Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 mai 2010 6 08 /05 /mai /2010 17:30

L’observation de l’intelligence humaine et de son usage chez les parleurs au pouvoir ou en situation de tromperie est passionnante. Elle ne saurait fonctionner sans l’assentiment de la cible qui lui offre ses fondations. D’où l’importance de relais voués à servir le jus de pensée préparé par des fabricants labellisés pourvus des outils appropriés.
Ce sujet du registre psychologique aux incidences on ne peut plus réelles est fascinant. Et, seul problème mais de taille, inquiétant !

L’arrêt de l’examen -ou le déni- aux portes d’une découverte angoissante est éminemment humain. Il offre un bras de levier très puissant aux imposteurs qui, parallèlement aux avancées démocratiques, font feu de ce bois pour abuser (les masses) de leur pouvoir.
C’est une mine d’étude aussi vaste qu’effrayante. Les mêmes causes entraînant les mêmes effets, j’imagine que la désespérance de Chomsky au soir de sa vie, comme celle qu’exprimait Freud à la fin de la sienne assombrie par le nazisme, est de même origine. Chomsky va encore énerver certains de ses compatriotes en pointant du doigt le couteau dans la plaie.

21 avril 2010 / Noam Chomsky sur l’état d’esprit qui règne aux États-Unis : « je n’ai jamais rien vu de tel » par Noam CHOMSKY, Chris HEDGES
http://www.legrandsoir.info/Noam-Ch...

extrait :
« Ça ne m’intéresse pas d’écrire sur Fox News, » a dit Chomsky. « C’est trop facile. Ce qui m’intéresse ce sont les intellectuels libéraux, ceux qui se présentent et se prennent pour des critiques du pouvoir, courageux, qui se battent pour la vérité et la justice. Au fond, ils ne sont que les gardiens du temple. Ce sont eux qui définissent les limites à ne pas dépasser. Ce sont eux qui disent jusqu’où il est permis de s’aventurer. Ils disent « Regardez comme je suis courageux. » Mais ne vous aventurez pas un millimètre de plus. C’est vrai pour les secteurs éduqués de la population car ce sont eux les plus dangereux à cause de leur soutien au pouvoir. »

Mercredi soir (21/04), Arte, mieux inspirée depuis son saûmatre et stupide flingage du net par des patentés du périmètre de sécurité de la pensée (9/02), a diffusé un excellent documentaire sur Daniel Ellsberg et les papiers topsecrets du Pentagone relatifs à la guerre du Vietnam (lancement et SAV auprès des étatsuniens). Le genre de restitution qui fait dire que la réalité dépasse (toujours) la fiction.
Entendre la voix de Nixon dire à Kissinger qu’il veut utiliser l’arme atomique et qu’il se fiche des victimes civiles vaut son pesant d’immersion dans la réalité du pouvoir criminel : le coup d’arrêt à ces manœuvres cyniques n’est dû qu’au courage de ceux, dont Ellsberg a été tête de proue, qui se sont obstinés à les mettre à jour dans les consciences. Il s’en est fallu de peu : Nixon a été réélu avant de finir par tomber, mais absout par son successeur et donc sans condamnation criminelle ! Histoire de nous dire que penser de ces criminels dont il partage la table et prépare les plats, Kissinger a obtenu en 1973 le Nobel de la Paix (http://www.bibliomonde.com/livre/cr...). Ca vous en rappelle d’autres ?

8 novembre 2006 / La prochaine guerre n’attend que son prétexte, par Pierre Dubuc.
http://www.legrandsoir.info/article...

extrait :
Le tout premier Papier du Pentagone, publié dans le New York Times du 13 juin 1971, révélait que l’incident du Golfe du Tonkin était une tromperie, les États-Unis ayant accusé faussement le Nord-Viêt Nam d’avoir attaqué deux destroyers américains.
Daniel Ellsberg trace un parallèle entre cette situation et celle relatée par Richard Clarke dans Against All Enemies. Dans ce livre, Richard Clarke, chef du contre-terrorisme dans l’administration de George W. Bush et conseiller de trois présidents antérieurement, raconte que, dès le 12 septembre 2001, soit le lendemain des attentats terroristes, il découvrait avec stupeur Bush, Rumsfeld et d’autres conseillers du président en train de discuter d’une attaque contre l’Irak.
Clark raconte qu’il rappela alors à Bush et Rumsfeld que l’Irak n’était pour rien dans les attentats du 11 septembre et que le pays de Saddam Hussein n’avait pas de relations avec les auteurs de l’attentat, soit Al-qaïda. L’après-midi de ce même 12 septembre, il déclare au secrétaire d’État Colin Powell : « Bombarder l’Irak - comme Rumsfeld nous y incite prestement - après avoir été attaqué par Al-qaïda, c’est comme si nous avions envahi le Mexique après l’attaque japonaise contre Pearl Harbour. »
.../...
Lors de la Guerre du Golfe de 1990 et l’invasion récente de l’Irak, les dirigeants américains et les médias ont diabolisé Saddam Hussein en le qualifiant de nouvel Hitler et présenté l’Irak comme une menace militaire digne du IIIe Reich. Les faits ont démontré que cela n’était que foutaise. Il en va de même aujourd’hui. Dans sa confrontation militaire avec l’Irak (1980-1988), l’Iran a été incapable de vaincre de façon décisive les armées de Saddam Hussein qui l’avait attaqué avec la bénédiction américaine. Comment croire aujourd’hui que l’Iran représenterait une telle menace dans la région ?« La guerre est la continuation de la politique par d’autres moyens », écrivait le grand stratège militaire Clausewitz et la politique qui nous mène aujourd’hui vers la guerre, sous le fallacieux prétexte de lutte contre le terrorisme, est la politique de domination du Moyen-Orient et de l’Asie centrale par les États-Unis et ses alliés pour contrôler les champs pétrolifères et les oléoducs.

 
Pour revenir à N. Chomsky, à cette puissance intellectuelle dont la pertinence des analyses n’a d’égal que l’engagement personnel qui en découle, sa réserve concernant la tragédie du 11 septembre 2001 intrigue. Il avait aussitôt pointé la haine que suscite en retour l’impérialisme belliqueux des USA, mais était resté à l’écart des questionnements laissés en suspens par la tardive "Commission des Omissions" pour finalement soutenir en 2008 les veuves de victimes demandant la déclassification des documents officiels (censurés ou pas) relatifs à ces événements. Il ne pouvait pas faire moins. Mais personne n’est tenu d’attendre quiconque pour s’interroger et questionner les faits. Question de conscience ou d’inconfort à vivre avec trop de couleuvres. Car c’est bien l’interdiction d’enquête et de débats qui est suspecte. On sait ce à quoi renvoie la notion de refoulement. Trivialement, à l’odeur de merde. Tout aussi humainement, à l’odeur de cadavre dans le placard, à l’inavouable sur lequel on veut tenir la porte fermée. Alors pourquoi ne pas l’ouvrir, aérer et montrer qu’il n’y a(urait) rien dedans, une fois pour toutes ?

29 SEPTEMBRE 2009, une info anodine / La Commission sur le 9/11 confirme : la version officielle est un mensonge
http://les7duquebec.wordpress.com/2...

extrait :
Les responsables de la Commission gouvernementale sur le 9/11 ont confirmés ce que nous savions tout ce temps-là ; c’est-à-dire que le gouvernement américain a menti à propos des évènements entourant les attaques du 11 septembre 2001. .../... La Commission sur le 9/11 nous dit maintenant que cette version officielle du 9/11 était basé sur de faux témoignages et documents ; donc qu’elle est presque entièrement fausse. .../... Avec l’unique rapport « officiel » sur le 9/11 maintenant reconnu comme étant complètement faux, que faire maintenant ? Qui sont touchés par ces mensonges ? Les familles des victimes du 9/11 se sont battues pendant des années pour arriver à connaître la vérité. Et pendant des années, le gouvernement et les médias ont dissimulé la vérité derrière des mensonges et le secret pour les en dénier.
.../...
La Commission sur le 9/11 dit que le gouvernement américain nous a tous menti au sujet du 9/11. A quel autre sujet nous ont-ils menti ? Probablement à propos de tout ! Il serait sûrement plus aisé de compter les fois que le gouvernement nous raconte la vérité que d’essayer de compter tous les mensonges.
La Commission avait décidé de ne pas entendre le groupe de travailleurs qui a connu le plus de perte de vie lors du 11 septembre 2001 : les pompiers. Nombreux sont les témoignages de pompiers et de témoins rapportant des explosions multiples partout dans ces trois bâtiments du complexe World Trade Center qui furent complètement réduit en poussière et vaporisés. Il maintenant indéniable que des résidus d’explosifs à haute température, de la thermite, a été trouvé partout dans les décombres des WTC.

Pour quelles raisons cette information n’a-t-elle pas été relayée, analysée, commentée ? Est-elle erronée ? Ne mérite-t-elle pas attention ?
Ne doit-on pas cette véritable enquête aux familles des victimes comme aux victimes elles-mêmes ? Jusqu’où peut-on aller dans la tolérance de l’horreur avant de questionner faits et responsabilités ?
L’affaire semble trop ancienne pour nos contemporains, mais pas assez pour une nouvelle génération interrogeant l’histoire.
Dans notre beau pays, passées les remontées de bretelles aux saltimbanques s’imaginant libres de pensée et de parole, même mesurée, hormis des intervenants sur le net, si ce n’est pas très glorieux pour les citoyens, c’est franchement poisseux et hautement préjudiciable pour celles et ceux qui jouent au quotidien dans le grand orchestre médiatico-politique sans y consacrer une note.
 
Respect total pour les géomètres tout court.
source: Agora-vox

Partager cet article

Repost 0
Published by L'archipélien - dans sociales
commenter cet article

commentaires

Profil

  • L'archipélien
  • Le monde est dangereux non pas à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire” Einstein.
  • Le monde est dangereux non pas à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire” Einstein.

Archives