Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 novembre 2009 3 11 /11 /novembre /2009 07:43

Marie NDiaye, prix Goncourt 2009 pour "Trois femmes puissantes", a estimé "très excessifs" ses propos sur "la France de Sarkozy" qu'elle avait qualifiée de "monstrueuse" en août dernier, dans une interview diffusée mercredi sur Europe 1.

Photographe : Martin Bureau AFP/Archives
Photographe : Martin Bureau AFP/Archives :: Marie Ndiaye pose avec son livre "Trois Femmes Puissantes" après avoir reçu le Prix Goncourt 2009, le 2 novembre 2009.
photo : Martin Bureau , AFP

Interrogée sur sa décision de s'installer à Berlin après l'élection de Nicolas Sarkozy en 2007, la romancière a rejeté l'idée d'"une forme d'exil politique".

"Non, je n'aime pas dire les choses ainsi, c'est très excessif. Je ne veux pas du tout avoir l'air de fuir je ne sais quelle tyrannie insupportable, simplement depuis quelques temps je trouve l'athmosphère en France assez dépressive et morose, il me semble qu'à Berlin en ce moment elle est plus exaltante", déclare-t-elle dans cette interview réalisée lundi soir à Berlin.

A la question est-ce que "ça dépend en France de quelqu'un ?", elle répond : "C'est une histoire vieille de plusieurs années, je ne crois jamais qu'un seul homme puisse faire un pays, bien sûr que non".

Lire aussi
  1. Raoult dénonce les "propos insultants" de Marie Ndiaye à l'égard de Sarkozy

Mardi, le député Eric Raoult (UMP) avait interpellé le ministre de la Culture Frédéric Mitterrand sur les propos, "insultants" selon lui, tenus par Marie Ndiaye dans le magazine Les Inrockuptibles du 18 août, estimant qu'en tant que lauréate du Goncourt elle se devait de "respecter la cohésion nationale et l'image" de la France.

A propos de la formule qui lui est reprochée sur la France "monstrueuse" de Nicolas Sarkozy, Marie NDiaye conclut, "oui oui, elle est très excessive".

De son côté, le journaliste Bernard Pivot, membre de l'Académie Goncourt, a souligné mercredi que "le devoir de réserve des prix Goncourt n'existe pas", après la polémique sur des propos de Marie NDiaye.

"Le devoir de réserve des Prix Goncourt n'a jamais existé, n'existe pas et n'existera jamais. Ce serait bien mal connaître les écrivains que de croire qu'il existe", a-t-il déclaré à l'AFP.

"Ce qui est vrai, c'est que le Goncourt renforce une position, donne une aura, une légitimité. Mais les propos que tiennent les lauréats n'engagent qu'eux-mêmes, ils n'engagent en aucun cas l'Académie Goncourt et encore moins la France", a-t-il poursuivi.

Selon Bernard Pivot, "c'est déjà difficile de décerner le Goncourt, si en plus il fallait se déterminer sur les propos que l'auteur a tenus des mois avant..."

"On juge un livre, pas l'auteur", a-t-il conclu.

source Orange

Partager cet article

Repost 0
Published by THEOMETHIS - dans actualités
commenter cet article

commentaires

Profil

  • L'archipélien
  • Le monde est dangereux non pas à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire” Einstein.
  • Le monde est dangereux non pas à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire” Einstein.

Archives