Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 octobre 2013 4 31 /10 /octobre /2013 19:19

L

Le système fonctionne sur un mode patriarcal, tout découle de ce mode de fonctionnement : l'argent, le cul, les rapports entre les gens. Le père est au pouvoir, de la base jusqu'au sommet. Pas juste le mâle, mais son concept perverti et modélisé. Or, au départ, le père n'existe pas, c'est une invention. Ce qui existait, c'était une mère qui faisait des enfants sans père, protégée par tous les "mâles" de la tribu. Les mâles n'étaient pas pères, ils étaient oncles.

Pour protéger sa paternité, sa descendance, le mâle a inventé le mariage, qui lui permet d'avoir une garantie sur la filiation, il en est le seul vrai bénéficiaire. En cas de séparation la femme se retrouve seule, isolée et fragilisée.

Bien sur, on pourrait objecter que le mariage ne favorise personne, que le fonctionnement judiciaire a souvent tendance à rééquilibrer la situation au détriment de l'homme. Or, en ces temps de crises, la réalité des droits octroyés à la mère s'écroulent, la capacité des pères à assurer une pension suffisante se réduit et les maigres subsides des aides sociales ne suffisent pas à les compenser, laissant ces mères sur le carreaux, de plus en plus réduites à des activités voisines de l'esclavage ou de la prostitution pour assurer seules la charge de leur progéniture.

La contractualisation du mariage est donc un outil de domination, qui favorise le père au sein d'un modèle patriarcal. Du concept de tribu où la femme était libre de faire des enfants et de les élever dans un cadre protecteur, on est passé à une situation où, dès qu'elle en fait, elle est fragilisée, résultat, la société actuelle.

Fort de ce constat, les matriciens proposent une alternative, le projet Prométhée, l'instauration d'une société parallèle en toute légalité : territoires quasi autonomes, marchés locaux, monnaies locales, administration locale, finance sans taux d’intérêt…

Cette solution permettrait - de résoudre efficacement tous les problèmes sociétaux : démographie, retraites, précarité et solitude, conflits familiaux, marché du sexe, violences sexuelles… - de créer de la solidarité et de la cohésion dans une population atomisée face aux états et aux banques, ces deux tenailles de l’asservissement des peuples, ces deux mafias ont besoin l’une de l’autre pour exploiter l’individualisation de la population. L’État a besoin de la banque pour être financé. La Banque a besoin de l’État pour être protégée.

Le projet Prométhée permettrait-il de recréer des corps intermédiaires, entre l’individu et la nation, le citoyen et l’état, par la restauration d’une société clanique modernisée ... à suivre

En savoir plus sur les matriciens en découvrant leur site matriciens.org et le projet Prométhée.

 

Marc VIOT

Partager cet article

Repost 0
Published by L'archipélien - dans anthropologie
commenter cet article

commentaires

Profil

  • L'archipélien
  • Le monde est dangereux non pas à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire” Einstein.
  • Le monde est dangereux non pas à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire” Einstein.

Archives