Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 février 2010 7 21 /02 /février /2010 18:30

.

L'UNSA-Douanes « espère que Dany Boon et son complice, Benoît Poelvoorde, ne feront pas rire au dépend des douaniers ».

En cause : le prochain film du réalisateur de « Bienvenue chez les Ch'tis ». Avec une sortie en salles calée pour février 2011, « Rien à déclarer » a pour personnages principaux deux douaniers, l'un français et l'autre belge, en poste à la frontière dans les années 1990.

Avec Gabelou Mol dans le role de Clark Gable.lol

Repost 0
Published by THEOMETHIS - dans actualités
commenter cet article
21 février 2010 7 21 /02 /février /2010 18:30

Deux affaires de viol secouent l’église

Après la mise en détention provisoire de deux curés soupçonnés de viols sur mineurs, les prêtres doivent faire face aux suspicions.

La Réunion : L'Eglise dans la tourmente
L'Eglise à la Réunion doit faire face à deux affaires de viol sur mineur de moins de 15 ans. Deux curés ont été placé en détention provisoire.

Afficher l'image en taille réelle

  Ecoute, échanges, discussions… l’église communique depuis peu sur ces affaires de viols sur mineurs. Des lieux et des temps de parole sont proposés aux chrétiens et aux prêtres qui tentent de comprendre pourquoi des hommes d’église sont sous les verrous, car accusés de viols. Des moments d’échanges importants pour le vicaire général Lilian Payet : «  On est dans la souffrance, il faut parler  !  » a-t-il assuré au micro de Télé Réunion.

Première affaire
Elle éclate en décembre dernier. En cause, un prêtre de 71 ans. Le père Michel Tual. Il officie à Bas-Panon. Inquiété par la justice pour des affaires d’agressions sexuelles, l’évêque de la Réunion, Gilbert Aubry, lui demande de remettre sa démission. Le curé sera finalement mis en examen et placé en détention provisoire pour agressions sexuelles sur mineur de moins de 15 ans, corruption de mineurs et tentative de viol. Des faits perpétrés sur une dizaine de jeunes garçons qu’il recevait parfois chez lui. C’est une des ses anciennes victimes présumées, aujourd’hui âgée de 25 ans, qui a porté plainte.

 

Afficher l'image en taille réelle

Deuxième affaire
A peine un mois et demi après l’affaire Tual, du nom du curé soupçonné de pédophilie, une autre affaire d’agression sexuelle met en cause un curé. Il s’agit du prêtre Jacky Hoarau, âgé de 51 ans et officiant à Sainte-Marie. Le curé est soupçonné de viol sur mineur. Des faits qui se sont déroulés en 2008 et 2009. Placé en détention provisoire au début du mois de février, il est accusé de viol sur mineur de moins de 15 ans par personne ayant autorité. Une seule victime est connue dans cette affaire. Un enfant de chœur à qui il réclamait des fellations. Sa demande de remise en liberté a été refusée en milieu de semaine, du fait de sa séropositivité connue depuis 20 ans. Un risque qu’il a fait courir à sa jeune victime.

 

Afficher l'image en taille réelle

Position de l’église
Dès le signalement de cette deuxième affaire à l’évêché par la mère de la victime, l’église a voulu être irréprochable. C’est elle qui a alerté la justice au mois de janvier. Dès l’interpellation du prêtre Hoarau, les deux vicaires généraux de la Réunion, Daniel Gavard et Lilian Payet ont tenu un point presse, mais sans questions de la part des journalistes. Face à la presse Lilan payet a lu le communiqué de l’église  : "Nous faisons confiance à la justice pour qu’elle fasse toute la vérité… Nous voulons manifester notre soutien et notre  prière à toutes les personnes concernées par cette affaireNous redisons notre confiance aux 125 prêtres qui sont au service de l’Eglise à la Réunion". Petit à petit, la parole s’est libérée. Les chrétiens veulent comprendre, et l’église communique.

Depuis la première affaire, Monseigneur Gilbert Aubry, l’évêque de la Réunion, est en repos à l’île Maurice jusqu’à la fin du mois de février.

source;collectif dom

Ps:Qui a dit que nous irons tous au paradis?...Entrez en Polmareff, mon pére.Amen .

Repost 0
Published by THEOMETHIS - dans actualités
commenter cet article
20 février 2010 6 20 /02 /février /2010 18:30
L'esprit de Colombey a dit...

Il était évident dès la départ que la Grèce était un bouc émissaire, c'est une guerre économique multiniveaux, la description de Hobbes de "la guerre de tout contre tous", le domaine du chantage, de la duplicité, du mensonge et de la ruse, il faut relire Clausewitz, pas le Pacte de stabilité
Des politiques grecs au Parlement ont demandé à Allemagne de payer des réparations pour la deuxième guerre mondiale en contrepartie de la rigueur, on commence enfin à parler des choses sérieuses...
Il y a encore des intégrationnistes qui s'imaginent que la Commission est encore capable de contrôler les États comme la DG concurrence, les statistiques, la pacte de stabilité, on est bien dans le déni de réalité...DANS LES INSTITUTIONS CE N'EST PAS DU BRUIT DES BOTTES DONT IL FAUT AVOIR PEUR, MAIS DU SILENCE DES PANTOUFLES
les normes communautaires explosent devant le loi impitoyable de la loi naturelle
Comme la souligné l'économiste Jacques Sabir, la solution, si l'on veut éviter de continuer à plonger réside dans le contrôle des flux financiers, et par le protectionnisme (y compris au sein de l'UE) , ce qui implique d'affronter Allemagne qui appauvrit depuis dix ans la zone euro, et se retourner contre les États-unis et le Royaume-uni à l'extérieur qui vivent à crédit sur le reste du monde , le reste c'est de la littérature
ça barde en Allemagne avec le crétin libéral Westerwelle, la politique interne allemande peut aussi nous réserve des surprises...
j'attends avec impatience le crescendo de la Vème .



Source;Les coulisses de Bruxelles.

 http://bruxelles.blogs.liberation.fr/coulisses/2010/02/gr%C3%A8ce-le-bal-des-hypocrites.html#comments

Repost 0
Published by THEOMETHIS - dans actualités
commenter cet article
20 février 2010 6 20 /02 /février /2010 18:30
Cette initiative du commissaire Hirch gagne a etre connue de nos jeunes saintois;elle  meriterait d'etre étendue aux collectivité municipales de guadeloupe  en manque chronique de fonctionnaire d'encadrement. A quand une école d'application a l'administration  communale  du type IRA.


Actualités Générales
Service civique : les jeunes pourront bientôt s'engager dans des missions d'intérêt général

Le service civique permettra à toute personne, et particulièrement les jeunes, de s'engager dans des missions d'intérêt général qui pourront se dérouler en France ou dans des pays étrangers. Ce type d’action sera pleinement reconnu dans les cursus d'enseignement secondaire et universitaire et dans le cadre de la validation des acquis de l'expérience (VAE). Martin Hirsch a présenté le 16 février en conseil des ministres, une communication concernant la mise en oeuvre prochaine du service civique. Adoptée en première lecture par l'Assemblée nationale le 4 février et par le Sénat le 27 octobre dernier, la proposition de loi sera examinée en seconde lecture par le Sénat, le 25 février prochain. Si elle est définitivement adoptée, le dispositif entrera en vigueur dans les semaines qui suivront.
Le service civique comprend plusieurs volets :
• l’engagement de service civique sera offert à tout jeune de 16 à 25 ans qui souhaite s’engager dans des missions prioritaires pour la Nation. Il bénéficiera d’une indemnité comprise entre 540 et 640€ par mois et de la prise en charge intégrale de sa protection sociale. L’Etat participera aux frais d’accompagnement de la structure d’accueil, lorsqu’il s’agit d’une association, à hauteur de 100€ par jeune. 1,5M€ seront par ailleurs consacrés en 2010 à la formation civique et citoyenne des jeunes engagés en service civique ;
• le volontariat de service civique sera proposé aux personnes de plus de 25 ans pour l’accomplissement de missions d’intérêt général au sein d’associations ou de fondations ;
• les volontariats internationaux (volontariat de solidarité internationale, volontariat international en administration, volontariat international en entreprise, service volontaire européen) deviennent partie intégrante du dispositif.

Dès 2010, 10.000 volontaires pourront s’engager. 40M€ sont prévus à ce titre en loi de finances initiale pour 2010. A partir de 2014, l’objectif sera de faire bénéficier 75 000 jeunes, soit 10 % d’une classe d’âge, du dispositif.
La proposition de loi dote le dispositif d’une structure de pilotage renforcée : un groupement d’intérêt public, dénommé l’Agence du service civique, sera créé. Il réunira l’Etat, l’Agence nationale pour la cohésion sociale et l’égalité des chances (ACSé), l’Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire et l’association France volontaires. L’ensemble des partenaires du service civique sera associé à sa gouvernance.
Source :
portail du gouvernement – mercredi 17 février 2010


Repost 0
Published by THEOMETHIS - dans politique
commenter cet article
20 février 2010 6 20 /02 /février /2010 18:30

Le président juge le statut de la Martinique et de la Guyane réglé

 

Jeudi, le débat sur le statut de la Martinique et de la Guyane française et demandé aux habitants et élus de ces deux départements français d'Outre-mer (Dom) de se concentrer sur le développement économique de leur territoire.

Un an après les mouvements sociaux qui ont agité les Dom, en particulier la Guadeloupe, Martinique et Guyane ont voté le 24 janvier à 68,3% et 57,49% pour la fusion des compétences du département et de la région dans une collectivité unique.

Le 10 janvier, Martiniquais et Guyanais avaient en revanche dit "non" à une écrasante majorité (78,9% en Martinique, 69,8% en Guyane) à une autonomie accrue de leur territoire.

"Aujourd'hui, j'estime que le débat institutionnel est clos", a déclaré Nicolas Sarkozy dans un discours aux forces économiques, sociales et politiques de Martinique - un discours qu'il a également tenu quelques heures plus tard à Cayenne devant 2.000 personnes, lors d'une réunion publique.

 

 

 

 

Il a averti, en Martinique comme en Guyane, qu'il ne saurait être question de permettre à "ceux qui poursuivent des combats d'arrière-garde" d'obtenir à la faveur des futures discussions sur l'organisation de la nouvelle collectivité unique ce qui a été refusé par les urnes.

"Vous avez refusé l'autonomie, je ne la donnerai pas de façon détournée", a ainsi dit à Cayenne Nicolas Sarkozy, qui a invité élus et habitants de ces DOM à se concentrer désormais sur l'essentiel : la résorption du chômage, un développement endogène sortant la Martinique et la Guyane d'une relation "trop exclusive" avec la métropole, la sécurité des biens et des personnes, l'éducation, le logement, l'assainissement des réseaux d'eau, etc.

Pour la Martinique, Nicolas Sarkozy a dit croire dans le développement du tourisme, de l'agriculture, de l'industrie agroalimentaire et des énergies renouvelables afin de faire de ce DOM un territoire autonome sur le plan énergétique.

Il RENOUVELLE SA CONFIANCE EN PENCHARD

Sur le plan institutionnel, il a dit avoir demandé à la ministre de l'Outre-Mer d'organiser une consultation sur l'organisation de la nouvelle entité territoriale unique en Martinique et en Guyane. Il a ainsi de facto réaffirmé sa confiance en Marie-Luce Penchard, au centre d'une polémique.

Lors d'un meeting pour les élections régionales en Guadeloupe, la ministre, numéro deux sur la liste de l'UMP dans l'île, avait notamment déclaré dimanche n'avoir "envie de servir qu'une population, la population guadeloupéenne".

Le Parti socialiste a demandé sa démission. Le Premier ministre François Fillon et plusieurs membres du gouvernement ont pris la défense de la ministre de l'Outre-mer mais des dirigeants de la majorité ont parlé de "maladresse".

A son arrivée mercredi en Martinique, Nicolas Sarkozy a laissé sa ministre s'expliquer sur le tarmac de l'aéroport.

Marie-Luce Penchard a dénoncé une "tentative de déstabilisation", déclaré que ses propos avaient été sortis de leur contexte et qu'elle ne les avait tenus qu'au titre de son mandat électif et non en qualité de ministre.

"J'ai autre chose à faire que polémiquer", a pour sa part déclaré jeudi Nicolas Sarkozy à des journalistes.

Il a souhaité que la préparation de la mise en place de la nouvelle entité territoriale unique en Martinique et en Guyane commence après les élections régionales de mars.

Un projet de loi statutaire pourrait être déposé au Parlement fin 2010 pour être voté au premier semestre 2011, a-t-il dit, la question restant ouverte de savoir si la nouvelle entité entrera en vigueur en même temps que la réforme territoriale au niveau national - en 2014 - ou avant.

Dans la ligne de cette réforme territoriale en cours d'examen, Nicolas Sarkozy a déclaré qu'il n'était pas question que la future collectivité unique de Martinique additionne les 45 conseillers généraux et 41 conseillers régionaux actuels.

A Cayenne, il a adressé le même message aux Guyanais: pas question d'additionner les 31 conseillers régionaux et les 19 conseillers généraux actuels de ce DOM.

Le nombre des futurs conseillers devra être réduit, a ajouté Nicolas Sarkozy, qui a par ailleurs laissé ouverte la question du mode de scrutin.

source collectic des Dom
 
PS: toujours se dire que les promesses n'engagent  pas son auteur...Vous remarquerez que les électeurs ont voté pour le contenant et que pour  le contenu :mode de scrutin, nombre de conseiller, competences institutionnelles, personnel de la nouvelle collectivité ,patrimoine des uns et des autres, fiscalité, absolument rien n'est encore definitivement arreté...Chat en sak !?

Repost 0
Published by THEOMETHIS - dans politique
commenter cet article
19 février 2010 5 19 /02 /février /2010 18:30
Billet du jour:


La politique est l'art de gérer la cité , certainement pas l'art de se faire réélire encore ,encore et encore...12 ,18, 24, 32 ans; les cimetières  débordent d'hommes prétendument indispensables.


Dans la perspective des régionales de Mars 2010,j'apprends que la mére de la ministre déléguée auprès du ministre de l'intérieur et des DOM TOM ,je veux parler de la mairesse/ usufrutière jusqu'en 2014 de Basse Terre-  Ville sous tutelle de la préfecture et bénéficiaire du plan cocarde, pour cause de gestion déficitaire, - vient de titulariser tous les agents contractuels en activité mi -temps ,tiers- temps ,quart- temps et fait-néant.  Clientèlisme et Chevrisme la rime est belle, n'est-ce pas.


Il y a de quoi s'interroger,quand on sait que la ville a été paralysée durant plus d'un mois par une grève des employés municipaux  qui réclamaient la titularisation des  contractuels recrutés par Monsieur Guy Georges, le prédécésseur de l'actuelle maire ;les basse terriens n'oublient pas qu'elle (la jeune vieille)s'y etait opposée parceque selon elle Basse Terre etait "en etat de  faillite ". Bien évidemment, nulle personne sensée  n'ignorait que c'etait  pour de sordides  motifs de vengeance et de rancoeurs envers son ancien bras droit a qui elle avait demandé de garder  la place au chaud .

"Chemin faisant le maire coopté ayant trouvé fauteuil agréable à son séant de petit bourgeois ,dans un reve éveillé,s'y accrocha avant  de perdre  son avantage de sortant pour cause de  folle enchère par liasses de  50 euros...
" Propos d'un gadé zafè  sous  reserve de verification

 

C'est ce Chevrisme malséant que la mini-istre déléguée voudrait perpétuer,en digne nue proprietaire  politique, capricieuse et hautaine ,de sa génitrice

Repost 0
Published by THEOMETHIS - dans politique
commenter cet article
19 février 2010 5 19 /02 /février /2010 18:30
La servitude moderne est une servitude volontaire, consentie par la foule des esclaves qui rampent à la surface de la Terre.
 Ils achètent eux-mêmes toutes les marchandises qui les asservissent toujours un peu plus.

 Ils courent eux-mêmes derrière un travail toujours plus aliénant, que l’on consent généreusement à leur donner, s’ils sont suffisamment sages.

Ils choisissent eux-mêmes les maitres qu’ils devront servir. Pour que cette tragédie mêlée d’absurdité ait pu se mettre en place, il a fallu tout d’abord ôter aux membres de cette classe toute conscience de son exploitation et de son aliénation.

 Voila bien l’étrange modernité de notre époque. Contrairement aux esclaves de l’Antiquité, aux serfs du Moyen-âge ou aux ouvriers des premières révolutions industrielles, nous sommes aujourd’hui devant une classe totalement asservie mais qui ne le sait pas ou plutôt qui ne veut pas le savoir.

Ils ignorent par conséquent la révolte qui devrait être la seule réaction légitime des exploités.


Ils acceptent sans discuter la vie pitoyable que l’on a construite pour eux. Le renoncement et la résignation sont la source de leur malheur.


Voilà le mauvais rêve des esclaves modernes qui n’aspirent finalement qu’à se laisser aller dans la danse macabre du système de l’aliénation.


L’oppression se modernise en étendant partout les formes de mystification qui permettent d’occulter notre condition d’esclave.

Montrer la réalité telle qu’elle est vraiment et non telle qu’elle est présentée par le pouvoir constitue la subversion la plus authentique.

Seule la vérité est révolutionnaire.

Le Film a été réalisé en dehors de toute question relative à la propriété intellectuelle et aux droits d’auteur. Il est construit à partir d’images et de musiques détournées.

Il est totalement gratuit et ne peut en aucun cas être vendu


source anonyme

Repost 0
Published by THEOMETHIS - dans poésie
commenter cet article
18 février 2010 4 18 /02 /février /2010 18:30
Régionales. 10 listes en Guyane
Présentation des 10 listes présentes pour ce premier tour des régionales le 14 mars prochain, en Guyane

  Afficher l'image en taille réelle

Antoine Karam ne repart pas dans la bataille des régionales. Après 18 ans à la tête de la collectivité, le président sortant laisse sa place. Du coup, le siège semble plus accessible pour de nombreux candidats. Pour ce scrutin, le nombre de liste est passé de 8 en 2004, à 10 pour cette année. 330 candidats briguent les 31 sièges de la région Guyane. Une collectivité qui vit ses derniers instants puisqu’elle sera bientôt remplacée par une collectivité unique. Cette nouvelle collectivité, qui remplacera le conseil régional et le conseil général, pourrait voir le jour dans deux ans.

Afficher l'image en taille réelle

 

Les listes
2 ans, une échéance mise en avant par la liste menée par la députée de la Guyane, Christiane Taubira. "Deux ans : un marathon pour bâtir", est une alliance entre le Walwari, parti de Christiane Taubira et le MDES, le Mouvement de Décolonisation et d’Emancipation Sociale de Fabien Canavy, qui est deuxième sur la liste.

Cette référence à la collectivité unique est également dans les autres listes présentes à ce scrutin. Comme la liste menée par le secrétaire général des FDG (divers gauche), Gil Horth. Il va à la bataille avec ses 32 autres colistiers sous la bannière de «  construisons le progrès  ».

Construire la Guyane c’est également le vœu de Joëlle Prévot-Madère, tête de liste de «  construisons la Guyane  ». La conseillère régionale sortante a établi une liste d’ouverture avec des personnes de la société civile.

Chantal Berthelot députée de Guyane conduira la liste divers gauche baptisée "Pour une Guyane forte, réconciliée, épanouie". C’est une ancienne du parti socialiste.

Autre ancien socialiste tête de liste pour ces régionales  : José Gaillou. Le vice-président sortant du conseil régional est tête de liste de «  Guyane Ecologie  ».

«  Une Guyane pour tous  », liste de l’équipe sortante, celle du parti socialiste. Elle est conduite parGabriel Serville.

"Le renouveau pour une Guyane qu’on aime". C’est la liste du parti socialiste fédération Guyane. A sa tête, le secrétaire général de la fédération  : Léon Jean-Baptiste Edouard,

«  Guyane 73  », c’est le nom donné à la liste divers gauche menée par le maire de Cayenne, Rodolphe Alexandre. Une liste qui a reçu l’aval de l’UMP lors de du conseil nationale du parti à Paris, le 30 janvier dernier.

"Une droite dynamique pour une région moderne, prospère et solidaire" menée par Roger Arel, n’a pas reçu l’investiture de l’UMP, mais a dans ses rangs de très nombreux encartés à l’UMP. Parmi eux, l’ancien ministre du tourisme Léon Bertrand, maire UMP de Saint-Laurent du Maroni. En détention provisoire en Martinique depuis fin novembre dans une affaire de favoritisme, il se place en 3e position sur cette liste divers droite.

Toujours à droite, "Guyane espérance". Une liste conduite par le maire de Papaichton, Gilbert Fossé.

La campagne officielle pour ce premier tour des régionales, débutera le 1er mars, d’ici là, la commission de contrôle se sera prononcée sur la validité de ces 330 candidatures

source:collectif pour l'outre mer

Repost 0
Published by THEOMETHIS - dans politique
commenter cet article
18 février 2010 4 18 /02 /février /2010 12:14
Il me plait de publier cette contribution aux débats en vue des régionales....




Basse-Terre, le 17 février 2010

Madame la ministre,

La campagne en vue des élections régionales en Guadeloupe va nous opposer tout au
long des prochaines semaines. Les Guadeloupéens sont en droit d’attendre un débat de
haute tenue entre les hommes et les femmes qui prétendent exercer des responsabilités
et travailler pour l’avenir de notre région. Or, je suis au regret de constater que vous
avez choisi de faire campagne au mépris de la vérité la plus élémentaire en utilisant
des arguments particulièrement détestables, tout en parvenant à jeter le trouble dans le
reste des outre-mer sur votre capacité à demeurer un ministre impartial embrassant la
totalité du périmètre de ses responsabilités.

Affirmer, comme vous le faites, que je n’aime pas la Guadeloupe, que je suis
l’empoisonneur responsable de la pollution des terres guadeloupéennes à la
chlordécone ou encore que le conseil régional de la Guadeloupe n’a soumis aucun
projet au gouvernement en 6 ans, sont tout simplement des mensonges, voire des
diffamations, qui ne sont pas dignes de la ministre que vous êtes, tout comme ne sont
pas dignes les propos qui vous valent aujourd’hui un lynchage médiatique et politique
auquel pourtant, pour ma part, je n’entends pas m’associer.
Pour autant, j’ai pris connaissance avec intérêt des déclarations que vous avez faites,
dites-vous, en tant que candidate aux élections régionales lors d’un meeting aux
Abymes et des précisions que vous avez apportées, en tant que membre du
Gouvernement, par communiqué de votre ministère.
Cette confusion des genres me laisse le choix de répondre à la candidate ou à la
ministre. C’est donc à la ministre que j’adresse les commentaires et les suggestions
que vous récentes déclarations appellent de ma part.
Tout d’abord, vous me permettrez de me réjouir de l’annonce que vous avez faite, en
tant que candidate, de l’existence d’une enveloppe de crédits d’Etat de 500 M€ pour
financer des projets outre-mer. Je vous serais toutefois reconnaissant de bien vouloir
m’indiquer, en tant que ministre, les lignes budgétaires et les sommes disponibles sur
cette enveloppe pour financer les projets des régions, en dehors des enveloppes déjà
connues du FEI et des crédits du plan séisme.

Ensuite, le président du conseil régional de Guadeloupe que je suis ne pourrait dans
l’absolu que se réjouir de la priorité que vous auriez accordée, en tant que candidate, à
la Guadeloupe pour l’attribution de ces crédits. Vous avez cependant pu mesurer
combien cette position clientéliste, pour ne pas dire communautariste, est diversement
appréciée dans les autres collectivités d’outre-mer qui sont en droit d’attendre plus
d’impartialité de la part de la ministre des outre-mer.
Au-delà de ce préambule, je me dois de réagir aux affirmations inexactes formulées
par la candidate et la ministre et se rapportant au manque de projets structurants
présentés par l’actuel conseil régional de la Guadeloupe.
Avec mon équipe, j’ai tenu, depuis bientôt six ans, à entretenir des relations
constructives avec l’Etat. Je souhaite que cela continue dans le respect des principes
républicains. Pour cela, il convient d’éviter que la ministre de l’outre-mer, dans des
communiqués officiels, à caractère gouvernemental, procède, en contradiction
flagrante avec la vérité, à des critiques de la politique régionale actuelle.
Vous regrettez en effet, en tant que ministre, que « l’actuel conseil régional de
Guadeloupe n’ait pas initié plus de projets structurants pour les Guadeloupéens
financés par les crédits nationaux et européens ».

Un minimum de concertation interministérielle vous aurait appris que la région
Guadeloupe travaille fort bien avec vos collègues du Gouvernement qui ont encore,
eux, des crédits d’intervention à gérer. Le dossier de qualité que nous avons par
exemple soumis à votre collègue Jean-Louis BORLOO lui a permis d’accorder à la
région 20 M€ pour son projet de restructuration et de mises aux normes parasismiques
de la cité scolaire de Baimbridge. Le dossier préparé pour Patrick DEVEDJAN l’a
convaincu d’accorder à la région Guadeloupe des subventions de 11,251 M€ pour la
réhabilitation du Camp Jacob et sa transformation en locaux universitaires, de 1,750
M€ pour la Cité de la connaissance et de 800.000 € pour le programme de bâtiments
modulaires industrialisés prévus dans les communes dans le cadre de la mise en œuvre
du plan séisme.

Un peu de travail avec les services déconcentrés de l’Etat qui ne demandent qu’à vous
rendre compte, vous aurait permis également de vous apercevoir que, chaque année,
c’est grâce à la région Guadeloupe et à ses projets, que notre territoire évite le
dégagement d’office de crédits européens. Encore cette année, la préfecture s’est
logiquement appuyée sur la région, collectivité structurée et réactive, pour présenter
des projets éligibles aux fonds européens se substituant aux projets non encore aboutis
d’autres opérateurs. Je citerai par exemple : l’Université des métiers et d’artisanat qui
représente 8 M€ de Feder. Je vous suggère donc de vous documenter davantage avant
de laisser entendre que les Guadeloupéens dans leur ensemble, car il s’agit d’un travail
d’équipe, région, département, services déconcentrés de l’Etat, travaillent mal et ne
consomment pas les crédits mis à leur disposition.

Une étude rapide des dossiers que votre prédécesseur a dû vous laisser vous aurait, en
tant que Guadeloupéenne, rendue légitimement fière du dynamisme de la région
Guadeloupe qui est à l’origine de la création du Fonds Exceptionnel d’Investissement
(FEI) dont nous avons demandé, en concertation avec les autres collectivités et les
socioprofessionnels de Guadeloupe, l’inscription dans la LODEOM. D’ailleurs, bien
que déçu par le faible volume des crédits finalement réservés à ce fonds par le
Gouvernement, le conseil régional vient d’adresser à vos services, vous ne pouvez
l’ignorer, une série d’opérations pour lesquelles il sollicite le concours du FEI. Parmi
ces opérations : le système de stockage de froid du lucée hôtelier pour 235.000€,
l’Ecole régionale de la deuxième chance du Moule pour 5 M€, celle de Basse-Terre
pour 1,930 M€, le diagnostic énergétique des lycées pour 250.000€, l’étude de
vulnérabilité des bâtiments régionaux pour 250.000€, l’internat et la restauration du
lycée de Marie-Galante pour 1,940 M€ et l’extension de l’internat de Rivière des Pères
pour 2,132 M€.

Cependant, si les marges de manœuvre budgétaires de l’Etat en faveur des outre-mer
étaient soudain redevenues plus amples, je pourrais vous rappeler par exemple la
demande formulée par la région d’un concours de l’Etat à la réalisation du Mémorial
ACTe, le projet de centre d’expressions et de mémoire de la traite et de l’esclavage,
initié par la région Guadeloupe, demande restée, à ce jour, sans réponse concrète.
Alors, je dois tout de même concéder à vos déclarations que la région Guadeloupe n’a
pas toujours été exemplaire dans sa gestion des crédits d’Etat ou des crédits européens.
Ainsi, depuis 2004, l’équipe actuelle a-t’elle été contrainte, par exemple, de
rembourser à l’Europe 6 M€ au titre de la gestion laxiste du dossier de l’AFPA par la
précédente mandature, ce qui est unanimement reconnu comme un des exemples les
plus navrants au niveau national de mauvaise gestion des fonds européens. De la
même manière, la région Guadeloupe a dû rembourser 620.000€ et devra détruire pour
les recommencer les travaux réalisés au mépris de toutes les règles relatives à
l’environnement, sur la Rivière-aux-Herbes à Basse-Terre. Votre proximité avec
l’ancien exécutif régional altère peut-être votre perception de la gestion actuelle de la
région Guadeloupe. Je me permets donc de vous inciter à renouveler vos sources
d’information car la région Guadeloupe n’est plus gérée comme autrefois et elle
travaille aujourd’hui dans le respect des règles et en concertation sereine avec les
services de l’Etat.

Aussi, il me semble que votre bonne volonté déclarée à l’égard de votre région
d’origine, trouverait une manifestation plus efficace que ces critiques mal étayées à
l’égard de l’équipe actuelle du conseil régional, si vous la consacriez à la mise en
œuvre des annonces faites par Président de la République lors du CIOM, comme par
exemple la défense interministérielle des textes relatifs au FIP-DOM réclamé par la
région ou à la mise en place du RSA.

Je me permets enfin de vous recommander d’éviter, en tant que candidate, de laisser
entendre aux Guadeloupéens que l’octroi des crédits dépendra du vote qu’ils feront les
14 mars. Vous savez bien que c’est inexact et qu’il reste heureusement des
administrations de l’Etat impartiales qui décident de l’octroi des crédits au seul vu de
la qualité des dossiers présentés. Avec l’équipe actuellement en place à la région, les
Guadeloupéens n’ont donc pas à s’inquiéter quant à cette qualité.
Voilà madame la ministre les quelques commentaires que m’inspirent vos récentes
déclarations et les quelques pistes de travail que je vous recommande pour mieux
appréhender la réalité des dossiers guadeloupéens. Je suis certain que vous en tiendrez
compte ce qui nous permettra, dans les mois qui viennent, de travailler sur des bases
plus solides et mieux partagées.
Je vous prie, madame la ministre, de croire à l’expression de ma vive considération.
Le député, président du conseil régional,
Victorin LUREL


Madame Marie-Luce PENCHARD
Ministre délégué auprès du
Hôtel de Montmorin
27, rue Oudinot
75007 Pais
Repost 0
Published by THEOMETHIS - dans politique
commenter cet article
17 février 2010 3 17 /02 /février /2010 18:30
Léon Bertrand, maire (UMP) de Saint-Laurent du Maroni (Guyane), en détention provisoire en Martinique depuis fin novembre dans une affaire de favoritisme, est inscrit en 3e position sur une liste DVD pour les régionales de mars en Guyane, a-t-on appris mardi auprès de ses colistiers.

Verra t on le conseil regional de guyane tenir  seance a Ducos?
Repost 0
Published by THEOMETHIS - dans politique
commenter cet article

Profil

  • L'archipélien
  • Le monde est dangereux non pas à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire” Einstein.
  • Le monde est dangereux non pas à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire” Einstein.

Archives