Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 mai 2010 6 15 /05 /mai /2010 17:30

Suite...Cela ne tarda pas,ce furent colles sur colles,consignes sur consignes,lignes sur lignes.

 

 

"Et voici que le mois de Mars,c'est le coup fatal.A une sortie de classe à 11 heures,par derriere moi -un nommé André Elise- Il me pique le cou avec sa plume.Deux fois,je lui dis :"André,reste tranquille".Il continue.D'un revers de main,je tourne le bout de ma régle contre lui,son nez est écorché.Encore une fois,je suis pris en flagrant délit.Des lignes et une retenue pour le soir.Puis au moment de rompre les rangs à l'angle de la rue Bebian et le passage dit "la gueule"(passage de l'historien Lacour),André me flanque un coup de poing et c'est le combat.André est couché par terre ;je suis sur lui et lui flanque des coups.Romuald le frére d'André nous sépare et donne tort à son frére et lui dit:"je dirai cela à maman".Les élèves nous ont fait une escorte avec des cris bruyants.J'avais peur qu'ils ne m'accompagnent jusque chez mon parrain.

 

En courant,j'ai laché le groupe et je suis arrivé seul à la maison;j'avais peur avec ma veste salie par la boue et un bouton arraché.

 

Ce meme jour à 11 heures je suis sur les rangs avec les autres élèves.Mr le directeur m'interpelle:"Allez chercher vos parents".Quel coup de foudre !.Je n'ai pas le courage d'aller chercher mon parrain.En chemin sur une page de cahier,je fais un billet signé du nom de mon parrain s'excusant de ne pouvoir venir aujourd'hui à cause de ses occupations.Mr le directeur lit rapidement  le billet sans rien dire.Je vais à ma place.Le lendemain matin,il me pose la question:"Qui a écrit ce billet?". C'est moi lui répondis-je sur ordre de mon oncle qui est responsable de moi et ne sait pas écrire".Donc de ma part, un faux,un mensonge.C'est vrai que mon parrain  ne sait ni lire ni écrire, mais sa femme sait lire et écrire.

 

Je suis tombé dans le piege.Je m'entends dire:" je ne vous recevrai pas tant que j'aurai pas vu un de vos  parents,allez vous en".

 

Je me sens comme assommé.Je suis décidé à faire désormais l'école buissonniere,tous les jours,mais je ne dirai rien à mon parrain.Je me retire au clocher de la cathédrale;la porte n'est pas fermée à clef.De temps en temps j'entrebaille la porte pour voir ce qui se passe.Vers 9 heures,je vois descendre l'élève Sidon.Le coeur me bat fort;je me fais toutes sortes de reflexions.Je ne m'etais pas trompé sur mes soupçons.Sidon remonte et un instant aprés c'est mon parrain qui monte vers l'école.Je suis perdu,quelqu'un m'aurait-il trahit?Je cours vite à la cathédrale et je rentre à la maison,je suis dans ma chambre,je pleure.

 

Bientot,un pas dans l'escalier,la porte de la chambre s'ouvre.C'est mon parrain:"Mettez vous à genoux"Il déboucle sa large ceinture de gros cuir.Et les coups qui me tombent drus sur le dos,les reins,les fesses.Tout mon corps est en feu et défense de crier;çà n'arrete pas ,je tombe à plat ventre sur le plancher;encore quelques coups je m'entends dire:"C'est fini,tu vas retourner aux Saintes"Je suis accablé.Je tremble,j'ai de la fievre.Je ne peux tenir ni assis,ni à genoux,je m'etends sur mon lit.

 

Trois jours d'attente,le samedi mon parrain me dit rammasse tes affaires,ce midi, je pars avec toi sur le Maroc(Le Maroc c'est la barge postale).A midi,j'ai dit au revoir à tout le monde à la maison.mon panier caraibe sur la tete,et en route vers le quai ou est amarré le Maroc.C'est le départ .Maman est deja avertie,elle m'attend.Pauvre maman! J'aurais préféré ne pas la rencontrer"

 

à suivre...

Partager cet article

Repost 0
Published by L'archipélien - dans témoignage
commenter cet article

commentaires

Profil

  • L'archipélien
  • Le monde est dangereux non pas à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire” Einstein.
  • Le monde est dangereux non pas à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire” Einstein.

Archives