Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 mai 2010 6 22 /05 /mai /2010 17:30

Il me plait de vous informer de notre situation de néo -esclave européen, à travers ce post d'un internaute sur le Figaro

 

 

 

 

 

Un néo-esclave européen de la dette

 

Un coup d'Etat financier et politique en 4 actes

 

vendredi 21 mai | 16:44

 

1er acte : La France privatise la création monétaire. En 1973, le ministre des Finances Giscard d'Estaing (sous la Présidence de Pompidou, ancien directeur général de la banque Rothschild) modifie les statuts de la Banque de France à travers la loi 73-7 pour lui interdire de faire des avances ou des prêts à l'Etat.

 

2ème acte : On européanise cette règle. En 1992, l'article 104 du traité de Maastricht interdit à la BCE et aux Banques Centrales Nationales de consentir des avances ou des prêts aux États ou Collectivités Publiques. Cette loi s'étend donc à toute l'Europe.

 

3ème acte : La règle passe dans la proposition de Constitution européenne. L'article 123 du traité de Lisbonne reprend mot pour mot le libellé de l'article 104 du traité de Maastricht.

 

4ème acte : Sarkozy bafoue 200 ans de démocratie française. Le traité de Lisbonne a été adopté en France par M. Sarkozy le 04/02/2008 alors que le référendum sur la Constitution européenne avait été rejeté en 2005 par 55% des Français.

 

Et la France dans tout ça ?

 

Avant la loi de 1973, la dette n'existait pas en France. Du 1/01/1976 au 31/12/2006, la dette de la France s'élève à 1.142,7 milliards d'euros après les remboursements déjà effectués. Mais cette dette entraîne des intérêts composés qui la font augmenter à chaque seconde. Les intérêts totaux de la dette du 01/01/1976 au 31/12/2006 s'élèvent à la somme de 1.142,2 milliards !

 

Dit autrement, l'Etat doit pour la période du 1er janvier 1976 au 31 décembre 2006, 0,5 milliard au titre du capital et 1.142, 2 milliards au titre des intérêts cumulés de la dette. Ces intérêts dus continuent à générer des intérêts. C'est-à-dire que 99,95 % de la dette sont constitués uniquement des intérêts cumulés de 1976 à 2006 et que la France a été incapable de rembourser malgré le taux élevé des impôts durant toute cette longue période (30 ans). Si la France avait pu continuer à se financer à taux 0 à la Banque de France ou à la BCE, la dette serait quasi nulle !

 

 A la lumière de ce qui précède, on prend conscience que la finance a opéré un véritable coup d'Etat en substituant avec la complicité de dirigeants politiques le droit régalien des Etats de frapper leur propre monnaie. Cela ne s'est d'ailleurs pas fait en un jour, mais c'est une autre histoire.

 

 La finance est devenue le cancer de notre société.

 

 Comme le cancer, la finance créée à l'origine pour irriguer le corps économique fonctionne maintenant quasiment exclusivement pour son propre compte.

 

Comme le cancer, les mécanismes de régulation ont été supprimés grâce au libéralisme.

 

Comme le cancer, la finance épuise les ressources de la société pour se développer.

 

Comme le cancer, le seul objectif de la finance est de croître sans limite.

 

Comme le cancer, la maladie s'est généralisée à travers la mondialisation (métastases).

 

Comme le cancer, la finance est en train de tuer l'organisme qu'elle parasite.

 

Comme le cancer, lorsque la finance aura tué le système, elle sera emportée. [...]

Partager cet article

Repost 0
Published by L'archipélien - dans actualités
commenter cet article

commentaires

huno chavez 23/05/2010 01:20


Le compteur de la dette française s'affole,cliquez le lien sous l'article "et dire qu'il avait mille fois raison": c'est impréssionnant!


Profil

  • L'archipélien
  • Le monde est dangereux non pas à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire” Einstein.
  • Le monde est dangereux non pas à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire” Einstein.

Archives