Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 novembre 2009 3 04 /11 /novembre /2009 18:49

PAR imhotep

Vous vous souvenez avant les élections présidentielles tout était possible et tout était prêt, aux petits oignons aurait dit Maïté. Un programme parfait, parfaitement analysé, parfaitement préparé. Il n’y avait plus qu’à faire tourner les rotatives de l’imprimerie nationale. Les lois allaient sortir les unes derrière les autres comme les saucisses dans Tintin à Chicago. Et pour cette cuisine royale le Grand Timonier avait choisi les meilleurs, le meilleur d’entre tous étant en préparation, non à l’ENA, mais à l’EPAD, nouveau concours à une place et un candidat.

 La vérité qui apparaît jour après jour est tout autre. Que pouvait-on attendre d’un menteur multirécidiviste ? Rien d’autre que de la déception pour ceux qui l’ont cru - et pour qui aujourd’hui tout est cuit - et la vérification des prophètes sans gloire qui n’avaient besoin d’aucune boule de cristal pour prédire cet avenir sombre.
 
La vérité est que chacun n’a été choisi que soit pour récompense soit pour enjoliver le tableau. Les meilleurs des meilleurs, le clan des sept, se réunissaient en petit comité au château pour parler, non de la France, mais de stratégie électorale et direction de l’UMP. Croyez-vous qu’ils aient été choisis pour leur compétence et leur capacité ministérielle ? Le seul critère était celui de la communication. Mais comme certains fiers comme des bars tabacs se répandaient dans la presse, le Petit Père des Peuples a renouvelé son équipe de politologues rapprochés. Mais voilà lorsque l’on ne fait de la politique que comme un publicitaire avec belles images, occultation de la vérité, retouche photo, tromperie sur la marchandise, cela ne peut pas plus durer qu’une mauvais paire d’espadrilles fabriquée en Chine avec de mauvais produit et pour pas cher. Vous faites trois pas avec puis vous les jeter directo à la poubelle. L’emballage était attirant, mais voilà tout votre argent est passé dans cet emballage et dans la publicité faite pour le vendre. Il n’en restait que peu pour le produit lui-même.
 
La vérité est donc que lorsque l’on de dirige pas la politique d’un pays, mais que l’on fait de la communication, le mur de la réalité vient vers vous plus vite qu’un Rafale que l’on ne vend pas au Brésil malgré les déclarations tonitruantes du Leader de l’UMP accessoirement chef de l’Etat Français. Chaque grandes orientations ont été faites par le Caput Capitis sans études, sans tenir compte ni des conséquences des moyens à mettre en œuvre, uniquement pour frapper les esprits et donner un peu d’avoine à cet électorat qu’il faut bien nourrir pour qu’il vote pour vous. Bien sûr dans le lot il y a quelques perles idéologiques comme ce bouclier anti-missiles financiers pour protéger ceux qui sont pourtant déjà blindés de métal doré. Il y a eu le millefeuille de nouvelles lois sécuritaires avec un nouveau chef d’orchestre pour faire chanter les sirènes nationales comme celles pendant la guerre qui annonçaient un piqué de la Luftwafe, le transfuge Besson.
 
La vérité est que le désordre s’est installé dès le premier jour avec une nuit au Fouquet’s et avec un discours insultant pour l’Allemagne, le premier discours du nouveau chef d’Etat. Ce chaos en construction dès la première heure n’en finit pas de s’étendre. Et c’est une loi de la physique. L’entropie entraîne l’augmentation irrémédiable du désordre et ce désordre, comme l’on dit dans le bâtiment, s’aggravant va entraîner l’écroulement de l’édifice et le barrage va se rompre. Cela c’est le désordre au pouvoir.
 
La vérité est que depuis le début le désordre était dans le pouvoir. Lorsqu’on associe une carpe et un lapin, il n’y a que des chimères qui en résultent. Le Chef de l’United Money Profit avait vanté une démocratie nouvelle avec deux piliers fondateur (il y en manquait cinq pour atteindre la sagesse) : l’ouverture et le parlement. En visite à Strasbourg [juillet 2007], Nicolas Sarkozy a déclaré qu’ "en devenant président de la République, [il s’est] libéré de toute attache partisane". Avant d’ajouter : "pour que la France assume son destin particulier et singulier qui est le sien (...) pendant 5 ans, on va allier nos compétences" (TF1). Dans cette ouverture chacun venait avec ses convictions comme dans une auberge espagnole. Mais voilà quand tout cela n’est que façade, quand tout cela était déjà menti au tout début par les déclarations fermes de Fillon qui disait que le pouvoir était élu pour appliquer un programme tout et rien que ce programme, ce n’est que rumeur de fond de cave. Certains l’avaient dit et écrit à l’époque que cette ouverture n’était qu’un colifichet pour les ouverts et une prise de guerre pour Sarkozy. Nous n’étions pas crus. Mais voilà que lorsque la tempête se voit au loin, les voiles se déchirent et la vérité nue apparaît. C’est d’abord la Lefebvre en jupe qui s’y colle. Elle attaque tout comme un bouledogue affamé lâché dans un poulailler : Fadela Amara, puis celle qui se renie plus vite qu’elle ne fait de déclaration, celle qui en une semaine a eu droit à cette magnifique une d’un grand hebdomadaire bien pensant de celle qui disait non (mais qui tout sourire pourtant serrait la main de Kadhafi), la rebelle de pacotilles qui ne veut pas se présenter là où les communicants l’envoient mais qui ira si elle peut être utile (un mot qui veut dire ne pas fâcher le pouvoir car on ne sait jamais : rebelle mais pas folle la guêpe), celle qui fait diversité mode Paris V, Rama Yade. Après la Morano qui l’aurait fait avec l’assentiment du Kondukator ("Pour que Nadine Morano ait déjà cogné comme ça dimanche contre Rama Yade, c’est qu’elle avait le feu vert" de l’Elysée, croit savoir la députée Chantal Brunel) c’est le Fillon qui se fâche tout rouge (Le Monde) : "J’ai fait savoir à la secrétaire d’Etat ce que je pensais de la méthode qui consiste à se désolidariser de son ministre. Il faudra en tirer les conséquences le moment venu." La réalité est donc que cette auberge espagnole oblige à laisser à la porte tous ses bagages, toutes ses convictions et que pour entrer il faut revêtir la bure du moine soldat cher à Léotard. L’ouverture, morte-née, mais montrée au peuple comme une photo Kim Jung Il, vient d’être enterrée en public mais sans trompettes.
 
La vérité est que ce fameux pouvoir donné au parlement est tout aussi imaginaire que l’ouverture. Ce fut le cas de toutes les commissions dont l’avis n’est que pour conforter celui du Chef ou n’est pas suivi. Ce fut le cas des tests ADN votés, mais sans décret d’application. Ce fut le cas de la taxe des banques revotée sur ordre. C’est le cas Yade. Et maintenant c’est le cas de la fronde de la taxe professionnelle. Celui qui se targue d’être le défenseur de la séparation des pouvoirs bien qu’il ait jugé coupables avant procès les prévenus de Clearstream, bien qu’au tout début de mandat il ait essayé de trouver le moyen de contourner le Conseil Constitutionnel, bien qu’il reçoive à l’Elysée les dirigeants de l’UMP et que c’est lui qui décide qui sera candidat et où pour l’Union des Menteurs Patentés, bien qu’il s’engage aux côtés de la majorité dans les élections, a donc décidé, oh juste une petite fois, de franchir cette ligne Maginot qu’il contourne chaque jour de ne pas inférer dans les affaires du parlement. Le voilà qui gronde Raffarin (Le Post) :
- "Une chose est certaine : la démarche que vous avez eue, ce n’est pas formidable."
- "Est-ce que vous en aviez parlé avant au président ? Non. Au Premier ministre ? Non. Au secrétaire général du parti ? Non (...) Une autre chose est certaine, c’est qu’elle ne sert pas notre famille, non plus."
 
Tout y est dans ce rapporté : la dépendance demandé par la Président, la volonté de tout diriger et cette incroyable phrase : Est-ce que vous en aviez parlé avant au président ? Un ancien Premier Ministre, un sénateur qui s’est présenté à la présidence du Sénat se devait d’en avertir le Guide, le Parti. On dirait le parti au pouvoir en DDR.
 
La vérité est que le désordre prospère au pouvoir. Ce désordre n’est que plus apparent aujourd’hui car notre Phare de l’Humanité baisse dans les sondages, et il y a eu un enchaînement de catastrophes médiatiques (Polanski, Mitterrand, la taxe carbone, JeanJean) et que les élus comme les journalistes volent au secours de la victoire et massacrent un homme à terre. Oh l’ami Sarko n’est pas à terre mais il fait des malaises de jogging et politiques et ce n’est qu’un début. La presse commence à dire qu’il perd la main et qu’il ne maîtrise plus le calendrier événementiel. Alors parmi les godillots il y en a qui sentent le vent plus vite que les autres. Il y en a qui ont été partagés entre cet esprit naturel de discipline (ou imposé) et leurs convictions qui sont à l’opposée de ce que représente le leader naturel et forcé de l’UMP, accessoirement dirigeant d’une nation qui s’enfonce tant politiquement, que socialement, qu’économiquement et qu’en matière de liberté, y compris de la presse (chute vertigineuse). En fait les volets étaient clos et les Français tenus très éloignés de la maison par une nuée de CRS, de gardes du corps et de snipers officiels sur les toits. Mais en fait il y a longtemps que le mouvement brownien s’agitait à l’intérieur de la marmite. Combien de couacs depuis deux ans dans ce gouvernement ? Suffisamment pour faire un répertoire de fanfare municipale. Mais voilà de façon étrange ces canards s’étouffaient dans du coton et personne ne semblait vraiment y porter attention. Dans le nouveau contexte ce désordre grandissant au sein même du pouvoir, avec des ouïes plus fines et quelques nouveaux projecteurs, le bon peuple commence à s’éveiller. Il n’est pas le seul. V’la t-y pas que l’UMP a perdu plus de 45 000 adhérents depuis le début de l’année. Une petite saignée. Et cela bien que son secrétaire National, l’ex-assureur de vieilles filles, l’ex-fourgueur de contrats, le vrai rond mais le faux doux, avait lancé cette incroyable campagne d’adhésion auprès des cafetiers et autres restaurateurs au moment du cadeau inutile et coûteux de la TVA à 5,5 pour cette profession qui avait déjà trahi sa parole une fois. Qui a dit qui a menti mentira ? Sarko ?
 
La vérité est donc que le désordre du pouvoir né d’une politique du tout communication à visée électorale, comme ce débat de l’identité nationale lancée just in time pour les prochaine régionale alors qu’en toute logique il aurait dû être lancé dès mai 2007 avec la création du ministère du même nom - pourquoi donc cette attente pour un sujet si important aux yeux du pouvoir ? - initie un chaos en expansion n’est que le reflet d’un désordre présent depuis le début au sein du pouvoir par la récolte de blé mur dans l’opposition pour faire un joli bouquet mais sans réalité philosophique de véritable ouverture, avec cette UMP qui n’est qu’un conglomérat d’une multitude de courants fusionnés par le hold-up politique du siècle de Chirac en 2002 profitant d’un accident de l’histoire électoral des présidentielles pour attraper et engluer toutes les mouches qui voulaient goûter au miel du pouvoir et qui ne peut qu’exploser un jour ou l’autre car le ciment n’est que celui de la proximité de ce même pouvoir et de ses ors et que par conséquent dès que celui-ci déjà fissuré se délitera les morceaux hétéroclites s’en repartiront vers d’autres lumières et d’autres pouvoirs.
 
Sarkozy aura réussi ce que peu pourront se flatter de réussir à une telle échelle : le désordre exponentiel au pouvoir et au sein du pouvoir.
 
Vignette affiche du film les enfants du désordre de Yannick Bellon
source agora vox

Partager cet article

Repost 0
Published by THEOMETHIS - dans politique
commenter cet article

commentaires

Profil

  • L'archipélien
  • Le monde est dangereux non pas à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire” Einstein.
  • Le monde est dangereux non pas à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire” Einstein.

Archives