Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 juin 2010 3 23 /06 /juin /2010 17:30

J'ai  toujours pas compris pourquoi Lurel a pris  la décision d'engager  la Guadeloupe dans un processus "d'union  soumission"  avec la Martinique et la Guyane, sans s'assurer  de l'assentiment des Guadeloupéens.Les symboles sont aussi important que tout le reste dans le monde de la politique.La Cartographie de l'URAG avec Fort de France  en Capital m'oblige a m'interroger sur le marché de dupes de notre président de région...Lurel, un jour ou l'autre vous pourriez le regretter/

 

 

Voici ce qu'écrit  le collectif Dom sur le sujet

 

 

Antilles-Guyane ...C'est plus simple !!! Publié le Lundi 21 Juin 2010 à 19:13:03

Création de l’URAG

L’Union Régionale des Antilles Guyane est née. Elle devrait permettre une harmonisation des positions au niveau culturel, économique, et social. Un plus face à l’Etat et à l’Europe selon les exécutifs régionaux.

ANTILLES-GUYANE. Création de l'URAG
L'union Régionale des Antilles Guyane est née. Cet espace de réflexion permet aux présidents de région de Martinique, Guadeloupe, Guyane d'adopter des positions communes face au gouvernement et à l'Union Européenne.

 

« Aujourd’hui, c’est à un nouveau départ que nous invitons les Guadeloupéens, les Guyanais et les Martiniquais. A un nouveau départ autant qu’à un nouvel élan pour nos trois territoires. Notre jeunesse espère beaucoup en notre capacité à créer un espace antillo-guyanais qui élargirait ses horizons et ses rêves » a dit à la tribune, le président de la région Guadeloupe, Victorin Lurel. A ses côtés à Basse-Terre en Guadeloupe, le 17 juin, le président de la région Martinique, Serge Letchimy, et le président de la région Guyane, Rodolphe Alexandre.

Même si les différences existent et notamment au niveau des demandes politiques concernant l’avenir de ces régions, la réflexion se veut commune, et les positions claires face au gouvernement et à l’Union européenne.

Politique
Concernant l’avenir institutionnel de ces régions, si la Guadeloupe n’est pas sur le même calendrier que la Martinique et la Guyane, les élus s’accordent sur des demandes similaires. Les élus ne veulent pas un mode de scrutin et un nombre d’élus imposés par le gouvernement. Ils réclament par ailleurs des moyens financiers associés aux transferts de compétences effectués par la nouvelle collectivité.

Economie
Dans ce domaine les présidents de région réclament une souplesse dans le cadre des relations entre le marché unique antillais et la Guyane. Lors de la présentation de la charte le président de la région Martinique Serge Letchimy a mis l’accent sur l’unité. « Nous n’avons aujourd’hui, aucun intérêt à être divisés. Nous sommes aujourd’hui dans l’incapacité de combiner progrès économique avec un taux de croissance de 3 à 3,5% et la construction d’une société de solidarité permettant à tout un chacun de pouvoir travailler dans ces pays. Il y a une adéquation fondamentale entre croissance économique, modernisation répartition, et création d’activité…  ». Serge Letchimy met l’accent sur le taux de chômage élevé dans la région. Un sujet sur lequel les exécutifs auront fort à faire. Des engagements ont été pris en matière touristique, des pistes listées pour le secteur de la pêche et de l’agroalimentaire, et des positions prises sur l’octroi de mer.

Carburant
Le sujet encore relativement brûlant est examiné par de nombreux consommateurs, mais aussi par le personnel de la SARA. Le monopole de la raffinerie qui approvisionne les Antilles-Guyane, ainsi que les prix pratiqués ont été très critiqués ces derniers temps. Les présidents de région dans leur déclaration finale se sont donc prononcés pour une révision de la structure des prix des carburants, une transparence des prix et pour une pérennisation de la raffinerie.

Sujets multiples
Dans la déclaration finale, les présidents de région ont également pris position sur de nombreux autres sujets tel que la continuité territoriale avec une demande d’élargissement des publics éligibles pour les aides aux voyages, les énergies renouvelables avec de réels échanges entre les régions, des actions communes à Bruxelles avec la création d’une représentation permanente, ou encore un paysage audiovisuel respectueux des chaînes locales privées avec des aides de l’Etat pour la production afin de favoriser l’expression des cultures locales.

Un grand chantier pour les présidents de région dont se félicite Rodolphe Alexandre, président de la région Guyane : « Cette démarche démontre que nous sommes capables de converger vers des passerelles qui vont à la fois unir nos populations et véritablement s’enrichir de nos différences ».

La présidence de l’URAG est une présidence tournante. Elle est assurée jusqu’à la fin de cette année par le président de la région Guadeloupe, Victorin

Partager cet article

Repost 0
Published by L'archipélien - dans politique
commenter cet article

commentaires

Profil

  • L'archipélien
  • Le monde est dangereux non pas à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire” Einstein.
  • Le monde est dangereux non pas à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire” Einstein.

Archives