Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 avril 2010 1 19 /04 /avril /2010 17:30

L’Eglise catholique en crise

Quel mal ronge l’Eglise catholique ? Des clefs pour comprendre et pour changer.

Aujourd’hui, c’est la curée contre l’Eglise catholique ! Un acharnement médiatique sans précédent.. A tel point qu’il en devient malsain et... suspect !

De tous temps des prêtres, condamnés au célibat, à la solitude, à l’abstinence, à une vie monacale, bref à brider les instincts les plus naturels, ont fini par commettre des actes répréhensibles. Et sans faire leur mea culpa, sans demander pardon, en les tenant secrets, honteusement secrets pour qu’ils ne rejaillissent pas sur l’Eglise toute entière. Bref, on en parlait peu ! Alors que maintenant ces actes sont publiquement reconnus, confessés, même par le Pape, et ils font la UNE de nos médias. Pourtant les cas, somme toute, sont rares au regard du nombre de prêtres en exercice...

On peut donc se demander pourquoi un tel acharnement médiatique. Pour occuper le terrain, afin de masquer toute la casse sociale ? Ex-aequo avec la burqa... Je penche pour des motifs plus géo-politiques, pour une croisade, en sous-mains, contre non seulement les Musulmans, bien sûr, mais même contre les frères chrétiens... qui ne sont pas protestants ! Car ce sont les Anglo-Saxons qui veulent dominer le monde, avec en leur sein un maximum de Protestants, de plus en plus évangéliques d’ailleurs, ultra-réactionnaires, rigoristes et adeptes du modèle ultra-libéral militaro-financier. Le gros du troupeau est partisan des chocs de civilisation, quel que soit le coût en vies humaines ! On se demande ce que ces pseudos chrétiens ont d’évangélique... en tous cas, pas l’amour de leur prochain, et, en actes, ils font preuve d’une méconnaissance totale des préceptes divins ! 

Passons sur le choix, certainement, des "chrétiens" néo-évangéliques de régner en maîtres sur les croyants, d’imposer leur modèle de foi, leurs croyances, leur idéologie, au service d’un Système dont on voit tous les jours les ravages ; Ce sont des missionnaires, très prosélytes et même très agressifs, et pour eux la fin - gagner les âmes à leur Christ, celui d’un Bush -, supplante les autres motivations. Tout est subordonné à ce but ! Et pour remporter la palme, il convient, d’abord, de discréditer le rival. Par tous les moyens aussi ! Les cas de pédophilie constituent donc du pain "béni" pour ces croyants servant Dieu à leur façon. Et là, l’Eglise catholique risque de laisser des plumes... ce qui est d’ailleurs l’objectif ! Les Médias, là encore, jettent le trouble, désinforment, grossissent scandaleusement les faits, discréditent, servent des intérêts bien peu... catholiques. Et ravageurs ! Uniformément occidentaux... anglo-saxons !

Certes, il ne fait pas faire d’amalgame entre l’Institution, Rome, le Vatican - et les catholiques. Ceux-ci sont souvent, on le sait, fort critiques vis-à-vis de leur hierarchie et de ses dogmes forts rigoureux. De plus en plus de fidèles désertent leur Eglise, considérant parfois l’Institution comme un boulet, sans pour autant franchir le rubicon et aller ches les Protestants... évangéliques. Mais la question n’est pas là. Celle que je voudrais soulever dans cet article me semble bien plus grave pour l’Eglise catholique, dans le contexte évangélique actuel. Et il ne s’agit pas du célibat des prêtres, induisant une crise des vocations. Ni du rigorisme bien peu dans l’air du temps... il suffit de songer aux prises de position concernant la pillule, avec les dégâts que l’on sait dans certains pays comme l’Afrique. 

Le problème que je voudrais soulever est tout autre. J’ai commencé à le faire dans des articles récents, j’aimerais y revenir. Pour moi, le principal problème de l’Eglise catholique, dans un contexte de concurrence, de compétition (entre les différentes croyances), modernité oblige, et face à un monde évangélique très vivant, en pleine expansion - le principal problème, donc, est... d’avoir assassiné, le mot n’est pas trop fort, les courants les plus prometteurs de la galaxie catholique : Les prêtres ouvriers et la Théologie de la Libération.

Des serviteurs de l’Eglise catholique avaient choisi de témoigner de l’amour de Dieu dans le monde, sur le terrain, là où travaillent, luttent, souffrent, tant de citoyens. Au milieu d’eux, partageant leurs préoccupations, leurs difficultés, leurs espérances, aussi, d’un monde meilleur. Les prêtes ouvriers ont été discriminés, ostracisés, et même humiliés, brimés. Jusqu’à ce qu’ils ne soient plus qu’une poignée ou qu’ils ne finissent par abandonner l’Institution...

Rome a commis une faute majeure dont l’Eglise catholique risque de ne pas se relever. Dans un contexte social de plus en plus difficile, le Vatican a tout fait pour briser l’élan prometteur des Communautés de base, de la Théologie de la Libération (dont je suis sympathisante). Le Pape et ses conseillers ont taxé ces chrétiens de "Christo-Marxistes", parce qu’ils étaient épris de Justice sociale et politisés, et leurs principaux efforts ont consisté à éradiquer à la fois cette théologie pronant la libération de l’être tout entier, même sociale, et aussi les prêtres ouvriers choisissant de vivre dans le monde du travail et de partager leur foi sur le terrain. Quelle erreur !

Les Communautés de base étaient un atout pour l’Eglise Catholique, elles attiraient à elles, entre autres, le petit peuple des Latinos, très opprimé, très pauvre. Les célébrations étaient vivantes et ancrées dans le quotidien, notamment socio-politique, des gens. Ces Communautés ecclésiales étaient en plein essor, et elles seules pouvaient constituer un rempart contre le prosélytisme anglo-saxon. En tuant la Théologie de la Libération, le Vatican a ouvert un boulevard devant les néo-évangéliques... Et ce n’est pas en ayant ici ou là un prêtre charismatique, doué pour le chant ou pour la musique, qu’il pourra remonter la pente. 

Le succès des Evangéliques tient au fait que leur foi est vivante, et ancrée dans la vie quotidienne des gens, comme pour la Théologie de la libération. Ils supplantent peu à peu toutes les communautés catholiques aujourd’hui privées de ce qui était leur sève, et se polarisant seulement sur les dogmes les plus réactionnaires. Mais attention ! Les Néo-Evangéliques sont encore plus réactionnaires - et très politisés ! Et là, nous rejoignons le géo-politique... car en évangélisant, ces chrétiens ont aussi en vue des considérations très politiques tenant en quelques mots : Amener le fidèle à épouser l’idéologie anglo-saxonne du libéralisme financier et si nécessaire, militaire. Pour que triomphe partout sur la planète le modèle... anglo-saxon. Autant dire, un repoussoir !

Face au danger évangélique, face à la vitalité des petites communautés évangéliques, Rome n’a rien à proposer. Les Communautés ecclésiales de base, si vivantes, tendent à disparaître, laissant le champ libre aux néo-évangéliques pour imposer leur foi... et leurs choix de société, encore plus crispés, rétrogrades, fondamentalistes, que ceux des Catholiques romains.

Est-il trop tard pour redresser la barre ? En tous cas, avec un Benoït XVI, oui. Si le prochain Pape n’a pas l’intelligence de comprendre que les prêtres peuvent fonder une famille, comme leurs homologues protestants, s’il n’est pas un peu plus ouvert en matière de contraception et de remariage des divorcés, et surtout s’il culpabilise et discrédite les derniers adeptes de la Théologie de la Libération ou les derniers prêtres ouvriers, alors on peut parier que les jours de l’Eglise catholique sont comptés, face à la vitalité des communautés évangéliques qui pullulent un peu partout, et surtout face à l’agressivité de leur prosélytisme s’embarrassant de bien peu de considérations.

Le temps presse. Si Rome ne laisse pas la bride aux expériences liées à la Théologie de la Libération et aux prêtres-ouvriers, elle risque fort de sonner le glas d’une Eglise catholique en pleine perte de vitesse. 

Et si elle laisse le champ libre aux néo-évangéliques "anglo-saxons", il y a fort à parier que le monde des croyants chrétiens sera unipolaire lui aussi. Avec les conséquences que l’on sait en matière de Système économique et social, et de rejet de la 3e Religion du Livre, musulmane. Car ce sont les Catholiques qui, encore aujourd’hui, fraternisent le plus volontiers avec les Musulmans souvent arabes, notamment en "terre sainte". Songeons en particulier à un Saint homme, Mgr Sabbah, portant encore et toujours une parole de paix au Proche-Orient, travaillant à établir des ponts... un authentique chrétien, celui-là, comme on les aime tant ! Fraternel, ouvert, aimant, et engagé. Courageux ! 

Et si, de surcroît, il y avait aussi, en fin de compte, un écrasement de la minorité orthodoxe ? Sans exagérer, on peut parler d’un "combat" du Nord contre le Sud.

Voilà bien des défis à relever. Il est temps que l’Eglise catholique change radicalement de cap, si elle veut encore compter, demain, face à des frères très motivés, très vivants, et... très fanatiques, très sectaires, très conservateurs, et prêts à mener toutes les croisades qu’il faudra, même militaires, contre ceux qui ne leur ressemblent pas. 

C’est pourquoi je m’adresse aux Catholiques : Il est temps de faire votre mue, en profondeur, et d’exiger de votre Pape qu’il en fasse autant, si vous voulez que ce en quoi vous croyez ait encore, demain, sinon un avenir, au moins droit de cité... face à des évangéliques particulièrement peu tolérants. Et qui risquent bientôt de vous écraser sous leur nombre, sous leur mépris, et sous leur fanatisme sectaire ! 

Eva R-sistons à la domination des Protestants Anglo-Saxons sur la planète, et à un monde unipolaire intransigeant. 

N.B. : Je rappelle ce qu’entre autres j’écrivais récemment : "Ces croyants-là (évangéliques) desservent la cause qui les anime - et leur Dieu, le même pour tous, mais annexé pour eux seuls. Et effectivement, en sous-mains les Protestants anglo-saxons font tout pour déconsidérer le Catholicisme, à travers leur Chef. A des fins coloniales, de domination... bien peu évangéliques. Mais s’en rendent-ils compte ? Et c’est la raison pour laquelle je les ai quittés : Je ne voulais ni de leur fanatisme sectaire, ni de leur idéologie ultra-réactionnaire et impériale... (..) Peut-être devons-nous, si nous sommes attachés à un monde multipolaire, cesser d’alimenter le feu qui couve" (contre les Catholiques, donc, notamment via les Médias à la recherche, aussi, de sujets pouvant masquer tout ce que le Pouvoir, en France, fait en sous-mains).

in AGORA-VOX

Partager cet article

Repost 0
Published by L'archipélien - dans actualités
commenter cet article

commentaires

Profil

  • L'archipélien
  • Le monde est dangereux non pas à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire” Einstein.
  • Le monde est dangereux non pas à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire” Einstein.

Archives