Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 novembre 2009 4 12 /11 /novembre /2009 05:50

À quatre mois des régionales, les candidatures se multiplient dans le parti présidentiel.

La fébrilité gagne les rangs de la majorité à l'approche des régionales. À quatre mois des élections, ce n'est pas - encore - la perspective des résultats, mais bien la composition des listes qui agite les troupes de l'UMP. Depuis l'organisation d'une nouvelle série de primaires en octobre, le parti présidentiel a désigné quasiment tous ses «chefs de file» régionaux. L'UMP défendra ensuite leur candidature lors des négociations avec ses alliés. Qu'ils soient désignés au terme du vote militant ou par l'Élysée directement (comme c'est le cas pour Christophe Béchu en Pays de la Loire, Dominique Bussereau en Poitou-Charentes ou Thierry Mariani en Paca), tous les candidats sont également l'objet d'un examen en commission nationale des investitures qui siège tous les lundis, mardis et mercredis depuis deux mois.

À l'occasion d'un premier tour de table qui s'est achevé mardi avec le cas francilien, l'instance présidée par Jean-Claude Gaudin a entendu près d'un millier de cadres et élus de toutes les régions. Mais, sagement, elle a décidé de temporiser sur les cas les plus épineux, pour lesquels l'arbitrage doit intervenir la semaine prochaine et être présenté dans le cadre du comité de liaison de la majorité le 25 novembre. «Il ne faut cependant pas se leurrer, ce n'est pas à la commission que tout se décide», confie l'un de ses membres.

En attendant, la grogne est sensible dans certaines régions. En Bretagne, plusieurs comités départementaux ont organisé de nouveaux votes cet automne, alors que le chef de file, le député du Finistère Jacques Le Guen, a déjà été élu par les militants en mars. Il s'agit, comme le comité départemental des Côtes-d'Armor l'a expliqué, de «prendre une position explicite» en faveur de l'ancienne préfète de Bretagne Bernadette Malgorn. «Il y a eu une procédure interne à l'UMP à un moment où, étant préfet (…), je ne pouvais pas me présenter», a expliqué Malgorn au Télégramme début octobre. La réponse du député du Finistère proche de Dominique de Villepin n'a pas tardé : «Je mettrai tout en œuvre pour faire respecter le vote exprimé par les adhérents» lors de la primaire, a expliqué Le Guen, qui a écrit au secrétaire général de l'UMP Xavier Bertrand pour lui demander «de rappeler une fois de plus à l'ordre les responsables de ces manipulations».

En Basse-Normandie, le forfait du sénateur UMP de l'Orne Alain Lambert, chef de file désigné par les militants, a rouvert la course à la tête de liste. Le Nouveau Centre aurait vu d'un bon œil que la bataille soit menée par le maire de Deauville, Philippe Augier. Mais la tête de liste devrait finalement échoir à un candidat UMP. Un sondage commandé par l'Élysée aurait convaincu le président du Nouveau Centre, Hervé Morin, de lâcher son poulain, compte tenu de sa faible notoriété hors du Calvados. Voilà qui devrait également écarter les risques de fronde au sein de l'UMP. Battue lors des primaires de mars dernier, Nicole Ameline, députée du Calvados, est plus que jamais décidée. Elle tient la corde face au sénateur et président du conseil général de la Manche, Jean-François Le Grand, qui a reçu le soutien de Lambert. Philippe Augier hériterait alors de la seconde place sur la liste régionale ou de la conduite de la liste départementale pour le Calvados.

En Franche-Comté, l'ancien président du conseil régional et sénateur du Doubs Jean-François Humbert a fait acte de candidature. Problème : les militants ont désigné au printemps le secrétaire d'État à la Coopération Alain Joyandet, au terme d'une primaire sans candidature concurrente. Président du groupe UMP au conseil régional, Humbert a été démis de ses fonctions fin octobre. Il a depuis annoncé qu'il mènera sa propre liste. Rien qui inquiète, en tout cas, l'Élysée. «Les scrutins de liste attirent toujours toutes les convoitises, philosophe un conseiller de Nicolas Sarkozy. Tout cela finira bien par se tasser.»


source le figaro

Partager cet article

Repost 0
Published by THEOMETHIS - dans politique
commenter cet article

commentaires

Profil

  • L'archipélien
  • Le monde est dangereux non pas à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire” Einstein.
  • Le monde est dangereux non pas à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire” Einstein.

Archives