Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 mars 2010 5 12 /03 /mars /2010 19:01

09/03/2010

Après la Grèce, la France ?

Fitch-ratings La France pourrait perdre son « triple A », la note maximale dont peut bénéficier un pays, ce qui lui permet d’obtenir des conditions de financement de sa dette particulièrement favorables. C’est l’agence de notation Fitch (filiale anglo-saxonne d’un groupe français) qui a brandi aujourd’hui cette menace inattendue.

Pour Fitch, « les pays dotés de notes de crédit élevées doivent faire état de plans de consolidation budgétaire plus crédibles et plus robustes en 2010 pour soutenir la confiance dans la robustesse de leurs finances publiques à moyen terme et dans leurs engagements d'inflation basse et stable ». Paris n’est pas seule visée : le Royaume-Uni et l’Espagne sont, eux aussi, placés sous surveillance : « le Royaume-Uni, l'Espagne et la France en particulier (trois pays qui bénéficient chez Fitch d’un AAA assorti d’une perspective stable, NDA) doivent énoncer des programmes plus crédibles cette année, étant donné le rythme de la détérioration des finances publiques et les difficultés auxquelles ils font face dans la stabilisation de la dette publique", a estimé Brian Coulton, l’un des responsables de l’agence.

 

Cette mise en garde obéit a priori à une certaine logique, vu la dégradation rapide de la dette publique française. Cela étant, elle est quelque en contradiction avec une étude d’une autre agence de notation, Moody’s, parue il y a un an, et qui plaçait la France parmi les débiteurs les plus solides de la planète (lire mon article). Si la France perd son statut de triple A, on peut sérieusement se demander qui bénéficiera encore de cette note, mis à part le Luxembourg

Si la menace se concrétise, cela pourrait annoncer un krach mondial sur la dette souveraine, celle-ci ayant démesurément gonflé depuis 2008 à cause de la crise financière. Les marchés risquent en effet de se détourner des emprunts d’État, ce qui serait catastrophique pour la stabilité financière des pays et donc pour la croissance.

Reste qu’on ne peut qu’être fasciné par le tranquille aplomb avec lequel Fitch tance les États, elle qui avec ses consœurs a joué un rôle important dans le déclenchement de la crise et donc dans l’accroissement du déséquilibre des comptes publics, puisqu’elles ont été incapables d’analyser correctement les risques que représentaient les subprimes… Mais, dans ce petit monde de la finance, le ridicule n’a jamais tué personne

source:coulisses de bruxelles

Partager cet article

Repost 0
Published by THEOMETHIS - dans politique
commenter cet article

commentaires

Profil

  • L'archipélien
  • Le monde est dangereux non pas à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire” Einstein.
  • Le monde est dangereux non pas à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire” Einstein.

Archives