Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 mai 2011 4 19 /05 /mai /2011 07:19

La cour des braves a dépassé son 10 000eme  visiteurs ,le 13 Mai 2011.Je tiens donc a remercier tous ceux qui ont pris part à ce challenge .Plus d'une fois j'ai pense à sa fermeture  mais , devant l'intérêt grandissant des visiteurs chaque jour un peu plus nombreux , j'ai mis le coeur à l'ouvrage afin de satisfaire leurs exigences.

 

Merci à tous.

Partager cet article

Repost 0
Published by L'archipélien
commenter cet article

commentaires

Raymond Joyeux 15/11/2012 17:02

Mon cher Jean-Claude, j'ai cherché à prendre contact avec toi mais je n'ai trouvé ni ton téléphone ni ton email.
Voici avec retard le témoignage pour le décès d'Alain Foy.

Amitié
Raymond


On ne fait pas de bruit
dans la chambre des morts
on lève la bougie
et les voit s’éloigner.

J’élève un peu la voix
sur le seuil de la porte
et je dis quelques mots
pour éclairer leur route.

Philippe Jaccotet


Mon cher Alain,

Comme tous tes amis attristés, compagnons, proches et parents, rassemblés aujourd’hui dans cette église, c’est avec la plus grande émotion que je m’adresse à toi une dernière fois pour te dire
combien ta disparition subite et inattendue nous laisse pétrifiés.

Je ne ferai pas de grand discours pour rappeler l’homme et le travailleur infatigable que tu as été. Car ta réputation est connue et reconnue non seulement à Terre-de-Haut, chez toi aux Saintes,
mais bien au-delà des limites de nos îles, en Guadeloupe continentale, en Martinique, à la Dominique, en Métropole et même aux États-Unis.

S’il fallait accueillir ici aujourd’hui tous ceux qui t’ont connu, apprécié et aimé, ne serait-ce que dans la Caraïbe, cette église aurait été cent fois trop petite et notre île aurait croulé sous
le nombre.

Aussi davantage que cette renommée amplement justifiée de constructeur naval hors du commun, de concepteur, d’innovateur inné, d’artiste inspiré dans tous les domaines, dons et qualités multiples
que tu as transmis à tes fils, c’est la mémoire de l’ami que je voudrais en quelques mots évoquer ici et honorer.

Un ami, tu l’as été jusqu’à ton dernier souffle pour tous ceux et toutes celles qui ont eu la chance de te côtoyer tout au long de ton passage sur cette terre. Chacun de nous dans cette église et
hors de cette église peut témoigner de ta gentillesse, de ton ouverture d’esprit, de ta disponibilité, de ta propension naturelle à toujours rendre service, à aider, conseiller, épauler, sans
calcul, sans la recherche d’une quelconque reconnaissance.

Un ami tu l’as été pour la population de ta commune en ta qualité d’ancien conseiller municipal sans parti pris, ouvert à toutes les idées, à toutes les opinions, à toutes les propositions et
suggestions d’où qu’elles viennent, ne restant jamais toi-même à court de dynamisme, d’initiatives et de projets...

Mais, Conseiller municipal honnête et vigilant, tu as été aussi, en maintes occasions, un élu révolté. Révolté par l’injustice, la partialité, la bêtise, l’entêtement et l’aveuglement de certains à
tes côtés... Tu n’as jamais alors hésité à le faire savoir, à le dire publiquement haut et fort.

C’est pour cette raison que tu n’as pas toujours été écouté ni suivi dans ton souhait de faire changer les mauvaises habitudes et progresser dans le bon sens notre commune et sa population. Commune
et population pour lesquelles pourtant, hors du Conseil municipal, tu as continué à te battre sans relâche positivement jusqu’à ton dernier jour...

Plus qu’un ami, tu l’as été et l’es resté pour tes proches, tes frères et sœurs, tes enfants et petits enfants, pour tes nombreux neveux et nièces, pour ta première femme Myriam, trop tôt partie,
pour ton épouse UTE, aujourd’hui effondrée. Frère, mari, père et grand-père attentionné et disponible tu as toujours prêché, au sein de ta famille, comme partout, la bonté, l’amour et la
réconciliation, donnant en toutes circonstances l’exemple de la plus grande probité, de la concorde et de l’affection.

Un ami, tu l’as été bien sûr pour moi, qui te pleure aujourd’hui, comme un frère. Notre projet d’écrire ensemble tes souvenirs n’aboutira pas, mais nos mémoires individuelles et collectives, aux
Saintes comme ailleurs, garderont toujours vivant ce que tu as été, ce que tu as passionnément vécu et réalisé.

Alain, ta nombreuse famille, ici rassemblée et unie dans la peine, tes amis affectés, ta commune endeuillée viennent de perdre en toi, un sage irremplaçable, une figure emblématique de l’esprit
d’entreprise et du savoir-faire saintois, un travailleur exemplaire, un artiste inégalé, un modèle d’honnêteté, de courage et de conviction.

Puissent-ils garder toujours, par-delà ton décès et son cortège d’incompréhension, de pleurs et de tristesse, par-delà la brutalité de ta disparition, par-delà la douleur de ton absence, par-delà
même la matérialité et la perfection de ton œuvre, puissent-ils garder le souvenir ardent d’un être cher, imaginatif, désintéressé, bienveillant et affectionné.


Raymond Joyeux

L'archipélien 15/11/2012 19:06



Salut à toi ,Raymond.


Je viens de receptionner ton mail .Je te remercie de gratifier mes lecteurs  de  ton témoignage d'amitié à Alain. Après lecture , j'en deduis  que l'amitié est une flamme
inextinguible  par de là la mort.


Au plaisir te revoir.



Profil

  • L'archipélien
  • Le monde est dangereux non pas à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire” Einstein.
  • Le monde est dangereux non pas à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire” Einstein.

Archives