Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 novembre 2013 5 01 /11 /novembre /2013 19:46

 

 

...Aussitot fini l'embarquement du dernier passager en partance pour les iles des saintes, Victor, le mousse aux agrès d'appareillage, lacha instinctivement les amarres, relayant de suite la manoeuvre à un Michel Morin: Le Capitaine -Boulanger -Commercant- Maire de  tè d'en hau ; un colosse d'homme dans son etat signalétique de services rendus. Comme dans bien d'autres séquences antérieures - "Cassiopee". " Capella" enfouies dans les annales maritimes locales - , La Saintoise s'arracha progressivement de la frêle jetée, avec son plein de postulants aux affres du mal de mer. Puis, dans une aire trois quarts babord, pivotat sur elle-même, afin de pouvoir s'eloigner des  berges aux crabes ciriques et de  l'avancée brise-houles de fond, dévastatrices en phases cycloniques.

 

"Mer d'huile , ciel bien dégagé , à la grâce de Dieu " , eût sans doute dit père Magloire à l'adresse de ses élèves seminaristes pour les rassurer, une fois la navette sortie du cul de sac .

 

Notre Denis le débonnaire, les neurones minées de  toxines icthyophages amnésiantes amassées bien avant sa toute premiere  dent de lait, se laissa aller à un pti pigé zyeu , l' ouie en alerte , dans la posture du penseur de RODIN ; façon instinctive pour lui de demeurer en resonnance parfaite avec les aléas du jour. Il préssentit et il eut raison qu'au nord, une goêlette balaou etait  en ararouine dans la pétole des alizes(ce vent de commerce triangulaire  du temps odieux de la traite negriere et autres turpitudes) . Il devina et il visa juste, qu'au sud, un barreur saintois, Arsene D, manoeuvrait auloffée pour prendre le lit du vent sous le Morne Cabrit. Il annonça que La Saintoise aganterait  à la pointe Bombarde  le caboteur Qui sait ( un  pirogué saintois modifié) en provenance de Pointe à Pitre ; et ce fut le cas.

 

L'araissement de l'horizon, depuis le poste de pilotage, offrait au capitaine et à ses hotes,  une  vue limpide jusqu'aux  bornes lisières bleues de la Martinique. Eole semblait avoir  rendu son ultime souflle. Propulsion Baudouin Diesel , mille chevau- legers-soupirs , s'échappant par volutes suspendues en un entre deux mondes . C'est alors que l'amplitude des ondes de marée montant des abysses  jeta Denis dans les bras de son ange gardien ; et , dans son  reve éveillé, il crut s'entendre dire que le prévôt de terre de haut avait fait sécession avec la mère patrie..."Terminus tout le monde descend !"... à suivre.

 


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Profil

  • L'archipélien
  • Le monde est dangereux non pas à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire” Einstein.
  • Le monde est dangereux non pas à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire” Einstein.

Archives