Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 avril 2010 2 06 /04 /avril /2010 17:30

Comme dans l’existence nous vivons par défaut de tout connaître, nous faisons de la politique par défaut d’en disposer des pouvoirs.

Les Français se sont exprimés par un rejet sans précédent de toutes les formes de représentations « paritaires ». 43 350 204 inscrits et 21 192 314 exprimés, le plus représentatif a obtenu 9 834 486, et celui qui est au pouvoir ump 7 497 649. Aucun d’entre eux ne peut dire que les français veulent de leur politique, pourtant nous n’entendons que cela, parce que l’abstention n’a pas de VOIX.

Faute de cela nous pourrions penser que les analystes politiques s’intéressent aux raisons profondes de cela, car c’est leur travail, et en faire profiter la société afin de nourrir la réflexion des citoyens, quid. A l’exception d’un, les autres racolent les infos trottoirs et triturent les pourcentages minoritaires et extrapolent des stratégies politiciennes.

Nous sommes tellement habitués à cela, à faire de la vie politique un spectacle, que chacun retrouve ses vieux réflexes conditionnant.

Pourquoi faisons-nous de la vie politique un spectacle, parce que c’est le seul pouvoir qu’il nous reste avec celui de la sécurité intérieure.

Le pouvoir économique ne nous appartient plus, il est la possession de la loi du marché via l’OMC et le traité de Lisbonne.

Le pouvoir financier, il ne nous appartient plus depuis 1973 et les français le découvrent aujourd’hui.

Depuis donc de nombreuses années (30 ans), nous votons en conscience pour des partis politiques qui nous garantissent par leurs programmes, croissance, prospérité, emploi.

Le dernier en date celui de notre président fut la promesse du jardin de l’Eden, et le vote des régionales indique qu’ils n’y croient plus.

Mais comme je préfère le pragmatisme même si j’ai des espérances, je préférerais que les partis et le gouvernement répondent à des questions qu’ont émises les français.

Ils veulent réformer le capitalisme à91%, quelles sont les propositions des partis et du gouvernement.

Ils n’ont plus confiance en l’OMC 61%, quelles sont les propositions des uns et des autres.

Ils se méfient à 55% de l’UE, comment leur redonner confiance.

Ils pensent que les entreprises les exploitent et sont les actrices de la vie chère à 55%, que leur proposer.

Ils n’ont pas confiance aux banques à 63%, quelles modifications apporter au système bancaire.

Ils n’ont pas confiance en leurs élites, partis etc. j’arrête là.

C’est environ plus de 60% de français, soit 26 millions d’entre eux et les commentateurs vont cueillir sur les trottoirs l’écoute de Pierre ou Paul, comme les politiciens celles de leurs mandants, jusqu’à ce qu’ils trouvent dans leur propos ce qui confirment leur refus d’écouter les 26 millions autres.

C’est 26 millions ont compris, tardivement peut-être, qu’ils ne possédaient plus ni le pouvoir économique ni le pouvoir financier, et que le gouvernement ne leur vendait que des peurs intérieurs comme toute politique, même si par leur votes antérieurs ils y ont contribué.

 

 

Si les français voulaient plus de répressions, ils auraient voté massivement pour le FN or il a totalisé1 943 307 voix soit 4.48% des inscrits

Si les français voulaient plus du jardin d’Edem du président ils auraient voté massivement pour l’UMP qui a eu 7 497 649, soit 17.3% des inscrits.

L’union de la gauche 9 834 486, soit 22.7% des inscrits et les commentateurs saluent leur victoire par défaut.

Si les français avaient voulu d’un grand parti de politique démocrate comme aux USA, ils auraient voté massivement pour le MoDem, or il totalise 178 858 voix soit 0.04% des inscrits.

Si Europe écologie était l’avenir, ils n’auraient pas été que 207 435 à voter pour eux, soit 0.05% des inscrits. J’en termine avec eux.

On ne peut pas passer l’abstention sous silence, certes c’était une élection régionale, mais compte tenu de la porté politique qui lui fut donné, l’on ne peut pas dire que ce fut un vote régional, dire cela est se mentir, même s’il a retrouvé un peu plus ce caractère au deuxième tour. Sans cela il y a des seuils ou la valeur d’une abstention est un choix politique, c’est le cas présent, comme ce fut celui des Européennes.

Ainsi donc durant ces deux prochaines années la politique va se faire par défaut.

Défaut de disposer du pouvoir économique.

Défaut du pouvoir financier.

Défaut du pouvoir politique.

Que restent ils à nos gouvernants que la pulsion de mort ; la gestion de tous les désastres qu’entraine ce défaut de pouvoir.

A savoir un retour sur les promesses illusoires d’un paradis après la mort et un renforcement sécuritaire liberticide, l’on en a n’a pas fini avec les spectacles dramatiques, et la dramaturgie des faits divers.

Il y a de la joie en perspective. Jamais France ne fut aussi mal en point depuis 1945.

 

 

DDacoudre;poete essayiste militant à la  retraite sur Agora Vox

Partager cet article

Repost 0
Published by L'archipélien - dans politique
commenter cet article

commentaires

Profil

  • L'archipélien
  • Le monde est dangereux non pas à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire” Einstein.
  • Le monde est dangereux non pas à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire” Einstein.

Archives