Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 janvier 2011 1 03 /01 /janvier /2011 18:30

Au 21ième siècle l’ensemble des citoyens des pays occidentaux, des pays dits de l’Ouest, vivent à leurs dépens avec un pseudo-sentiment de liberté. Dans un monde où l’esclavagisme est devenu pour les uns un concept archaïque dont l’unique place est dans les livres d’histoires, l’Homme vit avec l’impression erronée, hélas pour lui, d’appartenir au monde libre, au monde des droits de l’Homme... A l’heure de la communication tous azimuts, est-il réellement besoin de faire prendre conscience à l’être de sa place dans la société ?

 Les masses médias où devrons nous dire, les organes de désinformations et d'aliénation agissent comme de véritable machine à penser. L'individu occidental se doit de prendre conscience de sa situation, l'humain se doit de prendre conscience des mécanismes qui le déshumanisent. En accord avec notre propos initial, nous affirmons que le médiatique agit dans nos sociétés dites modernes comme un lieu de propagande.

Lorsqu'ils analysent les états nations dits totalitaires de la première moitié du 20ième sicècle, les historiens de l'Ouest ne cessent de vitupérer, de dénoncer les groupes de propagande, les presses de propagande de l'Allemagne nazie, de l'URSS stalinienne ( pour ne citer que ces deux exemples, non moins fameux ). Nous concevons qu'il est normal d'analyser le passé, mais toute analyse stricto sensu du passé revient à effectuer une analyse passive.

Ainsi, si nous n'effectuons aucune relation, ou du moins aucune corrélation entre le passé et le présent toute analyse est stérile, sans aucun intérêt.

Hélas, il semblerait que l'heure actuelle n'est pas celle des mises en parallèles, des comparaisons. Toute propagande émanant des instances dirigeantes à pour finalité de créer une sorte de nébuleuse afin de répandre au sein des masses silencieuses un certain obscurantisme idéologique.

N'est ce pas l'apolitisme inhérent à notre société qui inquiète certains intellectuels éclairés ? Mais cet apolitisme est sans aucun doute voulu par les tenants du système oppressif et coercitif. Mieux vaut gouverner une troupe d'apolitiques, qu'une troupe d'idéologistes farouches.

L'homme dit moderne par les uns, s'apparente plutôt à un moderne ignorant, ce dernier ignore tout du système dans lequel il vit, ignore tout de sa condition humaine. Le citoyen de l'ère internet est esclave, certes il n'y a aucune chaîne physique qui l'entrave, mais l'homme n'en demeure pas moins esclave d'une minorité de dignitaires sans scrupules.

L'esclavagisme n'a-t-il pas été le leitmotiv des feus empires coloniaux ?

L'homme Blanc au cours de son histoire n'a-t-il pas perpétuellement oeuvré afin d'asservir autrui, afin de corrompre et d'aliéner l'existence tant des Blancs que des masses colonisées dites de couleurs ?

Dans nos sociétés modernes dites démocratiques, les tenants du système dont les noms ne cessent de résonner dans nos esprits, dans nos coeurs ont lutté pour faire table rase de notre triste passé esclavagiste et destructeur tant humainement que matériellement.

Karl Marx dans ses écrits émit le postulat 'qu'une minorité de la population exploite une majorité du peuple'.

Le philosophe allemand et auteur du fameux Capital au 19ième siècle, durant la fameuse Révolution Industrielle lança la première pierre contre le système dans lequel nous vivons aujourd'hui.

Ainsi, dans toute société d'obédience capitaliste, ou libérale, un groupuscule d'individus jouent de son 'macro-pouvoir' dans l'optique de corrompre l'existence d'une classe sociale : Le prolétariat.

Le terme n'est guère employé de nos jours par nos pseudo-politiciens des deux côtés de la fameuse frontière gauche/droite. A ce terme lourd et fort de signification on préfère substituer des mots comme ouvriers, salariés....

En définitive nous assistons au fil des ans à une mort de la conscience prolétaire, à une mort de la conviction des masses asservi d'appartenir à cette caste sociale. Au 19ième siècle Marx écrivit que l'individu dit prolétaire afin de vivre doit inéluctablement ' vendre sa force de travail aux classes dominantes ', aujourd'hui le constat n'est il pas toujours le même ?

Le système capitaliste érigé par les uns en système inébranlable ne cesse de répandre, par les pseudos-médias sous l'égide étatique, son venin qui hélas pour l'Homme est mortifère.

Selon les dires de nos politiciens corrompus ( et le terme ne peut en aucun cas être remis en cause par un tiers tant les affaires au sens affairistes du terme ne cessent de se multiplier) qui nous gouvernent depuis des décennies nous avons nous français la chance de vivre dans le pays qui se réclame comme le père de l'humanisme, le père des droits de l'homme.

La France pays des Droits de l'Homme ?

Sans aucun doute si on se permet d'omettre délibérément la venue non moins houleuse du président libyen, visite qui comme nous le savons fut critiquée par la secrétaire des droits de l'Homme de l'époque j'ai nommé Rama Yade.
France pays des droits de l'Homme si on se permet d'omettre délibérément la fameuse France-Afrique qui causa la mort de nombreux Hommes sur le continent Africain j'ai nommé Patrice Lumumba, Thomas Sankara....

France pays des droits de l'homme si on se permet d'omettre délibérément les affaires politico-financières etc..... ( il convient de ne pas allonger cette liste afin de ne pas noyer dans la masse notre propos, mais vous l'aurez compris cette liste est hélas pour notre pays exhaustive).

A en croire l'élite française, le citoyen français est un citoyen libre.

En définitive le concept de liberté est donc concept fondateur de l'Etat français. Le mot Liberté est perpétuellement employé par les politiciens occidentaux, mais cet emploi n'a que pour unique dessein de maquiller les incessantes attaques à la liberté de l'Homme dans la société.

Milton Friedman célèbre économiste américain écrivit dans son livre " Capitalisme et Liberté que le dispositif économique, dans une société libre joue un double rôle :

1) La liberté économique est l'essence de la liberté en générale.

2) La liberté économique est garante de la liberté politique.

Ce libéral convaincu faut-il le rappeler à inspiré de nombreux dignitaires politiques des années 1970-1980 comme un certain Ronald Reagan aux USA, ou une certaine ' Dame de fer ' au Royaume-Uni.....et même un certain Dictateur Chilien, assassin de Salavador Allende, j'ai nommé Augusto Pinochet.

Selon notre propos, Milton Friedman qui n'est certes qu'un exemple parmi tant d'autres, mais qui n'est pas le moins connu, postule que la liberté économique assure dans nos sociétés la liberté politique. Nous conviendrons que le concept de liberté politique est un macro-concept sociétal et non un concept désignant le microcosme où se joue chaque jour la politique politicienne.

Comment un prix Nobel d'économie peut-il affirmer une telle calomnie ?

La liberté économique, le laissez faire, la liberté d'entreprise et d'entreprendre peuvent être pour les néophytes de bonnes idées.

Etudions par exemple la question africaine, question qui selon nous résume à elle seule l'hypocrisie, le machiavélisme, l'intérêt ( au sens financier du terme ) occidental.

L'Afrique comme vous le savez sûrement est un continent qui fut jadis colonisé par les puissances européennes. Ces dernières sans vergogne annexèrent, colonisèrent le Berceau de l'humanité afin de spolier aux masses autochtones, aux indigènes leurs matières premières, leurs minerais, et dans un cas plus général leurs vies ( la tristement célèbre : Traite Négrière ).

Amorcé avant la seconde guerre mondiale, un fort courant anti-impréialiste, anti-colonisateur a soufflé sur le continent africain. La guerre de 39-45 ayant considérablement affaibli les puissances colonisatrices du continent européen, ces dernières ne furent plus, par la suite, en mesure d'exercer une puissance oppressive et coercitive sur les masses colonisées africaines.

Le sacrifice de millions d'indigènes permit d'écrire les premières pages hélas tachées de sang des pays ayant acquis leur indépendance.

Hélas l'Afrique demeura et demeure encore la chasse gardée des puissances capitalistes occidentales et même à l'heure actuelle asiatiques.

Financièrement, économiquement, le peuple africain demeure sous le joug du capitalisme, du libéralisme en provenance de l'extérieur.

Un certain Thomas Sankara n'a-t-il pas prononcé un jour son fameux discours sur le dette africaine ? La dette colossale accumulée par les nations africaines permet à l'Homme Blanc de continuer son entreprise coloniale dans cette partie du monde

Les individus éclairés comprendront aisément notre propos sur la question africaine. L'homme ne cesse d'asservir l'Homme, un groupuscule sans vergogne sans honte annihile l'existence d'une grande partie de l'humanité tout entière.

Merci de votre attention

Ghjuvan Michele.

Partager cet article

Repost 0
Published by L'archipélien - dans actualités
commenter cet article

commentaires

Presenza Corsa 09/01/2011 17:11


Merci de diffuser notre message d'émacipation de l'Homme.

Presenza Corsa


Profil

  • L'archipélien
  • Le monde est dangereux non pas à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire” Einstein.
  • Le monde est dangereux non pas à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire” Einstein.

Archives