Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 novembre 2010 7 14 /11 /novembre /2010 07:07


 
 
 13.11.2010, 19h39
Le patron du , , souhaite représenter en 2012 un recours face au pouvoir , dont il a dénoncé samedi l'idéologie en proposant aux Français "un espoir crédible" face à un Parti socialiste qui "ne répond pas aux problèmes du pays".
A dix-huit mois de la présidentielle, François Bayrou veut croire en ses chances de renverser "la bi-polarisation" UMP-PS qu'il dénonce, en proposant une offre différente aux Français.

"Depuis trois ans, aucun des grands secteurs ne se porte mieux et même, la plupart se sont dégradés. Ce qui explique le jugement négatif des Français sur le pouvoir actuel", a expliqué l'élu centriste, en marge d'un Conseil national.
"Paradoxalement, le PS ne semble pas répondre aux problèmes du pays, puisque la défiance grandit à son endroit", a-t-il constaté, en estimant que cela conférait à son parti "une grande responsabilité".
L'ex-candidat à la présidentielle a expliqué vouloir placer son projet sous le double signe de "l'espoir" et de la "crédibilité", thème du congrès du parti le 12 décembre à Paris.
"Nous sommes le seul mouvement politique indépendant de la vie politique Française. Cette indépendance, nous l'avons voulue, gagnée et en avons payée le prix en terme électoral. Elle nous paraît aujourd'hui être la condition nécessaire pour proposer un nouveau projet pour le pays", a-t-il lancé. "Depuis le premier jour, ceux qui ont choisi de se soumettre ont renoncé à leur raison d'être, c'est la raison pour laquelle ils ne comptent pas", a-t-il ajouté à l'adresse de ses ex-amis de l'UDF, aujourd'hui membres ou partenaires de l'UMP.
"Il n'y a qu'une seule question en politique : "to be or not to be", a résumé M. Bayrou en soulignant qu'il était naturellement "plus facile de renoncer à être, pour avoir des privilèges, des galons, des chapeaux à plume ou des maroquins qui font le charme des vies politiques soumises".
Mais, "si vous choisissez d'être, alors, vous compterez nécessairement", a-t-il ajouté en faisant référence au général de Gaulle.
En matière de gaullisme, François Bayrou a taclé Dominique de Villepin qui chasse sur ses terres en adoptant un même discours jusqu'à publier comme le patron du Modem avant lui un livre réquisitoire contre Nicolas Sarkozy.
"Il y a eu un temps pour la dénonciation. Le moment où tous les Français applaudissaient au pouvoir, c'était le temps pour les responsables politiques lucides de dire: +attention, quelque chose se prépare qui va être lourd de conséquences+", a-t-il expliqué.
"Mais, aujourd'hui la question est tranchée. Tout le monde voit les dérives qui se sont produites et le temps est à la proposition pour reconstruire le pays", a-t-il ajouté comme pour souligner le temps de retard du président de République solidaire.
Pour lui, plus question d'attaquer personnellement le chef de l'Etat mais l'idéologie du parti présidentiel.
"C'est plus profond que le rôle d'un seul homme. Il y a une idéologie, celle du parti au pouvoir", a-t-il lâché. "L'idéologie de l'inégalité, celle de la compétition à tout prix, y compris entre Français".
"De la manière manière, nous disons avec force que tout n'est pas comptable: la politique actuelle qui consiste à couper à l'aveugle un poste de fonctionnaire sur deux partant à la retraite ne tient pas compte des hiérarchies de l'action du pays", a-t-il fait valoir.
"Notre volonté, a-t-il, dit, est de proposer aux Français, dans l'indépendance, un espoir crédible parce que ce n'est pas dans les camps actuels qu'on trouvera la réponse".

Partager cet article

Repost 0
Published by L'archipélien - dans politique
commenter cet article

commentaires

Profil

  • L'archipélien
  • Le monde est dangereux non pas à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire” Einstein.
  • Le monde est dangereux non pas à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire” Einstein.

Archives