Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 septembre 2013 4 26 /09 /septembre /2013 19:21

L’architecte de la création

La multiplication des articles défendant une vision créationniste contre un paradigme évolutionniste divise les Agoranautes. La discussion dans les commentaires dégénère souvent en une cacophonie mêlant insultes et satyre acerbe aux incantations divinatoires. En somme, tous les ingrédients d'une lecture palpitante qui ne laisse personne indifférent.

L'opinion selon laquelle la machinerie de la vie serait tellement parfaite qu'elle ne peut être le fruit d'un hasard, mais l'oeuvre d'un esprit planificateur, séduit de plus en plus de gens.

Pourtant, quand on examine cette création , on remarque qu'elle est très loin d'être parfaite. En effet, si elle l'était, elle n'aurait pas besoin d'évoluer et de se diversifier sans cesse. Au niveau cellulaire, nous sommes une usine à gaz, pas ergonomique pour un sou, perdant énormément de temps et d’énergie dans les taches inutiles, comme la lecture interminable des introns lors de l'épissage, un système mal organisé, soumis à un risque permanent d'erreur, ridiculement mal foutu. Au niveau macro-organisationnel on ne peut que constater l'absence de toute valeur morale, la guerre permanente de domination où l'on s'entredévore à tout va, où la destruction et la mort sont les outils bien plus efficaces que l'ordre et l'ergonomie, gaspillant les ressources dans une production abondante d'une main et semant la mort dans une impitoyable sélection de l'autre.

 

La vie n'est pas la perfection, mais son contraire. Le « génial architecte » ne fait que bricoler pour améliorer sa machinerie, en tâtonnant, passant des fausses routes en culs-de-sacs, refaisant sans cesse les même erreurs, ne tenant aucun compte de l'expérience passée, tout en effaçant périodiquement la quasi totalité de son travail. Le principe fondateur de la vie est justement son imperfection qui le fait évoluer sans cesse. Une évolution née des défauts du pénible recopiage provoquant des mutations, presque toutes nuisible à la bonne marche de ce sac de noeuds, mais de temps en temps, très rarement d'ailleurs, il s'en trouve une qui, en général contre toute logique, améliore les chances de survie. La vie est un curieux mécanisme dont le moteur est l'erreur et le seul plan visible l'obsolescence programmée.

Alors que notre représentation de l'esprit créateur implique la perfection, la toute-puissance et la pureté, la vie est tout le contraire : un bazar animé par son imperfection, se plaisant dans ses excréments, pourrissant tout, une vrai nuisance susceptible même de perturber à terme l'ordre physique des forces régissant l'univers.

Un architecte qui met 3 milliards d'années pour bricoler de toutes pièces une structure complètement bancale basée sur son imperfection, un abominable bazar dont la seule force est sa faiblesse, en l’occurrence une absence manifeste d'un plan rationnel et une improvisation hasardeuse, est-il vraiment un bon architecte ? Les mécanismes physiques de l'univers, si logiques et parfaits, prévisibles et réductibles à des équations simples sont, j'en conviens, proches de la perfection. Mais la vie est tout le contraire, de surcroit une nuisance potentielle pour la bonne marche de cette organisation. Si l'on fait une comparaison avec le corps humain, la vie ressemblerait à un cancer, des cellules se multipliant de façon incontrôlée que les anticorps cherchent à éliminer.

L'Humain a développé une morale qui est en tout point opposée à la nature. L'empathie, la tolérance, la raison … n'existent pas hors de la civilisation humaine. La nature n'est qu'une lutte permanente, impitoyable, privilégiant la souffrance au bien-être, la mort à la longévité, la saleté à la pureté. Une création planifiée et pensée ? Dieu est donc un incapable sans morale, un criminel !

 

 

Auteur: Deneb

Partager cet article

Repost 0
Published by L'archipélien - dans actualités
commenter cet article

commentaires

Profil

  • L'archipélien
  • Le monde est dangereux non pas à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire” Einstein.
  • Le monde est dangereux non pas à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire” Einstein.

Archives