uns et des autres.

Il s’agit donc dans ce livre d’expliquer comment s’y prennent depuis longtemps les « autorités » au plus haut niveau de chaque pays pour cacher l’invraisemblable profusion de preuves de l’existence des OVNIS.

Le mot est lâché…Objets Volants Non Identifiés, mais ceux qui en parlent aujourd’hui sont des personnalités, pas de vagues agriculteurs de Corrèze, ou d’ailleurs, qu’il est si facile de faire passer pour des doux dingues.

Ceux là ne sont pas prêts de témoigner encore une fois à la gendarmerie de leurs villages, même si l’un de ces engins venait se poser à quelques mètres d’eux...

Et pourtant, depuis 1947, il y a eu 150 millions d’observations recensées dans le monde. lien

Pour commencer, il faut évoquer Jean Kisling, ancien pilote de chasse, et ancien commandant de bord à Air France.

A l’été 1945, il avait été envoyé, aux commandes d’un P47, puissant avion de chasse de l’époque, capable d’atteindre des altitudes supérieures à 10 000 mètres, pour intercepter des « ballons » mystérieux.

Arrivé en vue des « ballons », il lâchât une longue salve de sa mitrailleuse en direction des « ballons », se révélant être des soucoupes volantes, lesquelles disparurent à une vitesse exceptionnelle ; Ce combat aérien fut suivi par plus de 1000 témoins oculaires.

Le débriefing envoyé au Pentagone n’aura aucun retour concernant cet « incident ».

Plus tard, en 1952, il se retrouvera en compagnie d’une délégation qui se rendait en Europe pour traiter des « Flying Discs », et apprendra que les américains avaient récupéré une soucoupe volante laquelle s’était écrasée près d’El Paso, Texas, et dont tous les occupants étaient morts.

Lorsqu’il demanda « pourquoi n’en informez vous pas les citoyens américains ? », son interlocuteur lui répondit « révéler la vérité entrainerait une panique généralisée sur toute la planète ».

63 ans après ces événements, Kisling à déclaré : « pour moi, il n’existe pas le moindre doute, les soucoupes volantes existent et viennent d’un autre système solaire. Je suis extrêmement étonné que de soi-disant grands scientifiques refusent encore obstinément à l’heure actuelle d’accepter l’idée de l’existence d’une vie E.T. intelligente ». lien

Mais revenons au livre de Steven M.Greer : un grand nombre de ces témoins sont des militaires, souvent de hauts gradés, des fonctionnaires de ministères, des professeurs, des docteurs, des spécialistes gestionnaires de radars, des personnalités accréditées, tenues au secret.

Passons sur les nombreux témoignages, comme celui de Neil Daniel, pilote de ligne, qui en mars 1977 qui ayant constaté un changement de cap de son DC10, pourtant sous pilotage automatique, du à une « perturbation magnétique  » à 11 300 mètres d’altitude, a observé, en compagnie de l’officier principal, et de son second « un truc » rond, de 30 mètres de diamètre, avec des lumières très brillantes, aussi violentes que des éclats de flash, ou celui d’un autre pilote qui après avoir observé pendant 18 minutes un objet identique, et à qui, après enquête, s’est vu répondre par les enquêteurs : « c’était un feu follet  », sauf que l’avion était à 5 500 mètres d’altitude, et filait à 460 km/h, et allons a l’essentiel. (Page 180-tome 1)

Cette difficulté de croire est si forte que certains voient mais préfèrent ne pas avoir vu, tel ce passager d’un vol de Graham Bethune, capitaine de frégate et pilote de la Navy.

Il raconte avec force détail la rencontre avec un ovni manifestement très amical, et demandant à un passager, un médecin, psychiatre de son état, ce qu’il en pensait, il y eut cet échange cocasse :

« Doc, vous avez vu ce qu’on a vu ? » lequel à répondu : « Ouais, c’était une soucoupe volante » ajoutant : « je ne l’ai pas regardé, parce que je ne crois pas en ce genre de choses ». (Page 147-tome 1)

Prenons un autre récit, celui du capitaine Robert Salas, diplômé de l’Air Force Academy.

Il était de service à l’Oscar Flight (groupe surveillant des missiles stratégiques nucléaires) le 16 mars 1967.

A 18 mètres sous terre, il reçu un appel d’un garde de sécurité de surface, lequel observant « des lumières étranges volant sans bruit autour du site  », a fait sortir tous ses hommes, armés, prêts à faire feu…quelques instants après, tous les missiles étaient désactivés sans qu’ils aient pu faire quoi que ce soit pour l’empêcher.

A 90 kilomètres de là, sur un autre site, appelé « Echo Flight », la même situation s’est reproduite, et les dix missiles à tête nucléaire ont tous étés mis « hors d’état de fonctionner ». (Page 216 tome 1)

L’ordre lui a été donné de ne jamais parler de ça à qui que ce soit, famille, équipiers, « même pas entre nous  ».

Il y a mieux.

Les vidéos du web
PlayArrow
http://www.dailymotion.com
PlayArrow
breizh-agri.wifeo.com
PlayArrow
http://www.lefigaro.fr
PlayArrow
http://www.telerama.fr
PlayArrow
http://www.dailymotion.com
PlayArrow
www.hankooktire.com
Il y a 1 mois - 52 secondes

Démonstration du Pet-Proto, un robot doté d'une étonnante dextérité

www.dailymotion.com [?]

C’est le professeur Robert Jacobs, professeur dans une grande université aux USA, et officier dans l’Air Force en 1960, qui le raconte.

Lors du lancement d’un missile Atlas, alors que chacun se félicitait de sa réussite, lequel avait été filmé, il fut convoqué dans le bureau du commandant afin de visionner le document.

Sur le document, on voit parfaitement les trois étages se séparer les uns après les autres, puis, grâce au télescope, on voit s’approcher de la tête factice un objet qui émet un faisceau lumineux en direction de celle-ci provocant la chute de celle-ci.

L’objet, les traits de lumière .., la tête étaient en train de grimper directement à travers les couches supérieures de l’atmosphère à environ 110 km d’altitude, évoluant à  20 000 km/h quand cet OVNI les a rejoint, à volé à coté d’eux, et est reparti.

Conclusion du commandant Mansmann qui avait organisé la projection : «  il ne faudra plus jamais que vous reparliez de ça. En ce qui vous concerne  », ajouta-t-il à l’attention de Jacobs, «  tout ça n’est jamais arrivé  ». (Page 233-tome 1)

Rendons-nous sur le pont du porte-avion USS John F.Kennedy au cœur de l’été 1971, ou James Kopf travaille en qualité de spécialiste en opération de transmission.

En pleine nuit, les 8 télétypes se sont mis en train d’écrire des messages totalement incohérents.

Un cri venant de l’extérieur « Dieu était là ! C’était la fin du monde  » l’a poussé avec d’autres à se rendre sur la passerelle des transmissions, point le plus élevé du porte-avion.

Une grande sphère lumineuse d’environ 100 mètres de long se tenait au dessus du navire.

« L’objet émettait des pulsations et sa couleur allait d’une sorte de jaune à de l’orangé ».

L’objet est resté stationnaire pendant 5 minutes, et aucun avion n’a été en mesure de décoller : « ils essayaient de faire démarrer ces chasseurs (…) ils étaient hors d’état de fonctionner ».

Tout l’équipage est resté en alerte générale, ou aux poste de combat, pendant à peu près 2 heures.

Quelques jours plus tard, le commandant décida de s’adresser aux 5000 hommes de l’équipage : « j’aimerais rappeler à l’équipage que certains évènements qui ont eu lieu à bord d’un des principaux vaisseaux de combat de la Navy sont considérés comme classés et qu’il ne devra pas en être discuté avec qui que ce soit qui n’aurait pas un droit de savoir ».

Le navire était armé d’engins nucléaires, et le navire s’est retrouvé « électroniquement invalidé  ».

Les pilotes de ces engins n’aimeraient donc pas nos fusées à tête nucléaire ?

La fin du livre de Greer s’aventure en terrain de connaissance, puisqu’il y évoque Nikola Tesla, et la possibilité, avec les témoignages en prime, qu’il y aurait non seulement des OVNIS non terriens, et d’autres qui seraient fabriqués sur notre bonne et vieille terre : les scientifiques se seraient largement inspirés des travaux menés par les savants nazis de la seconde guerre mondiale ; (lien) ils auraient récupéré non seulement les études en cours, mais aussi un (ou plusieurs) engin à énergie magnétique que les chercheurs d’Hitler avaient mis au point. vidéo

C’est ce que confirme Mark Mc Candlish, un artiste conceptuel, qui a travaillé pour beaucoup des plus grandes sociétés aérospatiales des USA et qui raconte avec force détails avoir vu dans le hangar d’une base militaire de l’Air Force, une soucoupe volante.

Un autre, nommé Brad Sorensen, en a vu 3, flottant au dessus du sol dans un hangar de la base aérienne de Norton…(page 290-tome 2)

Comme aurait pu dire mon vieil ami africain : « Ovni soit qui mal y pense »

L’image illustrant l’article provient de « lifeorigin.free.fr »

Merci aux internautes de leur aide précieuse

Olivier Cabanel

 

 

  
le 29/12/2012 ,juste au dessus de la coche.


Repost 0
Published by L'archipélien - dans humour -blague
commenter cet article

Profil

  • L'archipélien
  • Le monde est dangereux non pas à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire” Einstein.
  • Le monde est dangereux non pas à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire” Einstein.

Archives