Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 mai 2010 7 23 /05 /mai /2010 17:30
20 mai 2010 : jour historique !
Le biologiste américain John Craig Venter, entouré de son équipe de 24 chercheurs, vient d’annoncer la création de la première cellule vivante dotée d’un génome synthétique. Cette prouesse représente une avancée considérable dans la compréhension des mécanismes de la vie et ouvre la voie à la fabrication d’organismes artificiels pouvant produire notamment du carburant propre.
 
C’est lors d’une conférence téléphonique organisée par le journal Science (qui a publié les résultats des travaux), que John Craig Venter a affirmé que la nouvelle cellule constituait « la première espèce autoreproductrice que nous ayons eue sur la planète à avoir pour parent un ordinateur ».
 
 
Son étude, intitulée « Création d’une cellule bactérienne contrôlée par une synthèse chimique du génome », annonce : « Nous rapportons la conception, la synthèse et l’assemblage de 1,08 Mb du génome Mycoplasma mycoides JCVI-syn 1.0, numérisés à partir des informations sur la séquence du génome et sa transplantation dans un Mycoplasma capricolum, cellule receveuse, pour créer de nouveaux Mycoplasma mycoides, cellules qui sont contrôlées uniquement par le chromosome synthétique. L’ADN présent dans les cellules n’est que de l’ADN conçu par synthèse y compris (...) les polymorphismes et les mutations acquises au cours du processus de construction. Les nouvelles cellules ont les propriétés phénotypiques prévues et sont capables d’autoréplication. »
 
En clair, les scientifiques du Craig Venter Institute viennent de mettre au point une bactérie dont le patrimoine héréditaire a été construit par synthèse informatique et chimique, et qui est aujourd’hui capable de se diviser pour se reproduire. La cellule a été créée en écrivant un code génétique sur ordinateur, puis en combinant un assemblage d’éléments chimiques, afin de créer un chromosome. C’est la naissance de la vie synthétique ! « Il s’agit de la création de la première cellule vivante synthétique au sens où celle-ci est entièrement dérivée d’un chromosome synthétique », explique Venter. « Ce chromosome a été produit à partir de quatre flacons de substances chimiques et d’un synthétiseur, le tout ayant commencé avec des informations dans un ordinateur. »
 
Le travail de Craig Venter, qualifié d’« exploit technique impressionnant » par le généticien Stephen Scherer, chercheur à l’Hôpital pour enfants malades de Toronto, a une portée, on le voit, qui dépasse largement le seul cadre scientifique ; il amorce aussi une remise en question philosophique et religieuse de première importance. Venter a ainsi estimé que sa création était « un pas important tant scientifiquement que sur le plan philosophique. » Cette percée « change ma vision de la définition de la vie et de son fonctionnement », ajoute-t-il encore
Certains puristes ont déjà fait remarquer que Venter n’avait pas proprement "inventé" une nouvelle espèce bactérienne mais avait, plus exactement, "copié" le génome d’une bactérie existante. En effet, le génome mis au point par le biologiste américain est la copie d’un génome existant, celui de la bactérie mycoplasme mycoïde, mais avec des séquences d’ADN supplémentaires pour l’en distinguer. Les chercheurs ont transplanté ce génome synthétique dans une autre bactérie, la microplasme capricolum, réussissant à activer ses cellules. Il n’en demeure pas moins que la démonstration est faite : on peut créer par synthèse la molécule ADN et cette création synthétique peut, dans un environnement adéquat, entrer dans le cycle de la vie.
 
Quelles pourront être les applications de ces travaux révolutionnaires ? « Si ces techniques peuvent être généralisées, la conception, la synthèse, l’assemblage et la transplantation de chromosomes synthétiques ne seront plus des obstacles aux progrès de la biologie synthétique », écrivent les chercheurs dans un résumé de leur étude. Craig Venter a déjà annoncé qu’il allait tenter de concevoir des algues capables de capturer le dioxyde de carbone (CO2), principal gaz à effet de serre, et de produire de nouveaux carburants propres. Mais ses ambitions ne s’arrêtent pas là, puisque des recherches sont également en cours pour accélérer la production de vaccins, fabriquer de nouvelles substances chimiques, des ingrédients alimentaires ou encore des bactéries capables de purifier l’eau. Nous semblons rentrer véritablement dans une nouvelle ère scientifique.

Partager cet article

Repost 0
Published by L'archipélien - dans document
commenter cet article

commentaires

Profil

  • L'archipélien
  • Le monde est dangereux non pas à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire” Einstein.
  • Le monde est dangereux non pas à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire” Einstein.

Archives