Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 mars 2013 2 26 /03 /mars /2013 18:53

Le démantèlement de l’Etat Français commence en Alsace !

Vous n'en avez surement pas entendu parler dans les médias, les Alsaciens vont devoir se prononcer par référendum sur une question qui parait simple :

« Approuvez-vous le projet de création d’une Collectivité Territoriale d’Alsace, par fusion du Conseil régional d’Alsace, du Conseil général du Bas-Rhin et du Conseil général du Haut-Rhin ? »

La question peut paraitre légitime, tant l’organisation territoriale de notre pays mériterait un brin de modernisation, cependant il faut creuser et essayer d’appréhender ce qui se cache derrière cette question apparemment anodine. C’est pour cette raison que je vais me concentrer sur les trois arguments mis en avant pour le « OUI » au référundum.

Reprenons donc les trois arguements du "OUI" :

ARGUMENT N°1 – SIMPLIFICATION ET TRANSPARANCE
ARGUMENT N°2 – EFFICACITE ET ECONOMIES



C’est ici que les difficultés commencent… Il faut essayer de comprendre le bien fondé de cette argumentation, et là je dois dire que c’est un flou total, et ce même pour ceux qui ont activement participé au projet !

J’en veux pour preuve un article publié sur lalsace.fr, où apparait une déclaration de Charles Buttner, président du conseil général du Haut-Rhin, lors de son assemblée annuelle avec dans le canton de Habsheim un extrait choisi qui me laisse assez perplexe :

1) « Ça a l’air simple, mais plus on y réfléchit, plus on se demande à quoi ça va servir »

2) « Je ne m’engagerai jamais sur ce que je ne pourrai pas tenir. On ne fera sans doute pas d’économies, mais il s’agit de faire mieux avec moins. Je ne peux pas promettre moins d’impôts, les collectivités actuelles vivant surtout des dotations de l’État »


Ma question est donc la suivante : comment une des trois personnes ayant organisé et défendu le partage des rôles dans la nouvelle organisation peut-il si peu connaitre le projet ?? Effrayant !!!

L’ARGUMENT N°1, Qui explique que ce projet sera plus simple et plus transparent ne saute définitivement pas aux yeux à lecture des arguments de Monsieur BUTTNER.

Ces propos laissent à penser que peu de choses sont actées ou prévue. Notamment concernant la fiscalité, c’est le flou total ! Question transparence, on a vu mieux.


L’ARGUMENT N°2, Qui dit que ce projet permettra de réaliser des économies n’est pas évident de l’aveu même de Monsieur BUTTNER qui à largement contribué au lancement de ce projet.
 
Alors si un responsable impliqué personnellement dans le projet ne peut pas mieux m’expliquer quelles seront les conséquences d’un « oui » au référendum, je vais chercher par moi-même…

ARGUMENT N°3 – RENFORCER L’ALSACE

Lors de mes différentes recherches, j’ai trouvé un article intéressant du parti politique de gauche : le MPEP (Mouvement Politique d'Émancipation Populaire) il est précisé la chose suivante :

« L’objectif est de continuer à démanteler le pouvoir des parlements nationaux, par en haut avec les traités de l’Union européenne, et par en bas avec la création d’euro-régions »

Je suis également tombé sur une fiche de synthèse assez intéressante, on peut y trouver la chose suivante concernant le diagnostic préparatoire à l’intervention des fonds européens en Alsace, en parlant de l’euro-région du Rhin supérieur :

« Il fait partie de ces espaces fonctionnels transfrontaliers naissants pour lesquels il faut trouver un modèle de gouvernance innovant, capable de s’ouvrir à tous types de partenariats. »

En avançant dans cette fiche de synthèse, on peut également lire la chose suivante :

«  [...]de nouvelles formes de coopération et de gouvernance sont envisagées. Elles doivent être gage de transparence, d’efficacité et de représentativité.

Cet objectif pourrait être atteint par :
- une simplification et un resserrement des structures existantes,

- un soutien et un pilotage des réseaux de partenariats,

- l’intégration des groupes socioéconomiques dans les prises de décisions stratégiques,

- la mise en place d’outils d’aide à la gouvernance et à la prise de décision. […]  »

Pour faire simple, on sait que l’Europe préconise la création de coopérations transfrontalières entre des régions de différents pays, et le transfert de compétences qui était détenues en partie ou totalement par l’Etat d'ailleurs une communication tout à fait officielle datée de novembre 2012 en fait état dans les domaines de :

• coopération transfrontalière 

• économie et innovation 

• orientation, formation professionnelle et éducation 

• culture et patrimoine 

• mobilisation des fonds européens 

• langues et culture régionales 

• logement et habitat.


On assiste donc là à un transfert manifeste des pouvoirs de l’Etat vers la nouvelle collectivité, j’ajoute que cette collectivité devra mobiliser les fonds européens, donc négocier directement avec Bruxelles dans les domaines de compétences énoncés plus haut.

D’ailleurs une simple lecture d’un autre document nous montre que l’attribution des sommes suivant les différents objectifs sont déjà en grande partie décidés pour la période 2014-2020 !!! (Pages 18 à 20). Et bien sûr tout cela devra être validé par la commission européenne et le conseil européen ! (Page 21). Et notre Alsace risque d’être bien seule pour négocier avec Bruxelles.

DONC L’ARGUMENT N°3 – « Renforcer l’Alsace » est fallacieux, on voit dans les différents documents que je présente que l’Union Européenne deviendrait le principal interlocuteur de l’Alsace. 
Et si des pays comme la France, l’Italie ou l’Espagne peinent à faire fléchir la Commission européenne on peut aisément imaginer la faible influence de l’Alsace !!!

POURQUOI CE REFERENDUM EST-IL UN DEBUT DE DEMANTELEMENT DE L'ETAT FRANCAIS :

Toujours dans la note de synthèse sur les territoires transfrontaliers concernant l’euro-région du Rhin supérieur, on y trouve dans le paragraphe suivant :

« Le succès de cette stratégie est étroitement lié à sa légitimité démocratique et à l’implication de la société civile.

Cette implication difficile à réaliser, devrait atteinte par :

- la (re)découverte de l’identité commune des habitants en référence à l’héritage historique, culturel et linguistique commun de la région,
- l’exigence que les citoyens puissent prendre des responsabilités,
- le soutien à la culture en tant qu’élément fédérateur et vecteur de la dynamique du Rhin Supérieur,
-l’intégration renforcée de la jeunesse et de ses organisations dans le processus de construction du territoire.  »

On voit là un désir de casser les liens naturels de l’Alsace avec la République, en créant de toute pièce des liens avec les régions transfrontalières.

L’Europe prévoit d’ailleurs des fonds pour la promotion de la langue régionale, pour l’exacerbation du sentiment régionaliste par le « soutien à la culture commune », et pour la formation de la jeunesse « dans le processus de construction du territoire ». En bref, détacher la jeunesse de la République pour la rapprocher de l’Euro-Région.

En continuant dans la fiche de synthèse qui est décidément fournie en informations, on trouve un paragraphe assez suggestif :

« Toutefois, les obstacles linguistiques et administratifs, les différences entre systèmes sociaux, le manque d’équivalence et de transparence dans les systèmes d’éducation et de formation ainsi que le peu d’incitation à la mobilité lors de la formation ou dans la vie professionnelle demeurent un frein et empêchent l’espace frontalier d’être totalement intégré »

On reconnait donc en conclusion de cette synthèse que les liens au sein de l’Euro région n’existent pas vraiment, du point de vue linguistique (et pourtant des fonds vont être attribués pour ce sujet).

Cette conclusion met en évidence une autre partie du « problème » de la fusion à terme de l’Alsace avec les régions transfrontalières : les systèmes d’éducation, et surtout les systèmes sociaux sont différents.

Je m’avance peu être mais cela cache sans doute une volonté de fusionner également le droit du travail, et vu l’orientation de l’UE (qui sera en liaison direct avec Strasbourg) sur les acquis sociaux, je doute que le nivèlement se fasse par le haut…

Je résume donc, l’Alsace :

- Négociera en direct avec Bruxelles concernant un large domaine de compétences.
- L’état se désengagera en grande partie, et le président du conseil du Haut-Rhin lui même ne sait pas comment ses sommes vont être compensées notamment concernant l’imposition des habitants.
- Les économies promises sont loin d’être concrètes comme l’admet Charles Buttner.
- L’Europe adjurera des fonds pour rapprocher culturellement les régions transfrontalière, même si la conclusion du rapport indique que les liens entre ces régions sont faibles pour ne pas dire inexistants.
- La finalité du projet est sans doute une volonté d’harmoniser les acquis sociaux entre les régions transfrontalières.

Sous couvert d’une prétendue simplification et de pseudo-économies, il s’agirait en réalité de fusionner à termes des régions de pays différents pour les mettre sous contrôle de Bruxelles et ainsi de fractionner les Etats Nations.

C’est pour ces différentes raisons toutes factuelles, que j’invite mes compatriotes alsaciens à voter NON au référendum du 7 avril prochain.

D’ailleurs il y a une initiative trans-partisane soutenue où fondée par des membres de partis politiques comme :

LE PS – LE MODEM – FEDERATION ECOLOGIE ET DEMOCRATIE – DLR – UPR – MPEP

Auteur: Nouvelles du front  in Agora Vox

Partager cet article

Repost 0
Published by L'archipélien - dans politique
commenter cet article

commentaires

Profil

  • L'archipélien
  • Le monde est dangereux non pas à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire” Einstein.
  • Le monde est dangereux non pas à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire” Einstein.

Archives